Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266219112
Code sériel : 14863
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

127 heures

L'histoire vraie qui a inspiré Danny Boyle

Yves FORGET-MENOT (Traducteur)
Collection : Aventure Humaine
Date de parution : 11/08/2011

Le 26 avril 2003, Aron Ralston, 27 ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah. Alpiniste expérimenté, il est déjà venu à bout des plus hauts sommets de la région. Là, au fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : un rocher se détache au-dessus de...

Le 26 avril 2003, Aron Ralston, 27 ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah. Alpiniste expérimenté, il est déjà venu à bout des plus hauts sommets de la région. Là, au fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : un rocher se détache au-dessus de lui et emprisonne son bras dans un mur de rocaille. Le voilà pris au piège. 127 heures plus tard, comprenant que les secours n’arriveront pas, il va devoir prendre la décision la plus difficile de son existence…
 

Inclus un cahier photos

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266219112
Code sériel : 14863
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • NathalC Posté le 8 Février 2020
    127 h ! C'est à peu près le temps qu'il m'a fallu pour lire ce témoignage. 127 h pendant lesquelles Aron Ralston n'a d'autres choix que de se remettre en cause, d'effectuer une véritable introspection personnelle. A travers ce témoignage, on découvre qui est Aron. Ces exploits sportifs et personnels, ces objectifs, ses envies, sa volonté à toute épreuve. On découvre son passé (seul point un peu négatif de ce témoignage. En tant que lectrice française, ne connaissant pas vraiment la géographie américaine et les termes de l'escalade, certains passages m'ont paru long et trop détaillé. Je n'arrivais pas à visualiser !) On découvre cette épreuve terrible à laquelle il est confronté dans le canyon. Et en conclusion, on découvre ce qu'il devient après cette épreuve. Si je devais qualifier cet homme après avoir lu ce témoignage : un mot et un adjectif me vienne en tête... C'est véritablement un énergumène frapadingue !! Mais qui est cet homme : un extraterrestre ? Où trouve-t-il l'énergie, l'envie, le courage de toutes ces aventures ? Il est passé plusieurs fois à côté de la mort, entre les avalanches, les chutes évitées de peu, et cette amputation. Où trouve-t-il la ressource pour toujours rebondir ? Bravo M. Ralston pour ce... 127 h ! C'est à peu près le temps qu'il m'a fallu pour lire ce témoignage. 127 h pendant lesquelles Aron Ralston n'a d'autres choix que de se remettre en cause, d'effectuer une véritable introspection personnelle. A travers ce témoignage, on découvre qui est Aron. Ces exploits sportifs et personnels, ces objectifs, ses envies, sa volonté à toute épreuve. On découvre son passé (seul point un peu négatif de ce témoignage. En tant que lectrice française, ne connaissant pas vraiment la géographie américaine et les termes de l'escalade, certains passages m'ont paru long et trop détaillé. Je n'arrivais pas à visualiser !) On découvre cette épreuve terrible à laquelle il est confronté dans le canyon. Et en conclusion, on découvre ce qu'il devient après cette épreuve. Si je devais qualifier cet homme après avoir lu ce témoignage : un mot et un adjectif me vienne en tête... C'est véritablement un énergumène frapadingue !! Mais qui est cet homme : un extraterrestre ? Où trouve-t-il l'énergie, l'envie, le courage de toutes ces aventures ? Il est passé plusieurs fois à côté de la mort, entre les avalanches, les chutes évitées de peu, et cette amputation. Où trouve-t-il la ressource pour toujours rebondir ? Bravo M. Ralston pour ce témoignage où l'abandon n'est pas admissible. Bravo pour cette survie...
    Lire la suite
    En lire moins
  • RattusBibliotecus Posté le 10 Avril 2019
    Les récits autobiographiques romancés te branchent ? Viens par là. 127 heures, c’est un titre de roman, mais aussi le temps qu’aura passé Aron Ralston au fond de ce canyon, retenu par le bras par un rocher d’une centaine de kilos. Endroit désert, aucun moyen de communication avec le reste du monde, réserves d’eau et de nourriture prévues pour une seule journée ; l’avenir s’effrite comme les heures défilent. Mais Aron a embarqué son caméscope, il peut faire son testament. Il a du temps à tuer… Tout au long du récit, tu alterneras entre instant présent (endurer la soif, la faim, le froid glacial nocturne et la fournaise en journée, savoir quel bruit relève du réel ou de l’hallucination) et souvenirs de jeunesse, jusqu’au moment où Aron, au seuil de la mort, se résoudra à tenter le tout pour le tout afin de se sortir de là. Durant sa captivité, il a pris des photos, elles t’aideront à mieux comprendre l’enfer matériel et mental dans lequel il se trouvait. Tu vas sans doute me dire : « mais quel est l’intérêt de lire ce genre de récits ? S’il l’a publié, c’est qu’il a survécu, pas de quoi fouetter un chat. » Je... Les récits autobiographiques romancés te branchent ? Viens par là. 127 heures, c’est un titre de roman, mais aussi le temps qu’aura passé Aron Ralston au fond de ce canyon, retenu par le bras par un rocher d’une centaine de kilos. Endroit désert, aucun moyen de communication avec le reste du monde, réserves d’eau et de nourriture prévues pour une seule journée ; l’avenir s’effrite comme les heures défilent. Mais Aron a embarqué son caméscope, il peut faire son testament. Il a du temps à tuer… Tout au long du récit, tu alterneras entre instant présent (endurer la soif, la faim, le froid glacial nocturne et la fournaise en journée, savoir quel bruit relève du réel ou de l’hallucination) et souvenirs de jeunesse, jusqu’au moment où Aron, au seuil de la mort, se résoudra à tenter le tout pour le tout afin de se sortir de là. Durant sa captivité, il a pris des photos, elles t’aideront à mieux comprendre l’enfer matériel et mental dans lequel il se trouvait. Tu vas sans doute me dire : « mais quel est l’intérêt de lire ce genre de récits ? S’il l’a publié, c’est qu’il a survécu, pas de quoi fouetter un chat. » Je te répondrai que d’un point de vue psychologique, lorsqu’on se demande comment on se sent dans cette situation, c’est intéressant, c’est comme une expérience par procuration (ce qui est le principe de tout roman de vivre d’autres vies, soit dit en passant). Et surtout, le vrai intérêt du récit est de savoir dans quel état Aron va sortir de ce canyon : va-t-il faire ce qu’il avait prévu, même si ça le terrifie ? Ou trouvera-t-il un autre moyen ? Les secours doivent être à sa recherche ; arriveront-ils à temps ? Un récit à découvrir si les romans catastrophe sauce huis-clos te plaisent.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CindyArt Posté le 4 Mars 2019
    Une belle leçon de courage d'un jeune homme qui ne s'avoue pas vaincu alors qu'il aurai été plus simple pour d'autre de baisser les bras. J'avais vu le film.... Plusieurs fois.... C'est avec grand plaisir que j'ai lu ce livre qui nous en apprend plus sur ce sportif, compétiteur avec lui même
  • leamira Posté le 21 Juillet 2018
    Pfiouu un début de récit très anxiogène lorsque la main d'Aron se retrouve emprisonnée dans la roche et lorsqu'il se rend compte qu'il n'arrive pas à la dégager. Quelques longueurs mais ce témoignage reste très prenant et le courage d'Aron impressionne.
  • rosalinda89 Posté le 12 Juillet 2018
    Voilà une histoire vraie qui nous tient en haleine jusqu'au bout. Aron Ralston raconte comment il a su résister durant 127 heures,coincé entre les deux rochers. C'est un témoignage dur où l'auteur réussit à nous faire passer par toutes les émotions réssenties : la peur, la détermination pour s'en sortir, la déception, l'espoir... J'avais vu le film qui est bien réalisé ,mais j'ai préféré le livre.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.