Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266291644
Code sériel : 17438
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

37, étoiles filantes

Date de parution : 14/08/2019
1937. Sur son lit d’hôpital entouré de jolies infirmières, Alberto est au paradis. Si seulement Isabel pouvait l’oublier un peu. Isabel qu’il s’apprêtait à quitter, en pleine rue, quand une voiture l’a percuté. Mais la voilà qui arrive, la bouche pleine de nouvelles de Montparnasse : « Ton ami Jean-Paul... 1937. Sur son lit d’hôpital entouré de jolies infirmières, Alberto est au paradis. Si seulement Isabel pouvait l’oublier un peu. Isabel qu’il s’apprêtait à quitter, en pleine rue, quand une voiture l’a percuté. Mais la voilà qui arrive, la bouche pleine de nouvelles de Montparnasse : « Ton ami Jean-Paul raconte partout que tu es ravi de ton accident. Qu’il t’est ENFIN arrivé quelque chose. » Ah le salopard ! Le fumier ! Il va la ravaler sa vacherie, les bouffer, ses lunettes ! Une paire de béquilles plus tard, Alberto part en chasse. Tout Paris est en ébullition, et pour cause : l’histoire de l’art et de la littérature dans le combat du siècle ! Giacometti veut casser la gueule de Sartre !

« Il y a du François Truffaut dans cette façon de traduire le tourbillon de la vie. » Le Courrier de l’Ouest

« Jérôme Attal nous dresse un tableau tendre et délirant des Montparnos d’avant le déluge. » VSD

Cet ouvrage a reçu le Prix Livres en Vignes, coup de cœur Rougeot-Meursault,
et le Prix de la rentrée des écrivains chez Gonzague Saint-Bris
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266291644
Code sériel : 17438
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Jérôme Attal nous entraîne dans une drôle de vendetta, prétexte à de joyeuses tribulations où s'agitent les figures du Tout-Paris. C'est vif, enlevé, avec un final en forme d'apothéose burlesque. » François Lestavel - Paris Match
« Sens de la dérision en alerte, Jérôme Attal a cette élégante légèreté qui suggère les choses graves sans jamais penser. Il y a du François Truffaut dans cette façon de traduire le tourbillon de la vie, de croquer des portraits de femmes audicieuses, et d'hommes qui, nez au vent, suivent leur sillage. » Le Courrier de l'Ouest
« Les frères Giacometti, Sartre et Beauvoir, une embrouille à Montparnasse. Jérôme Attal s'amuse.» Livres Hebdo
« Jérôme Attal nous dresse un tableau tendre et délirant des Montparnos d'avant le déluge. » VSD
« Dans la cour des grands (enfants). » Pleine Vie
 
