En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Steampunk

            Hors collection
            EAN : 9782842285302
            Façonnage normé : CARTONNE
            Nombre de pages : 120
            Format : 230 x 280 mm
            Steampunk
            artbook

            ,

            Collection : Le Pré aux clercs
            Date de parution : 10/10/2013

            Prix Bob Morane, catégorie "coup de coeur" - 2014 : http://bit.ly/1oqdr5y

            Le somptueux travail de Didier Graffet, illustrateur fantasy de référence, rassemblé dans un beau livre et mis en mots par Xavier Mauméjean.

            Et si Jules Verne et H.G. Wells avaient décrit une réalité possible ? Imaginons
            que depuis l’Antiquité l’homme domine la machine. Le progrès serait arrivé bien
            plus tôt. Dans ce monde de découvertes et d’explorations, les rétronautes visitent
            le passé, et de gigantesques usines flottent dans le ciel. Un sinistre docteur se
            livre à...
            Et si Jules Verne et H.G. Wells avaient décrit une réalité possible ? Imaginons
            que depuis l’Antiquité l’homme domine la machine. Le progrès serait arrivé bien
            plus tôt. Dans ce monde de découvertes et d’explorations, les rétronautes visitent
            le passé, et de gigantesques usines flottent dans le ciel. Un sinistre docteur se
            livre à des expériences biologiques sur son île, des traceurs aériens pistent Jack
            l’Eventreur. Sans oublier les terribles envahisseurs venus de la planète Mars, le
            Colisée et ses courses d’unicycles ou Jesse James et son Colt à capteur thermique.
            Bien d’autres merveilles appartiennent à ce théâtre mécanique.
            Pour la première fois, l’univers steampunk s’étend à travers l’espace et les temps.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782842285302
            Façonnage normé : CARTONNE
            Nombre de pages : 120
            Format : 230 x 280 mm
            Hors collection
            29.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Alfaric Posté le 22 Avril 2017
              Bienvenue dans un univers de grande aventure, peuplé à parts égales de démons mécaniques et de merveilles mécaniques ! Des naturalistes en voyages d'exploration à bord de nefs volantes, des justiciers en des criminels en power armor steampunk, l'explosion cataclysmique d'un laboratoire dans l'archipel de Kratatoa, Prague attaquée par un kaijû insectoïde, une pêcherie industrielle de créatures du Dévonien, une machine excavatrice à la recherche d'une civilisation disparue au coeur du Sahara, chasseur tropical à fusils pneumatiques, harponneur des glaces en scaphandre, cité volante soviétique, Titanic titanesque, Weird West, la Forteresse Noire, dernier baston ferroviaire de l'armée de Nestor Makhno désormais hanté par une créature des ténèbres, le Prométhée des pôles, l'Ecumeurs des airs, le Tueur de Whipechapel, Notre-Dame de Paris, l'Île du Docteur Moreau, la guerre des mondes dans l'Arizona, l'épopée du Paris-Pékin, l'escadrille Lafayette, les travaux de Tesla, l'Accident Tungunska, la découverte de la Terre Creuse… Mais aussi une Troie bronzepunk, Héron d'Alexandrie transformant Rhodes en cité à vapeur, les nouveaux jeux du cirque de la Ville Eternelle, les versions clockpunk de la découverte de l'Amérique et de la recherche de l'Eldorado, la Conspiration des Poudres ou Chronopolis la cité au bord du temps… Les textes de Xavier Mauméjean et les... Bienvenue dans un univers de grande aventure, peuplé à parts égales de démons mécaniques et de merveilles mécaniques ! Des naturalistes en voyages d'exploration à bord de nefs volantes, des justiciers en des criminels en power armor steampunk, l'explosion cataclysmique d'un laboratoire dans l'archipel de Kratatoa, Prague attaquée par un kaijû insectoïde, une pêcherie industrielle de créatures du Dévonien, une machine excavatrice à la recherche d'une civilisation disparue au coeur du Sahara, chasseur tropical à fusils pneumatiques, harponneur des glaces en scaphandre, cité volante soviétique, Titanic titanesque, Weird West, la Forteresse Noire, dernier baston ferroviaire de l'armée de Nestor Makhno désormais hanté par une créature des ténèbres, le Prométhée des pôles, l'Ecumeurs des airs, le Tueur de Whipechapel, Notre-Dame de Paris, l'Île du Docteur Moreau, la guerre des mondes dans l'Arizona, l'épopée du Paris-Pékin, l'escadrille Lafayette, les travaux de Tesla, l'Accident Tungunska, la découverte de la Terre Creuse… Mais aussi une Troie bronzepunk, Héron d'Alexandrie transformant Rhodes en cité à vapeur, les nouveaux jeux du cirque de la Ville Eternelle, les versions clockpunk de la découverte de l'Amérique et de la recherche de l'Eldorado, la Conspiration des Poudres ou Chronopolis la cité au bord du temps… Les textes de Xavier Mauméjean et les illustrations de Didier Graffet se marient à merveille : non seulement ils forment un formidable roman graphique qui explorent tous les voies du rétro-futurisme, mais bien malin saura qui du texte et de l'illustration a précédé et/ou inspiré l'autre ! le Pré aux Clercs a réalisé un ouvrage somptueux, presqu'un chant du cygne car depuis celui-ci ils ne publient plus grand chose…
              Lire la suite
              En lire moins
            • zaphrina Posté le 7 Octobre 2016
              Par quoi commence? Il y a tellement à dire sur cette œuvre... Commençons par la couverture: quel travail. Juste magnifique. Avec le titre, vous savez déjà ce que vous allez lire et feuilletez. Le thème est plus que respecter. Vous savez que j'adore le steampunk et là, je suis plus que conquise rien que par la couverture. Si on rajoute le résumé, que dire...Absolument fabuleux. Lorsque je l'ai eu entre les mains, je n'ai pu m'empêcher de le feuilleter. Les illustrations sont toutes exceptionnelles et d'un réalisme époustouflant. Les détails ont leur importance. Le travail de Didier Graffe est impressionnant. La créativité est stupéfiante. Les couleurs sont très bien choisies. Rien n'est agressif. On nous propose vraiment un monde alternatif où l'on arrive à s'imaginer vivre. Même si on n'en a pas forcément envie. Pourquoi dire ça que j'aime tant ce genre littéraire? Je vais vous répondre ici. Les textes de Xavier Mauméjean sont en fait de courtes nouvelles ou histoires en relation avec des personnalités du passé tel que Jack l'éventreur (un classique du steampunk souvent revisité), Thomas Edison ou Frankenstein entre autre ou des évènements (l'exposition universelle, le crash boursier ou la découverte de l'Amérique). Ses textes sont simples... Par quoi commence? Il y a tellement à dire sur cette œuvre... Commençons par la couverture: quel travail. Juste magnifique. Avec le titre, vous savez déjà ce que vous allez lire et feuilletez. Le thème est plus que respecter. Vous savez que j'adore le steampunk et là, je suis plus que conquise rien que par la couverture. Si on rajoute le résumé, que dire...Absolument fabuleux. Lorsque je l'ai eu entre les mains, je n'ai pu m'empêcher de le feuilleter. Les illustrations sont toutes exceptionnelles et d'un réalisme époustouflant. Les détails ont leur importance. Le travail de Didier Graffe est impressionnant. La créativité est stupéfiante. Les couleurs sont très bien choisies. Rien n'est agressif. On nous propose vraiment un monde alternatif où l'on arrive à s'imaginer vivre. Même si on n'en a pas forcément envie. Pourquoi dire ça que j'aime tant ce genre littéraire? Je vais vous répondre ici. Les textes de Xavier Mauméjean sont en fait de courtes nouvelles ou histoires en relation avec des personnalités du passé tel que Jack l'éventreur (un classique du steampunk souvent revisité), Thomas Edison ou Frankenstein entre autre ou des évènements (l'exposition universelle, le crash boursier ou la découverte de l'Amérique). Ses textes sont simples sans fioritures. L'essentiel est de nous donner un aperçu de ce que le passé serait en d'autres circonstances ou fins. C'est très amusant ou intéressant selon les situations. J'ai appris des choses puisque le fond reste réel. C'est l'évolution qui diffère. Parfois, c'est la fin et d'autres, les technologies présentes. J'en ai d'ailleurs été éblouie par certaines d'autant qu'un jour, ces machines existeront peut-être. Ne dites pas non puisque certains moyens de transports existent de nos jours grâce à Jules Verne l'un des précurseurs de ce genre littéraire. Parenthèse terminée. Retour ici. Si je devais choisir une histoire parmi celles de ce livre, je pense que je choisirai la réécriture de Frankenstein. Je n'ai jamais lu l'œuvre ni vu un seul film mais j'ai bien aimé cette version. Je n'en dirais pas plus d'une part par peur de dire des bêtises sur l'originale et aussi dans le but de ne pas spoiler. Petit bonus : Les illustrations ne sont pas là dans le but de faire beau. Elles embellissent le texte. Elles ajoutent une forme de magie particulière qui rend le tout si magnifique. Pourtant, les thèmes abordés ne sont pas réjouissants. En effet, comme tous steampunk, il y a une forme de rejet de la société, de rébellion mais élégante. Il n'y a pas ce côté d'extrême violence comme on a dans la dystopie (genre que j'apprécie également mais très différent). On y trouve aussi des combats comme l'image de la femme (et oui! Mon côté féministe persiste...) ou le comportement outrancier des riches (j'en reviens pas d'utiliser ce mot mais je n'en trouve pas d'autre et il n'est si mal je trouve). En bref, j'ai adoré. Il m'a juste manqué ce petit quelque chose pour que cela devienne un coup de cœur. Peut-être est-ce du au fait que les histoires m'ont parfois semblé trop courte. je me suis dit "Et?" mais cela ne change rien à la qualité de ce livre. Pour ceux voulant découvrir les bases du genre c'est parfait et pour tous ceux qui aiment l'imaginaire et les graphismes extraordinaires.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bouquinautes Posté le 18 Juillet 2015
              "[...] Steampunk réinvente l’histoire de multiples façons. C’est la thématique d’un genre à part entière, la machine est la pièce maitresse des rouages de ces mondes parallèles, de ces autres réalités inventées. Ce sont des représentations différentes de ce qui a existé, de ce que l’on sait. Toutes ces perceptions et ces représentations se fondent toutes sur l’expression « Et si… ». Avec des « si » on peut réinventer le monde et c’est ce que Didier Graffet et Xavier Mauméjean ont fait de manière magistrale. Ici le texte a une valeur informative, autant que narrative, ce sont les illustrations qui donnent les lettres de noblesse au livre. Chacune d’entres elles est riche en détails et éléments à la fois futuristes et passés. Qu’importe les époques, que ce soit dans l’Antiquité ou au XXe siècle, le steampunk donne toujours un parfum de futur où hommes et machines se complètent jusqu’à parfois ne former plus qu’un. Ce qui est génial, c’est la variation stylistique de Xavier Mauméjean suivant la thématique. Ainsi dans « Nova Roma » il raconte l’adaptation moderne des jeux dans l’arène du Colisée à la manière d’un commentateur sportif. Ici, nuls chars et chevaux, les bolides sont mécaniques.... "[...] Steampunk réinvente l’histoire de multiples façons. C’est la thématique d’un genre à part entière, la machine est la pièce maitresse des rouages de ces mondes parallèles, de ces autres réalités inventées. Ce sont des représentations différentes de ce qui a existé, de ce que l’on sait. Toutes ces perceptions et ces représentations se fondent toutes sur l’expression « Et si… ». Avec des « si » on peut réinventer le monde et c’est ce que Didier Graffet et Xavier Mauméjean ont fait de manière magistrale. Ici le texte a une valeur informative, autant que narrative, ce sont les illustrations qui donnent les lettres de noblesse au livre. Chacune d’entres elles est riche en détails et éléments à la fois futuristes et passés. Qu’importe les époques, que ce soit dans l’Antiquité ou au XXe siècle, le steampunk donne toujours un parfum de futur où hommes et machines se complètent jusqu’à parfois ne former plus qu’un. Ce qui est génial, c’est la variation stylistique de Xavier Mauméjean suivant la thématique. Ainsi dans « Nova Roma » il raconte l’adaptation moderne des jeux dans l’arène du Colisée à la manière d’un commentateur sportif. Ici, nuls chars et chevaux, les bolides sont mécaniques. [...]"
              Lire la suite
              En lire moins
            • Shenandoah Posté le 2 Septembre 2014
              Très déçue de ne pas avoir gagné ce livre avec Masse Critique, je l'avais mis en tête de ma liste de cadeaux d'anniversaire. Et enfin, j'ai eu le plaisir de le sortir de son paquet il y a une quinzaine de jours. Cet ouvrage se base sur l'idée que l'utilisation de la vapeur, et donc de la machine, a été maîtrisée dès l'Antiquité, conduisant ainsi à une évolution technologique beaucoup plus rapide et bien différente de celle que l'on connaît. Ainsi, on nous présente des tranches d'histoire uchronique, chacune composée d'un texte de Xavier Mauméjean et d'une illustration de Didier Graffet. Il s'agit parfois d'anecdotes inventées, ou parfois d'événements historiques réels revisités à la sauce steampunk, comme l'arrivée de Christophe Colomb en Amérique... en caravelle volante bien sûr ! Chacune des 120 pages de ce livre est une petite merveille. Non seulement les illustrations sont magnifiques en elles-mêmes, mais le texte les accompagne parfaitement et leur donne vie de manière magistrale. L'imagination s'enflamme, et on se prend souvent à rêver que ces textes donnent naissance à des romans tant ils sont alléchants. Le livre en lui-même est un magnifique objet qui appelle au feuilletage, avec ses pages épaisses et sa couverture très agréable au toucher.... Très déçue de ne pas avoir gagné ce livre avec Masse Critique, je l'avais mis en tête de ma liste de cadeaux d'anniversaire. Et enfin, j'ai eu le plaisir de le sortir de son paquet il y a une quinzaine de jours. Cet ouvrage se base sur l'idée que l'utilisation de la vapeur, et donc de la machine, a été maîtrisée dès l'Antiquité, conduisant ainsi à une évolution technologique beaucoup plus rapide et bien différente de celle que l'on connaît. Ainsi, on nous présente des tranches d'histoire uchronique, chacune composée d'un texte de Xavier Mauméjean et d'une illustration de Didier Graffet. Il s'agit parfois d'anecdotes inventées, ou parfois d'événements historiques réels revisités à la sauce steampunk, comme l'arrivée de Christophe Colomb en Amérique... en caravelle volante bien sûr ! Chacune des 120 pages de ce livre est une petite merveille. Non seulement les illustrations sont magnifiques en elles-mêmes, mais le texte les accompagne parfaitement et leur donne vie de manière magistrale. L'imagination s'enflamme, et on se prend souvent à rêver que ces textes donnent naissance à des romans tant ils sont alléchants. Le livre en lui-même est un magnifique objet qui appelle au feuilletage, avec ses pages épaisses et sa couverture très agréable au toucher. D'ailleurs, il a eu beaucoup de succès auprès de mon entourage, et même des personnes totalement réticentes aux littératures de l'imaginaire l'ont parcouru avec plaisir. Bref, il est difficile de faire une critique d'un ouvrage aussi riche et varié, donc je vais m'arrêter là et vous encourager chaudement à y jeter un œil lors de votre prochain passage à la librairie. C'est un magnifique objet à offrir ou à s'offrir, et je suis vraiment ravie de pouvoir l'ajouter à ma collection de beaux livres.
              Lire la suite
              En lire moins
            • martinperez Posté le 13 Juillet 2014
              http://lacasebd.overblog.com/2014/06/steampunk.html Aujourd’hui on sort des sentiers battus puisque je vais vous parler d’un livre voguant dans une autre dimension que celle de la bande dessinée, on va parler d’une de ses parentes : le livre illustré. Oui je vous vois venir avec vos charentaises cloutées pointure 64 et vos regards menaçants mais ce n’est pas un livre pour les tout petits, genre « Martine se fait tatouer le fessier » ou « Dora s’est encore perdue » (la conne), c’est un poil un peu plus « adulte ». Alors vous pouvez sortir de votre caisson de cryogénisation et sortir vos montres à gousset et soyez les bienvenus dans l’univers de Steampunk, un livre rétro-futuriste (ou futuriste-rétro) édité par les Éditions LeClers. Le bouquin en lui-même est une petite beauté des plus classes avec sa couverture en dur et qui nous propose pas moins d’une bonne centaine de pages (120 en fait) sur un papier des plus « glossy ». Évidemment, l’objet est beau, super classe mais est-ce que son contenu en vaut la peine ? Ouech, bonne question que v’là. Histoire de faire mon oncle Paul : le Steampunk, kesako ? Avant toute chose, le steampunk c’est une vision poétique, néoromantique et industrielle de l’évolution... http://lacasebd.overblog.com/2014/06/steampunk.html Aujourd’hui on sort des sentiers battus puisque je vais vous parler d’un livre voguant dans une autre dimension que celle de la bande dessinée, on va parler d’une de ses parentes : le livre illustré. Oui je vous vois venir avec vos charentaises cloutées pointure 64 et vos regards menaçants mais ce n’est pas un livre pour les tout petits, genre « Martine se fait tatouer le fessier » ou « Dora s’est encore perdue » (la conne), c’est un poil un peu plus « adulte ». Alors vous pouvez sortir de votre caisson de cryogénisation et sortir vos montres à gousset et soyez les bienvenus dans l’univers de Steampunk, un livre rétro-futuriste (ou futuriste-rétro) édité par les Éditions LeClers. Le bouquin en lui-même est une petite beauté des plus classes avec sa couverture en dur et qui nous propose pas moins d’une bonne centaine de pages (120 en fait) sur un papier des plus « glossy ». Évidemment, l’objet est beau, super classe mais est-ce que son contenu en vaut la peine ? Ouech, bonne question que v’là. Histoire de faire mon oncle Paul : le Steampunk, kesako ? Avant toute chose, le steampunk c’est une vision poétique, néoromantique et industrielle de l’évolution du temps à partir d’une altération temporelle. C’est exactement ça la thématique du steampunk, une autre vision de l’histoire vue d’une d’autre époque (comme ça, brut de coffre). C’est un vrai mouvement esthétique (ahh cosplay quand tu nous tiens) et littéraire mélangeant paradoxe et uchronie ; certains vous sortiront des pamphlets pompeux genre qu’il prend ses racines aux alentours du XIXe siècle, époque charnière qui aurait au détour d’un évènement, bifurqué de la ligne temporelle que l’on connait (style Retour vers le Futur) ; d’autres viendront avec des explications alambiquées tournant autour d’une altération historique basée sur l’usage des machines à vapeur… Comme je suis pour la paix des ménages, on va dire que la vérité est entre les deux ; mais ce dont je suis sûr, c’est que la terminologie et la mode steampunk sont vraiment apparues dans les années eighties, époque où la SF manquait cruellement de souffle et peinait à se renouveler. Pour rester simple, pour nous néophytes que nous sommes, c’est du révisionnisme (ouais m’dame) et qui plus est, très tendance à l’heure actuelle et dont les pères fondateurs n’ont pour inspiration que Jules Verne et H.G. Wells ou Léonard de Vinci, rien que ça. Ce recueil mené par Xavier Mauméjean (à la craie) et Didier Graffet (au silex) nous offre ici un panorama complet du genre en revisitant, sous forme d’un journal de bord illustré, plusieurs évènements vus sous le prisme de l’anachronisme. Mêlant subtilement mystère, aventure et humour, chaque récit proposé par le livre deviendra presque une expérience shamanique qui vous emportera aussi bien dans des moments passés que futurs ; le tout divinement illustré par des dessins d’ambiance réalisés par Dider Graffet. Du coup, on se retrouve dans une multitude de petites histoires faisant la part belle à l’étrange. Les textes quant à eux sont courts, rédigés avec brio du style très « chronique de l’étrange » et feront évidemment référence à une pléiade d’évènements historiques ou imaginaires, en passant des 20.000 lieues sous les mers de l’ami Jules, Frankenstein, la découverte des Amériques, des revisites de mégapoles, un Titanic insubmersible, un Tesla qui pétrifie une ville suite à une expérience ratée etc. Bref il y en a pour tous les gouts. Graphiquement, les dessins sont superbes et collent à merveille à chaque anecdote, ce qui est un vrai régal pour les yeux. Paradoxe, anachronisme, dystopie, la sensibilité du lecteur n’aura que l’embarras du choix en découvrant toutes ces altérations historiques richement illustrées. Voilà donc un condensé assez trapu, difficilement lisible avouons-le d’un seul coup mais à savourer en épisodes, entre deux prises de tête ou quand vous le sentez tout en sachant qu’on peut entamer le livre à partir de n’importe quelle page. C’est passionnant, audacieux, intriguant, intéressant et est une véritable invitation à l’imagination. Clairement un must-have pour tout féru de cet univers étrange, de SF, des voyageurs de l’étrange, ou tout simplement d’amoureux de beaux livres. Alors faites comme moi, laissez-vous emporter et sortez toutes voiles dehors pour de nouvelles aventures. Du pur bonheur !
              Lire la suite
              En lire moins

            Ils en parlent

            "Moment de pur bonheur : la lecture de "Steampunk", ce petit précis de mythologies modernes, fort joliment illustré."
            Jacques Baudou / Éditeur, critique littéraire, essayiste
            Toute l'actualité des éditions Hors Collection
            Amateur de culture décalée, découvrez chaque mois les parutions insolites des éditions Hors Collection.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com