Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264059260
Code sériel : 4645
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

1Q84 Livre 3

Hélène MORITA (Traducteur)
Date de parution : 07/02/2013

Sous le double scintillement de 1Q84, le temps s’accélère et les vérités se confondent. La voix du détective Ushikawa s’invite, oscillant entre révélation et menace, sur la trace d’Aomamé et Tengo. D’un reflet à l’autre, dans la clairvoyance hypnotique de ce troisième volet, le passé s’apprête à livrer son chaos...

Sous le double scintillement de 1Q84, le temps s’accélère et les vérités se confondent. La voix du détective Ushikawa s’invite, oscillant entre révélation et menace, sur la trace d’Aomamé et Tengo. D’un reflet à l’autre, dans la clairvoyance hypnotique de ce troisième volet, le passé s’apprête à livrer son chaos au seuil d’un nouveau rêve… 

« Pour traverser les miroirs et aller gamberger dans le Grand Ailleurs, le mot de passe tient en quatre syllabes : Murakami. Ce Japonais volant n'a pas son pareil, en effet, pour distiller les nectars d'une œuvre délicieusement somnambulique, de bout en bout hypnotique. »
André Clavel - L’Express 

Traduit du japonais
par Hélène Morita

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264059260
Code sériel : 4645
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mapetiterevolutionlitteraire Posté le 12 Octobre 2021
    Ça y est j'ai terminé la trilogie. J'ai lu pour la première fois Murakami, 3 fois ! Dans un premier temps, je dirai que j'ai passé un très bon moment en lisant cette trilogie. Si je devais choisir un seul point pour la caractériser, je dirais que j'ai découvert un tout nouveau style d'écriture. Murakami décrit simplement, avance doucement, se répète, et surtout l'univers est complètement unique et nouveau. L'intrigue était pour moi complètement floue, je n'avais aucune idée d'où j'allais arriver à la fin ! C'est une suite (et une fin) donc je ne vais pas aller dans le détail mais ce dernier volet nous amène le dénouement de l'histoire. Je ne m'attendais pas à voir introduire un nouveau personnage ni même à cette fin, j'ai donc passé un bon moment à la lecture de ce tome. En revanche : encore une fois j'ai trouvé trop de répétitions. Ce 3ème tome est assez long, mais si on retire toutes ces répétitions, cela l'alegerait beaucoup. J'ai la sensation que c'est son style... mais le problème est que cela donne l'impression que l'auteur est juste en train de meubler. Ce qui est dommage vu la richesse et l'originalité de 1Q84. Je recommande la... Ça y est j'ai terminé la trilogie. J'ai lu pour la première fois Murakami, 3 fois ! Dans un premier temps, je dirai que j'ai passé un très bon moment en lisant cette trilogie. Si je devais choisir un seul point pour la caractériser, je dirais que j'ai découvert un tout nouveau style d'écriture. Murakami décrit simplement, avance doucement, se répète, et surtout l'univers est complètement unique et nouveau. L'intrigue était pour moi complètement floue, je n'avais aucune idée d'où j'allais arriver à la fin ! C'est une suite (et une fin) donc je ne vais pas aller dans le détail mais ce dernier volet nous amène le dénouement de l'histoire. Je ne m'attendais pas à voir introduire un nouveau personnage ni même à cette fin, j'ai donc passé un bon moment à la lecture de ce tome. En revanche : encore une fois j'ai trouvé trop de répétitions. Ce 3ème tome est assez long, mais si on retire toutes ces répétitions, cela l'alegerait beaucoup. J'ai la sensation que c'est son style... mais le problème est que cela donne l'impression que l'auteur est juste en train de meubler. Ce qui est dommage vu la richesse et l'originalité de 1Q84. Je recommande la trilogie à ceux qui veulent lire autre chose, qui ont l'impression de tout connaître ou de ne rien lire de nouveau : c'est pour vu !
    Lire la suite
    En lire moins
  • JehanneDD Posté le 18 Septembre 2021
    Je viens de finir les trois tomes, en livres lus, et... c'est difficile de sortir de ce monde ! L'univers imaginé par Murakami est intrigant, particulier, énigmatique. Tout ne se résout pas à la fin. On se pose encore et encore des questions. Mais on est attrapé par Aomamé, Tengo, et les autres personnages. On vit à leurs côtés des choses haletantes, d'autres routinières. Tout cela donne l’impression de vivre … une vie parallèle, avec ses bons et moins bons moments. Bien sûr, c’est parfois lourd, lent, maladroit. Mais on devine que la traduction y est pour quelque chose, et que l’origine japonaise du texte lui donne un rythme auquel le lecteur français n’est pas habitué. Bref, une aventure en soi, qui passe très bien en livre lu ! (j'ai beaucoup apprécié l'entretien avec la traductrice à la fin du CD... on se pose en effet des questions sur le style, qui semble parfois maladroit et qui alourdit l'histoire. Ses explications prouvent la difficulté de l'exercice).
  • supernana77 Posté le 20 Août 2021
    Me voici replongée dans l'univers  de 1Q84. Je ne sais pas vous chers lecteurs mais moi la sensation de manque c'est  fait ressentir si bien que je devais lire le tome 8 des Bridgertons et je l'ai  relégué en arrière plan pour retrouver une dernière  fois T A. La poésie est toujours  au rendez-vous et les lignes coulent sous mes yeux. A est en cavale mais ne vit encore que pour revoir une dernière  fois T. On se fait happer par cette amour platonique qui nous submerge et même l'auteur  lui même  en oubli presque l'histoire de son livre. Et voilà  que notre duo devient un trio. Qui est cet homme  qui a réussi  a relier A T. Provoquera-t-il la chute de notre duo ou au contraire montera-t-il le chemin qui les ramenera l'un à l'autre? La lisière du féerique nous envahit les personnages secondaires s'invitent  et jouent les entre faits... et sous la lumière  de ces deux lunes  brillent désormais un tout autre  destin. Je suis subjuguée encore une fois par la qualité et l écriture lyrique de cet auteur sensationnel.  Je me sens perdue sans mon couple à l'amour plus que parfait. Irrationnelle, surréaliste. Je lis... Me voici replongée dans l'univers  de 1Q84. Je ne sais pas vous chers lecteurs mais moi la sensation de manque c'est  fait ressentir si bien que je devais lire le tome 8 des Bridgertons et je l'ai  relégué en arrière plan pour retrouver une dernière  fois T A. La poésie est toujours  au rendez-vous et les lignes coulent sous mes yeux. A est en cavale mais ne vit encore que pour revoir une dernière  fois T. On se fait happer par cette amour platonique qui nous submerge et même l'auteur  lui même  en oubli presque l'histoire de son livre. Et voilà  que notre duo devient un trio. Qui est cet homme  qui a réussi  a relier A T. Provoquera-t-il la chute de notre duo ou au contraire montera-t-il le chemin qui les ramenera l'un à l'autre? La lisière du féerique nous envahit les personnages secondaires s'invitent  et jouent les entre faits... et sous la lumière  de ces deux lunes  brillent désormais un tout autre  destin. Je suis subjuguée encore une fois par la qualité et l écriture lyrique de cet auteur sensationnel.  Je me sens perdue sans mon couple à l'amour plus que parfait. Irrationnelle, surréaliste. Je lis et je quitte a regret ce rêve de plus de 25h de lecture. Superbe.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Dieselle Posté le 19 Août 2021
    Aomamé est toujours coincée en 1Q84, le monde qui possède deux lunes. Alors qu’elle est cachée dans un appartement en attendant son évasion vers un autre pays qui s’accompagnera d’un changement d’identité et d’apparence pour définitivement échapper aux précurseurs et à la police, elle aperçoit Tengo, un soir, en cide de partir dans la ville des chats, à son chevet. Il laisse ainsi sa protégée, Fukaéri, toujours cachée chez lui, seule quelques jours. Ushikawa, ancien avocat peu scrupuleux, à été engagé par les précurseurs pour retrouver la trace d’Aomamé. Face aux peu de pistes à explorer, il finit par s’intéresser à Tengo, dont il sait qu’il est à l’origine de la réécriture de La chrysalide de l’air, ce court roman poétique et fantastique, écrit à l’origine par Fukaéri et qui met en scène les little people. L’enquêteur s’installe dans un appartement dans le même immeuble que Tengo et attend, lui aussi, le jeune homme censé le mener à Aomamé. 3. Avis personnel Pour ce troisième tome, cette fois je ne donnerais pas la note maximale. Il y a en effet quelques longueurs qui, selon moi, auraient pu être évitées. Ce fût toutefois une lecture très agréable.c’est un roman sur l’attente.... Aomamé est toujours coincée en 1Q84, le monde qui possède deux lunes. Alors qu’elle est cachée dans un appartement en attendant son évasion vers un autre pays qui s’accompagnera d’un changement d’identité et d’apparence pour définitivement échapper aux précurseurs et à la police, elle aperçoit Tengo, un soir, en cide de partir dans la ville des chats, à son chevet. Il laisse ainsi sa protégée, Fukaéri, toujours cachée chez lui, seule quelques jours. Ushikawa, ancien avocat peu scrupuleux, à été engagé par les précurseurs pour retrouver la trace d’Aomamé. Face aux peu de pistes à explorer, il finit par s’intéresser à Tengo, dont il sait qu’il est à l’origine de la réécriture de La chrysalide de l’air, ce court roman poétique et fantastique, écrit à l’origine par Fukaéri et qui met en scène les little people. L’enquêteur s’installe dans un appartement dans le même immeuble que Tengo et attend, lui aussi, le jeune homme censé le mener à Aomamé. 3. Avis personnel Pour ce troisième tome, cette fois je ne donnerais pas la note maximale. Il y a en effet quelques longueurs qui, selon moi, auraient pu être évitées. Ce fût toutefois une lecture très agréable.c’est un roman sur l’attente. Aomamé en profite même pour lire À la recherche du temps perdu. Il est possible que je sois passée à côté de la partie de l’intrigue qui aborde le rôle des Little people dans le monde de 1q84 mais malgré cela j’avais toujours envie de savoir comment les deux protagonistes, Tengo et Aomamé, allaient pouvoir se retrouver et j’ai trouvé le personnage de Ushikawa attachant. Je conseille vraiment cette série de romans. Comme tout ce qu’écrit Haruki Murakami, le style est poétique, l’intrigue glisse dans le fantastique sans jamais y entrer complètement. C’est extrêmement bien fait. Quel auteur quand même !
    Lire la suite
    En lire moins
  • dvall Posté le 18 Août 2021
    Passez votre chemin si vous n’avez pas encore lu les deux premiers tomes de 1Q84 ! … Ce dernier tome de la trilogie 1Q84 m’a un peu déstabilisé. Je m’attendais à un changement de rythme, quelque chose qui viendrait bousculer la cadence lente et hypnotique des deux premiers livres. Mais Murakami reste fidèle à la temporalité (le temps vécu par la conscience) mise en place depuis notre immersion dans le monde alternatif de 1Q84. Avec ce troisième opus cependant, des innovations apparaissent. La construction narrative n’est plus binaire (alternance des chapitres entre Tengo et Aomamé, les deux personnages principaux) mais adopte un rythme ternaire avec la montée en importance du personnage d’Ushikawa. Le nabot à tête cabossée, doté d’une intelligence et d’une intuition redoutables, a la charge de retrouver Aomamé après qu’elle a assassiné le leader des Précurseurs. Murakami joue également avec les focales et les retours en arrière pour briser la linéarité, présenter les mêmes événements sous des angles différents. Ces originalités formelles permettent d'entremêler les arcs narratifs. L’histoire, quant à elle, se densifie tout en restant d’une grande simplicité. Peu de choses se passent dans ce troisième tome versant encore davantage dans l’étrange. Aomamé se terre dans l’appartement qui lui sert... Passez votre chemin si vous n’avez pas encore lu les deux premiers tomes de 1Q84 ! … Ce dernier tome de la trilogie 1Q84 m’a un peu déstabilisé. Je m’attendais à un changement de rythme, quelque chose qui viendrait bousculer la cadence lente et hypnotique des deux premiers livres. Mais Murakami reste fidèle à la temporalité (le temps vécu par la conscience) mise en place depuis notre immersion dans le monde alternatif de 1Q84. Avec ce troisième opus cependant, des innovations apparaissent. La construction narrative n’est plus binaire (alternance des chapitres entre Tengo et Aomamé, les deux personnages principaux) mais adopte un rythme ternaire avec la montée en importance du personnage d’Ushikawa. Le nabot à tête cabossée, doté d’une intelligence et d’une intuition redoutables, a la charge de retrouver Aomamé après qu’elle a assassiné le leader des Précurseurs. Murakami joue également avec les focales et les retours en arrière pour briser la linéarité, présenter les mêmes événements sous des angles différents. Ces originalités formelles permettent d'entremêler les arcs narratifs. L’histoire, quant à elle, se densifie tout en restant d’une grande simplicité. Peu de choses se passent dans ce troisième tome versant encore davantage dans l’étrange. Aomamé se terre dans l’appartement qui lui sert de cachette, continuant d’échanger par téléphone avec Tamaru son ange-gardien. Tengo enchaîne les allers-retours à « La Ville des Chats », où son père glisse lentement vers l’au-delà. Fukaéri disparaît à nouveau, plus mystérieuse que jamais. Et Ushikawa enquête, démêlant un à un les fils qui le mèneront à Aomamé pour le compte des Précurseurs. Deux lunes brillent toujours dans le ciel, deux corps célestes qui se côtoient sans s’effleurer, à l’image de Tengo et Aomamé. Ces deux-là réussiront-ils à se retrouver ? Connaîtrons-nous enfin les ambitions des Little People et le rôle qu’Aomamé et Tengo ont à jouer dans leurs plans ? Toutes les réponses ne surgiront peut-être pas à l’issue de cette histoire, mais le monde de 1Q84 restera certainement dans votre mémoire et votre cœur…
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    10/18

    Haruki Murakami : un narrateur et des moutons

    Retour sur les premiers pas littéraires de l’auteur japonais Haruki Murakami, avec la réédition chez 10/18 de deux romans signés dans les années 1980 : La course au mouton sauvage et Danse, danse, danse. Le laboratoire dynamique d’une écriture unique, entre réalisme et fantaisie, critique frontale et ironie douce.

    Lire l'article