Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707149374
Code sériel : 244
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 125 x 190 mm

1885 : le tournant colonial de la République

Jules Ferry contre Georges Clemenceau, et autres affrontements parlementaires sur la conquête coloniale

Gilles MANCERON (Introduction)
Date de parution : 22/02/2007

Un ouvrage inédit qui remet en perspective les débats récents sur le passé colonial de la France, à la lumière de ceux, décisifs, qui ont marqué les débuts de la IIIème République, puis toute l'histoire du XXème siècle.

Lors du débat public des années 2000 en France sur la question coloniale, on a souvent oublié que la République n'a jamais été vraiment unanime sur ce sujet. Ainsi, en 1885, quand certains républicains ont repris à leur compte l'idée monarchique de conquêtes coloniales, cela a donné lieu à des affrontements passionnés...

Lors du débat public des années 2000 en France sur la question coloniale, on a souvent oublié que la République n'a jamais été vraiment unanime sur ce sujet. Ainsi, en 1885, quand certains républicains ont repris à leur compte l'idée monarchique de conquêtes coloniales, cela a donné lieu à des affrontements passionnés à la Chambre des députés, à l'issue desquels le projet colonial ne s'est imposé que de justesse.
D'où l'intérêt majeur de relire aujourd'hui les formidables débats parlementaires de juillet et décembre 1885, lors du vote de crédits pour la poursuite de la conquête de Madagascar et de l'Indochine. L'historien Gilles Manceron en propose ici une sélection raisonnée, assortie d'une préface les remettant en perspective. Quand Jules Ferry défend l'idée d'une « colonisation républicaine » au nom du droit des « races supérieures vis-à-vis des races inférieures », Jules Maigne, un vieux républicain de 1848, lui réplique : « Vous osez dire cela dans le pays où ont été proclamés les droits de l'homme ! ». Et Georges Clemenceau : « Je ne comprends pas que nous n'ayons pas été unanimes ici à nous lever d'un seul bond pour protester violemment contre vos paroles ! »
 Le « parti colonial » a tout fait ensuite pour faire oublier ce débat fondamental de 1885. C'est sur cette occultation qu'a pu se développer pendant trois quarts de siècle une politique coloniale républicaine faisant fi des droits de l'homme – et dont l'héritage fait retour aujourd'hui

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707149374
Code sériel : 244
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 125 x 190 mm

Ils en parlent

« L'ouvrage que propose Gilles Manceron, historien réputé de la question, vice-président de la Ligue des droits de l'homme, a le mérite de nous ramener à une année clé: 1885, à partir de laquelle se nouent toutes les contradictions. L'auteur présente de très longs extraits de neuf séances parlementaires. [...] Mais ce livre permet également de rappeler que l'esprit colonial n'était pas inné, qu'il a, comme tout phénomène historique, une histoire. Gilles Manceron rappelle qu'il y eut une opposition active à la politique d'expansion, illustrée par les protestations venant de la gauche (où s'illustrait alors Clemenceau) mais aussi d'une forte partie de la droite. [...] L'auteur conclut par des réflexions que nous partageons, d'immédiate actualité. La période coloniale, finalement, n'aura été qu'une parenthèse relativement brève. mais l'esprit colonial, lui, est toujours présent. »
L'HUMANITÉ

« Au coeur de la polèmique sur les si décriées - et pas toujours avec la rigueur requise - "lois mémorielles", voici un ouvrage volcanique, propre à nourrir la réflexion comme à relancer la controverse sur la colonisation. Car il nous rappelle que ce débat a déjà eu lieu, à l'heure où l'Empire français d'outre-mer s'ébauchait sous l'impulsion de certains courants de la IIIème République. Louable est l'initiative de Gilles Manceron de publier les débats parlementaires de 1885 relatives à la poursuite de Madagascar et la relance de la conquête de l'Indochine. »
HISTOFORUM

« A l'intérieur du champs républicain, jamais le clivage n'apparut aussi clairement que pendant les débats sur la politique coloniale organisés à la Chambre des députés en 1885. C'est à l'occasion de ces débats, réédités dans ce petit volume, qu'eurent lieu certaines des passes d'armes les plus célèbres entre Jules Ferry, farouche partisan des conquêtes outre-mer, et Georges Clemenceau, qui s'enflamma contre "le gouvernement français exerçant son droit sur les races inférieures en allant guerroyer contre elles et les convertissant de force aux bienfaits de la civilisation. »
LE MONDE DES LIVRES

« Dan ce petit ouvrage, Gilles Manceron revient sur les deux débats parlementaires de juillet et décembre 1885 au cours desquels des députés  français se sont interrogés sur la légitimité d'une politique d'expansion coloniale, la première fois à propos des opérations à Madagascar et la seconde au sujet de l'Indochine. Il nous livre de très larges extraits, tirés du Journal officiel de la République française, et éclairés par un appareil de notes léger, une chronologie de l'histoire coloniale française, et une bibliographie indicative. On y retrouve des discours célèbres, notamment celui dans lequel Jules Ferry exposa l'ensemble des raisons qui justifiaient à ses yeux l'expansion coloniale, ainsi que la réplique cinglante de Clemenceau, qui dénonça "le gouvernement français exerçant son droit sur les races inférieures en allant guerroyer contre elles et les convertissant de force aux bienfaits de la civilisation". Mais le mérite de ce recueil est aussi de reproduire les interventions des orateurs de second rang, qui ne sont pas moins dignes d'intérêt. »
L'OURS

PRESSE
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !