Lisez! icon: Search engine
Lizzie
EAN : 9791036605109
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 487 min

Le Chant des revenants

Charles Recoursé (traduit par)
Date de parution : 13/02/2020
Grand Prix des lectrices ELLE 2019
Prix America 2019
Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont...
Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, Jojo le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine au pénitencier d’État.
Et puis il y a Leonie, sa mère. Qui n’avait que dix-sept ans quand elle est tombée enceinte de lui. Qui aimerait être une meilleure mère mais qui cherche l’apaisement dans le crack, peut-être pour retrouver son frère, tué alors qu’il n’était qu’adolescent.
Leonie qui vient d’apprendre que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…  
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036605109
Façonnage normé : Coffret CD
Durée : 487 min
Lizzie
En savoir plus

Ils en parlent

« [Jesmyn Ward] chronique ici les peines et douleurs d’une famille déglinguée en proie à sa propre décomposition, morale et affective, mais aussi et toujours au racisme et aux injustices en tous genres. Le tout porté à ébullition par une écriture lyrique, tendre et poétique capable de transformer le plomb des misères en or littéraire. »
Le Vif (Belgique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • charlene_bzh Posté le 25 Octobre 2021
    Joseph, 13 ans, amené à se débrouiller seul. Sa mère se drogue ne s'occupe plus de lui depuis que son père est parti. Heureusement, pour l'aider à se construire et à s'épanouir, il a ses grands-parents. Il est entouré de son Papy aimant et attentionné, de sa mamie se débattant avec un cancer. Et puis il prend soin de sa petite soeur Kayla, tout juste 3 ans. Sa mère, il l'appelle Léonie depuis la violente dispute, depuis que son père est parti. Léonie se drogue et attend le retour de Michaël, en prison depuis 3 ans. C'est un roman choral. Jojo, Léonie, Richie prennent chacun leur tour la parole et nous exposent leur point de vue. Si j'aime beaucoup cette façon de faire, j'avoue avoir été un peu perturbé à chaque début de chapitre pour me remettre dans la peau du personnage qui prenait la parole. Les thèmes de fond abordés sont la mixité du couple : elle est noire, lui est blanc. Elle est rejetée par sa famille à lui, traitée de négresse. Une grande présence de la ségrégation raciale. Ce récit est ponctué de violence. Dans les mots, dans les gestes, dans les comportements. Jojo et sa soeur... Joseph, 13 ans, amené à se débrouiller seul. Sa mère se drogue ne s'occupe plus de lui depuis que son père est parti. Heureusement, pour l'aider à se construire et à s'épanouir, il a ses grands-parents. Il est entouré de son Papy aimant et attentionné, de sa mamie se débattant avec un cancer. Et puis il prend soin de sa petite soeur Kayla, tout juste 3 ans. Sa mère, il l'appelle Léonie depuis la violente dispute, depuis que son père est parti. Léonie se drogue et attend le retour de Michaël, en prison depuis 3 ans. C'est un roman choral. Jojo, Léonie, Richie prennent chacun leur tour la parole et nous exposent leur point de vue. Si j'aime beaucoup cette façon de faire, j'avoue avoir été un peu perturbé à chaque début de chapitre pour me remettre dans la peau du personnage qui prenait la parole. Les thèmes de fond abordés sont la mixité du couple : elle est noire, lui est blanc. Elle est rejetée par sa famille à lui, traitée de négresse. Une grande présence de la ségrégation raciale. Ce récit est ponctué de violence. Dans les mots, dans les gestes, dans les comportements. Jojo et sa soeur Kayla m'ont fait beaucoup de peine. J'ai été très sensible et très touchée par ces deux enfants. Par leur débrouillardise, par leur histoire. J'ai eu quelques difficultés à entrer dans ce roman. L'écriture âpre et agressive ne m'a pas vraiment aidé à m'identifier aux personnages. Il m'a fallu plusieurs chapitres avant d'entrer pleinement dans le texte. Donc une lecture en demi-teinte pour moi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Simoneenroute Posté le 28 Septembre 2021
