RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            (D')Ecrire la beauté

            Omnibus
            EAN : 9782258136557
            Façonnage normé : CARTONNE
            Nombre de pages : 216
            Format : 222 x 275 mm
            (D')Ecrire la beauté

            Date de parution : 20/10/2016
            « La beauté ne se contente pas de nous réjouir, d'éclairer certaines heures de nos existences, de magnifier le monde, d'enchanter la vie, la beauté sait aussi déranger. »  Inspirée par la littérature, la philosophie, la sociologie, l'histoire... et des représentations de la beauté (photos, peintures et sculptures de toutes époques), Sophie Chauveau nous propose une anthologie très personnelle et originale.

            En cinq parties comprenant chacune une dizaine de thèmesd, Sophie Chauveau nous invite à un parcours singulier qui éveille notre curiosité, stimule notre réflexion, nous fait magnifiquement voyager dans les temps et dans les arts.
            A sa voix répond celle des écrivains, poètes, penseurs, artistes qu’elle convoque, dans son œil se reflètent tableaux, photos,...

            En cinq parties comprenant chacune une dizaine de thèmesd, Sophie Chauveau nous invite à un parcours singulier qui éveille notre curiosité, stimule notre réflexion, nous fait magnifiquement voyager dans les temps et dans les arts.
            A sa voix répond celle des écrivains, poètes, penseurs, artistes qu’elle convoque, dans son œil se reflètent tableaux, photos, sculptures qu’elle offre à notre regard.
            Une centaine d'extraits d'œuvres littéraires et autant d'illustrations, choisis par elle, composent cette anthologie.
            Comment fixer la beauté en une anthologie ? Comme on épingle des papillons ? Oh non !
            Et d'abord, pourquoi s'enfermer dans le singulier puisque par essence la beauté est toujours plurielle ?

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258136557
            Façonnage normé : CARTONNE
            Nombre de pages : 216
            Format : 222 x 275 mm
            Omnibus

            Ils en parlent

            "Qu'elle soit plurielle, on le savait bien, mais Sophie Chauveau offre ici une synthèse qui constitue une passionnante histoire de l'art, avec ses ruptures et ses révolutions du regard."
             
            DNA

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Insideyourbooks Posté le 23 Mai 2018
              Une sélection non exhaustive et subjective, qui n'en reste pas moins très belle, et en tous cas diverse. Elle balaie toutes sortes de courants artistiques de plusieurs pays comme de supports différents (peintures, sculpture, littérature, architecture...). Une très belle découverte pour les néophytes, et une plongée nostalgique pour les autres ! Mention particulière aux citations de Baudelaire, à Bosch, à l'Ophélie de Millais, Manet, la Vanité de Van Der Vinne... La poésie de l'auteure fait de ce regroupement d’œuvres d'art une oeuvre à part entière : "La beauté, c'est l'air du temps ! L'air de rien. Mais rien de trop. Jamais", malgré quelques coquilles oubliées ("le plus grande peinture"... Oups!). Après une introduction historique, place à quelques oeuvres représentatives accompagnées tantôt d'éclairage philosophique (Kant et son analyse du jugement du beau comme tendant vers l'objectivité et l'universalité), d'extraits d'ouvrages littéraires, de références architecturales (et même merveilleuses, telles la Grande Muraille ou le Taj Mahal)... Bref vous l'aurez compris, ce livre tient de l'essai d'arts comparés et on aime ça ! Le panel se compose de classifications en "corps parfaits", "âme pure", "inquiétante beauté, "tombés du ciel", ainsi que "le passage du temps". L'avant-dernier, malgré un titre tentant, ne m'a pas tant attiré puisque... Une sélection non exhaustive et subjective, qui n'en reste pas moins très belle, et en tous cas diverse. Elle balaie toutes sortes de courants artistiques de plusieurs pays comme de supports différents (peintures, sculpture, littérature, architecture...). Une très belle découverte pour les néophytes, et une plongée nostalgique pour les autres ! Mention particulière aux citations de Baudelaire, à Bosch, à l'Ophélie de Millais, Manet, la Vanité de Van Der Vinne... La poésie de l'auteure fait de ce regroupement d’œuvres d'art une oeuvre à part entière : "La beauté, c'est l'air du temps ! L'air de rien. Mais rien de trop. Jamais", malgré quelques coquilles oubliées ("le plus grande peinture"... Oups!). Après une introduction historique, place à quelques oeuvres représentatives accompagnées tantôt d'éclairage philosophique (Kant et son analyse du jugement du beau comme tendant vers l'objectivité et l'universalité), d'extraits d'ouvrages littéraires, de références architecturales (et même merveilleuses, telles la Grande Muraille ou le Taj Mahal)... Bref vous l'aurez compris, ce livre tient de l'essai d'arts comparés et on aime ça ! Le panel se compose de classifications en "corps parfaits", "âme pure", "inquiétante beauté, "tombés du ciel", ainsi que "le passage du temps". L'avant-dernier, malgré un titre tentant, ne m'a pas tant attiré puisque composé d'architecture, de peu de paysages et surtout de sorte de taxidermie plastique... Par contre, l'inquiétante beauté et le passage du temps étaient captivants, mélancoliques et paradoxales à souhait ! Je pourrais encore passer des heures à vous décrire cet ouvrage, tant il est riche et éclectique... Malheureusement il faudra m'arrêter là pour vous laisser le plaisir de le découvrir à votre tour. Je vous conseille alors fortement de vous le procurer !
              Lire la suite
              En lire moins
            • BRIGITTEB Posté le 15 Mai 2018
              Merci à Babelio et aux éditions Omnibus pour l'envoi de ce livre dans le cadre de Masse Critique. C'est un beau livre sur la beauté dans l'art dans lequel Sophie Chauveau explore le sens ou les sens de la beauté depuis l'antiquité jusqu'à nos jours, à travers la peinture et la sculpture mais aussi la littérature et la poésie. Une part est faite également à l'architecture et la photographie. Moi qui suis une passionnée de peinture et de sculpture, je trouve surtout les textes intéressants. Ils sont bien choisis et fort à propos, et regorgent de trésors et d'informations toujours en lien avec la beauté mais aussi avec notre époque.
            • IreneAdler Posté le 13 Mai 2018
              Qu'est-ce que la beauté ? Bonne question. Pour tenter d'y répondre, Sophie Chauveau convoque peintres, poètes, romanciers, architectes. La beauté n'est pas qu'une représentation des corps : elle présente des paysages, des bâtiments, des animaux... Le beau se niche partout. En regard, ou en accompagnement, des extraits d’œuvres littéraires, considérées elles aussi comme de grandes qualités. Pour Chauveau, ce qui fait beauté, est sans doute ce qui reste au travers des siècles. Revisitant l'histoire de l'art depuis l'Antiquité jusqu'au 20è siècle (littérature comprise), elle présente des œuvres plus ou moins connues, mais toutes pouvant être qualifiées de belles, malgré les changements des canons de beauté au fil des siècles. Il y a tout de même des petites choses qui me chiffonnent. Dans son introduction, elle semble regretter que la beauté ne soit vu que du prisme européen blanc, tout en parlant de statues de la Vierge noire. Or, elle ne rétablit pas l'équilibre : elle-même reste très européano-centrée. Les musées européens offrent pourtant des œuvres venues d'autres latitudes qui auraient tout à fait eu leur place dans l'un ou l'autre des chapitres (voire dans tous). Elle en fait un mini-chapitre, présente Néfertiti et une Vénus hottentote, et c'est tout.... Qu'est-ce que la beauté ? Bonne question. Pour tenter d'y répondre, Sophie Chauveau convoque peintres, poètes, romanciers, architectes. La beauté n'est pas qu'une représentation des corps : elle présente des paysages, des bâtiments, des animaux... Le beau se niche partout. En regard, ou en accompagnement, des extraits d’œuvres littéraires, considérées elles aussi comme de grandes qualités. Pour Chauveau, ce qui fait beauté, est sans doute ce qui reste au travers des siècles. Revisitant l'histoire de l'art depuis l'Antiquité jusqu'au 20è siècle (littérature comprise), elle présente des œuvres plus ou moins connues, mais toutes pouvant être qualifiées de belles, malgré les changements des canons de beauté au fil des siècles. Il y a tout de même des petites choses qui me chiffonnent. Dans son introduction, elle semble regretter que la beauté ne soit vu que du prisme européen blanc, tout en parlant de statues de la Vierge noire. Or, elle ne rétablit pas l'équilibre : elle-même reste très européano-centrée. Les musées européens offrent pourtant des œuvres venues d'autres latitudes qui auraient tout à fait eu leur place dans l'un ou l'autre des chapitres (voire dans tous). Elle en fait un mini-chapitre, présente Néfertiti et une Vénus hottentote, et c'est tout. C'est dommage, cela permettait aussi de confronter les canons de beauté ailleurs dans le temps et dans l'espace, avant le grand mouvement de la mondialisation. Et puis, il n'y a pas beaucoup de photos d'art, alors même que la couverture semble le promettre (avec une sublime photographie de Didier Gaillard). Enfin, j'imagine que dans un cas comme dans l'autre, il faut savoir faire des choix (et je pense que cela doit être assez ardu, sans compter les questions de droit). Malgré ces deux petites réserves, c'est un livre qui repose les yeux, sublimant des choses aussi simples et compliquées que le corps humain ou la nature... Je remercie Babelio et les éditions Omnibus pour l'envoi de ce très beau livre.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
            Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.