En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Mystère de la chambre jaune

        Omnibus
        EAN : 9782258152564
        Façonnage normé : CARTONNE
        Nombre de pages : 384
        Format : 185 x 270 mm
        À Paraître
        Le Mystère de la chambre jaune

        Date de parution : 25/10/2018
        Réédition quasi à l'identique d'un magnifique album relié paru en 1910 enrichi de gravures et de planches hors texte, et augmenté d'un copieux dossier érudit et très illustré.
        Il y a le roman paru en feuilleton en 1907, classique du mystère en chambre, ou crime impossible, dans lequel apparaît le jeune et génial Joseph Rouletabille ; il y a ensuite la présente édition, réédition quasi à l'identique d'un album paru en 1910 chez Lafitte enrichi de 42 dessins... Il y a le roman paru en feuilleton en 1907, classique du mystère en chambre, ou crime impossible, dans lequel apparaît le jeune et génial Joseph Rouletabille ; il y a ensuite la présente édition, réédition quasi à l'identique d'un album paru en 1910 chez Lafitte enrichi de 42 dessins in texte au trait et de 13 planches hors texte signés du grand illustrateur Simont ; il y a enfin le riche dossier de Philippe Mellot et François San Millan sur le crime impossible dans l'édition populaire d'une part, sur Gaston Leroux et son œuvre d'autre part, présentant une centaine de documents rares ou inédits d'autre part.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258152564
        Façonnage normé : CARTONNE
        Nombre de pages : 384
        Format : 185 x 270 mm
        Omnibus
        32.00 €
        Date de parution: 25/10/2018
        Pré-commander

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • BenedicteBiblio Posté le 16 Septembre 2018
          Courant 2016, deux énormes coups de cœur marquaient ma vie de lectrice : La poupée sanglante ainsi que sa suite, La machine à assassiner. Inutile de vous dire que mon envie de découvrir les autres écrits de Gaston Leroux est toujours d’actualité. Le mystère de la chambre jaune (1907) est un grand classique du roman policier et, étrangement, à presque trente ans, je ne l’avais jusqu’ici toujours pas lu. J’ai d’autant plus souhaité m’offrir ce livre en apprenant qu’il avait tenu une grande place dans la vie d’Agatha Christie. Si le coup de cœur tant attendu n’a malheureusement pas été au rendez-vous cette fois-ci, j’ai malgré tout passé un bon moment. Château du Glandier. Alors que Mathilde Stangerson, la fille d’un éminent physicien, est entre la vie et la mort, un reporter âgé tout juste de dix-huit ans (notre fameux Rouletabille) espère bien lever le voile sur le mystère de la chambre jaune, pièce dans laquelle Mlle Stangerson a été agressée. Il réussit à pénétrer le domaine, et à gagner la confiance de Robert Darzac, fiancée de la victime, grâce à une simple phrase aussi étrange qu’énigmatique : “Le presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son... Courant 2016, deux énormes coups de cœur marquaient ma vie de lectrice : La poupée sanglante ainsi que sa suite, La machine à assassiner. Inutile de vous dire que mon envie de découvrir les autres écrits de Gaston Leroux est toujours d’actualité. Le mystère de la chambre jaune (1907) est un grand classique du roman policier et, étrangement, à presque trente ans, je ne l’avais jusqu’ici toujours pas lu. J’ai d’autant plus souhaité m’offrir ce livre en apprenant qu’il avait tenu une grande place dans la vie d’Agatha Christie. Si le coup de cœur tant attendu n’a malheureusement pas été au rendez-vous cette fois-ci, j’ai malgré tout passé un bon moment. Château du Glandier. Alors que Mathilde Stangerson, la fille d’un éminent physicien, est entre la vie et la mort, un reporter âgé tout juste de dix-huit ans (notre fameux Rouletabille) espère bien lever le voile sur le mystère de la chambre jaune, pièce dans laquelle Mlle Stangerson a été agressée. Il réussit à pénétrer le domaine, et à gagner la confiance de Robert Darzac, fiancée de la victime, grâce à une simple phrase aussi étrange qu’énigmatique : “Le presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat”. Or Frédéric Larsan, enquêteur de la police française, est déjà sur les lieux. Une compétition féroce s’engage alors entre les deux hommes pour espérer découvrir, le premier, le fin mot de l’histoire. J’apprécie beaucoup le ton suranné qui se dégage des écrits de Gaston Leroux. J’ai alors toujours le ressenti de pouvoir voyager dans le temps, de pouvoir toucher du bout des doigts le phrasé, le quotidien qui étaient d’actualité au début du XXe siècle. C’est toujours pour moi une expérience on ne peut plus passionnante ! Joseph Rouletabille est un jeune homme bavard, original, sûr de lui, qui n’a pas froid aux yeux. En faisant ici sa rencontre, je n’ai pu m’empêcher de penser au Tintin d’Hergé (qui lui aussi est un très jeune journaliste). J’ai apprécié réfléchir à ses côtés, même si je ne l’ai pas trouvé spécialement très attachant. Si je n’ai pas ressenti le coup de cœur tant espéré, c’est aussi peut-être parce que j’ai mis un peu de temps à entrer dans le roman. Heureusement, j’étais tellement impatiente de découvrir le secret de l’énigme (une fois celle-ci bien lancée) et d’en apprendre davantage sur ce que souhaitait nous cacher Mathilde Stangerson, que j’ai avancé plutôt rapidement dans ma lecture. Du côté du dénouement, celui-ci se montre intelligent et bien pensé. Je n’ai pas été surprise plus que ça par l’identité du (de la) coupable, car j’avais plus ou moins déjà soupçonné ce personnage au cours de l’intrigue. Pour autant, pour ce qui est du mobile, du déroulé de l’agression dans la chambre, j’étais totalement à côté de la plaque. Rouletabille est lui aussi un protagoniste qui semble cacher quelques secrets… Je lirai donc avec joie, d’ici quelques temps, Le parfum de la dame en noir.
          Lire la suite
          En lire moins
        • CherryBooks Posté le 10 Août 2018
          Classique du polar bien éxécuté, mené par le fameurx Rouletabille. Je me suis laissée transporté par cette enquete. De surprise en surprise, G.Leroux nous propose un roman de grande qualité où l'amour, la science, la famille et le secret sont au centre de cette histoire. Personnages atypiques, léger suspense et dénouement inattendu sont les ingrédients d'un bon polar. Ici, tout est réunis. Après Arthur Conan Doyle, Edgar Allan Poe et Agatha Christie, Gaston Leroux s'impose comme une écrivain emblématique et classique du polar. J'adore et j'en redemande encore !
        • Symphonia2 Posté le 28 Juillet 2018
          J’ai rapidement compris pourquoi ce livre était un classique. L’enquête est excellente, et repose sur un mystère épais qui paraît a priori sans solution. Très bon départ qui m’a enthousiasmée et qui m’a poussée à dévorer ce livre malgré sa longueur. Ce qui m’a beaucoup plu, c’est la manière qu’a Rouletabille de mener l’enquête, basée sur la logique et la réflexion. Ce qui m’a évidemment rappelé Hercule Poirot, pour qui une enquête se résout avant tout en utilisant ses petites cellules grises. Rouletabille a un peu le même procédé sauf qu’il appelle cela « prendre l’enquête par le bon bout de la raison ». Un autre détail m’a rappelé le célèbre détective d’Agatha Christie: le duo entre Rouletabille et le narrateur, qui est assez similaire à celui formé par Hercule Poirot et le capitaine Hastings. Le génie et le bon camarade qui aide mais qui ne comprend pas grand chose à l’affaire. Un bon point de plus! Je mettrais deux bémols cependant. L’enquête est plutôt longue, malgré le suspens qui nous tient jusqu’à la dernière page. L’enquête ralentit beaucoup à certains moments et on ne sait par quel miracle celle-ci va pouvoir avancer. De plus, le personnage de Rouletabille est un peu décevant.... J’ai rapidement compris pourquoi ce livre était un classique. L’enquête est excellente, et repose sur un mystère épais qui paraît a priori sans solution. Très bon départ qui m’a enthousiasmée et qui m’a poussée à dévorer ce livre malgré sa longueur. Ce qui m’a beaucoup plu, c’est la manière qu’a Rouletabille de mener l’enquête, basée sur la logique et la réflexion. Ce qui m’a évidemment rappelé Hercule Poirot, pour qui une enquête se résout avant tout en utilisant ses petites cellules grises. Rouletabille a un peu le même procédé sauf qu’il appelle cela « prendre l’enquête par le bon bout de la raison ». Un autre détail m’a rappelé le célèbre détective d’Agatha Christie: le duo entre Rouletabille et le narrateur, qui est assez similaire à celui formé par Hercule Poirot et le capitaine Hastings. Le génie et le bon camarade qui aide mais qui ne comprend pas grand chose à l’affaire. Un bon point de plus! Je mettrais deux bémols cependant. L’enquête est plutôt longue, malgré le suspens qui nous tient jusqu’à la dernière page. L’enquête ralentit beaucoup à certains moments et on ne sait par quel miracle celle-ci va pouvoir avancer. De plus, le personnage de Rouletabille est un peu décevant. Il ne m’a pas particulièrement marquée, je ne lui trouve pas vraiment de charisme. Il n’a pas ce petit quelque chose de particulier qui fait de lui un personnage unique en son genre. Néanmoins, la lecture a été très plaisante. L’intrigue tient toutes ses promesses et l’enquête reste passionnante à suivre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • aureliestrega Posté le 27 Juillet 2018
          Une jeune femme est agressée dans une pièce close où l'on ne retrouve personne d'autres. Une enquête menée par un jeune journaliste impertinent. Un policier têtu, un futur mari un peu louche, des découvertes scientifiques qui disparaissent... Après plusieurs atteintes à la vie de la jeune femme le jeune journaliste nous révèle enfin tout le mystère de cette chambre jaune.
        • georges13 Posté le 17 Juillet 2018
          le debut de tout
        Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
        Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com