RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            24h de la vie d'une femme suivies de Le Voyage dans le passé

            Pocket
            EAN : 9782266242899
            Code sériel : 15664
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 144
            Format : 108 x 177 mm
            24h de la vie d'une femme suivies de Le Voyage dans le passé

            Pierre MALHERBET (Traducteur)
            Date de parution : 03/04/2014
            Mrs C. se souvient : cette année-là, elle s’ennuyait sur la Côte d’Azur. Au Casino de Monte-Carlo, en face d’elle, un jeune homme étrange jouait et perdait comme on se noie, comme on se suicide. Elle avait les moyens de le sauver. Elle le suivit dans un hôtel, pour connaître avec lui quelques... Mrs C. se souvient : cette année-là, elle s’ennuyait sur la Côte d’Azur. Au Casino de Monte-Carlo, en face d’elle, un jeune homme étrange jouait et perdait comme on se noie, comme on se suicide. Elle avait les moyens de le sauver. Elle le suivit dans un hôtel, pour connaître avec lui quelques heures de passion et de folie. Aujourd’hui, le temps a finalement mal cicatrisé cette journée particulière, la plus imprévisible et inoubliable de toute sa vie…
            Ce texte est suivi du Voyage dans le passé, une nouvelle retrouvée en intégralité après la mort de Stefan Zweig et publiée en France pour la première fois en 2008. L’amour peut-il résister à une longue séparation, à des trahisons, à l’usure des années ? On y retrouve toute la profondeur de l’auteur et son génie du suspense psychologique.

            Nouvelle traduction de l’allemand par Pierre Malherbet

            @ Disponible chez 12-21
            L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266242899
            Code sériel : 15664
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 144
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            2.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Sydola Posté le 26 Mai 2019
              Pendant la période estivale, au début du XXeme siècle, alors qu'elle loge avec son époux et ses enfants dans une pension de famille, une femme bien sous tout rapport quitte sa famille pour le charme d'un jeune homme venu durant une seule journée. Le narrateur de ce court récit, qui s'apparente à une nouvelle, prend parti pour cette femme au grand dam des autres clients qui la considère comme une femme aux mœurs légères. Une cliente plus âgée (entre 60 et 70 ans), touchée par la sollicitude du narrateur à l'égard de cette femme et aussi car celle fait ressurgir un évènement de son passé, lui demande un entretien durant lequel elle lui contera 24h de sa vie. Stefan Zweig est vraiment un maître dans l'art de décrire la palette de sentiments et d'expliquer en termes choisis la vie des femmes dans un monde régi par la morale, la rigueur, la bienséance et le qu'en dira-t-on. Il y sera aussi question de l'addiction au jeu qui fait qu'un homme peut devenir tout autre pour assouvir une dangereuse passion. Les romans de M. Zweig sont toujours de belles rencontres et là encore on ne lâche le livre qu'une fois le dernier mot lu.
            • ZeroJanvier79 Posté le 1 Septembre 2018
              Une très bonne nouvelle de Stefan Zweig, prenante et émouvante.
            • Klergau Posté le 21 Novembre 2017
              Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme Magnifique ! Cette longue nouvelle commence doucement par une conversation qui tourne à l'affrontement verbal dans une petite pension bourgeoise. On déplore ou on accepte le départ subit de dame Henriette avec un jeune homme. On se questionne sur le coup de foudre, sur les raisons qui l'ont poussée à poser un tel geste... Puis voilà que Mrs C. éprouve le besoin de confier au narrateur un épisode de sa vie en privé. C'est à ce moment que le récit prend son envol et qu'on se laisse entraîner dans le tourbillon des confidences de Mrs C. On ne peut que lire avec passion les passions qui animent les personnages en présence. Je découvre Sweig et le vertige de le lire. Il sait d'un trait décrire avec force les comportements humains. Ici tout se lit dans le jeu des mains d'un joueur invétéré, dans les pas indécis de Mrs C. qui veut lui venir en aide. L'art de Sweig, semble-t-il, est celui du récit dans le récit qu'il sait rendre ici ô combien vivant et prenant. le personnage de Mrs C, je crois bien, a quelque chose d'immortel. Il demeure en nous comme une figure... Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme Magnifique ! Cette longue nouvelle commence doucement par une conversation qui tourne à l'affrontement verbal dans une petite pension bourgeoise. On déplore ou on accepte le départ subit de dame Henriette avec un jeune homme. On se questionne sur le coup de foudre, sur les raisons qui l'ont poussée à poser un tel geste... Puis voilà que Mrs C. éprouve le besoin de confier au narrateur un épisode de sa vie en privé. C'est à ce moment que le récit prend son envol et qu'on se laisse entraîner dans le tourbillon des confidences de Mrs C. On ne peut que lire avec passion les passions qui animent les personnages en présence. Je découvre Sweig et le vertige de le lire. Il sait d'un trait décrire avec force les comportements humains. Ici tout se lit dans le jeu des mains d'un joueur invétéré, dans les pas indécis de Mrs C. qui veut lui venir en aide. L'art de Sweig, semble-t-il, est celui du récit dans le récit qu'il sait rendre ici ô combien vivant et prenant. le personnage de Mrs C, je crois bien, a quelque chose d'immortel. Il demeure en nous comme une figure universelle. J'ai adoré.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Blog_Oceane Posté le 6 Juillet 2017
              J'ai lu du 04/07/2017 au 06/07/2017. Zweig, c'est quelque chose de spécial. J'avais lu une de ses oeuvres dans le passé et j'ai décidé d'y remédier. En effet, je l'ai lu suite à une lecture commune, j'ai apprécié le nombre de pages de cette nouvelle mais aussi l'analyse du coup de foudre faite par Zweig. L'écriture est bien, les personnages sont aussi bien à travers leurs vices et leurs caractères. Ainsi Zweig met aussi en avant la dépendance aux jeux qui entraîne de nombreuses conséquences néfastes dans la vie sur la personne dépendant et son entourage. Pour conclure, un livre à lire pour l'analyse de l'amour et de l'addiction. Ma note : 7/10
            • lcath Posté le 26 Avril 2015
              Ah! Le bel usage du passé simple , la langue raffinée pour traduire les émois , les lettres que l'on pouvait écrire avant l'invention des mails ...un régal ! Nous suivons au travers de quarante quatre lettres, la détresse d'une femme ,qui se pense trahie et rejetée par son amant ! N'ayant pas de réponses à ses premières missives , elle s'enflamme, se désespère , pense mourir , continue d'écrire , d'espérer, de souffrir ....... La langue est belle , la jalousie , la détresse amoureuse - sujets éternels -ne sont pas d'un siècle ou d'un autre seul la manière de l'exprimer varie
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.