Lisez! icon: Search engine
Lizzie
EAN : 9791036605116
Façonnage normé : Coffret CD

Sauvage

Jacques MAILHOS (Traducteur)
Date de parution : 22/08/2019
À dix-sept ans, Tracy Petrikoff possède un don inné pour la chasse et les pieèges. Elle vit à l’eécart du reste du monde et sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités sauvages de l’Alaska. Immuablement, elle respecte les trois règles que sa mère, trop tôt disparue, lui a dictées... À dix-sept ans, Tracy Petrikoff possède un don inné pour la chasse et les pieèges. Elle vit à l’eécart du reste du monde et sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités sauvages de l’Alaska. Immuablement, elle respecte les trois règles que sa mère, trop tôt disparue, lui a dictées : « ne jamais perdre la maison de vue», «ne jamais rentrer avec les mains sales» et surtout «ne jamais faire saigner un humain». Jusqu’au jour où, attaquée en pleine forêt, Tracy reprend connaissance, couverte de sang, persuadée d’avoir tué son agresseur. Elle s’interdit de l’avouer à son père, et ce lourd secret la hante jour et nuit. Une ambiance de doute et d’angoisse s’installe dans la famille, tandis que Tracy prend peu à peu conscience de ses propres facultés hors du commun.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791036605116
Façonnage normé : Coffret CD
Lizzie

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • NicolasElie Posté le 7 Août 2021
    Tu connais, toi aussi, cette maison d’édition spécialisée dans les auteurs américains… Bien sûr que tu la connais. Je t’en ai déjà parlé à travers mes chronications de romans qui m’ont très souvent ravi et très rarement désespéré. Cette fois-ci, c’est la couverture qui m’a attiré l’œil. Pas l’image, parce que même si tu sais que j’y suis sensible, j’ai appris à mes dépens qu’il ne faut que rarement faire confiance à ce que t’offre l’éditeur, ou plutôt le concepteur ou la conceptrice de la couv. Cette fois-ci, donc, c’est le nom qui a accroché mon regard. Forcément. Bradbury, ça m’a parlé. Mais Jamey n’a rien à voir avec Ray. C’est ballot, mais ça fait rien. Donc, Gallmeister continue de me proposer des romans d’auteurs parfois complètement inconnus, et j’aime bien ça. Un roman de chasse, de nature, et de communion avec l’univers parfaitement maîtrisé. Et quand je te dis que c’est maîtrisé, tu peux me croire, tu me connais. Je suis pas très dithyrambique comme garçon. Le pitch, comme d’habitude, on s’en cogne un peu. Tu sais que ça me gonfle de raconter une histoire que je te conseille de découvrir, mais bon. J’essaye de t’en dire deux ou trois mots. C’est de l’Alaska que te cause M’dame... Tu connais, toi aussi, cette maison d’édition spécialisée dans les auteurs américains… Bien sûr que tu la connais. Je t’en ai déjà parlé à travers mes chronications de romans qui m’ont très souvent ravi et très rarement désespéré. Cette fois-ci, c’est la couverture qui m’a attiré l’œil. Pas l’image, parce que même si tu sais que j’y suis sensible, j’ai appris à mes dépens qu’il ne faut que rarement faire confiance à ce que t’offre l’éditeur, ou plutôt le concepteur ou la conceptrice de la couv. Cette fois-ci, donc, c’est le nom qui a accroché mon regard. Forcément. Bradbury, ça m’a parlé. Mais Jamey n’a rien à voir avec Ray. C’est ballot, mais ça fait rien. Donc, Gallmeister continue de me proposer des romans d’auteurs parfois complètement inconnus, et j’aime bien ça. Un roman de chasse, de nature, et de communion avec l’univers parfaitement maîtrisé. Et quand je te dis que c’est maîtrisé, tu peux me croire, tu me connais. Je suis pas très dithyrambique comme garçon. Le pitch, comme d’habitude, on s’en cogne un peu. Tu sais que ça me gonfle de raconter une histoire que je te conseille de découvrir, mais bon. J’essaye de t’en dire deux ou trois mots. C’est de l’Alaska que te cause M’dame Bradbury. Comme David Vann. Je commence à croire qu’il y a un nid, là-bas, avec des écrivains pour de vrai. J’imagine assez les cours d’anglais avec les profs qui se disent que l’Alaska va être connu dans la globalité de l’univers grâce à ces gens qui écrivent des maux sur le papier. Donc, le pitch. L’Alaska, des chiens de traîneaux, des traîneaux, la forêt, la neige, l’hiver, des lacs gelés, des animaux qu’on chasse, et qu’on peut manger si on a faim, des méchants. Voilà. J’ai bon comme pitcheur ? Ah, j’ai oublié un truc. Tracy. Tracy, c’est elle qui te raconte l’histoire. C’est une ado. Elle a dix-sept ans, et elle fait des trucs bizarres, des trucs que même King aurait sans doute pu déposer dans un de ses romans quand il écrit sur les choses étranges de l’univers et du Maine. Bradbury, elle écrit à l’os. Je sais que c’est l’expression de Gérard, mais en même temps, je sais pas non plus comment te dire autrement ce que je pense d’un roman où il n’y a pas un mot de trop. Tu sais que souvent, il m’arrive de me faire chier au point de te dire que si t’achète pas tel ou tel livre de tel ou tel auteur, c’est pas très grave. Pas là. Une seule voix, celle de Tracy, qui t’emporte au fond de la forêt, qui te fait partager le froid et la peur. Qui te fait partager la sauvagerie de l’existence que ses habitants vivent au quotidien dans ces confins du monde que tu connais, peut-être comme moi, uniquement à travers ces récits. Tu te souviens de Jack London et de ses « Enfants du froid », ce recueil de nouvelles complètement extraordinaire qui a marqué mon adolescence et m’a fait découvrir London et cette écriture parfaite et sans un seul mot de trop ? Tu te souviens de Jack London et de son « Peuple de l’abîme » ? Pareil. Je veux dire que Bradbury m’a donné la même impression d’écriture parfaitement aboutie. La même. Et tu sais que quand je compare un écrivailleur à London, j’ai tout dit. Tu te souviens aussi de David Vann et de « Sukwann island » ? Tu l’as pas lu encore ? Tu plaisantes ? La suite :
    Lire la suite
    En lire moins
  • bookheart Posté le 19 Juillet 2021
    J'avoue ne pas savoir par où commencer. Ce livre est inclassable. Un roman fantastique ? Un thriller ? Un roman noir ? On n'en sait rien. Je ne saurais pas le classer. Inexplicable. Notre jeune Tracy est une fille de la nature. De la forêt. On peut même aller jusqu'à dire que c'est une sauvage. Son père tente à coup de punitions, et de privations de l'empêcher de sortir dans SA forêt. Mais au-delà d'un besoin psychologique, c'est une nécessité viscérale pour elle d'être en forêt. De chasser. Au sens propre. Vous découvrirez bien assez tôt de quoi il s'agit. Inqualifiable. Ce roman est puissant. L'histoire est angoissante et intrigante dès le début. Le suspens s'installe petit à petit, et notre curiosité grandit au fil des lignes, des pages. Les instincts carnivores, sauvages de cette jeune femme rendent le récit un brin fantastique. Impossible de lâcher ce livre. Insensé. Le don de Tracy paraît impossible. Je n'ai jamais rien lu de semblable. Je n'avais jamais rien imaginé de semblable. Ce don, ce lien avec les animaux, avec les gens, il est improbable. Incompréhensible. Il faut suivre. L'auteure alterne entre passé et présent, entre la première et la deuxième personne, et les changements de point de vue, il... J'avoue ne pas savoir par où commencer. Ce livre est inclassable. Un roman fantastique ? Un thriller ? Un roman noir ? On n'en sait rien. Je ne saurais pas le classer. Inexplicable. Notre jeune Tracy est une fille de la nature. De la forêt. On peut même aller jusqu'à dire que c'est une sauvage. Son père tente à coup de punitions, et de privations de l'empêcher de sortir dans SA forêt. Mais au-delà d'un besoin psychologique, c'est une nécessité viscérale pour elle d'être en forêt. De chasser. Au sens propre. Vous découvrirez bien assez tôt de quoi il s'agit. Inqualifiable. Ce roman est puissant. L'histoire est angoissante et intrigante dès le début. Le suspens s'installe petit à petit, et notre curiosité grandit au fil des lignes, des pages. Les instincts carnivores, sauvages de cette jeune femme rendent le récit un brin fantastique. Impossible de lâcher ce livre. Insensé. Le don de Tracy paraît impossible. Je n'ai jamais rien lu de semblable. Je n'avais jamais rien imaginé de semblable. Ce don, ce lien avec les animaux, avec les gens, il est improbable. Incompréhensible. Il faut suivre. L'auteure alterne entre passé et présent, entre la première et la deuxième personne, et les changements de point de vue, il est parfois difficile de suivre. L'écriture est atypique, mais géniale. Incertain. À aucun moment on ne peut prévoir l'issue. Enfin si. On s'en doute. Mais à aucun moment on ne se doute