Lisez! icon: Search engine
Lizzie
EAN : 9791036601453
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 244 min

La tête sous l'eau

Date de parution : 04/10/2018
Vingt ans après Je vais bien, ne t’en fais pas, Olivier Adam nous plonge à nouveau La tête sous l’eau.

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur...

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. »
Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n’en avions pas terminé.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036601453
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 244 min
Lizzie

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Livrealair Posté le 3 Novembre 2020
    J’ai lu ce livre d’une traite tant il était impossible de m’arrêter et tant j’ai été happé par le récit. En revanche impossible de le chroniquer à chaud. C’est l’histoire d’une famille qui quitte Paris pour rejoindre la Bretagne. Leur fille aînée, Léa, a énormément de mal à accepter ce déménagement et à renoncer à son passé parisien. Un soir elle fugue pour retrouver sa ville bien aimée, et peut être plus qu’une simple ville. Mais sa route va être stoppée par un monstre qui va faire de Léa sa prisonnière, et va envoyer sa vie (et celle de ses proches) dans les ténèbres. On va découvrir l’après dans les yeux d’Antoine, le petite frère de Léa. C’est un récit poignant, très fort. On ressent la souffrance de cette famille que le drame a dévasté. L’enlèvement de Léa est comme une vague qui a tout renversé sur son passage, tout emporté, tout submergé, pour les laisser là: la tête sous l’eau. J’ai beaucoup aimé le fait qu’on traverse ce roman avec Antoine, son point de vue, son ressenti. C’est un aspect très intéressant car la position du frère ou de la sœur dans un drame pareil en fait souvent un... J’ai lu ce livre d’une traite tant il était impossible de m’arrêter et tant j’ai été happé par le récit. En revanche impossible de le chroniquer à chaud. C’est l’histoire d’une famille qui quitte Paris pour rejoindre la Bretagne. Leur fille aînée, Léa, a énormément de mal à accepter ce déménagement et à renoncer à son passé parisien. Un soir elle fugue pour retrouver sa ville bien aimée, et peut être plus qu’une simple ville. Mais sa route va être stoppée par un monstre qui va faire de Léa sa prisonnière, et va envoyer sa vie (et celle de ses proches) dans les ténèbres. On va découvrir l’après dans les yeux d’Antoine, le petite frère de Léa. C’est un récit poignant, très fort. On ressent la souffrance de cette famille que le drame a dévasté. L’enlèvement de Léa est comme une vague qui a tout renversé sur son passage, tout emporté, tout submergé, pour les laisser là: la tête sous l’eau. J’ai beaucoup aimé le fait qu’on traverse ce roman avec Antoine, son point de vue, son ressenti. C’est un aspect très intéressant car la position du frère ou de la sœur dans un drame pareil en fait souvent un personnage secondaire alors que sa souffrance est pourtant bel et bien présente. Malgré le temps ma critique reste brouillon et j’ai énormément de mal à revenir sur ce roman que j’ai adoré. La trame est excellente et le suspense nous tient en haleine jusqu’aux dernières pages. Je vous le recommande même si il faut rester bien accroché et parfois retenir ses larmes (à défaut de pouvoir retenir ses frissons..). Mention spéciale par rapport à la critique sur le harcèlement scolaire et le comportement déplacé des journalistes. La réalité d’un monde attiré par le morbide et le sombre. Un monde qui n’hésite pas pour le buzz ou les intérêts personnels de certains à enfoncer la tête sous l’eau de ceux/celles qui sont déjà submergés de douleur. Je vais m’arrêter là.. mais c’est un roman qui vous fera frissonner
    Lire la suite
    En lire moins
  • zabeth55 Posté le 1 Novembre 2020
    Etrange impression au début du livre : je connais ce décor entre St Malo et St Lunaire je connais ces personnages, un journaliste local, sa femme prof, sa fille bougonne, son fils indépendant je connais cette histoire, ils ont quitté Paris pour venir s’installer à demeure sur la côte bretonne. J’ai donc déjà lu ce livre, je suis prête à abandonner la lecture. Après recherches, non, je ne le retrouve pas dans mes livres lus. Je lis donc tous les résumés des livres d’Olivier Adam, et là, je tombe sur « Une partie de Badminton » Voilà, c’est ça ! Bizarre, je n’ai pas mis de critique sur babelio. Donc, il s’agirait d’une suite. Pourquoi ils ne l’ont pas dit ? Bon, du coup je continue ma lecture, un peu agacée quand même. Et au bout d’un moment, je me prends au jeu et lis avec intérêt le drame qui frappe cette famille. Il faut dire que l’écriture est aisée et agréable et que j’aime ces décors bretons.
  • AmandineAuFildesPlumes Posté le 20 Octobre 2020
    Quelle claque ! Ce roman young adult a tout d’un grand ! Commençons pas l’intrigue en elle-même. Le décor est planté. Tout au long des pages, le mystère s’épaissit laissant l’imagination du lecteur vagabonder sur ce qu’il a bien pu arriver à Léa, cette jeune fille disparu. Le début du roman met en place la nouvelle vie de la famille suite à la disparition de la jeune adolescente. Antoine, le jeune frère, raconte quelles répercutions douloureuses, cet évènement tragique a eu sur toute leur vie. Puis vint le retour de Léa. Un retour qui va s’avérer tout aussi douloureux. La reconstruction, les silences pesants, le regard des autres sont autant de choses à affronter. La tête sous l’eau narre avec brio cette histoire tragique où les personnages semblent se noyer au détour de chaque phrase. J’ai eu l’impression qu’ils surnageaient tout au long du roman, luttant tant bien que mal contre les courants tumultueux de la vie. J’ai été bouleversée par cette intrigue et par ces personnages remplis d’humanité et de fragilités. En effet, comment ne pas être ému par Antoine, ce jeune adolescent qui tente de se construire dans l’ombre de la tragédie et il y a Léa… Léa si... Quelle claque ! Ce roman young adult a tout d’un grand ! Commençons pas l’intrigue en elle-même. Le décor est planté. Tout au long des pages, le mystère s’épaissit laissant l’imagination du lecteur vagabonder sur ce qu’il a bien pu arriver à Léa, cette jeune fille disparu. Le début du roman met en place la nouvelle vie de la famille suite à la disparition de la jeune adolescente. Antoine, le jeune frère, raconte quelles répercutions douloureuses, cet évènement tragique a eu sur toute leur vie. Puis vint le retour de Léa. Un retour qui va s’avérer tout aussi douloureux. La reconstruction, les silences pesants, le regard des autres sont autant de choses à affronter. La tête sous l’eau narre avec brio cette histoire tragique où les personnages semblent se noyer au détour de chaque phrase. J’ai eu l’impression qu’ils surnageaient tout au long du roman, luttant tant bien que mal contre les courants tumultueux de la vie. J’ai été bouleversée par cette intrigue et par ces personnages remplis d’humanité et de fragilités. En effet, comment ne pas être ému par Antoine, ce jeune adolescent qui tente de se construire dans l’ombre de la tragédie et il y a Léa… Léa si fragile, si sensible, pleine de secret, de peur et de colère enfouis. Olivier Adam signe avec La tête sous l’eau un roman troublant, qui a su m’émouvoir et me toucher au plus profond. Son écriture simple et efficace sert à merveille ce récit rempli de sensibilité. C’est subtil, les mots sonnent juste et c’est un véritable plaisir à lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MathildeLitteraire Posté le 13 Octobre 2020
    J’ai demandé ce livre en Service Presse auprès de notre distributeur à la librairie, qu’il m’a gentiment envoyé avec un autre livre que j’avais demandé. Le narrateur est un jeune adolescent qui vient de déménager à Saint-Malo avec sa famille. Quelques temps après, sa grande sœur disparait après un concert et réapparait totalement traumatisée, sans plus aucuns repères, huit ou dix mois plus tard. Personne ne sait ce qui s’est passé exactement et Léa ne veut rien dire. La famille va tenter de se reconstruire. Un beau roman qui se lit bien et rapidement ! Le thème principal de l’histoire est souvent abordé dans la littérature jeunesse ; néanmoins, j’ai aimé le fait qu’il soit abordé sous un autre angle. Pour une fois, nous avons quasiment pleinement le point de vue du frère. Nous avons aussi des lettres écrites de Léa, la sœur disparue, avant qu’elle ne disparaisse. La plume d’Olivier Adam est vraiment belle et nous livre un très beau texte. J’ai été soufflé par l’écriture et par l’histoire.
  • bestms Posté le 5 Octobre 2020
    Une histoire construite autour d'un fait divers d'une grande gravité mais un style qui facilite la lecture. Je recommande.
LA NEWSLETTER LIZZIE, POUR QUE VOS LIVRES S'ÉCOUTENT AUSSI !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Pocket

    "La tête sous l'eau" d'Olivier Adam : plongée dans les abysses d'un drame

    Fort d'un succès sans cesse renouvelé, l'auteur de Je vais bien, ne t'en fais pas (Le Dilettante, 2000, adapté au cinéma en 2006 par Philippe Lioret) livrait en 2018 un roman puissant, tous publics : La tête sous l'eau, chronique troublante et sensible d'une famille emportée par les crises, brisée comme une vague par les écueils de l'existence.

    Lire l'article