Lisez! icon: Search engine
Lizzie
EAN : 9791036605093
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 91 min

La plus précieuse des marchandises

Date de parution : 22/08/2019
« Avec ce miracle de beauté, de force et de simplicité, Jean-Claude Grumberg nous offre un classique instantané. » 
Le Canard enchaîné
"Il était une fois, dans un grand bois, une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron.
Non non non non, rassurez-vous, ce n’est pas Le Petit Poucet ! Pas du tout. Moi-même, tout comme vous, je déteste cette histoire ridicule. Où et quand a-t-on vu des parents abandonner leurs enfants faute de pouvoir les...
"Il était une fois, dans un grand bois, une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron.
Non non non non, rassurez-vous, ce n’est pas Le Petit Poucet ! Pas du tout. Moi-même, tout comme vous, je déteste cette histoire ridicule. Où et quand a-t-on vu des parents abandonner leurs enfants faute de pouvoir les nourrir ? Allons...
Dans ce grand bois donc, régnaient grande faim et grand froid. Surtout en hiver. En été une chaleur accablante s’abattait sur ce bois et chassait le grand froid. La faim, elle, par contre, était constante, surtout en ces temps où sévissait, autour de ce bois, la guerre mondiale.
La guerre mondiale, oui oui oui oui oui."
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036605093
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 91 min
Lizzie

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lilinonololo Posté le 14 Juin 2021
    Rien, rien n'est vrai Privée de liberté Privé d'amour Privée d'ascension sociale et professionnelle Parfois, l'histoire on préfère ne pas savoir La cruauté n'a qu'un pas C'est un conte Ou peut être pas Merci M Grumberg Oui l'amour est la seule chose qui mérite d'exister Et si, malheureusement, tout est vrai L'histoire est bien là et restera marqué à tout jamais
  • angelcalvin36 Posté le 8 Juin 2021
    À lire : parce ce que la vie d’un être humain quel qu’il soit ne devrait pas dépendre de la volonté d’un autre. Parce qu’un enfant mérite l’amour et le respect inconditionnels de tous les adultes. Parce qu’il ne faut pas oublier les horreurs commises. Parce qu’il faut croire aux contes de fées, ne jamais cesser d’y croire. Parce qu’il est de notre devoir de faire savoir à nos enfants que la vie heureuse qu’ils mènent est un droit mais également un privilège. Parce que Rose est un si doux prénom. Parce que la vie est belle malgré tout et que nous nous devons d’en profiter chaque jour.
  • Papou64 Posté le 8 Mai 2021
    Ce conte est beau et fort comme les choses simples. L’’amour est la seule chose vraie en ce monde, et ceux qui s’en éloignent s’éloignent de leur humanité. Sous une apparente naïveté, l’indicible se devine. Le ton est léger, le contenu des plus sombres. Je l'ai déjà lu deux fois, j'y reviendrai encore.
  • hmurgia Posté le 7 Mai 2021
    Il était une fois...de pauvres bûcheron et bûcheronne polonais qui voient passer chaque jour un train de marchandises...et Dinah, son mari et leurs jumeaux, famille juive déportée depuis Drancy , qui passe dans un de ces trains sous les yeux de pauvre bûcheronne. Le mari de Dinah qui, comprenant qu’aucun d’entre eux ne reviendra, jette par la fenêtre du wagon l’un des jumeaux, la plus précieuse des marchandises que pouvait ramasser pauvre bûcheronne, qui l’élève avec l’aide du lait d’une chèvre. Rien n’est vrai dans ce conte sinon l’amour, qui rend l’espoir possible et fait tenir malgré l’horreur. Un conte indispensable, à faire lire aux élèves de 3e et après.
  • Jardinssecrets Posté le 5 Mai 2021
    Bonjour à toutes et à tous, Les contes de fées se caractérisent généralement par trois éléments : - Ils racontent des événements imaginaires, voire merveilleux, - Ils sont destinés à divertir et, en fin de compte, à transmettre une moralité. - Ils sont l'expression de la tradition orale. Bien qu'à l'origine "folkloriques" et oraux, ils font désormais partie de la littérature savante, ce qui a conféré aux "contes de fées" un statut noble. Cependant, dans ce modeste récit d'une centaine de pages, Jean-Claude Grumberg retient quelques motifs structurels. La foi et la bonté inébranlable de certains personnages, mais aussi la cruauté et le sadisme d'autres. Telle est la nature de ce "petit" bijou. Des fées, dans le monde ici restitué, il n’y en a pas, il n’y en a plus… Dans une grande forêt vivent pauvre bûcheron et pauvre bûcheronne en mal d'enfant. À proximité de chez eux se trouve une ligne de chemins de fer. Des trains passent régulièrement, trop régulièrement… Tout autour, c’est la guerre… J'ai été soufflé littéralement par cette histoire terrible, vécue au plus près de ce qu'on nommera plus tard l'Holocauste. J'ai apprécié les rebondissements de ce conte en dehors des sentiers battus, ils sont par bien des aspects surprenants et... Bonjour à toutes et à tous, Les contes de fées se caractérisent généralement par trois éléments : - Ils racontent des événements imaginaires, voire merveilleux, - Ils sont destinés à divertir et, en fin de compte, à transmettre une moralité. - Ils sont l'expression de la tradition orale. Bien qu'à l'origine "folkloriques" et oraux, ils font désormais partie de la littérature savante, ce qui a conféré aux "contes de fées" un statut noble. Cependant, dans ce modeste récit d'une centaine de pages, Jean-Claude Grumberg retient quelques motifs structurels. La foi et la bonté inébranlable de certains personnages, mais aussi la cruauté et le sadisme d'autres. Telle est la nature de ce "petit" bijou. Des fées, dans le monde ici restitué, il n’y en a pas, il n’y en a plus… Dans une grande forêt vivent pauvre bûcheron et pauvre bûcheronne en mal d'enfant. À proximité de chez eux se trouve une ligne de chemins de fer. Des trains passent régulièrement, trop régulièrement… Tout autour, c’est la guerre… J'ai été soufflé littéralement par cette histoire terrible, vécue au plus près de ce qu'on nommera plus tard l'Holocauste. J'ai apprécié les rebondissements de ce conte en dehors des sentiers battus, ils sont par bien des aspects surprenants et donnaient à réfléchir. J’avais oublié que tous les contes ne se finissent pas toujours bien, ou pas si bien que ça, il m’est resté parfois un goût un peu amer… Car comme un enfant qui écoute raconter une histoire qui fait peur, je me suis surpris à espérer… C’est écrit avec beaucoup d'humilité et d’amour aussi ! Bravo Monsieur Grumberg…
    Lire la suite
    En lire moins
LA NEWSLETTER LIZZIE, POUR QUE VOS LIVRES S'ÉCOUTENT AUSSI !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.