Lisez! icon: Search engine
Le Robert
EAN : 9782321016762
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Nombre de pages : 80
Format : 215 x 265 mm

Les mots ont des oreilles

,

Date de parution : 14/10/2021
Si les mots ont des oreilles, c'est pour nous entendre rire ! Embarquez dans l'aventure avec Daniel Pennac et Florence Cestac. 
Pour rire on dit aussi :
Rigoler, se poiler, se bidonner, se boyauter, s’esclaffer, se gondoler, se fendre la pêche, la poire, la pipe, la tirelire, s’en payer une tranche. On rit aux larmes, on rit à se tenir les côtes, à gorge déployée, à se rouler par terre, à faire ...
Pour rire on dit aussi :
Rigoler, se poiler, se bidonner, se boyauter, s’esclaffer, se gondoler, se fendre la pêche, la poire, la pipe, la tirelire, s’en payer une tranche. On rit aux larmes, on rit à se tenir les côtes, à gorge déployée, à se rouler par terre, à faire  pipi dans sa culotte. On rit comme une baleine, on rit comme un bossu, on rit comme un fou. On pleure de rire, on se tord de rire, on explose de rire,  on peut mourir de rire. On peut même être mort de rire et continuer à rigoler.

Voilà les expressions qu’utilisent nos corps quand ils s’amusent.  En tout cas ceux de Florence Cestac et de Daniel Pennac. Pas les vôtres ?

EXTRAITS CHOISIS
« Alors, là, je ne vois absolument pas comment on peut faire ses devoirs les doigts dans le nez ! Tu t’imagines, écrire une rédac les doigts dans le nez ? Et à l’oral, répondre au prof les doigts dans le nez ? Et faire de la gym les doigts dans le nez ? »

« À propos de mots et d’images, l’autre soir tante Mogne a mis les pieds dans le plat. Et c’était bien dommage parce que Morello et Anna nous avaient fait un bon couscous. »

« Quand Robert était petit et qu’il venait jouer à la maison il connaissait déjà des tas de mots que nous ignorions.
— Je suis un vrai dictionnaire, disait-il.
— Dis donc, tu as les chevilles qui enflent ou quoi ? »


LA PRESSE EN PARLE :
« Pennac-Cestac unis pour le meilleur, le rire, l’humour et la langue française. Il ne peut y avoir un plus beau mariage pour jouer sur les sens. » Ligne claire

Les auteurs

Daniel Pennac : écrivain français reconnu, auteur de livres pour la jeunesse et de séries à succès telles que la Saga Malaussène, Chagrin d'école, Kamo, L'oeil du loup, ou encore le Journal d'un corps. Brisant les codes classiques de la littérature, il a reçu de nombreux prix pour l'ensemble de ses oeuvres.

Florence Cestac : grand nom de la bande dessinée et fondatrice des éditions Futuropolis en 1975. Travaillant aussi bien pour un public enfantin (Mickey avec Les Déblok) qu'adulte (Le démon de midi), elle ne change pas pour autant de style visuel, ses personnages à gros nez étant reconnaissables du premier coup d'oeil. En 2000, elle fut le Grand Prix du Festival d'Angoulême.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782321016762
Façonnage normé : RELIE-ALB.
Nombre de pages : 80
Format : 215 x 265 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PascalMalosse Posté le 25 Décembre 2021
    Cet album permet de se rendre compte de l'importance du langage imagé au quotidien. Les dessins de Florence Cestac amusent, font toujours mouche quand il s'agit de souligner l'absurdité de certaines expressions. Les textes de Daniel Pennac sont malicieux, proposent des ponts entre les images, des jeux de mots, côtoyant souvent le monde des adultes, mais avec un regard ironique et attendrissant. Un livre qui n'est pas destiné aux seuls enfants. Je pense qu'il peut être très utile dans le cadre des cours de français langue étrangère (FLE).
  • SylvieBelgrandReims Posté le 17 Décembre 2021
    Quand deux pointures comme Daniel Pennac et Florence Cestac s'associent pour nous faire sourire, ce serait dommage de bouder notre plaisir sous prétexte que c'est plutôt destiné à un public jeunesse. Alors retrouvons notre âme d'enfant pour nous bidonner devant l'osmose parfaite entre la prose de Daniel Pennac et les dessins de Florence Cestac. Le "parler" français est plein de poésie et d'images qui, quand elles sont prises au pied de la lettre, deviennent hilarantes. #LesMotsOntDesOreilles #DanielPennac #FlorenceCestac #LeRobert #LivreIllustré #BD #Dictionnaire #chroniques #lecture #livres #babelio Le quatrième de couverture : En compagnie de la joyeuse bande que forment Lulle, Anna, Litsou, Morello, Tante Mogne, Pépère, le colonel Balthazar et même le petit Robert, nous voilà embarqués dans une suite de saynètes et de dialogues imaginés par Daniel Pennac autour d’une quarantaine d’expressions sur le corps humain : jeter un œil, avoir un poil dans la main, se faire un sang d’encre, faire des pieds et des mains…
  • Virgule-Magazine Posté le 13 Décembre 2021
    Dans le langage courant, on passe sans cesse du propre (« Quand les mots ne disent que ce qu’ils disent ») au figuré (« Quand on emploie des images pour parler »). Daniel Pennac et Florence Cestac proposent un ouvrage qui explique – avec humour – le sens des expressions de la vie quotidienne, comme « les murs ont des oreilles », « manger un clown » ou « clouer le bec à quelqu’un ». L’avis de Colette, 13 ans : Cet album sur le sens figuré et les expressions est rigolo et sympa à lire. Il explique d’une manière détournée, avec des personnages, le sens de ces expressions. Le fait qu’il est encadré d’images le rend encore plus facile à lire qu’il ne l’est déjà. Les dessins, en accord avec le texte, accentuent le sens figuré de ces drôles d’expressions que l’on utilise au quotidien. L'avis de la rédaction : Daniel Pennac et Florence Cestac unissent leurs talents pour nous offrir un livre aussi utile et intelligent que drôle.
  • RChris Posté le 13 Décembre 2021
    On ne présente pas Florence Cestac, à l’origine des éditions Futuropolis, qui dessine depuis près de 50 ans des personnages aux nez proéminents. On ne présente pas Daniel Pennac, un cancre devenu professeur de littérature et écrivain, qui proposa aussi des scénarii à des auteurs de B.D. (Achdé, Tardi et Cestac). Ils se sont alliés pour illustrer par des textes et des dessins pleins d'humour des expressions imagées utilisées dans leur sens figuré, que nous connaissons tous (sauf, pour moi, “avoir la taupe au guichet”). Ils essaient parfois de lier les idées à la façon de “marabout, bout d' ficelle, selle de cheval…” Les dessins sont souvent pertinents, les textes sont inégaux, avec quelques brillances : “Les gens les plus gentils sont pleins de larmes. Il ne faut pas les secouer” (être au bord des larmes). Chaque expression donne lieu à une définition, une illustration accompagnée d’un texte énoncé par des enfants, une tante Mogne, un pépère, aidés parfois par le petit Robert, clin d'œil à l’éditeur. A lire et à montrer à un enfant, mais attention… risque d'en faire un intello.

les contenus multimédias

Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés

Vous aimerez aussi