RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Mystère de la chambre jaune

            Omnibus
            EAN : 9782258152564
            Façonnage normé : CARTONNE
            Nombre de pages : 384
            Format : 185 x 270 mm
            Le Mystère de la chambre jaune

            Date de parution : 25/10/2018
            Réédition quasi à l'identique d'un magnifique album relié paru en 1910 enrichi de gravures et de planches hors texte, et augmenté d'un copieux dossier érudit et très illustré.
            Il y a le roman paru en feuilleton en 1907, classique du mystère en chambre, ou crime impossible, dans lequel apparaît le jeune et génial Joseph Rouletabille ; il y a ensuite la présente édition, réédition quasi à l'identique d'un album paru en 1910 chez Lafitte enrichi de 42 dessins... Il y a le roman paru en feuilleton en 1907, classique du mystère en chambre, ou crime impossible, dans lequel apparaît le jeune et génial Joseph Rouletabille ; il y a ensuite la présente édition, réédition quasi à l'identique d'un album paru en 1910 chez Lafitte enrichi de 42 dessins in texte au trait et de 13 planches hors texte signés du grand illustrateur Simont ; il y a enfin le riche dossier de Philippe Mellot et François San Millan sur le crime impossible dans l'édition populaire d'une part, sur Gaston Leroux et son œuvre d'autre part, présentant une centaine de documents rares ou inédits d'autre part.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258152564
            Façonnage normé : CARTONNE
            Nombre de pages : 384
            Format : 185 x 270 mm
            Omnibus

            Ils en parlent

            « Je ne résiste pas au plaisir de redécouvrir Gaston Leroux à travers cette nouvelle collection. »
            La Voix du Nord
            "Un très beau livre."
            Le Courrier de l'Ouest
            "Deux dossiers complètent ce beau livre."
            Les Affiches de la Haute-Savoie

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Florellia Posté le 5 Octobre 2019
              J'ai écouté avec plaisir "Le Mystère de la chambre jaune", très bien lu par Jacques Roland (Le livre qui parle). Sa diction claire et tonique a soutenu mon attention et m'a permis d'apprécier les qualités de cette intrigue policière, autant pour le talent de conteur de l'auteur que pour la description d'une époque révolue mais si proche. Il y a relativement peu d'affectif dans cette histoire, à part les sentiments de M. Darzac et de Mathilde, à peine effleurés, et ceux d'un personnage que je ne nomme pas (pour ceux qui ne l'ont pas lu). Le caractère de Rouletabille est enthousiaste et celui-ci sera finalement touché personnellement par cette affaire, mais il mène son enquête avec toute la logique et le sang-froid qui s'imposent. Les personnages et les lieux sont décrits avec soin et l'enquête va son bonhomme de chemin. L'auteur nous révélant à la fin la simple mais fantastique solution de l'intrigue, ainsi que la perspicacité de Rouletabille, enquêteur infatigable et intrépide, avec un côté secret. J'apprécie aussi cet épisode en tant que prélude au roman "Le Parfum de la dame en noir", que je trouve plus riche en émotions, en interactions et en personnages, comme en paysages magnifiques. Ces... J'ai écouté avec plaisir "Le Mystère de la chambre jaune", très bien lu par Jacques Roland (Le livre qui parle). Sa diction claire et tonique a soutenu mon attention et m'a permis d'apprécier les qualités de cette intrigue policière, autant pour le talent de conteur de l'auteur que pour la description d'une époque révolue mais si proche. Il y a relativement peu d'affectif dans cette histoire, à part les sentiments de M. Darzac et de Mathilde, à peine effleurés, et ceux d'un personnage que je ne nomme pas (pour ceux qui ne l'ont pas lu). Le caractère de Rouletabille est enthousiaste et celui-ci sera finalement touché personnellement par cette affaire, mais il mène son enquête avec toute la logique et le sang-froid qui s'imposent. Les personnages et les lieux sont décrits avec soin et l'enquête va son bonhomme de chemin. L'auteur nous révélant à la fin la simple mais fantastique solution de l'intrigue, ainsi que la perspicacité de Rouletabille, enquêteur infatigable et intrépide, avec un côté secret. J'apprécie aussi cet épisode en tant que prélude au roman "Le Parfum de la dame en noir", que je trouve plus riche en émotions, en interactions et en personnages, comme en paysages magnifiques. Ces deux romans qui se suivent ont été publiés en 1907 et 1908 (les récits se déroulent en 1892 et 1895). Ce qui donne un côté "rétro" et j'apprécie ce plongeon d'un siècle en arrière, où l'on se déplaçait à pied, en carriole ou en train...
              Lire la suite
              En lire moins
            • Taraxacum Posté le 18 Septembre 2019
              Quel plaisir de relire ce classique du roman policier, qui est selon moi le meilleur exemple de problème de chambre close, bien meilleur que la version de Conan Doyle par exemple. Mon souvenir de l'intrigue était assez précis, même si certains points s'étaient effacés de ma mémoire, comme les circonstances qui ont amené à identifier la dame en noir en la personne de Mathilde. Est-il besoin encore de présenter l'intrigue de ce classique ? Ce problème insoluble d'assassin semblant s'être dissous dans l'air, et le jeune Rouletabille, petit reporter, décidé à prendre l'affaire par le bon bout de la logique, pour se faire un nom et prouver que l'inspecteur de la Sûreté qui est sur le coup raisonne comme une savate. C'est brillamment écrit, c'est palpitant, c'est délicieux, c'est définitivement à lire, amateur de polars ou pas.
            • iz43 Posté le 27 Août 2019
              Pour résoudre le mystérieux crime de la chambre jaune, pas de moyens modernes. Exit les tests ADN et cie. Laissez la place au raisonnement, aux empreintes de chaussures relevées à l aide de papier et surtout il faut prendre sa raison par le bon bout . C est la démonstration magistrale à laquelle se livre un jeune journaliste et enquêteur a l ego surdimensionné mais au raisonnement à la hauteur de sa confiance en lui, le dénommé Rouletabille. Ce n est pas un personnage très attachant. Il paraît imbu de sa personne. Mais Il a le mérite d éviter à un innocent d être condamné pour un crime qu' il n avait pas commis. J ai aimé suivre les réflexions de Rouletabille, faire tourner mes propres méninges pour résoudre l affaire. Même si j ai trouvé que le récit traînait en longueur je me suis réjouis du procès et de la résolution de l énigme.
            • tiptop92 Posté le 23 Août 2019
              Gaston Leroux - Le Mystère de la chambre jaune - 1907 : On peut très fortement supposer qu’Hergé s’est inspiré du personnage de Rouletabille pour créer Tintin. Le même métier (reporter), la même jeunesse et le même sens logique qui leurs permettait de résoudre les mystères auxquels ils étaient tous les deux confrontés. De plus l’action de ce livre écrit en 1907 se déroulait dans le château du Glandier voisin par sa description de celui de Moulinsart qui devint après l'affaire "Rackham le rouge" la propriété du capitaine Haddock. Outre les tintinophiles tout le monde pourra s'intéresser à cette enquête d'un autre temps ou l’action se jouait exclusivement dans la tête des protagonistes plutôt que dans leur capacité à déployer un arsenal d’outils scientifiques de premier plan. Exit donc "les experts" et bienvenu au "bon bout de la raison" formule consacrée de notre enquêteur en herbe. Il faut dire qu'il en fallait de l'astuce et du raisonnement pour venir à bout de l'énigme proposée dans ce roman. En effet en tentant de tuer Mlle Stangerson dans la chambre jaune du bâtiment, l'assassin commettait certes un acte ignoble mais en plus il disparaissait sans laisser de traces d’une pièce dont la... Gaston Leroux - Le Mystère de la chambre jaune - 1907 : On peut très fortement supposer qu’Hergé s’est inspiré du personnage de Rouletabille pour créer Tintin. Le même métier (reporter), la même jeunesse et le même sens logique qui leurs permettait de résoudre les mystères auxquels ils étaient tous les deux confrontés. De plus l’action de ce livre écrit en 1907 se déroulait dans le château du Glandier voisin par sa description de celui de Moulinsart qui devint après l'affaire "Rackham le rouge" la propriété du capitaine Haddock. Outre les tintinophiles tout le monde pourra s'intéresser à cette enquête d'un autre temps ou l’action se jouait exclusivement dans la tête des protagonistes plutôt que dans leur capacité à déployer un arsenal d’outils scientifiques de premier plan. Exit donc "les experts" et bienvenu au "bon bout de la raison" formule consacrée de notre enquêteur en herbe. Il faut dire qu'il en fallait de l'astuce et du raisonnement pour venir à bout de l'énigme proposée dans ce roman. En effet en tentant de tuer Mlle Stangerson dans la chambre jaune du bâtiment, l'assassin commettait certes un acte ignoble mais en plus il disparaissait sans laisser de traces d’une pièce dont la porte et les volets étaient fermés de l'intérieur. La police étant évidemment à la ramasse, c'était notre jeune journaliste assisté de son ami avocat qui allait dérouler la bobine d'une enquête pleine de questionnements et de rebondissements. Ce livre qui sentait bon pour les nostalgiques l'époque où les brigades du tigre occupaient les samedi après-midi à la télévision permettait de passer un très bon moment même si en faisant monter tout au long de l'histoire la mayonnaise il risquait par sa fin sans éclats de décevoir quelque peu le lecteur de notre époque habitué à des résolutions d’affaires autrement plus spectaculaires. Mais justement on n’était pas dans un thriller moderne ici. Il n’y avait pas de coup de théâtre de dernière minute pour raccrocher le chaland, ni de flots d'hémoglobine ou d'intervention diabolique pour flatter les amateurs d’horreur ou de surnaturel, mais juste de l'intelligence et de la déduction pratique. "Le mystère de la chambre jaune" mine de rien reste une base et un classique pour beaucoup d’écrivains qui enrichiront le style au point d’en faire pour certain des symphonies de violence et de terreur (Chattam, Grangé ou Frank Thilliez)… une bonne séance de Cluedo littéraire
              Lire la suite
              En lire moins
            • CatherineCollet Posté le 16 Août 2019
              Classique du roman policier ! Il a un peu vieilli, certes mais cela en fait aussi le charme rétro Tout le monde connais ou a entendu parler de ce livre. Tout simplement génial. Intrigue parfaite, imagination de l'auteur stupéfiante.Suspens bien mené Un livre prenant, bien écrit. On croit à tout moment avoir découvert le coupable !!! Et en fait on en est très loin
            Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
            Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Omnibus

              Fêtez Noël avec les éditions Omnibus !

              La période des fêtes approche à grand pas et vous ne savez toujours pas quoi offrir pour Noël ? Des amateurs de cinéma aux adeptes de grands classiques en passant par les rêveurs férus de littérature de l’imaginaire, nous vous avons concocté une sélection de Noël à la hauteur de vos attentes ! De quoi vous donner quelques idées…

              Lire l'article