Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092563960
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 416
Format : 127 x 197 mm

Nos étoiles contraires (édition collector)

Catherine GIBERT (Traducteur)
Collection : Roman Grand format
Date de parution : 05/11/2015
Retrouvez le livre phénomène Nos étoiles contraires dans une édition collector inédite !

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son...

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature.
Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

  • Élu « Meilleur roman 2012 » par le Time Magazine !
  • Prix de L'Échappée Lecture 2014 de la Nièvre
  • Prix du Jury littéraire Giennois 2014
  • Prix Plaisirs de lire 2014, département de l'Yonne
  • Prix des Embouquineurs 2014
  • Prix Farniente 2015 (Belgique)
     
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092563960
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 416
Format : 127 x 197 mm
Nathan

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • livinginbookstores Posté le 7 Septembre 2020
    Encore une fois, ce livre n'est pas dans mon genre de prédilection. D'ailleurs, si ça n'avait tenue qu'à moi, je pense qu'il serait encore dans ma PAL, mais y'a quelques mois j'ai fais un challenge. J'ai laissé mon copain choisir ma PAL, et je me suis retrouvé à lire ce roman. J'avais déjà vu le film y'a plusieurs années. En général, je n'aime pas voir un film avant un livre.. En général, quand je fais ça, je squeez le livre après. Là j'ai quand même voulu le lire, je n'en entendais que du bien.. Autant dire que ce livre ne partait pas bien 😂😂 En fin de compte, ca a été une bonne lecture, et une bonne découverte. Je ne suis pas tombé sous le charme de ce livre comme beaucoup d'entre vous - spolier alerte, je n'ai même pas versé une seule goutte, insensible bonjour 👋 - mais ça m'a donné envie de découvrir d'autres livres de cet auteur. D'ailleurs, lequel me conseillez vous de John Green ? J'ai quand même trouvé ça grave cool de suivre l'héroïne avec sa maladie, ses rêves, ses relations, ses doutes, etc ! Je le recommande fortement !
  • SafireSS Posté le 5 Septembre 2020
    À chaque fois que je dis avoir lue ce livre on me demande :"Alors, t'as pleuré ?". Et je n'ai pas pleuré. Parce que c’était peut-être un peu triste mais surtout c’était joyeux. J'ai ri ! J'ai beaucoup ri ! Et c’était génial !!
  • angelique112 Posté le 4 Septembre 2020
    J'ai vu le film en premier. Et je dois dire que ce livre m'a encore tellement bouleversé. Le livre est so beau. Il mélange correctement le triste et le comique en passant par l'amour... Ses deux adolescents prennent leur temps pour se découvrir. Et leur histoire grandit en même temps qu'eux. Par écrit on ressent leur rage de vivre... Bien plus courageux que d'autres humains qui n'ont aucune maladie. Une belle preuve de courage.
  • Tom_L Posté le 4 Septembre 2020
    Je dois avouer que la première fois que j'ai lu ce roman j'ai pleuré. Mais à ma relecture j'ai été déçu et je n'ai pas re-resenti de la peine pour les personnages comme à ma première lecture.
  • Tapagenocturne Posté le 28 Août 2020
    Hazel a seize ans. Elle va mourir un jour, et certainement plus vite que prévu : ses poumons fonctionnent mal à cause d’un foutu cancer. Mais parce qu’avant de mourir, il faut bien vivre, elle s’accroche, même si pour le moment c’est sa bonbonne d’oxygène qui s’accroche à elle. Absorbée par sa passion, la littérature, elle décide tout de même de relever le nez de ses bouquins par amour pour ses parents, et se rend régulièrement à un groupe de soutien. Elle y rencontre Augustus, à qui il manque une jambe mais certainement pas l’humour. Les deux adolescents sympathisent immédiatement, et sont vite rapprochés par un projet un peu loufoque, qui leur donneront furieusement envie de vivre pleinement ce qui reste à vivre. Tout, ce qui reste à vivre. C’est un livre qui effraie parce qu’il côtoie la mort mais qui ne cesse d’être enrobé de pep’s et d’humour. De délicatesse et de pudeur. On ne retient pas que le cancer. On ne retient pas que l’échéance de la mort. On retient ce que l’auteur nous donne, c’est-à-dire un côté décalé, un peu fantaisiste, peut-être parfois trop, mais avec une bonne dose d’amour, d’humour et un rayon de folie. On... Hazel a seize ans. Elle va mourir un jour, et certainement plus vite que prévu : ses poumons fonctionnent mal à cause d’un foutu cancer. Mais parce qu’avant de mourir, il faut bien vivre, elle s’accroche, même si pour le moment c’est sa bonbonne d’oxygène qui s’accroche à elle. Absorbée par sa passion, la littérature, elle décide tout de même de relever le nez de ses bouquins par amour pour ses parents, et se rend régulièrement à un groupe de soutien. Elle y rencontre Augustus, à qui il manque une jambe mais certainement pas l’humour. Les deux adolescents sympathisent immédiatement, et sont vite rapprochés par un projet un peu loufoque, qui leur donneront furieusement envie de vivre pleinement ce qui reste à vivre. Tout, ce qui reste à vivre. C’est un livre qui effraie parce qu’il côtoie la mort mais qui ne cesse d’être enrobé de pep’s et d’humour. De délicatesse et de pudeur. On ne retient pas que le cancer. On ne retient pas que l’échéance de la mort. On retient ce que l’auteur nous donne, c’est-à-dire un côté décalé, un peu fantaisiste, peut-être parfois trop, mais avec une bonne dose d’amour, d’humour et un rayon de folie. On ne retient pas les mauvaises choses. On ne s’attarde pas sur les mauvais moments. Parce qu’Hazel et Augustus non plus. Ils vivent plus intensément, plus rapidement, et découvre leurs propres énergies, leurs propres forces qu’ils puisent l’un dans l’autre. Parce qu’on a tous besoin que quelqu’un croit en nous avant de pouvoir croire en soi-même. On s’attache à Hazel, parce qu’elle dégage une véritable force, une volonté à toute épreuve. Et Augustus, terrassé par le sentiment amoureux, n’a qu’une jambe, mais pourrait soulever des montagnes par amour. C’est cela qu’on retient. Vivre.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER NATHAN !
De nouvelles idées de lecture jeunesse, chaque mois, dans votre boîte mail