    Le chant des revenants. Quand je suis suffisamment entrée dans le roman j'ai compris. Tout est là, dans le titre. C'est un récit à plusieurs narrateurs, un roman choral donc. Les personnages sont si profonds et si bien dessinés, qu'ils marquent de plus en plus notre esprit. On apprend à les connaitre. Un lien vraiment intime se créer avec chacun. Connaitre leurs parcours de vies, leurs fonctionnements, leurs pensées secrètes, leurs angoisses et leurs espoirs peut être même. On suit la famille de Jojo, enfant de 13 ans qui va être central dans ce road trip. le roman nous embarque dans leurs vies afro-américaines, en pleine ségrégation et misère sociale. Des scènes révoltantes d'injustices et de rage. Des scènes belles de douceur et d'innocence fraternelles. Déjà avec ça, le roman est plein. Se rajoute un parallèle de clairvoyance qui rend une profondeur de sens, une portée mystique qui a toute sa place, qui termine de construire notre abysse de lecture. Plus je repense à ce roman, plus j'ai envie de m'y repencher. C'est très complexe, j'en sors de nouvelles émotions même une fois refermé. Toutes ces choses qui sont arrivées au fur et à mesure de la lecture… Reprenons. Dans la... Le chant des revenants. Quand je suis suffisamment entrée dans le roman j'ai compris. Tout est là, dans le titre. C'est un récit à plusieurs narrateurs, un roman choral donc. Les personnages sont si profonds et si bien dessinés, qu'ils marquent de plus en plus notre esprit. On apprend à les connaitre. Un lien vraiment intime se créer avec chacun. Connaitre leurs parcours de vies, leurs fonctionnements, leurs pensées secrètes, leurs angoisses et leurs espoirs peut être même. On suit la famille de Jojo, enfant de 13 ans qui va être central dans ce road trip. le roman nous embarque dans leurs vies afro-américaines, en pleine ségrégation et misère sociale. Des scènes révoltantes d'injustices et de rage. Des scènes belles de douceur et d'innocence fraternelles. Déjà avec ça, le roman est plein. Se rajoute un parallèle de clairvoyance qui rend une profondeur de sens, une portée mystique qui a toute sa place, qui termine de construire notre abysse de lecture. Plus je repense à ce roman, plus j'ai envie de m'y repencher. C'est très complexe, j'en sors de nouvelles émotions même une fois refermé. Toutes ces choses qui sont arrivées au fur et à mesure de la lecture… Reprenons. Dans la famille de Jojo, tous, entretiennent le don. Les pouvoirs de donner et les pouvoirs de voir au delà. Ils se font de leurs racines des guides, sur terre ou dans les airs, en chair ou en hallucinations. Leur attachement aux croyances, au langage avec la nature, la transmission par le savoir des plantes et des prières. Un chant, des revenants les entourent, les entoure. Instillé avec finesse et immanquable attachement au fil des pages. La vie n'est tendre avec aucun, et la voix de chaque chapitres prend en profondeur. le monde des vivants et le monde des morts s'entremêlent, à leurs discrétions, puisque dans la famille de Jojo aucun ne semble savoir que tous vivent avec l'au delà à leurs côtés. Leurs vies se posent sur des incompréhensions, des maladresses, des injustices. Chacun fait ce qu'il peut. Ca m'a tordu pas mal le coeur. Ils donnent, transmettent, protègent tous quelque chose, laissent des traces derrière eux. En définitive je crois qu' ils donnent leur amour inconditionnel. On les suit dans leurs traversées, vivants et morts. Et c'est très émouvant. Plus je lisais ce livre, plus le récit s'est encré en moi. Une portée d'écriture qui me fascine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Papiercrepon Posté le 11 Septembre 2021
    J’ai failli passer à côté d’un grand roman. Beaucoup lu, beaucoup vu. Heureusement il y a eu le challenge #1mois1autrice consacré à Jesmyn Ward, et un bouquiniste bien achalandé sur ma route. Car j’ai dévoré les pages sans m’en rendre compte, tellement j’étais envoûtée par ma lecture. Envoûtée par l’histoire de Jojo, ce petit gars qui, sans le savoir, sans le vouloir, va rouvrir le passé tragique de sa famille - et à travers elle, de la communauté afro-américaine. Une narration d’une fluidité rare, une tension à fleur de peau ; le drame semble tapi derrière chaque page... mais ce sont finalement des chemins oniriques que prend ce roman. Et la magie a opéré devant la force de cette immense conteuse. Une auteure que je vais désormais suivre de près.
  • plumes Posté le 8 Septembre 2021
    Voici un livre que je n aurais jamais lu sans @lemoisamericain Déjà parce ce que je ne connaissais pas cette auteure mais aussi  parce que sans ce challenge, je l aurais je fermé sans poursuivre et quelle erreur ! Un peu comme une plongée en mer, l apnée (la lecture) etait difficile, Partagée entre l'envie de le refermer et remonter à la surface et l envie de redescendre pour la beauté des fonds marins, les mots percutants de Jesmyn Ward. C est un livre qui m a demandé une totale imprégnation. Suivre ce road trip d une famille déchirée par la malédiction ne laisse pas indifférent et est vraiment sujet a discussion. On aime ou déteste. Un chant poetique , un conte noir , aussi difficile a lire qu a résumer , je donne sans doute pas l envie de le lire et pourtant , quelle claque.
  • Celkana Posté le 8 Septembre 2021
    Encensé et mis en avant dans plus d'une émission littéraire, j'avais donc inscrit ce roman sur mes tablettes de livres à lire absolument. Alors je l'ai lu... J'ai un peu de mal à en faire une critique parce qu'il m'a beaucoup partagée tout le long de sa lecture. Je ne l'ai pas lu facilement car l'histoire en elle-même est difficile, à mes yeux, à envisager dans sa totalité mais aussi parce que les sujets abordés sont extrêmement sombres. C'est un roman à 3 voix, Jojo tout d'abord, jeune adolescent noir du Mississippi, qui appelle sa maman Léonie plutôt que maman, qui survit avec sa petite sœur dans un environnement difficile, mais qui est élevé par son papy, Riv, qui essaie de lui apprendre la vie tout en s'occupant de sa femme mourante d'un cancer, la mamie de Jojo. Léonie, maman ou plutôt mère de jojo et de Kayla, toxico, amoureuse d'un blanc dans un endroit où la mixité est abhorrée, qui essaie d'oublier la mort tragique de son frère, son manque d'instinct maternel, sa maladresse émotionnelle envers ses proches dans la drogue. Et enfin, Richie, jeune garçon noir et mort depuis des lustres mais qui revient hanter Jojo lors de son périple pour revenir... Encensé et mis en avant dans plus d'une émission littéraire, j'avais donc inscrit ce roman sur mes tablettes de livres à lire absolument. Alors je l'ai lu... J'ai un peu de mal à en faire une critique parce qu'il m'a beaucoup partagée tout le long de sa lecture. Je ne l'ai pas lu facilement car l'histoire en elle-même est difficile, à mes yeux, à envisager dans sa totalité mais aussi parce que les sujets abordés sont extrêmement sombres. C'est un roman à 3 voix, Jojo tout d'abord, jeune adolescent noir du Mississippi, qui appelle sa maman Léonie plutôt que maman, qui survit avec sa petite sœur dans un environnement difficile, mais qui est élevé par son papy, Riv, qui essaie de lui apprendre la vie tout en s'occupant de sa femme mourante d'un cancer, la mamie de Jojo. Léonie, maman ou plutôt mère de jojo et de Kayla, toxico, amoureuse d'un blanc dans un endroit où la mixité est abhorrée, qui essaie d'oublier la mort tragique de son frère, son manque d'instinct maternel, sa maladresse émotionnelle envers ses proches dans la drogue. Et enfin, Richie, jeune garçon noir et mort depuis des lustres mais qui revient hanter Jojo lors de son périple pour revenir de Parchman, le pénitencier où se trouvait Mickaël, le père de Jojo, tout juste libéré, et plus anciennement son papy lorsque celui-ci était tout jeune. Ce roman, c'est l'histoire de l'Amérique raciste, ségrégationniste et pauvre. Et en même temps, c'est l'histoire de vies qui se rêvent autrement mais qui sont prisonnières de leurs passés respectifs. C'est un beau roman, très bien écrit, avec une certaine poésie et une certaine peinture sociétale américaine. Mais c'est aussi des histoires de croyances familiales, elles-mêmes rattachées au passé de ce pays, et vers lesquelles les personnages de ce roman se tournent, avec plus ou moins de bonnes volontés, avec plus ou moins de conscience active. J'ai aimé cette lecture et en même temps, j'ai éprouvée de la difficulté à entrer totalement dans l'histoire, chose que j'ai du mal à expliquer mais globalement, ce livre m'a quand même beaucoup plu car j'ai trouvé les personnages, y compris ceux que l'on pourrait le plus détester, attachants. J'avais envie de les accompagner. A vous de vous faire votre idée en ouvrant la première page et mais préparez-vous à un voyage particulier.
    Lire la suite
    En lire moins
LA NEWSLETTER LIZZIE, POUR QUE VOS LIVRES S'ÉCOUTENT AUSSI !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.