Lisez! icon: Search engine
L'Agrume
EAN : 9791090743250
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Format : 179 x 247 mm

Histoires de famille - BD Roman graphique

Date de parution : 18/05/2015
Un roman graphique magistral sur la fin de vie et la solitude.
Résumé : Pelle est auxiliaire de vie. Son travail consiste à se rendre chez des personnes dépendantes, principalement des personnes âgées en fin de vie, pour les aider pour la toilette, les repas, le ménage. Il va voir Gunnel dont les enfants lui reprochent sa négligence, puis file s’occuper d’Ingmar,... Résumé : Pelle est auxiliaire de vie. Son travail consiste à se rendre chez des personnes dépendantes, principalement des personnes âgées en fin de vie, pour les aider pour la toilette, les repas, le ménage. Il va voir Gunnel dont les enfants lui reprochent sa négligence, puis file s’occuper d’Ingmar, le vieux célibataire amoureux des plats surgelés. Il travaille parfois avec Liisa, sa collègue de l’agence qui pense qu’il est amoureux d’elle… Quand un vieux meurt, il y a les familles qui s’empressent de tout remettre dans l’ordre comme si aucun événement ne s’était passé, et ceux qui n’arrivent pas à faire leur deuil.Un livre éblouissant sur la fin de vie, qui en parle sans pathos, avec beaucoup de justesse et d’émotion. Un roman graphique d’une rare profondeur, dont on sort bouleversé !Pelle est auxiliaire de vie. Son travail consiste à se rendre chez des personnes dépendantes, principalement des personnes âgées en fin de vie, pour les aider pour la toilette, les repas, le ménage. Il va voir Gunnel dont les enfants lui reprochent sa négligence, puis file s’occuper d’Ingmar, le vieux célibataire amoureux des plats surgelés. Il travaille parfois avec Liisa, sa collègue de l’agence qui pense qu’il est amoureux d’elle… Quand un vieux meurt, il y a les familles qui s’empressent de tout remettre dans l’ordre comme si aucun événement ne s’était passé, et ceux qui n’arrivent pas à faire leur deuil. Un livre éblouissant sur la fin de vie, qui en parle sans pathos, avec beaucoup de justesse et d’émotion. Un roman graphique d’une rare profondeur, dont on sort bouleversé !
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791090743250
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Format : 179 x 247 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • david19721976 Posté le 13 Juin 2021
    Les bandes dessinées ont un pouvoir magique sur l'inconscient collectif pour des histoires fantaisistes ou fantastiques, auxquelles nous demeurons attacher, et ce depuis l'enfance. Ce pouvoir se perpétue à l'âge adulte. Cette fois-ci, fait rarissime, les bandes dessinées s'attaquent à un sujet sensible, celui de la vieillesse et la dépendance. Il s'en ai fallu d'un drôle de culot pour aborder le cheminement de la fin de vie avec autant de pertinence face aux dures réalités en dessins on ne peut plus explicites. En tout cas, les quelques exemplaires achetés ont été placés à côté des Rahans, des Tintins, les Astérix, d'autres bien plus récents, ont attiré l'attention des plus jeunes, voire plus âgés, sans équivoques. La pilule est passée naturellement en soulevant les questions, attendant des réponses logiques qui vont avec. Comme quoi, il n'y a pas lieu de faire tout un fromage pour ce à quoi nous serons un jour ou l'autre confrontés afin de reconnaître, mettre en avant les qualités sociales humanistes, affectives et compationnelles des accompagnateurs de la vie ordinaire, et pourquoi pas placer l'extraordinaire en avant, souvent fuit, pire: sciemment ignoré par peur, par le plus parfait commun des mortels. Une belle initiative pour raconter la... Les bandes dessinées ont un pouvoir magique sur l'inconscient collectif pour des histoires fantaisistes ou fantastiques, auxquelles nous demeurons attacher, et ce depuis l'enfance. Ce pouvoir se perpétue à l'âge adulte. Cette fois-ci, fait rarissime, les bandes dessinées s'attaquent à un sujet sensible, celui de la vieillesse et la dépendance. Il s'en ai fallu d'un drôle de culot pour aborder le cheminement de la fin de vie avec autant de pertinence face aux dures réalités en dessins on ne peut plus explicites. En tout cas, les quelques exemplaires achetés ont été placés à côté des Rahans, des Tintins, les Astérix, d'autres bien plus récents, ont attiré l'attention des plus jeunes, voire plus âgés, sans équivoques. La pilule est passée naturellement en soulevant les questions, attendant des réponses logiques qui vont avec. Comme quoi, il n'y a pas lieu de faire tout un fromage pour ce à quoi nous serons un jour ou l'autre confrontés afin de reconnaître, mettre en avant les qualités sociales humanistes, affectives et compationnelles des accompagnateurs de la vie ordinaire, et pourquoi pas placer l'extraordinaire en avant, souvent fuit, pire: sciemment ignoré par peur, par le plus parfait commun des mortels. Une belle initiative pour raconter la vraie vie, mettre à l'honneur les héros de nos aînés du quotidien en bandes dessinées.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lysette Posté le 3 Octobre 2017
    Histoires de famille, ou comment ouvrir un porte sur l'intimité de familles touchés par le handicap, la maladie, vieillesse et le deuil. Ce roman graphique nous propose une parenthèse, loin d'être agréable, dans le quotidien des auxiliaires de vies, des proches et des patients. Le récit n'a parfois rien de joyeux, car il dénonce des vérités qui blesse. Il met le doigt sur des dysfonctionnement sur lesquelles nous préférons fermer les yeux. Il n'épargne ni les soignants, ni les soignés. Le paradoxe étant que ce récit sombre est accompagné de graphisme coloré. De bulle ronde animé. Cela crée un contexte saisissant entre le récit et les images. Seul bémol, les passages narratifs très présent qui font parfois perdre le fil du récit. Bonne lecture à tous.
  • chachourak Posté le 7 Janvier 2016
    Histoires de famille est une bande-dessinée que je vous recommande si vous êtes touchés par les thèmes de la vieillesse et de la solitude et si vous aimez les graphismes épurés. Vous risquez cependant d’être déçus si vous attendez d’une bande-dessinée qu’elle vous touche en plein cœur et vous prenne aux tripes.
  • pilyen Posté le 13 Juin 2015
    Difficile de parler de la richesse de ces nouvelles graphiques venues de Suède. L'éditeur évoque la fin de vie de gens ordinaires et la solitude des proches qui accompagnent ces personnes âgées. C'est cela bien sûr, mais pas que. Je dirai que c'est aussi une pertinente description du travail de tous ces auxiliaires de vie, qui par leur présence, leur plus ou moins grande humanité, font que les plus anciens ont encore un semblant de vie décente. Mais on trouve aussi, en creux, une réflexion sur la disparition, sur cette fin qui guette tout un chacun et que certains appréhendent au jour le jour alors que d'autres la fuient. En suivant le travail de Pelle, jeune auxiliaire de vie , pas plus courageux ni empathique qu'un autre, jonglant entre les taches ménagères et la toilette d'anciens au bout du rouleau. on pénètre dans un quotidien rarement évoqué en bande dessinée. L'ingratitude du travail, le regard méfiant des proches se tenant pourtant à distance mais exigeant un service sans faille, les manies, les lubies de tous ces êtres dont le lien à la vie est vraiment ténu, sont évoqués sans fard. On peut éprouver, je le sens bien, une petite... Difficile de parler de la richesse de ces nouvelles graphiques venues de Suède. L'éditeur évoque la fin de vie de gens ordinaires et la solitude des proches qui accompagnent ces personnes âgées. C'est cela bien sûr, mais pas que. Je dirai que c'est aussi une pertinente description du travail de tous ces auxiliaires de vie, qui par leur présence, leur plus ou moins grande humanité, font que les plus anciens ont encore un semblant de vie décente. Mais on trouve aussi, en creux, une réflexion sur la disparition, sur cette fin qui guette tout un chacun et que certains appréhendent au jour le jour alors que d'autres la fuient. En suivant le travail de Pelle, jeune auxiliaire de vie , pas plus courageux ni empathique qu'un autre, jonglant entre les taches ménagères et la toilette d'anciens au bout du rouleau. on pénètre dans un quotidien rarement évoqué en bande dessinée. L'ingratitude du travail, le regard méfiant des proches se tenant pourtant à distance mais exigeant un service sans faille, les manies, les lubies de tous ces êtres dont le lien à la vie est vraiment ténu, sont évoqués sans fard. On peut éprouver, je le sens bien, une petite réticence à aller ouvrir ces "histoires de famille". Tout cela apparaît un peu plombant, pas glamour pour deux sous. Malgré un dessin simple, aux couleurs pastels (aux tonalités automnales quand même ) nous sommes très loin effectivement d'un album youp la boum. Ce n'est pas souvent que des grabataires et la mort qui va avec sont conviés au pays du 9 ème art. Cependant, au delà de ce thème peu porteur, Pelle Forshed nous propose, en plus de cette plongée au pays de l'ultime solitude, une véritable fresque extrêmement virtuose, tant au niveau du soin apporté à la restitution de ces tranches de vie qu'à la construction enchâssée tout en finesse de ces nouvelles. Avec ces airs de simplicité, le dessin regorge pourtant de petits détails pas si anodins que ça, apportant une force inouïe à ses récits, tous plus ambitieux les uns que les autres. Car, oui, il faut le dire, l'auteur ne se contente pas comme beaucoup d'autres, d'aligner des anecdotes, mais construit son récit de façon très littéraire, maniant diverses intrigues dans des tonalités différentes, du suspens genre Patricia Highsmith (La famille) au récit psychologique perturbant (Eau bouillante) en passant par un fulgurant et impressionnant récit de dernier souffle (Noir et blanc). La fin sur le blog
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés