Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266250474
Code sériel : 16018
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

300 mots

Marion TISSOT (Traducteur)
Date de parution : 10/09/2015
Il lui a fallu vingt ans pour préparer sa vengeance.
300 mots. C'est ce que le rédacteur en chef de Nick Stella, journaliste criblé de dettes, lui concède pour évoquer une affaire brûlante : un prêtre retrouvé mort en compagnie d'une prostituée, une seringue d'héroïne plantée dans le bras.Un coup médiatique qui pourrait bien apporter à Nick la reconnaissance dont... 300 mots. C'est ce que le rédacteur en chef de Nick Stella, journaliste criblé de dettes, lui concède pour évoquer une affaire brûlante : un prêtre retrouvé mort en compagnie d'une prostituée, une seringue d'héroïne plantée dans le bras.Un coup médiatique qui pourrait bien apporter à Nick la reconnaissance dont il rêve. Mais ce qui n'était qu'un sordide fait divers va le conduire sur les traces d'un tueur psychopathe. Dans l'ombre, celui-ci observe cinq proies... L'une d'entre elles, il le sait, est responsable de la mort, vingt ans plus tôt, d'une adolescente lors d'une soirée d'Halloween. Et l'heure est aux souvenirs et à la chasse aux sorcières...

« Un des meilleurs thrillers qu'il nous ait été donné à lire ces dernières années. » Le Figaro Magazine

« Un suspense impeccable. » L'Express

« Des chapitres courts, intenses, qui ne laissent aucun répit. Lecteurs insomniaques, vous en aurez pour votre argent ! » ELLE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266250474
Code sériel : 16018
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Un grand thriller captivant et ambitieux, l'un des meilleurs qu'il nous ait été donné à lire ces dernières années. » Le Figaro Magazine

« Un suspense impeccable. » L'Express

« Des chapitres courts, intenses, qui ne laissent aucun répit. Lecteurs insomniaques, vous en aurez pour votre argent ! » Elle

« Beaucoup d'auteurs de thrillers ont du mal à nous surprendre à la fin. Ici, Richard Montanari nous réserve en quelques pages trois retournements successifs que personne ne verra venir ! » Booklist
 
« Vous voici dans les mains du maître du genre ! » James Ellroy

« Consistently surprising... Montanari keeps the reader deliciously off balance throughout, letting the novel accrue horrors and deft misdirections, right until its gory end. » Publishers Weekly

 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ericdesh Posté le 21 Août 2017
    La lecture de ce petit thriller est agréable bien que le récit est parfois un peu confus. De plus, le titre laisse envisager une teneur journalistique (couvrir une affaire et la contrainte de la résumer en 300 mots) qui est rapidement perdue de vue car il s'agit en fait plus d'une enquête classique menée par un journaliste. Au final, un bon petit thriller, classique mais pas inoubliable (voire même dispensable en étant sévère).
  • Poljack Posté le 18 Juillet 2017
    Mon avis : La quatrième de couverture reproduit des extraits de presse plutôt aguichants… Jugez donc : « Un des meilleurs thrillers qu’il nous ait été donné a lire ces dernières années. » Le Figaro Magazine « Un suspense impeccable. » L’Express « Des chapitres court, intense, qui ne laissent aucun répit. Lecteurs insomniaques, vous en aurez pour votre argent ! » ELLE D’accord, les chapitres sont courts. D’accord aussi, côté suspense, c’est assez réussi. Je sais aussi que la frontière entre thriller et policier est assez floue, mais pour moi, ce roman penche nettement vers les polars. Pour le reste, je ne suis pas certain que 300 mots mérite autant d’éloges… C’est vrai que la construction à trois narrateurs est bien équilibrée. On passe successivement du point de vue du journaliste-enquêteur à celui du tueur, puis d’une femme indirectement mêlée à l’affaire. Mais ça, c’est juste une astuce d’écrivain (utilisée par quasiment tous les auteurs) pour ne pas dévoiler trop d’un coup… Rien de nouveau sous le soleil, donc ! Il reste que si le criminel et la femme sont des personnages qui accrochent le lecteur, le journaliste, qui devrait théoriquement être le personnage central du récit, ne trouve son épaisseur que dans les derniers chapitres. Avant cela, il manque cruellement de charisme… De la même... Mon avis : La quatrième de couverture reproduit des extraits de presse plutôt aguichants… Jugez donc : « Un des meilleurs thrillers qu’il nous ait été donné a lire ces dernières années. » Le Figaro Magazine « Un suspense impeccable. » L’Express « Des chapitres court, intense, qui ne laissent aucun répit. Lecteurs insomniaques, vous en aurez pour votre argent ! » ELLE D’accord, les chapitres sont courts. D’accord aussi, côté suspense, c’est assez réussi. Je sais aussi que la frontière entre thriller et policier est assez floue, mais pour moi, ce roman penche nettement vers les polars. Pour le reste, je ne suis pas certain que 300 mots mérite autant d’éloges… C’est vrai que la construction à trois narrateurs est bien équilibrée. On passe successivement du point de vue du journaliste-enquêteur à celui du tueur, puis d’une femme indirectement mêlée à l’affaire. Mais ça, c’est juste une astuce d’écrivain (utilisée par quasiment tous les auteurs) pour ne pas dévoiler trop d’un coup… Rien de nouveau sous le soleil, donc ! Il reste que si le criminel et la femme sont des personnages qui accrochent le lecteur, le journaliste, qui devrait théoriquement être le personnage central du récit, ne trouve son épaisseur que dans les derniers chapitres. Avant cela, il manque cruellement de charisme… De la même façon, les chapitres courts et la succession de personnages permettent de maintenir l’intérêt, mais, à mon goût, on sent trop le côté artificiel de la procédure littéraire, et comme son personnage principal, le roman ne prend véritablement son envol que dans le dernier tiers où les choses s’accélèrent. À partir de là, effectivement, le lecteur retient son souffle en passant sur le versant « thriller ». Un bon point aussi pour le « méchant » de l’histoire : on pense plusieurs fois découvrir son identité, mais le final est vraiment surprenant. Dans l’ensemble, 300 mots est un bon polar, assez prenant et plutôt agréable à lire, mais on s’attendait à mieux. La mise en avant des phrases les plus élogieuses de la presse nuit finalement à la satisfaction du lecteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bertvienne Posté le 19 Avril 2017
    Un journaliste fauché à la recherche d'un serial killer: une vague impression de déjà lu. L'auteur complique l'intrigue au fur et à mesure, pour ne pas tout spolier au bout de 100 pages. Cela donne un thriller bien foutu, un peu classique, qui se lit avec plaisir et s'oublie presque aussi vite
  • ptiteComete Posté le 14 Juin 2015
    Pas mal ..mais je me suis mélangée avec les différents personnages.
  • jpad0408 Posté le 12 Janvier 2015
    Depuis le début des histoires de Richard Montanari, j’attends avec impatience les prochains romans de cet auteur. Malheureusement lorsque que l’on se retrouve avec les histoires qui ne s’apparentent pas avec ceux de ses deux détectives les romans perdent un peu d’intérêts. Cette histoire avait pourtant tout pour être un superbe roman policier ou tout du moins un bon suspense toutefois même avec un début assez surprenant la moitie restante du livre est un peu lente, les meurtres perpétrés ici sont souvent décrits à la va-vite ce qui laisse le lecteur sur sa faim. On suit les péripéties de Nick Stella qui est supposé selon le titre du livre en tout cas de remettre un papier qui contient 300 mots ..... que nous verrons jamais dans ce livre parce que le titre est choisi selon je ne sais quel critère, mais surement pas celui de nous faire comprendre quelque chose. Nous suivons donc ce journaliste qui n'a qu'un seul but trouver l’histoire du siècle et qui par conséquent et ce qui est parfois frustrant nous emmène dans des lieux qui non parfois aucun lien avec l’histoire. Par chance, les derniers milles de cette histoire est bien ficellé et le dénouement est correct... Depuis le début des histoires de Richard Montanari, j’attends avec impatience les prochains romans de cet auteur. Malheureusement lorsque que l’on se retrouve avec les histoires qui ne s’apparentent pas avec ceux de ses deux détectives les romans perdent un peu d’intérêts. Cette histoire avait pourtant tout pour être un superbe roman policier ou tout du moins un bon suspense toutefois même avec un début assez surprenant la moitie restante du livre est un peu lente, les meurtres perpétrés ici sont souvent décrits à la va-vite ce qui laisse le lecteur sur sa faim. On suit les péripéties de Nick Stella qui est supposé selon le titre du livre en tout cas de remettre un papier qui contient 300 mots ..... que nous verrons jamais dans ce livre parce que le titre est choisi selon je ne sais quel critère, mais surement pas celui de nous faire comprendre quelque chose. Nous suivons donc ce journaliste qui n'a qu'un seul but trouver l’histoire du siècle et qui par conséquent et ce qui est parfois frustrant nous emmène dans des lieux qui non parfois aucun lien avec l’histoire. Par chance, les derniers milles de cette histoire est bien ficellé et le dénouement est correct bien qu’a mon avis les motivations du tueur sont un peu excessive, mais a vous d'en juger est ce un livre que je vais relire dans ma vie, surement pas, mais citais un bon divertissement.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.