Lisez! icon: Search engine
Dune* - Livre premier et livre second
Michel Demuth (traduit par)
Date de parution : 11/04/2019
Éditeurs :
Lizzie

Dune* - Livre premier et livre second

Michel Demuth (traduit par)
Date de parution : 11/04/2019
Le chef d'oeuvre de Frank Herbert enfin en livre audio !

Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du...

Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite.
Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des...

Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite.
Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et changera le cours de l'Histoire.
Cependant les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique : elles veulent créer un homme qui réunira tous les dons latents de l'espèce. Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l'Empire ?

Ce titre contient le livre premier, Dune et le livre second, Muad'Dib.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036603389
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 1080 min
Lizzie
EAN : 9791036603389
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 1080 min

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Zoeprendlaplume 28/03/2024
    Dune, c'était pour moi un mur infranchissable, un cycle ardu, aride, au terme duquel on ne parvenait que grâce à un déploiement incroyable d'efforts, pendant lesquels on perdait des litres de sang, de larmes et de sueur. Oui, je sais, c'est stupide, un a priori. Parce que bien évidemment, vous vous en doute vu la note que j'ai mise, ça n'a pas été le cas. Enfin, si vous me connaissez, vous pourriez vous dire que l'un n'empêche pas l'autre, vu la note que j'ai mise pour Neuromancien alors que la lecture a été une lutte de chaque instant. Mais Dune, non : Dune est passé comme une lettre à la poste. Et je l'ai déjà relu une fois (j'en suis à la 2e relecture). C’est ici le premier point important à retenir. Si vous hésitez à lire Dune parce que vous craignez un texte difficile, poussiéreux et sec, ôtez-vous cela de la tête. En effet, le cycle s’aborde très facilement : la prose est fluide, captivante. Le texte est d’une incroyable fraîcheur et très actuel. Ca se lit facilement, sans accroc, sans vocabulaire particulièrement compliqué, ni concept ardu à assimiler. Alors certes, tout n’est pas expliqué tout de suite, et il y a beaucoup d’acteurs et de personnages. Le roman se concentre sur une petite partie de la galaxie qui semble immense, et on a parfois l’impression de nager dans un océan, laissant dans l’ombre beaucoup d’aspects. Mais ces zones d’ombre n’entravent pas la compréhension du texte ni des enjeux du roman. Au contraire, l’introduction de chaque chapitre par un petit chapeau provenant de textes fondateurs propres au roman apporte du contexte et un regard a posteriori intéressant. De la même façon, le glossaire en fin de roman et les appendices apportent des éclairages fort bienvenus. Comme avec Neuromancien, je me suis rendu compte à quel point Dune était à la source de beaucoup de textes… Avec comme souvent, un paquet de choses intéressantes, passionnantes, complexes… qui étrangement s'évaporent d'adaptation en adaptation, d'inspiration en inspiration. Autant dire que j'ai eu de quoi me mettre sous la dent avec ces 900 pages où chaque mot a son poids, son sens, son utilité. Ce premier tome est un tome d'introduction : on pénètre dans ce système interplanétaire à petits pas, sans en savoir tout tout de suite. On en découvre son système politique, sa diplomatie, son réseaux d'acteurs et d'organisations tous liés ensemble… avec au centre le fameux Mélange qui régit tout. Déjà, bien capter tout ça prend un peu de temps, et j'ai compris des choses à la relecture. C'a déjà été dit et redit : Dune pourrait se lire comme un manifeste écologique visionnaire, mais aussi un discours sur la politique : ses rapports avec la religion, le pouvoir, la liberté d'entreprendre des réformes, la mise en place de lois et de cadres étatiques, la différence entre "le bon tyran et le mauvais tyran" etc. Derrière cela, il y a également tout une série de réflexions sur le rapport entre l'Homme et la machine, la manipulation génétique pour des visées eugénistes etc. Je ne vais pas développer davantage tout ça ici, j'en parle un peu dans ma chronique mais comme d'autres spécialistes ont déjà abordé tout cela bien plus brillamment, pas la peine d'en remettre une couche médiocre. Ce que j'ai surtout envie de souligner, c'est la métamorphose de Paul Atréides. La métamorphose, c'est un sujet que j'aime beaucoup voir exploité. Et ici, c'est absolument remarquable. La mutation, étape par étape, de Paul tout au long de ce roman est fabuleuse et captivante. Evidemment, elle est liée à tous les sujets que j'ai évoqués plus haut, et qui en font une métamorphose complexe, difficile, lente, laborieuse. Lire ses états d'âme, ses questionnements, ses craintes, son refus d'avancer mais son impossibilité de reculer, pour y aller quand même malgré lui, et constater horrifié où il en est… Pour moi, on n'est pas du tout dans une quête initiatique d'un héros : il n'y a pas de héros, il n'y a pas de quête, et il n'y a rien d'initiatique. On est dans tout l'inverse et c'est bien plus passionnant. Chaque page dézingue Paul, en toute majesté, malgré tout : ça reste beau, ça reste grand, ça reste incroyablement puissant. Anakin Skywalker, à côté, il peut se rhabiller. Fait pas le poids. Bref, vous aurez compris que j'ai été conquise : par tout ce que Dune offre à lire, ses réflexions, son worldbuilding, son souffle épique, son côté aventures, sa facilité d'accès. pour moi, c'est un bouquin complet. Pour avoir lu les tomes suivants jusqu'au 4, Dune et Le Messie restent mes favoris, de loin. Bon, il faudra que je relise les 3 et 4 parce qu'on n'est plus du tout sur le même style ni le même registre, ils sont aussi puissants mais différemment; malgré tout, je trouve que Dune tout seul (même sans Le Messie, d'ailleurs, franchement génial mais était-il absolument nécessaire aussi ?) est un sommet inégalé. Peut-être que je changerai d'avis quand j'aurai relu le reste, ou dans 20 ans. Dune, c'était pour moi un mur infranchissable, un cycle ardu, aride, au terme duquel on ne parvenait que grâce à un déploiement incroyable d'efforts, pendant lesquels on perdait des litres de sang, de larmes et de sueur. Oui, je sais, c'est stupide, un a priori. Parce que bien évidemment, vous vous en doute vu la note que j'ai mise, ça n'a pas été le cas. Enfin, si vous me connaissez, vous pourriez vous dire que l'un n'empêche pas l'autre, vu la note que j'ai mise pour Neuromancien alors que la lecture a été une lutte de chaque instant. Mais Dune, non : Dune est passé comme une lettre à la poste. Et je l'ai déjà relu une fois (j'en suis à la 2e relecture). C’est ici le premier point important à retenir. Si vous hésitez à lire Dune parce que vous craignez un texte difficile, poussiéreux et sec, ôtez-vous cela de la tête. En effet, le cycle s’aborde très facilement : la prose est fluide, captivante. Le texte est d’une incroyable fraîcheur et très actuel. Ca se lit facilement, sans accroc, sans vocabulaire particulièrement compliqué, ni concept ardu à assimiler. Alors certes, tout n’est pas expliqué tout de suite, et il y a...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Zoeprendlaplume 28/03/2024
    Adoré également Le Messie, même si. J'ai lu pas mal de choses qui ont évoqué, parlé, étudié… ce cycle; et donc j'ai su l'une des raisons de l'écriture de ce tome. Le Messie détruit davantage la figure (pas) héroïque (du tout) de Paul. Tome beaucoup plus petit, qui pourrait être considéré comme une transition dans le cycle : la fin d'une époque, vers le début d'une autre. Mais aussi une transition dans le style et l'angle d'attaque. En effet, je trouve que ce volume est un tome pivot. La fin de Paul Atréides comme on le connait, 12 ans après les événements de Dune. Une époque qui a déjà changé. Et puis une amorce d'un virage narratif : Le messie commence déjà à évacuer le côté aventures et souffle épique pour entrer dans quelque chose de plus réflexif (qui caractérise selon moi les deux tomes suivants). Et enfin, l'annonce d'autres temps, d'autres personnages qui grandissent. On est là sur la croisée des chemins, d'ailleurs le chemin, le sentier… ont tout leur sens dans ce tome. J'ai adoré ce tome, mais je me suis demandé, quand même, s'il était nécessaire. Oui, évidemment, pour les raisons que j'ai citées au-dessus et bien d'autres, comme son dialogue permanent avec L'empereur-Dieu : les deux tomes se répondent assez génialement. Bon, mais au-delà de ça, j'ai adoré ce tome. Qu'il m'a fallu relire une fois avant de bien le saisir (parce que plus réflexif etc. etc.). Pourquoi je l'ai adoré ? Pour la même raison que j'ai adoré Dune : encore cette histoire de métamorphose du personnage de Paul. Notre bonhomme a muté, ça y est, et alors là il passe tout le tome à hésiter entre dit et non-dit, pensée et dialogue, passé et avenir, décision et inaction, j'y vais-j-y vais pas… Génial. Là-dessus, le voilà avec une surcouche de Dieu sur le dos, et on se demande si le bonhomme est encore humain ou pas… Excellente manière alors de nous offrir des réflexions là encore passionnantes sur l'organisation religieuse d'un Etat, le fanatisme des individus, etc. religion, pouvoir, liberté d'action : toujours au cœur du récit, plus que jamais. Et c'est à la relecture (après L'Empereur-Dieu) pour écrire cette chronique que je me suis rendu compte de leur connexion, à ces deux tomes. Ils sont construits en miroir, se répondent, se complètent. bref, je n'ai pas fini de relire ces bouquins, vous l'avez compris ! Adoré également Le Messie, même si. J'ai lu pas mal de choses qui ont évoqué, parlé, étudié… ce cycle; et donc j'ai su l'une des raisons de l'écriture de ce tome. Le Messie détruit davantage la figure (pas) héroïque (du tout) de Paul. Tome beaucoup plus petit, qui pourrait être considéré comme une transition dans le cycle : la fin d'une époque, vers le début d'une autre. Mais aussi une transition dans le style et l'angle d'attaque. En effet, je trouve que ce volume est un tome pivot. La fin de Paul Atréides comme on le connait, 12 ans après les événements de Dune. Une époque qui a déjà changé. Et puis une amorce d'un virage narratif : Le messie commence déjà à évacuer le côté aventures et souffle épique pour entrer dans quelque chose de plus réflexif (qui caractérise selon moi les deux tomes suivants). Et enfin, l'annonce d'autres temps, d'autres personnages qui grandissent. On est là sur la croisée des chemins, d'ailleurs le chemin, le sentier… ont tout leur sens dans ce tome. J'ai adoré ce tome, mais je me suis demandé, quand même, s'il était nécessaire. Oui, évidemment, pour les raisons que j'ai citées au-dessus et bien d'autres, comme son...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jeannot45 26/03/2024
    Deuxième volume de la saga fleuve : Dune. Dans l’opus précédent nous avons assisté à la guerre que se sont livrée les deux grandes familles : les Atreides et les Harkonnen. Paul, fils de Leto Atreides, possède des facultés hors du commun. Il remporte cette guerre avec l’aide des Fremen, peuple autochtone vivant dans le désert abrités dans les grottes. Dans ce second tome, douze ans se sont écoulés. Paul, devenu Empereur, impose un despotisme religieux à ses sujets dans tout l’univers. Il n’a toujours pas d’héritier. Une conspiration s’organise. Le souverain accepte de faire un enfant avec Chani, sa concubine, mais pas avec Irulan, son épouse officielle qui est sous l’emprise de la Bene Gesserit. Lors d’une réception, la conspiration offre à l’Empereur un ghola à l’effigie de Duncan Idaho - ami et formateur de Paul. Cet humanoïde est programmé pour l’assassiner. La conspiration réussira-t-elle son objectif… Dans ces pages relativement peu d’actions sauf sur la fin. J’ai ressenti un faux rythme dans ces lignes. Beaucoup de descriptions et de réflexions qui m’ont parfois perdues. Je vais paraphraser une réplique du film d’Amadeus lorsque l’Empereur François-Joseph fait une remarque à Mozart : « C’était très bien Monsieur Mozart mais il y avait trop de notes… Oui, c’est ça, trop de notes. » Je dirai donc : Il y a peut-être un peu trop de mots !!!… #x1f914 Après la lecture du premier livre, que j’ai vécue comme un page-turner, je reste sur ma faim avec celui-ci. Que me réserve le livre 3 ?Deuxième volume de la saga fleuve : Dune. Dans l’opus précédent nous avons assisté à la guerre que se sont livrée les deux grandes familles : les Atreides et les Harkonnen. Paul, fils de Leto Atreides, possède des facultés hors du commun. Il remporte cette guerre avec l’aide des Fremen, peuple autochtone vivant dans le désert abrités dans les grottes. Dans ce second tome, douze ans se sont écoulés. Paul, devenu Empereur, impose un despotisme religieux à ses sujets dans tout l’univers. Il n’a toujours pas d’héritier. Une conspiration s’organise. Le souverain accepte de faire un enfant avec Chani, sa concubine, mais pas avec Irulan, son épouse officielle qui est sous l’emprise de la Bene Gesserit. Lors d’une réception, la conspiration offre à l’Empereur un ghola à l’effigie de Duncan Idaho - ami et formateur de Paul. Cet humanoïde est programmé pour l’assassiner. La conspiration réussira-t-elle son objectif… Dans ces pages relativement peu d’actions sauf sur la fin. J’ai ressenti un faux rythme dans ces lignes. Beaucoup de descriptions et de réflexions qui m’ont parfois perdues. Je vais paraphraser une réplique du film d’Amadeus lorsque l’Empereur François-Joseph fait une remarque à Mozart : « C’était très bien Monsieur Mozart mais il y avait trop de notes… Oui, c’est ça,...
    Lire la suite
    En lire moins
  • loktis 25/03/2024
    Dans « Dune », Frank Herbert surprend avec un style étonnamment moderne pour les années 60. Les personnages, bien qu’un peu trop loquaces à mon goût, son fascinant dans leur construction et ce qu’ils racontent dans le récit m’a beaucoup fait penser à la Roue du Temps, ma série littéraire préférée du moment. Cependant, les dialogues alourdissent vraiment trop l’histoire, surtout pour ceux comme moi qui connaissaient déjà la fin de l’histoire (qui est très semblable aux dernières adaptations cinématographiques en date). Malgré cela, "Dune" reste un chef-d'œuvre intemporel en 2024, alors je ne peux qu’imaginer son impact sur les lecteurs de 1965. Herbert guide habilement les lecteurs à travers son intrigue complexe, sans les sous-estimer. Cependant, certains passages, bien que bien écrits, peuvent sembler confus à une lecture attentive. Univers : 8/10 Personnage : 6/10 Ecriture : 7/10 Rythme : 6/10 Emotion : 5/10 Style : 7/10 Action : 6/10
  • KarineLac 24/03/2024
    D’habitude, je lis toujours le bouquin avant d’aller voir une adaptation cinématographique. Mais là, j’ai eu très envie de découvrir cet univers réadapté au ciné ( je n’avais pas vu la version originale). Je suis donc allée voir le 1 puis le 2 à un jour d’intervalle. Et je me suis vraiment laissée emporter… complètement. Par l’histoire, les décors, les couleurs, les différentes communautés. J’ai commandé le tome 1 dès la sortie du cinéma ( qui reprend donc ces 2 premiers films). D’abord j’ai été surprise par le style d’écriture. Mon fils m’explique que c’étaient auparavant des nouvelles et non pas un roman. En effet, les chapitres se succèdent avec beaucoup de dialogues entre les différentes protagonistes. Il y a même leurs pensées qui s’y intercalent. Mais petit à petit, on s’accommode de cette façon de raconter et pareil que pour les films, je me suis laissée envoûter. À fond avec les Fremen, intriguée par les Bene Gesserit, intéressée par les tactiques politiques, empathique avec Paul, suspicieuse avec Jessica, enthousiasmée par la richesse de cet autre monde qui résonne tellement avec notre actualité ( l’écologie et le manque d’eau, la religion et les prophètes qui portent une parole de conquête … ) Une chose est sûre : j’ai envie de poursuivre les aventures sur Dune. D’habitude, je lis toujours le bouquin avant d’aller voir une adaptation cinématographique. Mais là, j’ai eu très envie de découvrir cet univers réadapté au ciné ( je n’avais pas vu la version originale). Je suis donc allée voir le 1 puis le 2 à un jour d’intervalle. Et je me suis vraiment laissée emporter… complètement. Par l’histoire, les décors, les couleurs, les différentes communautés. J’ai commandé le tome 1 dès la sortie du cinéma ( qui reprend donc ces 2 premiers films). D’abord j’ai été surprise par le style d’écriture. Mon fils m’explique que c’étaient auparavant des nouvelles et non pas un roman. En effet, les chapitres se succèdent avec beaucoup de dialogues entre les différentes protagonistes. Il y a même leurs pensées qui s’y intercalent. Mais petit à petit, on s’accommode de cette façon de raconter et pareil que pour les films, je me suis laissée envoûter. À fond avec les Fremen, intriguée par les Bene Gesserit, intéressée par les tactiques politiques, empathique avec Paul, suspicieuse avec Jessica, enthousiasmée par la richesse de cet autre monde qui résonne tellement avec notre actualité ( l’écologie et le manque d’eau, la religion et les prophètes qui portent une parole de conquête...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Lizzie, pour que vos livres s'écoutent aussi !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Dans les médias
    Lisez

    Dune, du livre au film

    Plongez-vous dans un monde de science-fiction épique alors que nous explorons les frappantes similitudes entre le film Dune et les livres qui l'ont inspiré. Adapté du roman acclamé de Frank Herbert, le film Dune suscite un grand engouement parmi les fans de science-fiction et les adeptes des livres. Ce récit captivant se déroule dans un futur lointain où les forces politiques et les rivalités interstellaires s'entremêlent. Installez-vous confortablement, car nous vous emmenons dans un voyage captivant à travers l'univers de Dune, où la politique, la religion et les mystères interstellaires se rejoignent pour créer une histoire inoubliable. 

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    50 romans incontournables à offrir ce Noël

    Des romans primés, des thrillers entêtants, des auteurs stars, des étoiles montantes, des héros inoubliables... Dans notre hotte, il y a des histoires pour tous les goûts et toutes les envies. Découvrez vite notre sélection de 50 romans incontournables à offrir ce Noël.

    Lire l'article