XXX

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Vyvysama Posté le 15 Mai 2021
    Après cette lecture ,juste envie de retrouver les terrasses avec les amis ! Petite éloge de la vie parisienne en 1937 ,les artistes allant de terrasse en terrasse entre Montparnasse et Montmartre ,au gré du vent et des soirées ! L’insouciance ....ça fait du bien ,avec classe et élégance ,code d’honneur et répartie .La vie culturelle et artistique dans les rues de Paris ,avec une police corrompue ,juste avant le conflit mondial qui s’annonce . Une lecture agréable ,un petit voyage dans la VIE !
  • Vyvysama Posté le 15 Mai 2021
    Après cette lecture ,juste envie de retrouver les terrasses avec les amis ! Petite éloge de la vie parisienne en 1937 ,les artistes allant de terrasse en terrasse entre Montparnasse et Montmartre ,au gré du vent et des soirées ! L’insouciance ....ça fait du bien ,avec classe et élégance ,code d’honneur et répartie .La vie culturelle et artistique dans les rues de Paris ,avec une police corrompue ,juste avant le conflit mondial qui s’annonce . Une lecture agréable ,un petit voyage dans la VIE !
  • Vyvysama Posté le 15 Mai 2021
    Après cette lecture ,juste envie de retrouver les terrasses avec les amis ! Petite éloge de la vie parisienne en 1937 ,les artistes allant de terrasse en terrasse entre Montparnasse et Montmartre ,au gré du vent et des soirées ! L’insouciance ....ça fait du bien ,avec classe et élégance ,code d’honneur et répartie .La vie culturelle et artistique dans les rues de Paris ,avec une police corrompue ,juste avant le conflit mondial qui s’annonce . Une lecture agréable ,un petit voyage dans la VIE !
  • Laccro_liseuse Posté le 3 Mars 2021
    Si l'anecdote du malentendu entre Sartre et Giacometti est réelle et fournit l'idée de base de ce livre, c'est un grand roman qui se découvre page après page. En partant du fait que Giacometti a une très vive envie de casser la gueule de Jean-Paul Sartre (pour une tournure de phrase maladroite), Jérôme Attal nous emporte dans un Paris 1937 qui, historiquement flirte avec les débuts du fascisme, mais qui est aussi Paris joyeux, Paris festif et libéré. C'est un plaisir de déambuler dans les ruelles où tant d'artistes et de Grands se croisent. Si l'on aborde l'art, le processus de création et les doutes qui font irruption dans la carrière de ces âmes vagabondes, il n'en reste pas moins que ce roman parle aussi d'amour. Mais pas la romance mièvre et fade, non. Tout est subtile, tout est dosage. Entre les êtres qui parcourent cette histoire, au-delà du sentiment propre qui est présent entre les lignes, c'est bien la distance, trop ou trop peu, qui joue le rôle clef de la relation. Amitiés, amours, bourre pif et rigolade, telle est la vie d'antan qui nous manque autant aujourd'hui. Peut être n'y avait-il pas meilleur moment pour mettre en avant ce... Si l'anecdote du malentendu entre Sartre et Giacometti est réelle et fournit l'idée de base de ce livre, c'est un grand roman qui se découvre page après page. En partant du fait que Giacometti a une très vive envie de casser la gueule de Jean-Paul Sartre (pour une tournure de phrase maladroite), Jérôme Attal nous emporte dans un Paris 1937 qui, historiquement flirte avec les débuts du fascisme, mais qui est aussi Paris joyeux, Paris festif et libéré. C'est un plaisir de déambuler dans les ruelles où tant d'artistes et de Grands se croisent. Si l'on aborde l'art, le processus de création et les doutes qui font irruption dans la carrière de ces âmes vagabondes, il n'en reste pas moins que ce roman parle aussi d'amour. Mais pas la romance mièvre et fade, non. Tout est subtile, tout est dosage. Entre les êtres qui parcourent cette histoire, au-delà du sentiment propre qui est présent entre les lignes, c'est bien la distance, trop ou trop peu, qui joue le rôle clef de la relation. Amitiés, amours, bourre pif et rigolade, telle est la vie d'antan qui nous manque autant aujourd'hui. Peut être n'y avait-il pas meilleur moment pour mettre en avant ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laccro_liseuse Posté le 3 Mars 2021
    Si l'anecdote du malentendu entre Sartre et Giacometti est réelle et fournit l'idée de base de ce livre, c'est un grand roman qui se découvre page après page. En partant du fait que Giacometti a une très vive envie de casser la gueule de Jean-Paul Sartre (pour une tournure de phrase maladroite), Jérôme Attal nous emporte dans un Paris 1937 qui, historiquement flirte avec les débuts du fascisme, mais qui est aussi Paris joyeux, Paris festif et libéré. C'est un plaisir de déambuler dans les ruelles où tant d'artistes et de Grands se croisent. Si l'on aborde l'art, le processus de création et les doutes qui font irruption dans la carrière de ces âmes vagabondes, il n'en reste pas moins que ce roman parle aussi d'amour. Mais pas la romance mièvre et fade, non. Tout est subtile, tout est dosage. Entre les êtres qui parcourent cette histoire, au-delà du sentiment propre qui est présent entre les lignes, c'est bien la distance, trop ou trop peu, qui joue le rôle clef de la relation. Amitiés, amours, bourre pif et rigolade, telle est la vie d'antan qui nous manque autant aujourd'hui. Peut être n'y avait-il pas meilleur moment pour mettre en avant ce... Si l'anecdote du malentendu entre Sartre et Giacometti est réelle et fournit l'idée de base de ce livre, c'est un grand roman qui se découvre page après page. En partant du fait que Giacometti a une très vive envie de casser la gueule de Jean-Paul Sartre (pour une tournure de phrase maladroite), Jérôme Attal nous emporte dans un Paris 1937 qui, historiquement flirte avec les débuts du fascisme, mais qui est aussi Paris joyeux, Paris festif et libéré. C'est un plaisir de déambuler dans les ruelles où tant d'artistes et de Grands se croisent. Si l'on aborde l'art, le processus de création et les doutes qui font irruption dans la carrière de ces âmes vagabondes, il n'en reste pas moins que ce roman parle aussi d'amour. Mais pas la romance mièvre et fade, non. Tout est subtile, tout est dosage. Entre les êtres qui parcourent cette histoire, au-delà du sentiment propre qui est présent entre les lignes, c'est bien la distance, trop ou trop peu, qui joue le rôle clef de la relation. Amitiés, amours, bourre pif et rigolade, telle est la vie d'antan qui nous manque autant aujourd'hui. Peut être n'y avait-il pas meilleur moment pour mettre en avant ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.