Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749116846
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Nombre de pages : 216
Format : 120 x 190 mm

Le plus drôle de McSweeney's

Collection : Le Sens de l'humour
Date de parution : 07/05/2013

Vous avez toujours rêvé de savoir :



Comment Jean-Paul Sartre répondait à ses interlocuteurs lorsqu’il travaillait au standard des urgences de la police ?

Ce qui se passe dans la tête de Robert Plant pendant les solos de Jimmy Page ?

La vérité sur le séjour de Jorge Luis Borges...

Vous avez toujours rêvé de savoir :



Comment Jean-Paul Sartre répondait à ses interlocuteurs lorsqu’il travaillait au standard des urgences de la police ?

Ce qui se passe dans la tête de Robert Plant pendant les solos de Jimmy Page ?

La vérité sur le séjour de Jorge Luis Borges chez les scouts ?

Ce qui se passe dans l’atelier d’écriture d’Homer Simpson ?

Quels sont les rapports qu’entretient Winnie l’Ourson avec ses collègues de bureau ?

Ce qu’on peut faire à Denver, Colorado, quand on est mort ?

Ce que révèle Noam Chomsky dans son commentaire audio du Seigneur des anneaux ?

Ce que montre un examen détaillé du broyeur d’ordures de l’Étoile de la mort de La Guerre des étoiles ?

Quels sont les dix plus mauvais films de tous les temps, selon Ezra Pound ?

Alors lisez ce livre, le livre d’humour le plus jubilatoire et le plus déjanté de son temps, qui pour notre plus grand bonheur, contient également des conseils avisés pour le touriste en goguette à Brême, à Dresde, à Düsseldorf et dans quelques grandes villes allemandes.


Ces textes ont été sélectionnés par le comité éditorial de McSweeney’s, la légendaire revue littéraire fondée en 1998 par Dave Eggers.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749116846
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Nombre de pages : 216
Format : 120 x 190 mm
Cherche midi

Ils en parlent

Mise en garde de Dave Eggers, le fondateur de la revue McSweeney's : « Vous allez être envahis par une telle joie que vous risquez d'avoir envie de vous cogner la tête contre un mur dans le jardin. » Oui, mais ça vaut le coup.

Hélèna Villovitch / ELLE

Histoires drôles. Fer de lance de la jeune littérature américaine, la revue McSweeney's dévoile ses textes les plus mordants et décalés. Une machine comique infernale.

Emily Barnett / LES INROCKS

C'est intello, frappé et fantasque. On rêve d'une revue française dotée d'un égal sens de l'humour. Ah, les Amériques...

Johanna Luyssen / CAUSETTE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BruC Posté le 18 Mars 2020
    Les miscellanées, ou mélanges, sont un genre littéraire à part entière qui a fait les beaux jours de nombreux lecteurs et qui a été redécouvert au début des années 2000 (on se souvient de l'excellent Les Miscellanées de Mr Schott). La revue papier et Internet McSweeney (fondée en 1998, nous apprend le 4e de couverture) s'est donnée pour mission d'allier textes sérieux (fictionnels et d'investigation) et publications humoristiques : "un rêve de pierre ou plutôt de bois pétrifié", reconnaît avec dérision le rédacteur en chef Dave Eggers. Ce mélange, Le plus drôle de McSweeney's, est proposé au lecteur français qui découvrira sans doute, par la même occasion, ce journal hors du commun. Ces miscellanées, on l'aura compris, font la part belle à l'humour, souvent noir, au non-sens anglais (bien que McSweeney's sévisse aux États-Unis), aux incongruités et à l'absurdité, utilisant à foison détournements, pastiches, créations littéraires jouant sur l'anachronisme ou listes sans queue ni tête. Au menu de ces réjouissances, on retiendra la thèse argumentée sur l'impossibilité technique du compacteur d'ordures de l'Étoile de la Mort dans Star Wars, le commentaire sociologique décalé (et imaginaire) de Noam Chomsky et Howard Zinn sur la première partie du Seigneur des Anneaux, une liste comparant... Les miscellanées, ou mélanges, sont un genre littéraire à part entière qui a fait les beaux jours de nombreux lecteurs et qui a été redécouvert au début des années 2000 (on se souvient de l'excellent Les Miscellanées de Mr Schott). La revue papier et Internet McSweeney (fondée en 1998, nous apprend le 4e de couverture) s'est donnée pour mission d'allier textes sérieux (fictionnels et d'investigation) et publications humoristiques : "un rêve de pierre ou plutôt de bois pétrifié", reconnaît avec dérision le rédacteur en chef Dave Eggers. Ce mélange, Le plus drôle de McSweeney's, est proposé au lecteur français qui découvrira sans doute, par la même occasion, ce journal hors du commun. Ces miscellanées, on l'aura compris, font la part belle à l'humour, souvent noir, au non-sens anglais (bien que McSweeney's sévisse aux États-Unis), aux incongruités et à l'absurdité, utilisant à foison détournements, pastiches, créations littéraires jouant sur l'anachronisme ou listes sans queue ni tête. Au menu de ces réjouissances, on retiendra la thèse argumentée sur l'impossibilité technique du compacteur d'ordures de l'Étoile de la Mort dans Star Wars, le commentaire sociologique décalé (et imaginaire) de Noam Chomsky et Howard Zinn sur la première partie du Seigneur des Anneaux, une liste comparant les noms des personnages de la trilogie de Tolkien avec ceux de meubles Ikea, le rejet de la pension d'invalidité de Grégor Samsa, le personnage de La Métamorphose de Kafka, les commentaires d'ateliers d'écriture, toujours imaginaires, au sujet de l'Ulysse de James Joyce puis de l'Odyssée d'Homère, treize consignes d'écriture discutables, un chapitre sur les parodies d'En Attendant Godot (par exemple En attendant En attendant Godot, Université de Reed, 1974), un extrait de la biographie de Steven Seagal, un conte érotique intitulé Chuck Norris et Moi, des biographies caviardées où le réel se mêle à la fiction (Harrison Ford, Samuel L. Jacskson et Arnold Schwarzenegger) ou de multiples listes parfaitement inutiles, quoique souvent très bien vues. Ce joyeux mélange ravira ceux pour qui la littérature ne doit jamais abandonner l'humour et la fantaisie. En préface, le rédacteur de McSweeney's le dit autrement : "Nous vous encourageons à suivre cette impulsion, et à ne jamais cesser de rêver, même si vos rêves se changent en oiseaux qui ne peuvent voler, ou explosent en vol, comme frappés par la chevrotine." Et Dave Eggers de conclure ainsi, avec un flegme un rien britannique : "La chasse c'est top."
    Lire la suite
    En lire moins
  • ChryseiaVonSourde Posté le 16 Mai 2015
    La revue McSweeney’s a été fondée en 1998 à San Francisco par Dave Eggers. Ovni littéraire, d’abord underground, bientôt branchée, elle publie à l’origine des auteurs ailleurs refusés, dont la plume alerte et humoristique séduit Eggers. Attirant bientôt de grands noms aux côtés des débutants auxquels elle continue d’ouvrir ses pages, elle est aujourd’hui établie et reconnue, et s’intègre dans un ensemble plus vaste (vous pouvez visiter le site Internet McSweeney’s pour voir ce qu’il propose). En 2013, le Cherche midi la porte à la connaissance du public français en publiant une anthologie de ses « meilleurs » textes traduits en français, sous le titre : Le plus drôle de McSweeney’s. Suite de la critique sur mon blog !
  • ValentineF Posté le 16 Août 2013
    Ce petit recueil est un bijoux d'humour. Certains articles nécessitent un minimum de culture geek (Star Wars et le Seigneur des Anneaux), mais il reste très abordable pour ceux ayant peut-être un humour plus noir que les autres.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !