En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Zanzara

        12-21
        EAN : 9782823854855
        Code sériel : VIRT
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Zanzara

        Date de parution : 09/03/2017
        « Où qu’elle aille, la Mort laisse des traces de son passage. »
        Fred, 28 ans, est journaliste. Membre d’une team de jeunes pigistes web, il rêve de gloire et de signer un article papier qui fera date.
         
        La nuit venue, Fred mène une double, voire une triple vie. Avant tout, il aime une femme mariée. Une liaison passionnelle, mais sans espoir. Ensuite, il...
        Fred, 28 ans, est journaliste. Membre d’une team de jeunes pigistes web, il rêve de gloire et de signer un article papier qui fera date.
         
        La nuit venue, Fred mène une double, voire une triple vie. Avant tout, il aime une femme mariée. Une liaison passionnelle, mais sans espoir. Ensuite, il aime le risque, les paris et l’adrénaline. Fred se sent vivre quand il flirte avec les limites.
        Ces savants cloisonnements vont voler en éclats le jour où il reçoit un coup de fil à la rédaction. Rendez-vous lui est donné le lendemain pour recueillir des révélations fracassantes.

        Arrivé sur les lieux, Fred va faire une rencontre qui le poussera à enquêter sur un fait divers apparemment anodin. Son obstination va provoquer une réaction en chaîne, jusqu’au final, inattendu et époustouflant.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782823854855
        Code sériel : VIRT
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        12-21
        13.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • UnKaPart Posté le 20 Février 2018
          Zanzara, roman noir, thriller politique, polar, étude de caractère, un peu de tout, de tout un peu. Ce bouquin raconte avant tout l'histoire de Fred. Comme le Port-Salut, c'est marqué dessus : zanzara, moustique en italien, est le surnom dudit Fred. Le Fredo, on le découvre en plein tour sur le bolide. Mario Bros, la moustache en moins, il appuie sur le champignon. A fond les manettes sur le périph' bruxellois. A contresens, parce que sinon c'est pas drôle. Le type que tu vois d'emblée comme une tête brûlée échappée de Jackass, un m'as-tu-vu / inconscient / débile / superficiel / en quête de son quart d'heure de gloire (entourez la bonne réponse ; plusieurs choix possibles). Il mène une existence survoltée qu'a l'air remplie de loin, palpitante et creuse comme une flûte à bec quand tu mets le nez dedans. Fred n'a pas de vie à lui. Hyperconnecté à tout donc à rien. Son boulot de pigiste consiste à compiler le taf des autres, les journalistes de terrain. Il se tape Camille, la femme d'un autre (et comme telle disqualifiée pour le titre de Camille honnête). Les défis qu'il relève lui sont proposés par un tiers. Que d'autres, que d'autres, comme dirait l'autre. Reconnaissons... Zanzara, roman noir, thriller politique, polar, étude de caractère, un peu de tout, de tout un peu. Ce bouquin raconte avant tout l'histoire de Fred. Comme le Port-Salut, c'est marqué dessus : zanzara, moustique en italien, est le surnom dudit Fred. Le Fredo, on le découvre en plein tour sur le bolide. Mario Bros, la moustache en moins, il appuie sur le champignon. A fond les manettes sur le périph' bruxellois. A contresens, parce que sinon c'est pas drôle. Le type que tu vois d'emblée comme une tête brûlée échappée de Jackass, un m'as-tu-vu / inconscient / débile / superficiel / en quête de son quart d'heure de gloire (entourez la bonne réponse ; plusieurs choix possibles). Il mène une existence survoltée qu'a l'air remplie de loin, palpitante et creuse comme une flûte à bec quand tu mets le nez dedans. Fred n'a pas de vie à lui. Hyperconnecté à tout donc à rien. Son boulot de pigiste consiste à compiler le taf des autres, les journalistes de terrain. Il se tape Camille, la femme d'un autre (et comme telle disqualifiée pour le titre de Camille honnête). Les défis qu'il relève lui sont proposés par un tiers. Que d'autres, que d'autres, comme dirait l'autre. Reconnaissons au bonhomme un panache certain (un comble dans la patrie de la bière…). On n'en dira pas autant de ses choix vestimentaires. Genre de James Dean bariolé aux les fringues improbables. Fred a tout de l'antihéros sorti de Fast and Furious 15. A un détail près : Zanzara pèse 300 pages quand la saga ronflante tient sur un timbre poste plié en seize. Le Fred ne vient pas de nulle part pour mieux y retourner en attendant l'opus suivant. Il a un passé qui fait que. le colonel Moutarde a tué ses parents avec le marteau en mousse dans la bibliothèque rose. Je déconne… Ou pas... Bref, lis le bouquin, Colize te racontera, c'est son boulot, pas le mien. Et il fait ça très bien ! Fred, tu vas apprendre à le connaître, tu finiras par le comprendre, l'aimer même, lui souhaiter mieux qu'un citius, altius, fortius suicidaire. C'est ça, Zanzara, une tranche de Fred. Ok, il y a une enquête en plus, mais quand tu regardes de près, elle sert surtout à raconter Fred. L'assiette sur laquelle repose la tranche. Les liens humains forment le coeur de Zanzara. Liens dans tous les sens du terme, ils connectent, nourrissent ou entravent. le thème de la famille – de sang (Fred et ses parents, Greg, Raf et son paternel, Natasha…) ou d'adoption (Camille, la team des cyberpigistes) – est omniprésent, ça n'étonnera personne. On peut tisser du lien social comme on déviderait une bobine, ou juxtaposer les tableaux d'une galerie de personnages chacun dans son petit cadre sans vie. Colize, lui, insuffle de l'émotion. de la vraie, sans artifices, facilités, pathos à deux ronds. Comment ? D'après mes sources, il a bossé ses personnages (mille mercis, Jacques de la Palice !) et leurs relations (thanks, Captain Obvious!). Colize a aussi abandonné les dernières fantaisies d'auteur pour revenir au verbe nu, un virage amorcé dans Concerto pour 4 mains, très épuré dans le phrasé. Le Paulo n'a jamais été adepte du style tapageur, des figures acrobatiques ou de l'esbroufe qui fait passer les auteurs pour des magiciens des mots. Pas de show à la Vegas, lui a toujours été le sorcier discret. Avec Zanzara, il repousse les limites, comme son allumé de Fred. Fini de reprendre la dernière phrase d'un chapitre pour la coller en titre, terminé le jeu sur deux ou trois trames narratives bien délimitées et autant de points de vue. Les mots nus, l'émotion, la base. “Dans les Ecritures, il est écrit : “Au commencement était le Verbe.” Non ! Au commencement était l'émotion. le Verbe est venu ensuite pour remplacer l'émotion.” Céline dixit. Colize fecit. A quelques inserts près, tout le roman passe par les yeux de Fred… qui s'offre pas mal de plongées dans la mémoire et se voit dans le regard des autres. Façon habile de fusionner la construction multiple, les temporalités et points de vue. Dans chaque phrase, les mots nécessaires, pas un de plus, pas un de moins. Les bons, ceux qui touchent, dans un style simple mais pas simpliste – le plus difficile à maîtriser. Aucune fausse note. Colize fait du Colize sans refaire du Colize. Pour te le situer sur une carte, imagine une cité franche entre la république du “c'est toujours pareil” et le royaume de “c'était mieux avant”, une zone que beaucoup cherchent sans jamais la trouver. Lui, c'est le bourgmestre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • domisylzen Posté le 18 Décembre 2017
          C'est écrit avec une simplicité remarquable mais diable que c'est efficace. Ce polar s'avale tout cru, tout rond. Les chapitres, très courts s'enchainent à la vitesse de la lumière, aucun temps mort tout est dans l'action. Frédéric Peeters, une petite trentaine, travaille comme journaliste web au quotidien belge "le soir". En dehors de son boulot c'est un véritable casse-cou toujours prêt à parier pour réaliser des trucs énormes, genre prendre l'autoroute à contre-sens ou se faire tirer le portrait avec le lion du zoo du coin. Côté nana là aussi il est dans l'action, merci pour lui. Un soir il reçoit un coup de téléphone d'un certain Régis Bernier lui déclarant qu'il a des révélations exceptionnelles à faire. Le lendemain matin il se rend au fond du fond des Ardennes belges et découvre un Bernier plus raide que la justice : suicidé jusqu'au bout des oreilles conclu la police. Problème : il est mort depuis 4 jours, son ordi a disparu, et le pétard est sous le bureau bien loin du soi-disant suicidé. Fred qui rêve d'une grande enquête y voit l'occasion de se lancer. Les phrases très courtes y sont percutantes : sujet, verbe complément, sujet, verbe complément … La cavalerie est lâchée,... C'est écrit avec une simplicité remarquable mais diable que c'est efficace. Ce polar s'avale tout cru, tout rond. Les chapitres, très courts s'enchainent à la vitesse de la lumière, aucun temps mort tout est dans l'action. Frédéric Peeters, une petite trentaine, travaille comme journaliste web au quotidien belge "le soir". En dehors de son boulot c'est un véritable casse-cou toujours prêt à parier pour réaliser des trucs énormes, genre prendre l'autoroute à contre-sens ou se faire tirer le portrait avec le lion du zoo du coin. Côté nana là aussi il est dans l'action, merci pour lui. Un soir il reçoit un coup de téléphone d'un certain Régis Bernier lui déclarant qu'il a des révélations exceptionnelles à faire. Le lendemain matin il se rend au fond du fond des Ardennes belges et découvre un Bernier plus raide que la justice : suicidé jusqu'au bout des oreilles conclu la police. Problème : il est mort depuis 4 jours, son ordi a disparu, et le pétard est sous le bureau bien loin du soi-disant suicidé. Fred qui rêve d'une grande enquête y voit l'occasion de se lancer. Les phrases très courtes y sont percutantes : sujet, verbe complément, sujet, verbe complément … La cavalerie est lâchée, le style colle parfaitement à l'âge et au style des personnages et le rythme est incessant. L'intrigue est quant à elle fort simplette mais l'auteur meuble tellement bien cette enquête que c'est un véritable nectar que de le lire.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lousine Posté le 26 Octobre 2017
          Sur le chemin de la célébrité journalistique Zanzara est le 2e roman de Paul Colize à paraître chez Fleuves Editions. L’Histoire se déroule à la mi-juin 2015 à Bruxelles. Le protagoniste, Frédéric Peeters, est pigiste web dans l’équipe de l’édition en ligne du journal Le Soir. Il a le profil type du geek avec tous ses gadgets et outils (iPad, iPhone…) mais il rêve de gloire et veut écrire l’article papier qui la lui apportera. Lors d’un soir normal où il travaille avec son équipe, il reçoit un appel d’un inconnu voulant lui donner des informations. Mais celui-ci ne veut les lui livrer par téléphone et il ne peut se déplacer jusqu’à Bruxelles car il se dit menacé par ceux voulant que l’affaire en question n’éclate pas au grand jour. Il donne donc rendez-vous à Fred le lendemain. Fred, casse-cou invétéré aimant flirter avec les limites, n’hésite pas une seconde et se retrouve ainsi embarqué dans une aventure pleine de rebondissements. Paul Colize apporte suspens et rebondissements à son livre en faisant vivre de nombreuses péripéties à son jeune protagoniste.
        • Cassy Posté le 20 Octobre 2017
          Paul Colize ou l’auteur belge dont les romans me faisaient furieusement de l’œil ! J’ai choisi de le découvrir avec Zanzara et je suis satisfaite du voyage ! Fred est pigiste pour un célèbre journal belge. La nuit, il devient un autre homme, Zanzara, celui qui se met en danger en prenant des paris insensés. Il a soif de vitesse et d’adrénaline. Et cette vitesse, nous la ressentons pleinement dans ce récit, nerveux à souhait ! Fred-le-journaliste va recevoir un drôle d’appel qui va le conduire à une scène de meurtre, visiblement maquillée en suicide. Fidèle à lui-même, notre Zanzara veut faire lumière sur cette affaire, mais cela ne sera pas sans conséquences… Zanzara est un roman très plaisant mettant en scène un personnage qui dérange et fascine. L’enquête en elle-même n’est pas riche en rebondissements mais je l’ai appréciée car j’ai trouvé le thème unique et réaliste. Je n’en dirai pas plus, je ne tiens pas à vous gâcher le suspense ! Pour conclure, un thriller original avec un style propre à lui. Je me plongerai avec plaisir dans d’autres romans de l’auteur !
        • redmary Posté le 1 Octobre 2017
          Une réussite ! Comme tous les précédents romans de l'auteur, une véritable plongée en apnée le temps de la lecture de ce livre. Vous êtes prévenu(e), prévoyez quelques heures devant vous car la lecture est addictive. On suit ici quelques semaines de la vie d'un journaliste, embarqué malgré lui dans une histoire certainement aussi risquée que celles qu'il vit volontairement certains soirs.... Je ne peux en dire plus au risque de spoiler les nombreux éléments qui seront révélés en cours d'histoire. On est ici dans du vrai polar, c'est à dire une enquête, une exposition sans filtre de la vraie vie, une intrigue bien ficelée, une écriture superbe et addictive mais pas dans du thriller et...ca fait du bien, ca change, on est plongé dans une atmosphère noire mais pas glauque, prenante mais pas sanglante...comme seuls les bons polars parviennent à le faire. Encore un roman aboutis et réussi pour Monsieur Colize!!!
        12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
        Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com