Lisez! icon: Search engine
Lizzie
EAN : 9791036600838
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 730 min

La Saison des feux

Date de parution : 13/09/2018
Quand le voile des apparences ne peut être déchiré, il faut parfois y mettre le feu.
À Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l’image de l’existence parfaitement réglée d’Elena Richardson, femme au foyer exemplaire.
Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s’installer dans cette bulle idyllique avec...
À Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l’image de l’existence parfaitement réglée d’Elena Richardson, femme au foyer exemplaire.
Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s’installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d’abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence commence à mettre en péril l’entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036600838
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 730 min
Lizzie
PRIX CONSEILLÉ
21.00 €
Où acheter ce livre ?

Ils en parlent

« Le charme envoûtant de ce roman nait de sa capacité à faire peser sur tous ses personnages sans exception – et au passage la plupart de ses lecteurs – la responsabilité d’un mensonge un peu naïf : celui de l’Amérique post-raciale. Qui propage l’incendie ? On lit page après page pour trouver la réponse, tout en pressentant que c’est peut-être nous qui avons les mains pleines de cendres. » –– New York Times
 
New York Times

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • einoha Posté le 14 Mars 2020
    Lecture très intéressante sur tous les petits secrets que peut cacher une banlieue américaine qui semble à priori parfaite : les non-dits, les douleurs, les travers... Tout est examiné à la loupe pour ensuite être exposé aux yeux de tous. Une réflexion également sur la maternité et sur les différentes façons de le devenir, un peu à la manière de la phrase de Simone de Beauvoir « On ne naît pas femme, on le devient ». La maternité n’est pas quelque chose d’inné chez toutes les femmes et celle-ci se traduit de manières différentes à chaque fois. Certains vous diront qu’il s’agit d’un thriller, ce qui à mon sens n’est pas le cas, il s’agit plutôt d’un drame contemporain, voire même d’un roman de moeurs.
  • Gwenifaere Posté le 6 Mars 2020
    Une histoire fascinante et magnifiquement bien écrite, qui ondoie entre commentaire social, individualisme et surréalisme. On a parfois un peu trop l’impression que les personnages représentent davantage des pans de la société que des individus... ce qui ne les en rend pas moins intéressants à décortiquer. [masquer] J’ai en revanche été très surprise par la façon dont, après un début terrible et un crescendo incessant de tensions, la fin désarmoce le tout avec une douceur dont je ne sais toujours pas quoi penser ! [/masquer]
  • Nienna25 Posté le 28 Février 2020
    Premier roman de Celeste NG pour moi et une belle découverte. J'ai aimé les portraits de ces femmes, leurs combats, leurs secrets, leurs blessures. Bientôt adapté en série avec notamment @reesewitherspoon j'ai été accompagnée par son visage et le bruit de ses talons tout au long du livre! Je vous conseille cette lecture.
  • UntitledMag Posté le 28 Février 2020
    Dans la petite ville tranquille et bien rangée de Shaker Heights, près de Cleveland, la famille Richardson est tout ce qu’il y a de plus normal : un père avocat, une mère journaliste pour le journal local, et quatre beaux enfants parfaits. Enfin… Plutôt trois enfants parfaits, et Izzy, la dernière, le vilain petit canard de la famille. Et le jour où Mia et sa fille Pearl emménagent dans une maison que louent les Richardson, le quotidien de cette famille vacille. La saison des feux est un roman très réussi qui raconte à merveille cette Amérique aux normes si établies, aux règles si rassurantes qu’elle se voit ébranlée dès qu’un autre style de vie entre dans le décor. Moody, le plus jeune des fils Richardson, est fasciné par Pearl, et devient rapidement son ami fidèle. Cette jeune lycéenne n’a connu que les déménagements, avec pour seule point de repère sa mère, artiste, et leur Golf qu’elles remplissent pour changer de ville tous les six mois. Et très vite, les deux familles et leur vision du monde entrent en collision… Un rapport de fascination réciproque semble les animer, et on sent dès le début du livre que tout ça ne peut que... Dans la petite ville tranquille et bien rangée de Shaker Heights, près de Cleveland, la famille Richardson est tout ce qu’il y a de plus normal : un père avocat, une mère journaliste pour le journal local, et quatre beaux enfants parfaits. Enfin… Plutôt trois enfants parfaits, et Izzy, la dernière, le vilain petit canard de la famille. Et le jour où Mia et sa fille Pearl emménagent dans une maison que louent les Richardson, le quotidien de cette famille vacille. La saison des feux est un roman très réussi qui raconte à merveille cette Amérique aux normes si établies, aux règles si rassurantes qu’elle se voit ébranlée dès qu’un autre style de vie entre dans le décor. Moody, le plus jeune des fils Richardson, est fasciné par Pearl, et devient rapidement son ami fidèle. Cette jeune lycéenne n’a connu que les déménagements, avec pour seule point de repère sa mère, artiste, et leur Golf qu’elles remplissent pour changer de ville tous les six mois. Et très vite, les deux familles et leur vision du monde entrent en collision… Un rapport de fascination réciproque semble les animer, et on sent dès le début du livre que tout ça ne peut que mal finir. A travers la vie de ces familles, Celeste Ng peint des problématiques sociétales emplies de modernité, dans une Amérique conservatrice qui a parfois du mal à s’adapter.
    Lire la suite
    En lire moins
  • phomanon Posté le 3 Février 2020
    Après avoir refermé ce livre, je ne sais toujours pas comment le qualifier. Certains passages m'ont glacé le sang, d'autres m'ont réchauffé le cœur. Est-ce une tragédie, une fable de vengeance ou une simple critique sociale qui invite à réfléchir? Celeste Ng décrit la vie en banlieue avec justesse et poésie, si bien que Shaker Heights m'était presque familier, comme si j'y avais déjà vécu. Les personnages, leurs relations et le déroulement final révélé dès le premier chapitre créent une tension qui ne fait que croître jusqu'aux dernières pages, comme un ballon qu'on gonfle jusqu'à ce qu'il explose. La force de l'histoire réside dans l'humanité qui s'en dégage. Rien n'est tout noir ou tout blanc, des erreurs sont commises, des liens se forment et se brisent, des larmes sont versées puis essuyées et les personnages continuent de vivre. Je me suis particulièrement attachée aux adolescents, dont les passions et les sentiments apportent une lumière à l'univers gris que dépeint l'auteur. J'aurais d'ailleurs préféré qu'ils aient plus d'importance que les adultes, au lieu de partager l'intrigue avec eux. Bien-sûr, la critique des classes sociales, du conformisme mais aussi du racisme a une place importante. Parfois subtile, parfois un peu trop évidente, elle est... Après avoir refermé ce livre, je ne sais toujours pas comment le qualifier. Certains passages m'ont glacé le sang, d'autres m'ont réchauffé le cœur. Est-ce une tragédie, une fable de vengeance ou une simple critique sociale qui invite à réfléchir? Celeste Ng décrit la vie en banlieue avec justesse et poésie, si bien que Shaker Heights m'était presque familier, comme si j'y avais déjà vécu. Les personnages, leurs relations et le déroulement final révélé dès le premier chapitre créent une tension qui ne fait que croître jusqu'aux dernières pages, comme un ballon qu'on gonfle jusqu'à ce qu'il explose. La force de l'histoire réside dans l'humanité qui s'en dégage. Rien n'est tout noir ou tout blanc, des erreurs sont commises, des liens se forment et se brisent, des larmes sont versées puis essuyées et les personnages continuent de vivre. Je me suis particulièrement attachée aux adolescents, dont les passions et les sentiments apportent une lumière à l'univers gris que dépeint l'auteur. J'aurais d'ailleurs préféré qu'ils aient plus d'importance que les adultes, au lieu de partager l'intrigue avec eux. Bien-sûr, la critique des classes sociales, du conformisme mais aussi du racisme a une place importante. Parfois subtile, parfois un peu trop évidente, elle est cependant efficace et procure à la fois colère et satisfaction. Malgré tout, il m'a manqué un petit quelque chose, une étincelle, pour faire de ce roman un véritable coup de cœur. On se perd parfois entre les différents points de vue et, bien que le nombre de personnages soit nécessaire à l'intrigue, il empêche de tous les développer correctement, ce qui laisse un petit sentiment de manque et de superficialité. "La saison des feux" reste cependant une belle lecture.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

LA NEWSLETTER LIZZIE, POUR QUE VOS LIVRES S'ÉCOUTENT AUSSI !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.

Lisez maintenant, tout de suite !