Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782266225625
Code sériel : 12357
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Zadig - Micromégas

Jacques de GUILLEBON (Préface)
Date de parution : 06/12/2012
LES GRANDS TEXTES DU XVIIIe SIÈCLE

Paré de toutes les perfections humaines, le jeune, riche et vertueux Zadig s’apprête à épouser la plus belle des filles de Babylone. Mais « qu’il est difficile d’être heureux dans cette vie ! ». Sa fiancée le trahit, des canailles le traînent en justice, des...
LES GRANDS TEXTES DU XVIIIe SIÈCLE

Paré de toutes les perfections humaines, le jeune, riche et vertueux Zadig s’apprête à épouser la plus belle des filles de Babylone. Mais « qu’il est difficile d’être heureux dans cette vie ! ». Sa fiancée le trahit, des canailles le traînent en justice, des fanatiques religieux le menacent, un ange déguisé en ermite vient à son secours... La destinée et l’admirable malice de Voltaire ne lui feront pas de cadeau.
Ce sulfureux Zadig contient tout le génie et toute la philosophie de Voltaire, sa cruauté, son esprit, sa gaieté et sa haine de la sottise humaine.

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266225625
Code sériel : 12357
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Shaynning Posté le 2 Juin 2020
    Un livre lu en cours de littérature, qui amalgame l'action des romans et la philosophie de l'auteur. On apprécie facilement Zadig et je dois dire que ça fait du bien d'être ailleurs qu'en Europe, pour une fois. Un bon roman pour parfaire sa culture et nourrir son esprit.
  • PaulineDeysson Posté le 13 Mai 2020
    Conte philosophique publié en 1748, Zadig narre l’histoire d’un jeune homme intelligent et généreux à qui le destin réserve bien des surprises. À travers ce personnage éponyme dont le nom signifie « véridique » en arabe et « juste » en hébreu, Voltaire met en scène les malheurs des honnêtes personnes, dont la franchise fait des victimes aisées pour le vice omniprésent. Emprisonné à tort, favori du roi, esclave d’un peuple étranger, trompé par les femmes, Zadig apprendra à ses dépens que le chemin du bonheur, s’il est facile à trouver, est ardu à suivre. Situé dans un Orient fantasmé, le texte de Voltaire se veut aussi une satire sociale de la France des Lumières, des hypocrisies de Cour et des mensonges religieux. Zadig, protagoniste en tous points parfait, est l’archétype du héros : réfléchi, malin, non dénué d’une certaine candeur qui s’atténue avec le temps, il n’a d’autre désir que celui d’être heureux, et se plaint en toute légitimité du sort qui lui est sans cesse contraire. Abandonné après avoir défendu l’honneur de la femme qu’il aime, peu considéré par sa deuxième épouse, jalousé par son voisin, il a pour seul ami le discret Cador. Conseiller de rois crédules... Conte philosophique publié en 1748, Zadig narre l’histoire d’un jeune homme intelligent et généreux à qui le destin réserve bien des surprises. À travers ce personnage éponyme dont le nom signifie « véridique » en arabe et « juste » en hébreu, Voltaire met en scène les malheurs des honnêtes personnes, dont la franchise fait des victimes aisées pour le vice omniprésent. Emprisonné à tort, favori du roi, esclave d’un peuple étranger, trompé par les femmes, Zadig apprendra à ses dépens que le chemin du bonheur, s’il est facile à trouver, est ardu à suivre. Situé dans un Orient fantasmé, le texte de Voltaire se veut aussi une satire sociale de la France des Lumières, des hypocrisies de Cour et des mensonges religieux. Zadig, protagoniste en tous points parfait, est l’archétype du héros : réfléchi, malin, non dénué d’une certaine candeur qui s’atténue avec le temps, il n’a d’autre désir que celui d’être heureux, et se plaint en toute légitimité du sort qui lui est sans cesse contraire. Abandonné après avoir défendu l’honneur de la femme qu’il aime, peu considéré par sa deuxième épouse, jalousé par son voisin, il a pour seul ami le discret Cador. Conseiller de rois crédules qui donnent autant de crédit aux gentilshommes qu’aux beaux parleurs, Zadig subit leurs foudres versatiles et ne doit sa survie qu’à des miracles répétés. Mais le bonheur est-il autre chose qu’un miracle ? À la lecture de Zadig, il est permis d’en douter. Même l’envoyé de Dieu a une manière bien à lui de rendre la justice. En bon philosophe, Voltaire ne nomme aucun personnage au hasard : inspiré par Zoroastre, il donne ainsi au voisin envieux le nom du principe du mal et baptise la reine de Babylone Astarté, en hommage à la déesse mésopotamienne de l’amour et de la fertilité. Derrière l’amusement se cache comme toujours une parabole qui appelle à la réflexion… Mais la leçon n’est pas aussi dure pour Zadig que pour Candide. Le tremblement de terre de Lisbonne n’a pas encore eu lieu, et la foi de Voltaire en une justice immanente attendra 1755 pour voler en éclats. J’aime beaucoup ce récit léger, plein d’ironie et de sagacité sur les travers des puissants. Voltaire dénonce des défauts qui sont loin d’avoir disparu et dont il faut avoir soin de se garder, même inspiré des meilleurs intentions du monde !
    Lire la suite
    En lire moins
  • triple_l_de_mag Posté le 8 Avril 2020
    En 1ère (scientifique), j'avais beaucoup aimé le français qui était plutôt de la littérature française. Et j'ai eu envie de lire Zadig de Voltaire ainsi que Candide même si j'avais souvenir d'avoir plus apprécié Zadig. En cette période compliquée entre le coronavirus et divers soucis, et cette envie de lire des classiques, j'ai eu envie de me replonger dans ce conte philosophique dont je n'avais aucun souvenir de l'histoire. Il s'agit de petits épisodes très courts de la vie de Zadig avec une petite morale et/ou une critique de la société dans laquelle il vit. Après un coup d'oeil dans mes Lagarde et Michard, Voltaire "transpose dans Zadig ses mésaventures de courtisan". C'est intéressant de chercher les critiques qui ne sont pas vraiment masquées ! En tout cas, j'ai passé un bon moment. Ça fait réfléchir et on se dit que malgré les siècles, les petites morales sont toujours d'actualité. J'ai bien envie maintenant de relire Candide car je ne sais plus pourquoi je l'avais moins aimé !!
  • loul15 Posté le 26 Janvier 2020
    J'ai bien aimé le conte et son univers: l'Orient. C'est un livre plutôt intéressant. Les notes explicatives de cette édition sont très intéressantes aussi.
  • Univers_Imaginaire Posté le 21 Janvier 2020
    Encore une fois j'ai lu ce livre dans le cadre de l'université et pour avoir lu L'Ingénu, celui-ci est totalement différent. Il s'agit de l'histoire de Zadig qui subit les caprice de la Destinée alors que celui-ci veut simplement vivre heureux. Cela se passe dans une Arabie mythique, qui remonte presque au temps des premiers écrits, et cela m'a beaucoup fait voyager, que ce soit au niveau des coutumes, des paysages mais aussi à travers les nombreuses croyances évoquées tout au long du voyage de Zadig. La seule chose peut-être à redire, c'est l'arrivée de certains personnages qui n'est parfois pas très bien expliquée, ou alors qui ne sert que pour un moment précis mais qui ne sont pas ensuite réutiliser, comme dans l'Ingénu. Mais c'est une œuvre qui mêle voyage et quête de soi, et qui est à cheval entre un temps mythique et le temps du Moyen Âge avec les duels et les combats que Zadig rencontre lors de périple.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !