Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714478436
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 72
Format : 140 x 225 mm

Birthday girl

,

Hélène MORITA (Traducteur)
Date de parution : 09/11/2017
Je ne vais pas vous offrir quelque chose de matériel. Mon cadeau n’aura rien à voir avec un objet de valeur. En fait, voilà ce que j’aimerais offrir à la merveilleuse fée que vous êtes, mademoiselle. Vous allez faire un vœu. Et je l’exaucerai. Quel qu’il soit. À condition que vous ayez un vœu à formuler.
Japon, de nos jours.

Quoi qu’on puisse souhaiter, aussi loin que l’on puisse aller, on reste ce qu’on est, voilà tout.

La serveuse n’aurait même pas dû travailler ce soir-là. C’était son anniversaire, elle avait vingt ans, il pleuvait à verse, le directeur du restaurant était malade.
Alors c’est elle, cette serveuse qui...
Japon, de nos jours.

Quoi qu’on puisse souhaiter, aussi loin que l’on puisse aller, on reste ce qu’on est, voilà tout.

La serveuse n’aurait même pas dû travailler ce soir-là. C’était son anniversaire, elle avait vingt ans, il pleuvait à verse, le directeur du restaurant était malade.
Alors c’est elle, cette serveuse qui entrait dans ses vingt ans, qui était allée porter son repas au propriétaire du restaurant. Un vieil homme solitaire que personne n’a jamais vu.
Un vieil homme qui, le jour de ses vingt ans, lui avait proposé de faire un vœu…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714478436
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 72
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Des petits bonheurs à l'élégance classieuse.» 
Cécile Lecoultre / 24 heures régions

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LeslivresdeMiranda Posté le 12 Octobre 2021
    Murakamistyque! Encore une fois cette lecture suscite réflexion et introspection dans un univers décoré littéralement avec goût et gaité pour vous laisser sur votre faim de l’auteur pour en vouloir encore de ces histoires qui vous dévorent. Un livre avec une fin ouverte …
  • levonslencre Posté le 4 Août 2021
    Je sais qu'il ne fait pas l'unanimité mais pour ma part j'ai toujours eu un énorme coup de coeur pour les romans d'Haruki Murakami : poésie, onirisme, fantastique, introspection. Une plume qui ne manque jamais de me transporter dans une petite bulle de quiétude et de rêve. J'ai reçu cette très belle édition illustrée de Birthday Girl, cadeau de ma maman pour mon anniversaire en juin dernier. Même en quelques pages – nous avons là une nouvelle – j'ai apprécié ce moment de douceur pendant quelques minutes. Un anniversaire, une soirée, un étrange propriétaire, un voeu, des mots qui me touchent, seulement quelques ingrédients et le charme opère. Et si vous n'êtes pas amateur de cet auteur, cette édition vaut le détour rien que pour les superbes illustrations.
  • mylena Posté le 28 Mai 2021
    Une jeune fille travaille le soir de l’anniversaire de ses vingt ans et va servir son plateau-repas au propriétaire du restaurant, il lui offre d’exaucer un vœu. Il faut vraiment que ce soit Murakami pour qu’une histoire avec un sujet aussi mince ne déçoive pas le lecteur alors qu’à la fin il ne saura rien sur le vœu qu’elle a fait. L’écriture est simple, ou plutôt claire, limpide comme un verre d’eau, et comme souvent avec Murakami à la fin on ne sait plus trop quoi en penser. Alors que pendant la lecture tout était aisé, l’écriture précise, l’univers à la fois banal, quotidien et onirique, soudain … au lecteur de conclure, à partir de ce qui est suggéré dans un climat feutré. Par contre je n’ai pas été sensible à la beauté de l’ouvrage, le papier glacé et le format sont très agréables mais les illustrations m’ont laissée indifférente. Je les trouve inutiles, induisant un univers là où l’écriture ne faisait que le suggérer. Un peu en contradiction donc !
  • celine17 Posté le 28 Mai 2021
    C'est une nouvelle courte que j'ai eu le temps de finir après mon café du matin. Initialement le texte fait partie du recueil Saules aveugles, femme endormie. Cette couverture si jolie m'intriguait beaucoup, j'ai été un peu surprise de voir que l'ouvrage comportait beaucoup d'illustrations (du même acabit : Kat Menschik a fait un très joli travail pour coller au texte de notre auteur) et qui raccourcissait encore le texte (la police d'écriture étant déjà plus grande que mes lectures habituelles). Et puis, Murakami fait l'économie des mots en trop, ceux qui alourdissent la lecture, il arrive en quelques lignes à ciseler une ambiance, un personnage. Plus serait totalement inutile. Le style : entre le roman fantastique, la fable, la description d'un rêve… L'histoire : une jeune femme, serveuse dans un restaurant fête ses 20 ans, elle va pour la première fois rencontrer l'étrange propriétaire des lieux (habituellement c'est le directeur qui lui apporte ses repas mais il est souffrant). Ce vieil homme est une énigme : à part le directeur du restaurant qui le sert chaque jour, personne ne l'a jamais vraiment rencontré… Il va proposer à la jeune femme de faire un voeu… "Quoi qu'on puisse souhaiter, aussi loin que l'on puisse aller, on... C'est une nouvelle courte que j'ai eu le temps de finir après mon café du matin. Initialement le texte fait partie du recueil Saules aveugles, femme endormie. Cette couverture si jolie m'intriguait beaucoup, j'ai été un peu surprise de voir que l'ouvrage comportait beaucoup d'illustrations (du même acabit : Kat Menschik a fait un très joli travail pour coller au texte de notre auteur) et qui raccourcissait encore le texte (la police d'écriture étant déjà plus grande que mes lectures habituelles). Et puis, Murakami fait l'économie des mots en trop, ceux qui alourdissent la lecture, il arrive en quelques lignes à ciseler une ambiance, un personnage. Plus serait totalement inutile. Le style : entre le roman fantastique, la fable, la description d'un rêve… L'histoire : une jeune femme, serveuse dans un restaurant fête ses 20 ans, elle va pour la première fois rencontrer l'étrange propriétaire des lieux (habituellement c'est le directeur qui lui apporte ses repas mais il est souffrant). Ce vieil homme est une énigme : à part le directeur du restaurant qui le sert chaque jour, personne ne l'a jamais vraiment rencontré… Il va proposer à la jeune femme de faire un voeu… "Quoi qu'on puisse souhaiter, aussi loin que l'on puisse aller, on reste ce que l'on est, voilà tout."
    Lire la suite
    En lire moins
  • AmeliaChatterton Posté le 16 Avril 2021
    Lu dans le cadre du Hanami Book Challenge Mon avis : Originellement publié dans le recueil Saules aveugles, femmes endormies, cette nouvelle de Murakami mets en scène une ancienne serveuse qui raconte l'histoire de son vingtième anniversaire à un tiers anonyme. Pour cette réédition de Belfond, le texte est accompagné d'illustrations magnifiques et oniriques de Kat Menschik, comme pour l'Etrange bibliothèque du même auteur. Cette histoire étrange laisse place à l'imagination du lecteur puis le laisse en plan une fois racontée. Quel était donc le voeu formulé par la jeune fille lors de son vingtième anniversaire auprès de ce vieillard étrange qui a réussi à bouleverser sa vie ? Qui était ce vieillard, à part le patron du restaurant pour lequel elle travaillait ? Un récit à la Murakami où une fois de plus, le fantastique fait irruption sans crier gare, vous laissant interrogatif. C'est du moins mon ressenti. Mon imagination s'est en effet emballée : j'ai cherché le voeu de la jeune fille et je me suis même demandée si l'auteur se jouait des gens qui croient au pouvoir des voeux. Car après tout, si l'on y croit assez fort, peut-être que nous ferons inconsciemment en sorte qu'ils se réalisent... Lu dans le cadre du Hanami Book Challenge Mon avis : Originellement publié dans le recueil Saules aveugles, femmes endormies, cette nouvelle de Murakami mets en scène une ancienne serveuse qui raconte l'histoire de son vingtième anniversaire à un tiers anonyme. Pour cette réédition de Belfond, le texte est accompagné d'illustrations magnifiques et oniriques de Kat Menschik, comme pour l'Etrange bibliothèque du même auteur. Cette histoire étrange laisse place à l'imagination du lecteur puis le laisse en plan une fois racontée. Quel était donc le voeu formulé par la jeune fille lors de son vingtième anniversaire auprès de ce vieillard étrange qui a réussi à bouleverser sa vie ? Qui était ce vieillard, à part le patron du restaurant pour lequel elle travaillait ? Un récit à la Murakami où une fois de plus, le fantastique fait irruption sans crier gare, vous laissant interrogatif. C'est du moins mon ressenti. Mon imagination s'est en effet emballée : j'ai cherché le voeu de la jeune fille et je me suis même demandée si l'auteur se jouait des gens qui croient au pouvoir des voeux. Car après tout, si l'on y croit assez fort, peut-être que nous ferons inconsciemment en sorte qu'ils se réalisent (du moins, pour ceux où nous avons prise). A méditer. Retrouvez mes autres lectures nipponnes dans le cadre du Hanami Book Challenge ici :
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.