En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        L'intégrale Uderzo 1953-1955

        Hors collection
        EAN : 9782258147164
        Façonnage normé : RELIE-ALB.
        Nombre de pages : 424
        Format : 290 x 290 mm
        L'intégrale Uderzo 1953-1955

        ,

        Date de parution : 05/10/2017
        Le tome 3 de l'Intégrale Uderzo consacré aux années clés 1953 à 1955 : le tandem Goscinny-Uderzo est lancé ! Premières planches jamais vues de séries peu connues du grand public, épisodes complets, nombreux dessins inédits.
        En 1953, pour le tout jeune couple que forment Albert et Ada Uderzo, c’est le temps des vaches maigres… mais heureuses ! Albert travaille de cinq heures du matin à minuit : la passion dévorante pour le dessin l’habite depuis toujours. Entre 1953 et 1955, avec, entre autres, Jean-Michel Charlier et René... En 1953, pour le tout jeune couple que forment Albert et Ada Uderzo, c’est le temps des vaches maigres… mais heureuses ! Albert travaille de cinq heures du matin à minuit : la passion dévorante pour le dessin l’habite depuis toujours. Entre 1953 et 1955, avec, entre autres, Jean-Michel Charlier et René Goscinny, Uderzo produit des planches humoristiques (ou non) par dizaines, et des illustrations époustouflantes de réalisme par centaines.
        Il dessine la troisième aventure du chevalier Belloy, Le Baron maudit, sur un scénario de Jean-Michel Charlier.
        Les 4 illustrations quotidiennes publiées dans La Libre Belgique entre 1953 et 1955 restent une parenthèse agréablement surprenante de réalisme dans l’œuvre d’Uderzo. L’agrandissement de certaines de ces compositions mettent au jour des pépites et révèlent l’œil cinématographique du dessinateur (plans en plongée, travellings…). Sans compter la diversité des sujets (histoire et actualité), la maîtrise des aplats noirs sur fond blanc…
        Valérie André, une héroïne de la guerre d’Indochine paraît en 1954 dans Bonnes Soirées, vraisemblablement sur un scénario de Jean-Michel Charlier. Les dessins sont au lavis pour imiter le roman-photo.
        Avec le troisième épisode des aventures de Jehan Pistolet, le duo Goscinny et Uderzo trouve son rythme de croisière et fonctionne à merveille. Le dessinateur est en phase avec le scénario bourré d’humour : les prémices d’Astérix sont là…
        En 1954, sur commande de La Libre Belgique, le tandem Goscinny-Uderzo crée Luc Junior, apportant à la BD humoristique un brin de fraîcheur.
        Une histoire de l’Oncle Paul, Le Fils du tonnelier, sera la seule collaboration d’Uderzo au journal Spirou.
        Enfin, un autre personnage est créé en 1954 : Bill Blanchart. Le scénario de Goscinny nous entraîne dans une chasse au requin et Uderzo démontre une nouvelle fois son aisance dans le style réaliste.

        Au fil de ces 424 pages fabuleuses de planches soigneusement restaurées, de dessins inédits, de documents d'archives, de commentaires du maître, le talent d'Uderzo explose, le trait s'affirme et s'affine, les blagues fusent. Bien plus qu'une compilation de séries BD présentées ici dans leur intégralité, cette intégrale est une merveilleuse malle aux trésors à ouvrir d’urgence !

        Ce très bel ouvrage, relié, dos toilé, est le troisième volume d'une série comportant deux autres volumes : L'Intégrale Uderzo 1941-1951 et L'Intégrale Uderzo 1951-1953
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258147164
        Façonnage normé : RELIE-ALB.
        Nombre de pages : 424
        Format : 290 x 290 mm
        Hors collection
        69.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • LightandSmell Posté le 7 Février 2018
          Je suis toujours excitée quand je reçois un mail me confirmant ma sélection à une opération Masse critique de Babelio, mais je dois dire que mon excitation s’est muée en émerveillement quand j’ai découvert le titre de l’ouvrage que j’allais recevoir. Je tiens donc à remercier chaleureusement Babelio et Hors Collection de m’avoir offert l’occasion de découvrir ce superbe livre de collection. Cette intégrale Uderzo est la troisième d’une série qui comprend deux autres volumes, le premier consacré aux travaux de l’illustrateur durant la période 1941-1951 et le deuxième, durant la période 1951-1953. Quant à ce troisième tome, il se consacre à la période 1953-1955. Deux ans dans la vie d’un illustrateur, ça semble finalement peu, mais c’est beaucoup quand on parle d’un illustrateur comme Uderzo à la capacité de travail époustouflante. Par nécessité souvent, mais aussi, j’aime à croire, par passion, il n’hésitait pas à se consacrer corps et âme à son travail avec, fort heureusement, la présence bienveillante de sa femme, Ada, dont on sent, à travers ce livre, le profond attachement. C’est d’ailleurs l’un des points que j’ai le plus aimé dans cette intégrale. Sans nous donner en long et en large les détails de sa vie privée,... Je suis toujours excitée quand je reçois un mail me confirmant ma sélection à une opération Masse critique de Babelio, mais je dois dire que mon excitation s’est muée en émerveillement quand j’ai découvert le titre de l’ouvrage que j’allais recevoir. Je tiens donc à remercier chaleureusement Babelio et Hors Collection de m’avoir offert l’occasion de découvrir ce superbe livre de collection. Cette intégrale Uderzo est la troisième d’une série qui comprend deux autres volumes, le premier consacré aux travaux de l’illustrateur durant la période 1941-1951 et le deuxième, durant la période 1951-1953. Quant à ce troisième tome, il se consacre à la période 1953-1955. Deux ans dans la vie d’un illustrateur, ça semble finalement peu, mais c’est beaucoup quand on parle d’un illustrateur comme Uderzo à la capacité de travail époustouflante. Par nécessité souvent, mais aussi, j’aime à croire, par passion, il n’hésitait pas à se consacrer corps et âme à son travail avec, fort heureusement, la présence bienveillante de sa femme, Ada, dont on sent, à travers ce livre, le profond attachement. C’est d’ailleurs l’un des points que j’ai le plus aimé dans cette intégrale. Sans nous donner en long et en large les détails de sa vie privée, on y découvre quelques informations, grâce notamment à des photos personnelles ou à des interventions d’Uderzo, qui nous permettent de voir l’homme derrière l’illustrateur. L’intérêt, pour le lecteur, est de se sentir plus proche de lui et de son travail et de prêter, peut-être, plus attention à des détails sur lesquels il ne se serait pas spécifiquement attardé. Uderzo aime les voitures et les chevaux ? Ne reste plus qu’au fil des planches qui se dévoilent à nous de chercher cette appétence pour cet objet et cet animal dont le point commun est d’offrir vitesse et liberté. Est-ce deux valeurs appréciées par l’illustrateur ? Peu importe puisque ce qui compte ici est le plaisir qu’on prend à scruter plus attentivement, par exemple, les dessins des chevaux que vous ne manquerez pas de croiser tout au long de votre lecture. e dois avouer que pour moi, Uderzo, c’est Astérix et Obélix et éventuellement, Oumpah-Pah. Et à la lecture de cette intégrale, j’ai quelque peu honte d’avoir réduit et cantonné l’illustrateur à ces deux BD, certes de qualité, mais qui ne représentent qu’une très infime part de son impressionnante production. Rappelons-nous que nous parlons ici d’un bourreau de travail qui pouvait travailler de 5h du matin à minuit pour assurer ses nombreuses commandes. Alors, je suis reconnaissante aux auteurs de cet ouvrage d’avoir pris le temps de collecter les différents travaux du dessinateur durant cette période 1953-1955. Il aurait été, en effet, difficile et fastidieux pour un lecteur lambda d’effectuer ce travail de longue haleine d’autant que loin de nous proposer seulement la reproduction de documents déjà publiés, nous avons ici droit à des documents d’archives, des dessins inédits, des planches originales, des croquis, des tapuscrits… Au-delà du panel de documents dont la richesse et la diversité devraient conquérir chaque lecteur, cette intégrale contient les illustrations d’Uderzo publiées quotidiennement dans La Libre Belgique, celles réalisées pour des scenarii de Goscinny (Jehan Pistolet, Luc Junior et Bill Blanchart) et de Jean-Michel Charlier (Belloy, Valérie André et Le fils du tonnelier, une histoire de l’Oncle Paul). Si le duo Goscinny-Uderzo m’est évidemment familier, j’ai aimé la synergie dégagée par celui formé par Jean-Michel Charlier et Uderzo, un duo qui fonctionne, à l’instar du premier, à merveille. A noter que chacune des histoires bénéficie de quelques pages d’explications afin de permettre, entre autres, aux lecteurs d’en connaître le contexte de publication et les techniques artistiques utilisées par Uderzo qui lui sont d’ailleurs parfois imposées… Cette démarche apporte une réelle valeur ajoutée aux planches que l’on prend ensuite plaisir à découvrir, à ausculter sous toutes les coutures afin de s’imprégner des illustrations qui subliment, à chaque fois, le scénario qu’elles servent. Puis, vient le temps de la dégustation pendant lequel on se laisse simplement emporter par les dessins qui nous conduisent aussi bien sur les traces de l’Histoire, que sur celles d’un jeune reporter affublé d’un chien fougueux et d’un collègue qui n’aspire qu’à la tranquillité ou même sur celles d’un chasseur de fauves… Si certaines histoires m’ont plus intéressée que d’autres, en raison notamment de leur scénario, elles permettent toutes de s’apercevoir qu’Uderzo est un artiste aux multiples facettes, capable aussi bien de souligner l’absurdité d’une situation en quelques coups de crayon que de suggérer les émotions d’une scène par un trait saisissant de réalisme. Et je dois d’ailleurs faire mon second mea-culpa de cette chronique. Jusqu’à présent, j’avais tendance à associer Uderzo à Asterix avec ses personnages typés et aux traits quelque peu caricaturaux. Cela n’a d’ailleurs rien d’étonnant si l’on considère que l’auteur avoue, à plusieurs reprises, son goût pour le dessin humoristique où il s’illustre avec brio. Néanmoins, grâce à Jean-Michel Charlier et à son histoire mettant en scène la vie de cette femme d’exception qu’est Valérie André, j’ai découvert que le talent de dessinateur d’Uderzo dépassait de loin ce que j’imaginais. Ses dessins sont d’un tel réalisme que l’on s’approche presque plus de la photo que de l’illustration. On s’attend ainsi à voir Valérie André sortir du livre pour se lancer dans une nouvelle aventure. Des dessins d’exception pour une femme d’exception en somme ! A noter qu’Uderzo avait reçu comme consigne de faire des dessins au lavis afin d’avoir un rendu proche du roman-photo. Et je pense que l’on peut dire qu’il a relevé le défi haut la main au point que je regrette qu’il n’ait pas plus souvent utilisé cette technique qui lui réussit plutôt bien. L’artiste a également participé pour La Libre Belgique à une série qui, de nouveau, prouvera sa capacité à faire des dessins réalistes même si ce n’est pas un genre qu’il affectionne beaucoup. J’ai trouvé cette idée de développer un sujet, sur une à plusieurs semaines, à travers quatre vignettes fort intéressante d’autant que les thèmes abordés sont nombreux : la prise de la Bastille, l’Indochine, les faits marquants de l’année 1953, la guerre des Boers… Les illustrations sont assez réalistes pour que, plusieurs années après leur publication, on les comprenne aisément et qu’on en ressente toujours l’importance. Certaines illustrations sont également agrandies permettant aux lecteurs d’en analyser un peu plus les détails. Toujours avec cette idée de réalisme, bien qu’ici ce soit plus subtil, j’ai été subjuguée par l’attention portée aux faciès des personnages. Une mimique, un sourire en coin, un regard… Il n’en faut pas beaucoup plus pour que le lecteur perçoive les émotions des personnages mises à nu par les dessins : couardise, bravoure, férocité, méchanceté, peur, détermination… J’ai également été saisie par la capacité d’Uderzo à suggérer le mouvement : multiplication des points de vue, découpage de l’action, fluidité dans les coups de crayon.. Ce sens du mouvement explique, entre autres, la complémentarité entre l’illustrateur et les deux scénaristes dont les histoires pleines d’action avaient définitivement besoin de dessins dynamiques tels que les siens. Et puis, il y a ce sens du détail qui fait qu’en regardant de plus près certains dessins, vous verrez que rien n’y est laissé au hasard comme avec ce bol qui semble épouser la forme du crâne ajoutant un comique de situation auquel il est bien difficile de ne pas succomber. Ceci est d’autant plus remarquable que l’artiste, pris par une cadence de production intensive, n’avait pas forcément le temps et la possibilité de fignoler les détails… Enfin, je ne peux pas terminer cet article sans souligner le magnifique travail éditorial dont les quelques photos ci-dessus vous donnent un petit aperçu. Si le livre est beau visuellement, on ne peut qu’en outre apprécier son large format qui offre un vrai confort de lecture. D’aucuns pourraient reprocher un ouvrage peut-être un peu lourd, mais son poids ne gêne en rien la lecture puisque je l’ai moi-même dévoré en position semi-allongée avec un chat allongé sur mes genoux. Et puis, nous sommes ici face à un article de collection dont le poids est à la hauteur de la qualité ! Quant au papier, j’ai aimé son aspect glacé, mais je sais que certains amateurs de BD sont attachés au papier traditionnel. Pour ma part, je n’ai pas cet attachement appréciant fortement que le papier glisse entre mes mains lorsque je tourne les pages. En conclusion, offrant une petite incursion dans la vie de l’homme derrière l’illustrateur, cette intégrale est un petit bijou que tout amateur d’Uderzo se doit de posséder dans sa bibliothèque. Cet article de collection devrait vous convaincre, une fois de plus, du talent de ce dessinateur qui manie aussi bien le dessin humoristique avec ces gros nez qu’il aime tant que le dessin réaliste avec des faciès au réalisme remarquable. Un artiste aux multiples talents et à la productivité hors norme qui a marqué toute une génération et qui, nul doute, en marquera encore bien d’autres. Uderzo ou le nom d’un artiste que l’on peut définitivement qualifier d’intemporel. Je terminerai cette chronique par une photo de l’illustrateur qui représente à merveille ce que vous ressentirez une fois la dernière page du livre tournée.
          Lire la suite
          En lire moins
        • yanndallex Posté le 24 Janvier 2018
          Dans un premier lieu, je tiens à remercier profondément Babelio et les presses de la cité pour m’avoir offert ce magnifique ouvrage. Cet opus est donc le 3eme de la série et couvre les années 1953 à 1955 de la vie, et du travail, d’Uderzo. Les deux premiers étant pour les années 1941 à 1951, puis de 1951 à 1953. Ce volume nous décrit deux années de vache maigre de la vie d’Uderzo, de ses choix et ses travaux réalisés pendant ce laps de temps. On y apprend notamment qu’il était un bourreau du travail (il était régulièrement à l’œuvre de 5h du matin à minuit), il enchainait les planches et les illustrations à une cadence infernale, au point que des années après, il ne se rappelle plus de ce qu’il a pu dessiner. Mais il était heureux dans son cocon de périphérie parisienne avec sa femme Ada. On apprend aussi que l’une de ses passions était l’automobile. Il prendra même le parti d’intégrer sa voiture dans une illustration. On connait tous Uderzo comme le papa d’Astérix et Obélix mais il s’avère qu’avec son ami René Goscinny, il a créé bien d’autres séries moins connues dans lesquelles on y voit les prémices du... Dans un premier lieu, je tiens à remercier profondément Babelio et les presses de la cité pour m’avoir offert ce magnifique ouvrage. Cet opus est donc le 3eme de la série et couvre les années 1953 à 1955 de la vie, et du travail, d’Uderzo. Les deux premiers étant pour les années 1941 à 1951, puis de 1951 à 1953. Ce volume nous décrit deux années de vache maigre de la vie d’Uderzo, de ses choix et ses travaux réalisés pendant ce laps de temps. On y apprend notamment qu’il était un bourreau du travail (il était régulièrement à l’œuvre de 5h du matin à minuit), il enchainait les planches et les illustrations à une cadence infernale, au point que des années après, il ne se rappelle plus de ce qu’il a pu dessiner. Mais il était heureux dans son cocon de périphérie parisienne avec sa femme Ada. On apprend aussi que l’une de ses passions était l’automobile. Il prendra même le parti d’intégrer sa voiture dans une illustration. On connait tous Uderzo comme le papa d’Astérix et Obélix mais il s’avère qu’avec son ami René Goscinny, il a créé bien d’autres séries moins connues dans lesquelles on y voit les prémices du trait du célèbre héros. Pour ne citer que trois récits inclus dans l’ouvrage, nous avons donc Belloy : « Le Baron maudit », Jehan Pistolet « l’espion » ou Luc Junior « Les Bijoux volés ». Jehan Pistolet et Luc junior ayant été réalisés avec René Goscinny, et plus surprenant Belloy avec… Jean-Michel Charlier ! Et là encore, on s’aperçoit donc que la collaboration avec Jean-Michel Charlier ne s’est pas arrêtée à cette histoire. Ce livre nous offre des archives de quotidiens tels que « la Wallonie » ou bien « la libre Belgique » avec des illustrations au style très réaliste ! On y découvre donc aussi un récit complet au style totalement réaliste avec toujours René Goscinny au scénario : Bill Blanchart. Pour la petite anecdote, le personnage de Luc Junior, petit journaliste au grand cœur aventureux, a vu le jour dans les pages de « la libre Junior » à la demande de Yvan Cheron (patron d’international presse à l’époque), pour concurrencer évidement le succès de l’époque paraissant dans le petit vingtième : Tintin. Et Uderzo n’était pas un grand fan de Tintin. Uderzo s’inspirait aussi de son quotidien pour les illustrations, et n’utilisait que très peu de modèles comme support ! Il aimait aussi beaucoup se mettre en scène comme une forme d’humilité et d’autodérision, et l’anecdote sur la caricature d’Yvan Cheron dans l’un des épisodes de Luc Junior est juste formidable ! En bref, ce livre, qui se lit indépendamment des autres de la série est une merveille pour tous les fans d’Astérix et des travaux de son géniteur. Encore un gros et grand merci !!!
          Lire la suite
          En lire moins
        • Viracocha Posté le 18 Janvier 2018
          Aujourd'hui, je vais faire une entorse à la règle qui voulait que je ne chronique que des auteurs auto-édités, ou méconnus on va dire. Je me suis attaqué donc à un bel ouvrage qui m'a été proposé par le site Babelio gratuitement. En premier lieu, je les remercie chaleureusement car le livre est quand même beau et s'intègre dans une belle collection. Je ne vais pas vraiment dévoiler de synopsis ou de résumé. Tout ce que je peux vous dire, c'est que quand j'ai fait défiler la liste des ouvrages qu'il fallait choisir dans le cadre de l'opération Masse Critique, sélectionner ce bijou a représenté une évidence. J'ai grandi en lisant, en relisant et en rerelisant à volonté toutes les BD d'Astérix et Obélix. Inévitablement, il était difficile de ne pas profiter de l'occasion de découvrir une partie du travail du dessinateur emblématique des Gaulois les plus célèbres de France. Oui, en effet, je dois l'admettre. Pour moi, Uderzo m'évoquait Astérix et Obélix, rien de plus. Ainsi, en me plongeant dans ce volume qui retrace deux années de travail d'Albert Uderzo, j'ai pu admirer quelques-unes de ses planches qui avaient été dessinées avant l'apparition de Panoramix et de sa potion magique. J'ai... Aujourd'hui, je vais faire une entorse à la règle qui voulait que je ne chronique que des auteurs auto-édités, ou méconnus on va dire. Je me suis attaqué donc à un bel ouvrage qui m'a été proposé par le site Babelio gratuitement. En premier lieu, je les remercie chaleureusement car le livre est quand même beau et s'intègre dans une belle collection. Je ne vais pas vraiment dévoiler de synopsis ou de résumé. Tout ce que je peux vous dire, c'est que quand j'ai fait défiler la liste des ouvrages qu'il fallait choisir dans le cadre de l'opération Masse Critique, sélectionner ce bijou a représenté une évidence. J'ai grandi en lisant, en relisant et en rerelisant à volonté toutes les BD d'Astérix et Obélix. Inévitablement, il était difficile de ne pas profiter de l'occasion de découvrir une partie du travail du dessinateur emblématique des Gaulois les plus célèbres de France. Oui, en effet, je dois l'admettre. Pour moi, Uderzo m'évoquait Astérix et Obélix, rien de plus. Ainsi, en me plongeant dans ce volume qui retrace deux années de travail d'Albert Uderzo, j'ai pu admirer quelques-unes de ses planches qui avaient été dessinées avant l'apparition de Panoramix et de sa potion magique. J'ai été agréablement surpris de découvrir des planches réalistes retraçant certaines périodes de l'histoire de l'humanité (guerres du Viet-Nam, Napoléon, Révolution Française, etc.), mais aussi des bandes dessinées plus légères et publiées dans des hebdomadaires en Belgique. Grâce à ce volume, on peut vraiment cerner l'homme qui se cache derrière les dessins d'Astérix et d'Obélix, on obtient des anecdotes sur sa vie privée et sur ses intentions professionnelles. Uderzo n'était pas un fan de Tintin par exemple, pourtant, il a travaillé en collaboration avec Goscinny pour mettre au point une histoire dessinée dont le personnage principal semblait rappeler quelque peu le reporter globe-trotter. Cela dit, le duo imposait déjà sa patte. Ce volume permet de lire des planches où on sent déjà l'émergence des traits qui vont habiller les Gaulois et les Romains dans ce qui constituera certainement l'oeuvre principale de sa carrière. On reconnaît aussi la finesse des scénarios de Goscinny. Leur complicité m'est apparue évidente dans Jehan le pistolet. Parcourir ces planches a donc représenté un plaisir très agréable pour un lecteur comme moi qui est un fan inconditionnel d'Astérix et Obélix depuis mon enfance. D'ailleurs, à la fin du volume, on est déçu que ça se termine. On a envie de lire d'autres planches, de voir comment il va arriver à la naissance d'Astérix alors qu'il semble se diversifier avec brio au niveau du style. On aimerait aussi savoir ce qu'il a réalisé avant. Les pages sont agrémentées de quelques clichés de l'époque qui nous rappellent qu'Albert Uderzo a vécu un autre monde que le notre, et cela se ressent certainement dans ses dessins. Pour résumer, une belle satisfaction et un grand merci à Babelio !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Bien plus qu’une compilation de séries BD présentées ici dans leur intégralité, cette intégrale est une merveilleuse malle aux trésors à ouvrir d’urgence ! »
        Light and Smell
        Toute l'actualité des éditions Hors Collection
        Amateur de culture décalée, découvrez chaque mois les parutions insolites des éditions Hors Collection.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com