RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Zadig

            12-21
            EAN : 9782266225625
            Code sériel : 12357
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Zadig

            Jacques de GUILLEBON (Préface)
            Date de parution : 06/12/2012

            Paré de toutes les perfections humaines, le jeune, riche et vertueux Zadig s’apprête à épouser la plus belle des filles de Babylone. Mais « qu’il est difficile d’être heureux dans cette vie ! » Sa fiancée le trahit, des canailles le traînent en justice, des fanatiques religieux le menacent, un...

            Paré de toutes les perfections humaines, le jeune, riche et vertueux Zadig s’apprête à épouser la plus belle des filles de Babylone. Mais « qu’il est difficile d’être heureux dans cette vie ! » Sa fiancée le trahit, des canailles le traînent en justice, des fanatiques religieux le menacent, un ange déguisé en ermite vient à son secours. Le chemin vers la sagesse est semé de surprises et d’embûches innombrables. La destinée et l’admirable malice de Voltaire ne lui feront pas de cadeau.

            Qui a dit que l’homme qui n’a pas lu les contes de Voltaire ne méritait pas d’être français ? On dit aussi qu’il n’accordait pas beaucoup d’importance à ces œuvres qu’il jugeait mineures. Le prince de l’intelligence se trompait. Ce sulfureux Zadig contient tout son génie et toute sa philosophie, sa cruauté, son esprit, sa gaieté et sa haine de la sottise humaine.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266225625
            Code sériel : 12357
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Cer45Rt Posté le 7 Mars 2019
              Bien plus que sa profondeur de philosophe, ce que je remarque toujours dans les contes philosophiques de Voltaire, c'est son talent d'écrivain. Tant de verve, tant d'imagination, tant de capacité en matière de style aussi, ne peuvent que forcer mon admiration. La philosophie, la pensée voltairienne vient toujours après pour moi. Et ici, dans Zadig ou la Destinée, la pensée est particulièrement peu évidente à explorer : on peut tout au plus penser à avoir affaire à un Zadig ou les Malheurs de la Vertu, dont la morale serait proche de celle d'Othello. A vrai dire, sans le titre, rien ne serait plus difficile à interpréter… La réalité est que Zadig est un conte sur la prédestination. "Il n'y a pas d'effet sans cause", affirmera dans Candide le docteur Pangloss, usant de cet argument pour démontrer que des entités métaphysiques dirigent le monde et la destinée des hommes, et à vrai dire, Voltaire s'est beaucoup préoccupé de ces questions de destinée, de prédestination… Pourtant, dans Zadig, les entités métaphysiques ont une présence peu évidente. Tout au plus, apparaît une de ces entités en la personne d'un ange. Les hommes semblent apparaître comme laissé à eux-mêmes, tout semble n'être que... Bien plus que sa profondeur de philosophe, ce que je remarque toujours dans les contes philosophiques de Voltaire, c'est son talent d'écrivain. Tant de verve, tant d'imagination, tant de capacité en matière de style aussi, ne peuvent que forcer mon admiration. La philosophie, la pensée voltairienne vient toujours après pour moi. Et ici, dans Zadig ou la Destinée, la pensée est particulièrement peu évidente à explorer : on peut tout au plus penser à avoir affaire à un Zadig ou les Malheurs de la Vertu, dont la morale serait proche de celle d'Othello. A vrai dire, sans le titre, rien ne serait plus difficile à interpréter… La réalité est que Zadig est un conte sur la prédestination. "Il n'y a pas d'effet sans cause", affirmera dans Candide le docteur Pangloss, usant de cet argument pour démontrer que des entités métaphysiques dirigent le monde et la destinée des hommes, et à vrai dire, Voltaire s'est beaucoup préoccupé de ces questions de destinée, de prédestination… Pourtant, dans Zadig, les entités métaphysiques ont une présence peu évidente. Tout au plus, apparaît une de ces entités en la personne d'un ange. Les hommes semblent apparaître comme laissé à eux-mêmes, tout semble n'être que hasard… La réalité, c'est que Zadig est un personnage de pèlerin, de missionnaire. Et c'est pour ça qu'il erre et souffre. Il erre parce qu'il ne peut pas être vraiment homme : il est trop bon, trop juste. Parce qu'il est marqué du sceau d'une mission spéciale, qu'il doit accomplir… La pensée de Voltaire est toujours passionnante ( même si on est pas obligé de partager tous ses points de vue ) et les qualités littéraires de ce conte sont toujours aussi grandes !
              Lire la suite
              En lire moins
            • MaxOx Posté le 23 Février 2019
              Zadig est un conte philosophique oriental, une œuvre caractéristique du siècle des Lumières. C'est aussi un récit initiatique dans lequel le héros découvre le monde et connaît l'ascension mais aussi la chute et la déception. Voltaire critique, à travers le regard de l'Etranger, la société européenne. Il fait dans Zadig la satire des mœurs et des institutions, celle de la justice européenne et française en particulier, celle des rois inconstants, des courtisans avides, des prêtres fanatiques. Sa critique est dirigée contre l'iniquité des lois et la peine de mort, l'intolérance, le pouvoir despotique. Enfin, dans Zadig, Voltaire s'interroge sur la condition humaine, sur la place de l'homme dans l'Univers, sur le bonheur et la destinée de l'homme. Désolé pour ce commentaire trop didactique , mais pour l'apprécier il faut bien remettre le livre dans son époque et dévoiler les messages cachés !!!
            • Myriam3 Posté le 8 Février 2019
              Lu par plaisir, je ne compte pas faire une analyse de ce conte philosophique qui est de la veine de Candide et de l'Ingénu. Le côté plaisant ici est que le récit se passe à Babylone où Zadig évolue sous l'égide de Zoroastre. Zadig est un personnage attachant: sage, intelligent, instruit, généreux, serviable et amoureux mais aucune de ces qualités ne lui porte bonheur, bien au contraire. Pour lui tout va de mal en pis et après avoir été le favori du roi et de son épouse, le voici à fuir sur les chemins et à vivre mille mésaventures, triste, dépité et pauvre. Le récit, à part la fin trop déiste à mon goût, est un bonheur de lecture à un point presque surprenant, mais on oublie que Voltaire, tant étudié, se lit très facilement.
            • Malivriotheque Posté le 15 Janvier 2019
              Au temps de Babylone, Zadig tente de trouver le bonheur. Mais il est déçu de ses rencontres qui le mènent toujours à risquer sa vie. Tour à tour exilé, réfugié, favori et esclave, il embarque dans un périple qui, il l'espère, le conduira à enfin être pleinement heureux... Zadig... Encore une œuvre où je me suis dit qu'il fallait que je la lise, pour la culture, parce que c'est le genre de bouquin qu'on est censés avoir lu au moins une fois dans sa vie. Ce genre de lecture, motivé par un choix purement basé sur la connaissance et non l'envie, s'est souvent révélé par le passé comme étant peu productif pour moi. On a ici affaire à un conte philosophique narré à travers différents chapitres ressemblant presque à des fables à morale qui pourraient fonctionner seules s'il n'y avait quelques récapitulatifs du chemin parcouru, un certain ordre chronologique ou une finalité à l'ensemble. L'histoire n'est pas déplaisante et a son lot de reparties intéressantes, de scénettes plus ou moins moralisatrices, critiques et prédicatrices. A travers ses épisodes, Voltaire cherche à remettre l'Homme à sa place grâce à un personnage qui cumule les qualités (moral, intelligent, bon, respectueux, etc...) mais qui peine... Au temps de Babylone, Zadig tente de trouver le bonheur. Mais il est déçu de ses rencontres qui le mènent toujours à risquer sa vie. Tour à tour exilé, réfugié, favori et esclave, il embarque dans un périple qui, il l'espère, le conduira à enfin être pleinement heureux... Zadig... Encore une œuvre où je me suis dit qu'il fallait que je la lise, pour la culture, parce que c'est le genre de bouquin qu'on est censés avoir lu au moins une fois dans sa vie. Ce genre de lecture, motivé par un choix purement basé sur la connaissance et non l'envie, s'est souvent révélé par le passé comme étant peu productif pour moi. On a ici affaire à un conte philosophique narré à travers différents chapitres ressemblant presque à des fables à morale qui pourraient fonctionner seules s'il n'y avait quelques récapitulatifs du chemin parcouru, un certain ordre chronologique ou une finalité à l'ensemble. L'histoire n'est pas déplaisante et a son lot de reparties intéressantes, de scénettes plus ou moins moralisatrices, critiques et prédicatrices. A travers ses épisodes, Voltaire cherche à remettre l'Homme à sa place grâce à un personnage qui cumule les qualités (moral, intelligent, bon, respectueux, etc...) mais qui peine du coup à se rapprocher du lecteur. Lui à qui tous les malheurs arrivent ne perd jamais espoir et continue sa route, persuadé de trouver ce qu'il cherche à la prochaine porte, un peu comme s'il ne réfléchissait pas en fait. D'une certaine manière, tout le monde l'aime et il parvient toujours à ses fins, aussi louables soient-elles. Il y a là un côté légendaire voire héroïque qui ne me sied guerre. Le récit montre que Zadig est toujours condamné par la société et le pouvoir à cause des apparences, et c'est là l'un des thèmes piliers de l’œuvre. Certes ceci est un conte, et l'aventure que notre personnage principal mène a une forte part de fantaisie, de magie et d'irréel. Mais la résolution des problèmes dans lesquels il se fourre est toujours tellement grosse que ça crée une distance folle avec le message que l'auteur souhaite pourtant véhiculer. On se laisse entraîner par les aventures, mais les critiques surfent sur un lit de paillettes plus qu'autre chose. Il en va de même pour sa capacité à résoudre les conflits, mettre tout le monde d'accord et à imposer sa vision, soit-disant la meilleure. On le voit surtout dans les chapitres où il tente de faire entendre raison à un roi et des voyageurs qui ont tous une religion ou des croyances différentes. Comme ça, sans réelle argumentation et en se contentant quasiment d'énoncer que 2 et 2 font 4, tous les partis le croient, comprennent qu'ils ont tort et admettent sans attendre que la vision de Zadig est la bonne. Ahh, si seulement faire comprendre à des gens que ce qu'ils pensent est faux/mal pouvait être aussi facile... J'ai peur de ne pas savoir prendre au degré qu'il faudrait les contes de ce genre, voulant trop les relier à la réalité des choses, à surtout vouloir les contextualiser dans un monde connu alors qu'il faudrait être capable de se laisser emporter par la magie et la simplicité pour parvenir uniquement aux messages globaux véhiculés. Ce qui est dommage pour le coup, c'est que je retiens plus la forme alors que le fond a plus de quoi titiller les esprits et générer réflexion.
              Lire la suite
              En lire moins
            • lyoko Posté le 6 Janvier 2019
              J'ai du lire ces textes quand j'étais en première, et comme ma fille doit elle aussi a son tour étudier Voltaire. J'en profite pour lui piquer le livre avant qu'elle ne doive le prendre en classe. Et franchement j'ai pris un plaisir fou a le relire.. et puis il faut avouer que l'on n'a pas la même vision des choses a 17 ans qu'a 45 !! Un régal dans ces textes qui remettent les choses a leur place ( à l'époque de l'auteur) . Sur la science, sur la religion, sur la logique pure et simple, .. sur le caractère de l'être humain aussi. Et puis on peut parler de l'effet papillon (bon en beaucoup moins grand quand même), mais que nos actions, nos paroles ont des conséquences sur des personnes, sur des faits, sur la recherche du bonheur de soi ou d'autrui. En fait ce que j'aime par dessus tout chez Voltaire c'est son côté satirique Bien évidemment je ne suis pas entièrement d 'accord avec toutes les idées de l'auteur.. l'époque , les mœurs ont changé. Mais une chose est sûre c'est quand même que Voltaire c'était un sacré bonhomme, avec un franc parlé et puis avec d'autres philosophes des lumières... J'ai du lire ces textes quand j'étais en première, et comme ma fille doit elle aussi a son tour étudier Voltaire. J'en profite pour lui piquer le livre avant qu'elle ne doive le prendre en classe. Et franchement j'ai pris un plaisir fou a le relire.. et puis il faut avouer que l'on n'a pas la même vision des choses a 17 ans qu'a 45 !! Un régal dans ces textes qui remettent les choses a leur place ( à l'époque de l'auteur) . Sur la science, sur la religion, sur la logique pure et simple, .. sur le caractère de l'être humain aussi. Et puis on peut parler de l'effet papillon (bon en beaucoup moins grand quand même), mais que nos actions, nos paroles ont des conséquences sur des personnes, sur des faits, sur la recherche du bonheur de soi ou d'autrui. En fait ce que j'aime par dessus tout chez Voltaire c'est son côté satirique Bien évidemment je ne suis pas entièrement d 'accord avec toutes les idées de l'auteur.. l'époque , les mœurs ont changé. Mais une chose est sûre c'est quand même que Voltaire c'était un sacré bonhomme, avec un franc parlé et puis avec d'autres philosophes des lumières ils ont quand même ouverts les yeux de beaucoup.. et heureusement parce que sans eux je ne sais pas on l'on serait aujourd'hui… même si je déplore cruellement ce que devient notre monde …
              Lire la suite
              En lire moins
            12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
            Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !