RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Mystère de la chambre jaune

            Omnibus
            EAN : 9782258152564
            Façonnage normé : CARTONNE
            Nombre de pages : 384
            Format : 185 x 270 mm
            Le Mystère de la chambre jaune

            Date de parution : 25/10/2018
            Réédition quasi à l'identique d'un magnifique album relié paru en 1910 enrichi de gravures et de planches hors texte, et augmenté d'un copieux dossier érudit et très illustré.
            Il y a le roman paru en feuilleton en 1907, classique du mystère en chambre, ou crime impossible, dans lequel apparaît le jeune et génial Joseph Rouletabille ; il y a ensuite la présente édition, réédition quasi à l'identique d'un album paru en 1910 chez Lafitte enrichi de 42 dessins... Il y a le roman paru en feuilleton en 1907, classique du mystère en chambre, ou crime impossible, dans lequel apparaît le jeune et génial Joseph Rouletabille ; il y a ensuite la présente édition, réédition quasi à l'identique d'un album paru en 1910 chez Lafitte enrichi de 42 dessins in texte au trait et de 13 planches hors texte signés du grand illustrateur Simont ; il y a enfin le riche dossier de Philippe Mellot et François San Millan sur le crime impossible dans l'édition populaire d'une part, sur Gaston Leroux et son œuvre d'autre part, présentant une centaine de documents rares ou inédits d'autre part.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258152564
            Façonnage normé : CARTONNE
            Nombre de pages : 384
            Format : 185 x 270 mm
            Omnibus
            32.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Je ne résiste pas au plaisir de redécouvrir Gaston Leroux à travers cette nouvelle collection. »
            La Voix du Nord
            "Un très beau livre."
            Le Courrier de l'Ouest
            "Deux dossiers complètent ce beau livre."
            Les Affiches de la Haute-Savoie

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Dyslectrice Posté le 15 Mars 2019
              Et me voici embarqué à bord d'un roman policier classique, je vais pas vous mentir au début j'ai eu du mal avec les tournures de phrases, les descriptions à rallonge mais progressivement je me suis laissée embarquer par la poésie de la naration. Car oui je pense pouvoir le dire ... à l'époque les phrases étaient tout simplement mélodieusement construites ... Mise à part la plume de l'auteur à laquelle il a fallu m'adapter, l'histoire est vraiment bien ficelée .. je vous met au défis de trouver l'assassin, jusqu'à la dernière page on ne peut le deviner et c'est ce qui fait le charme de ce livre on ne comprend rien à l'histoire tout semble impossible et le jeune journaliste Rouletabille parvint à nous expliquer l'inexplicable.
            • Noemie67 Posté le 10 Février 2019
              Une jeune fille se fait agressée dans une chambre close dont personne n’a pu entrer ni sortir lors de l’agression... un père aux abois, des domestiques avec des secrets, un policier avec un unique suspect, un fiancé aux alibis troubles, et un tout jeune reporter brillantissime... Le première aventure de Rouletabille. Un journaliste aux allures d’Hercule Poirot, subtile, perspicace, cachotier, et terriblement intelligent... Un suspense de bout en bout... A dévorer !!
            • Franckync Posté le 6 Février 2019
              Titre : Le mystère de la chambre jaune Auteur : Gaston Leroux Année : 1907 Editeur : Le livre de poche Résumé : Qui a tenté de tuer Mlle Stangerson ? Comment l’agresseur a-t-il pu s’échapper de cette fameuse chambre jaune hermétiquement close ? Rouletabille mène l’enquête. Limier surdoué, gamin fantasque, le reporter va tenter de faire la lumière sur cette troublante affaire Mon humble avis : Adoubé par Agatha Christie, encensé par les surréalistes, par Cocteau, ce premier volet des aventures du jeune reporter Rouletabille marqua durablement l’histoire du roman policier. Plus d’un siècle plus tard, cette énigme de chambre close a-t-elle prit du plomb dans l’aile ? Ce n’est que mon humble avis, mais j’ai bien peur que oui. Si le début du roman de Leroux est nimbé d’un indéniable charme désuet, la suite de rebondissements, le déroulement de l’enquête et surtout le dénouement m’ont plongé dans l’expectative. J’étais curieux, motivé à l’idée de me frotter à l’illustre Rouletabille, précurseur de Tintin et d’autres reporters enquêteurs, mais ne garderais en mémoire qu’un début de texte prometteur puis une suite d’événements et de coups de théâtre qui m’ont laissé indifférent. J’ai peu de goût pour les romans d’enquête je dois bien l’avouer, ceci explique... Titre : Le mystère de la chambre jaune Auteur : Gaston Leroux Année : 1907 Editeur : Le livre de poche Résumé : Qui a tenté de tuer Mlle Stangerson ? Comment l’agresseur a-t-il pu s’échapper de cette fameuse chambre jaune hermétiquement close ? Rouletabille mène l’enquête. Limier surdoué, gamin fantasque, le reporter va tenter de faire la lumière sur cette troublante affaire Mon humble avis : Adoubé par Agatha Christie, encensé par les surréalistes, par Cocteau, ce premier volet des aventures du jeune reporter Rouletabille marqua durablement l’histoire du roman policier. Plus d’un siècle plus tard, cette énigme de chambre close a-t-elle prit du plomb dans l’aile ? Ce n’est que mon humble avis, mais j’ai bien peur que oui. Si le début du roman de Leroux est nimbé d’un indéniable charme désuet, la suite de rebondissements, le déroulement de l’enquête et surtout le dénouement m’ont plongé dans l’expectative. J’étais curieux, motivé à l’idée de me frotter à l’illustre Rouletabille, précurseur de Tintin et d’autres reporters enquêteurs, mais ne garderais en mémoire qu’un début de texte prometteur puis une suite d’événements et de coups de théâtre qui m’ont laissé indifférent. J’ai peu de goût pour les romans d’enquête je dois bien l’avouer, ceci explique sans doute cela. Je n’ai jamais lu Agatha Christie, Arthur Conan Doyle et Hergé m’a toujours profondément ennuyé. Je connais bien évidemment Hercule Poirot, Tintin ou Sherlock Holmes mais seulement par les versions modernes et cinématographiques. La lecture du mystère de la chambre jaune, que beaucoup considère comme un chef d’oeuvre, m’aura donc passablement déçu, et je le regrette. J’achète ? : Les ayants droit de l’illustre Gaston Leroux me pardonneront, mais non. Le mystère de la chambre jaune m’a paru daté, suranné, malgré un charme indéniable. Pour amateurs éclairés sans doute. Je ne désespère pourtant pas, et me lancerais prochainement à l’assaut d’une autre oeuvre de Leroux – Le fantôme de l’opéra – sur laquelle je fonde de grands espoirs .
              Lire la suite
              En lire moins
            • Syl Posté le 7 Décembre 2018
              Cette histoire comme nous l'annonce dès les premières pages le narrateur, est l'une des plus grandes énigmes des affaires criminelles. Elle dépasserait les enquêtes de Sir Arthur Conan Doyle et l'imagination fantasque d'Edgar Allan Poe. Elle prend ses racines en Amérique et elle s'épanouit en France, sur le vieux continent. C'est son ami le jeune Joseph Rouletabille, reporter dans un grand journal, qui a résolu le mystère et qui dans un coup de maître, un coup d'éclat, en a divulgué toute la teneur en plein procès. Mais de la vérité, la justice et les médias n'en connaîtront qu'une partie, et c'est quelques années plus tard que le narrateur prend la plume pour nous la dévoiler. La nuit du 25 octobre 1892, au château du Glandier dans la campagne d'Epinay-sur-Orge, on a découvert la fille du propriétaire, le professeur Stangerson, inconsciente dans sa chambre et gravement blessée à la tempe et à la gorge. le mystère de la chambre jaune tient du fait que la porte était verrouillée de l'intérieur et que les volets étaient fermés. La jeune femme gisante au sol et la trace ensanglantée d'une main sur le mur sont les seules représentations de l'agression. La chambre étant mitoyenne au laboratoire... Cette histoire comme nous l'annonce dès les premières pages le narrateur, est l'une des plus grandes énigmes des affaires criminelles. Elle dépasserait les enquêtes de Sir Arthur Conan Doyle et l'imagination fantasque d'Edgar Allan Poe. Elle prend ses racines en Amérique et elle s'épanouit en France, sur le vieux continent. C'est son ami le jeune Joseph Rouletabille, reporter dans un grand journal, qui a résolu le mystère et qui dans un coup de maître, un coup d'éclat, en a divulgué toute la teneur en plein procès. Mais de la vérité, la justice et les médias n'en connaîtront qu'une partie, et c'est quelques années plus tard que le narrateur prend la plume pour nous la dévoiler. La nuit du 25 octobre 1892, au château du Glandier dans la campagne d'Epinay-sur-Orge, on a découvert la fille du propriétaire, le professeur Stangerson, inconsciente dans sa chambre et gravement blessée à la tempe et à la gorge. le mystère de la chambre jaune tient du fait que la porte était verrouillée de l'intérieur et que les volets étaient fermés. La jeune femme gisante au sol et la trace ensanglantée d'une main sur le mur sont les seules représentations de l'agression. La chambre étant mitoyenne au laboratoire du père où celui-ci travaillait avec son vieux serviteur, Père Jacques, on se demande alors par où se serait enfui le criminel… Délégué par son rédacteur en chef, Rouletabille embarque avec lui Sainclair (le narrateur) pour investiguer au château, marchant ainsi sur les pas de la police et se confrontant à l'inspecteur Larsan qui en tant qu'enquêteur a déjà une belle notoriété derrière lui. Rouletabille fait le plan du pavillon du parc qui regroupe le laboratoire, la chambre de Mathilde et les appartements à l'étage de Père Jacques, et rencontre les habitants du domaine ; M. Darzac le fiancé qui devait l'épouser et les domestiques. Aucun indice, aucun suspect à noter, mais il est une certitude pour lui, ce ne sont pas les premiers inculpés par la police qui sont coupables. Quand Mathilde se réveille de son coma, tout le monde espère avoir des explications. Mais la demoiselle, encore confuse et taiseuse, n'en donne pas. Les questions sont nombreuses ! Pourquoi, qui, comment ? Surtout que très vite, le petit reporter pense qu'un deuxième attentat serait à craindre… Le roman de Gaston Leroux est sublimé dans cette belle collection Omnibus qui joint à la fin toute une documentation illustrée des maîtres du « crime impossible », de 1838 à 1945, ainsi que la biographie de l'écrivain, par Philippe Mellot. L'esthétique classique et riche des livres anciens, avec les gravures de la première édition en 1908, ajoute un charme supplémentaire à la lecture… Ce roman paru en feuilleton dans le journal L'Illustration un an auparavant, est la première aventure du jeune Rouletabille. Grande énigme qui fut saluée et reconnue par les maîtres du genre, elle est machiavélique dans toute sa construction et mène à un final renversant. L'enquête n'est pas facile et Mathilde ne fait rien pour aider. On voit qu'elle a un secret et qu'elle est soutenue en cela par Darzac qui est à son tour inculpé. Au fil des pages, les écrits du narrateur qui suit Rouletabille se complètent avec les rapports de justice, et l'écheveau se dénoue lentement, accusant parfois quelques longueurs narratives, et pourtant bien maîtrisées. Les personnages, l'époque, les décors, la plongée dans la fin du XIXe siècle est très intéressante, et le XXe est amené par la jeunesse, la fougue, la vivacité intellectuelle, de Rouletabille. Un classique excellent, à lire ou à relire dans cette belle version.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Vilo2 Posté le 19 Novembre 2018
              J'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce vieux classique policier que je ne connaissais pas! Qu'est-ce qui motive la lecture de ce genre de livre en 2018? A l'heure où la production de polars et de thrillers envahit les librairies? Le charme d'antan, justement! Rouletabille est le fils spirituel de Sherlock Holmes et d'Arsène Lupin. D'ailleurs, le roman a cuit dans le même moule : les exploits d'un détective exceptionnellement doué son racontés par son meilleur ami qui, comme le lecteur, ne comprend rien à rien et est à la fois émerveillé et agacé par le talent et la verve du génie. Chez Leroux, pas de temps mort, la lecture est fluide et facile, pourtant, l'intrigue piétine un peu et se réduit à pas grand chose. Mais les protagonistes ont des secrets... Les révélations finales sont un peu théâtrales, cela aussi s'inscrit dans la mode d'une époque. Il en reste que, comparativement à la production actuelle, les crimes et les enquêtes des personnages ne sont vus que sous l'angle exclusivement humain, et pas sous celui d'une technologie abracadabrante ou de complots politico-financiers. Et je préfère. Mais chacun ses goûts...
            Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
            Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Omnibus

              Fêtez Noël avec les éditions Omnibus !

              La période des fêtes approche à grand pas et vous ne savez toujours pas quoi offrir pour Noël ? Des amateurs de cinéma aux adeptes de grands classiques en passant par les rêveurs férus de littérature de l’imaginaire, nous vous avons concocté une sélection de Noël à la hauteur de vos attentes ! De quoi vous donner quelques idées…

              Lire l'article