des rebondissements qui peuplent cette histoire. Incroyable. Ce livre est incroyable. Dans les deux sens du terme. Incroyable dans le sens génial. Et In-croyable dans le sens pas croyable. Tout ces mots prennent leur sens une fois notre lecture terminée. Je me sens un peu bête là. Je ne sais pas quoi dire. Et à la fin de ma lecture je me suis même posée la question de savoir si oui ou non j'avais aimé. Maintenant je sais que j'ai adoré. Tracy 17 ans. Vit en Alaska avec son père et son frère. Sa mère est morte. Elle a hérité d'un don tout particulier. Elle vit avec/pour ses chiens, pour ses courses de Musher. Pour sa forêt, pour la nature. Un jour, tout bascule. Un homme l'agresse dans SA forêt. De là, rien ne se passe plus comme prévu. Dans la lignée de Turtle, de Nell et Eva, Tracy marque les esprits. Certains ont trouvé des ressemblance presque dérangeantes entre ces livres, ce ne fut pas mon cas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ReadLookHear Posté le 29 Juin 2021
    Oh hé amis, lecteurs, amis blogueurs et gens de passage sur mon blog, la chronique qui va suivre est pour un roman qui est un énorme coup de coeur, il y a tout ce que j’aime dans ce premier roman de Jamey Bradbury. Encore une fois, je tiens à remercier les éditions Gallmeister pour me donner la chance de découvrir de si magnifiques romans et de publier en français de si belles pépites. Sauvage est un roman super poignant et terriblement glaçant, d’une force et d’une puissance incroyable. C’est un roman dans la même veine que My Absolute Darling de Gabriel Tallent, de Dans la forêt de Jean Hegland ou encore de Une histoire des loups de Emily Fridlund. Quand je vous dit que Gallmeister nous offre des chefs d’oeuvres. Tracy, l’héroïne de Sauvage, ressemble à Turtle, Nell, Eva et Madeline avec un côté encore plus sauvage, avec une connexion à la nature encore plus importante. Si je dois la comparer aux quatre autres, qui ne font qu’un avec la nature, je dirais que Tracy elle est la Nature. Ce roman a quelque chose de particulier, l’intrigue se met doucement en place, en même temps que un froid qui m’a pris aux... Oh hé amis, lecteurs, amis blogueurs et gens de passage sur mon blog, la chronique qui va suivre est pour un roman qui est un énorme coup de coeur, il y a tout ce que j’aime dans ce premier roman de Jamey Bradbury. Encore une fois, je tiens à remercier les éditions Gallmeister pour me donner la chance de découvrir de si magnifiques romans et de publier en français de si belles pépites. Sauvage est un roman super poignant et terriblement glaçant, d’une force et d’une puissance incroyable. C’est un roman dans la même veine que My Absolute Darling de Gabriel Tallent, de Dans la forêt de Jean Hegland ou encore de Une histoire des loups de Emily Fridlund. Quand je vous dit que Gallmeister nous offre des chefs d’oeuvres. Tracy, l’héroïne de Sauvage, ressemble à Turtle, Nell, Eva et Madeline avec un côté encore plus sauvage, avec une connexion à la nature encore plus importante. Si je dois la comparer aux quatre autres, qui ne font qu’un avec la nature, je dirais que Tracy elle est la Nature. Ce roman a quelque chose de particulier, l’intrigue se met doucement en place, en même temps que un froid qui m’a pris aux tripes et m’a accompagné tout au long de ma lecture. Mais ce n’est aucunement négatif, bien au contraire, l’histoire se passe en Alaska et Jamey Bradbury possède ce talent indéniable pour nous y transporter, nous décrire la nature. J’ai eu l’impression de sentir la neige tombée, d’entendre les chiens dans le chenil et de partir courir et chasser en compagnie de Tracy. C’est vraiment magnifique, l’autrice nous parle de la neige et des températures glaçantes qui sont courantes en Alaska et elle le fait tellement bien que je les ai ressenti et cela est carrément pour moi le signe d’un pur chef d’oeuvre. Ce que j’ai aimé également dans ce roman est le fait qu’il y ai un petit côté fantastique, une sorte d’énigme qui suit le lecteur du début jusqu’à la fin sans jamais se dévoiler et qui par le fait entraîne notre imaginaire sur divers chemins. Cela a quelque chose d’addictif et en même temps terriblement frustrant, c’est génial. Voilà donc un roman qui m’a fait passer par plein d’émotions, un roman qui m’a fait sourire, un roman qui m’a fait pleurer et un roman qui restera gravé très, très longtemps dans mon coeur. Merci à Jamey Bradbury pour cela et encore une fois à toute l’équipe de chez Gallmeister. Je ne peux que vous conseiller ce roman qui sort dans vos librairies le 7 mars, car vous l’aurez compris c’est un énorme coup de coeur pour moi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • EV3 Posté le 17 Juin 2021
    C’est l’histoire de Tracy Petrikoff, une jeune fille hors du commun qui vit en Alaska et rêve de devenir Musher et de gagner des courses de traîneaux avec ses chiens. Sa vie, c’est d’abord sa famille, mais avec l’absence de sa mère qui les a quitté de façon inexpliquée, c’est aussi et surtout la forêt, la chasse. Tracy a des dons très étranges qui vont l’obliger à faire des choix importants dans sa vie à la suite d’une rencontre inattendue en forêt. Mon avis Il est difficile de résumer ce livre mais c’est un vrai coup de cœur #9829;️ J’ai aimé l’écriture des paysages, des sensations de liberté qu’éprouve Tracy, son personnage ne vous laissera pas indifférent tant il est complexe. J’ai aimé me laisser guider par la plume de cette jeune autrice très prometteuse, la façon dont elle effleure avec beaucoup d’intelligence les thèmes du fantastique et de l’horreur sans aucunement rentrer dans des clichés pour en faire un récit qui tient en haleine, passionnant ! J’ai été profondément émue quand il s’agissait des relations de Tracy avec sa mère ou avec ses chiens. Je ne peux que vous conseiller de le lire si vous aimez le genre!
  • ELO1313 Posté le 5 Juin 2021
    Sauvage, un titre qui illustre à la fois les immenses espaces enneigés de l'Alaska et surtout le caractère de l'héroïne de ce roman, Tracy. Quel personnage fascinant et complexe ! J'ai eu un coup de coeur pour cette adolescente de 17 ans écorchée vive et secrète, qui a hérité de l'étrange don de sa mère, qu'elle porte en elle comme une malédiction. Une héroïne attachante et révoltée, qui s'exprime avec violence et brusquerie pour mieux cacher ses blessures et ses sentiments. Dans la forêt et auprès de ses chiens, Tracy est dans son élément et n'a qu'une idée en tête : participer à l'Iditarod, célèbre course de chiens de traîneau en Alaska, et prendre ainsi la relève de son père, musher reconnu qui a stoppé sa carrière après la mort de sa femme. Mais une rencontre inattendue avec un inconnu va tout bousculer, et elle va désormais devoir se tenir sur ses gardes dans cette forêt qui était à la fois son refuge, son terrain de jeu et de chasse. Le danger rôde et elle sera prête à tout pour protéger les siens. Le climat est pesant, la tension monte au fil des pages dans ce décor grandiose et inquiétant, on sent les brûlures du froid... Sauvage, un titre qui illustre à la fois les immenses espaces enneigés de l'Alaska et surtout le caractère de l'héroïne de ce roman, Tracy. Quel personnage fascinant et complexe ! J'ai eu un coup de coeur pour cette adolescente de 17 ans écorchée vive et secrète, qui a hérité de l'étrange don de sa mère, qu'elle porte en elle comme une malédiction. Une héroïne attachante et révoltée, qui s'exprime avec violence et brusquerie pour mieux cacher ses blessures et ses sentiments. Dans la forêt et auprès de ses chiens, Tracy est dans son élément et n'a qu'une idée en tête : participer à l'Iditarod, célèbre course de chiens de traîneau en Alaska, et prendre ainsi la relève de son père, musher reconnu qui a stoppé sa carrière après la mort de sa femme. Mais une rencontre inattendue avec un inconnu va tout bousculer, et elle va désormais devoir se tenir sur ses gardes dans cette forêt qui était à la fois son refuge, son terrain de jeu et de chasse. Le danger rôde et elle sera prête à tout pour protéger les siens. Le climat est pesant, la tension monte au fil des pages dans ce décor grandiose et inquiétant, on sent les brûlures du froid et le goût du sang, la frontière entre la réalité et l'imaginaire se fait plus floue, on perd ses repères, jusqu'à ce que la vérité éclate, comme une bombe. J'ai été scotchée par la force de ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
LA NEWSLETTER LIZZIE, POUR QUE VOS LIVRES S'ÉCOUTENT AUSSI !
Avec Lizzie, les livres ont trouvé leur voix. Chaque semaine, laissez-vous transporter au cœur de nos nouveautés.