En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        À l'ombre des cerisiers

        Pocket
        EAN : 9782266270922
        Code sériel : 16797
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        À l'ombre des cerisiers

        Élisabeth LANDES (Traducteur)
        Date de parution : 18/05/2017
        Printemps 1945. Vera a 5 ans lorsqu'elle arrive au bras de sa mère dans cette vieille ferme perdue au milieu d'un immense verger. Elles ont quitté la Prusse orientale et traversé à pied une Allemagne ruinée par la guerre. Cette terre isolée sera leur halte, cette maison qui n'est pas... Printemps 1945. Vera a 5 ans lorsqu'elle arrive au bras de sa mère dans cette vieille ferme perdue au milieu d'un immense verger. Elles ont quitté la Prusse orientale et traversé à pied une Allemagne ruinée par la guerre. Cette terre isolée sera leur halte, cette maison qui n'est pas la leur, leur refuge. Un lieu dont Vera ne repartira jamais.
        Soixante-dix ans plus tard, Vera voit arriver sa nièce Anne, son fils Leon sous le bras. Les deux femmes, que tout semble opposer, vont devoir apprendre à se connaître et cohabiter. Comme d'autres avant elles, entre ces murs ayant abrité des générations de femmes fortes et solitaires. Au contact l’une de l’autre et unies par la même détermination, Vera et Anne trouveront le chemin de la reconstruction.

        « Intelligent, haletant, une langue magnifique. » Stern
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266270922
        Code sériel : 16797
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Valerielle Posté le 22 Février 2018
          Il m'a fallu un peu de temps pour plonger dans l'histoire de cette famille à plusieurs branches, très ancrée autour de femmes : il y a Ida Eckhoff, veuve, mère de Karl, revenu de la guerre hanté par ses horreurs. Il y a surtout Hildegard von Kamcke, fière réfugiée de Prusse orientale, et sa fille Vera. Elles vont trouver refuge dans cette vieille maison allemande et vont se faire une place. Hildegard épousera Karl mais s'en détournera pour un architecte, abandonnant mari et fille, pour une vie urbaine, avec une nouvelle grossesse : Marlène naîtra 14 ans après sa demi-soeur Ida. Puis naîtra Anne qui aura un fils Leon. Rupture, amour, solitude, racine et exil : ces fils s'enchevêtrent dans ce roman. Dörte Hansen les dénoue avec patience : chaque chapitre éclaire doucement l'histoire de ces générations de femmes, leurs choix, leurs parcours, leurs ruptures. La nostalgie et la tristesse sont égayées par des critiques ironiques de ces bobos tentés par la vie bucolique à la campagne et qui déchantent au bout de quelques mois dans la boue et le froid. Un roman doux amer, qui se laisse lire, et donne de l'espoir dans l'avenir et la reconstruction, malgré le poids de la guerre... Il m'a fallu un peu de temps pour plonger dans l'histoire de cette famille à plusieurs branches, très ancrée autour de femmes : il y a Ida Eckhoff, veuve, mère de Karl, revenu de la guerre hanté par ses horreurs. Il y a surtout Hildegard von Kamcke, fière réfugiée de Prusse orientale, et sa fille Vera. Elles vont trouver refuge dans cette vieille maison allemande et vont se faire une place. Hildegard épousera Karl mais s'en détournera pour un architecte, abandonnant mari et fille, pour une vie urbaine, avec une nouvelle grossesse : Marlène naîtra 14 ans après sa demi-soeur Ida. Puis naîtra Anne qui aura un fils Leon. Rupture, amour, solitude, racine et exil : ces fils s'enchevêtrent dans ce roman. Dörte Hansen les dénoue avec patience : chaque chapitre éclaire doucement l'histoire de ces générations de femmes, leurs choix, leurs parcours, leurs ruptures. La nostalgie et la tristesse sont égayées par des critiques ironiques de ces bobos tentés par la vie bucolique à la campagne et qui déchantent au bout de quelques mois dans la boue et le froid. Un roman doux amer, qui se laisse lire, et donne de l'espoir dans l'avenir et la reconstruction, malgré le poids de la guerre et des deuils.
          Lire la suite
          En lire moins
        • babounette60 Posté le 7 Juillet 2017
          Fin de la guerre en 1945, Véra 5 ans arrive avec sa mère dans une vieille ferme qui possède un immense verger. Sa mère était une cantatrice habitant la Prusse orientale . Ayant tout perdu, mari, maison, argent, pays, les voilà réfugiées et rejetées. Considérées comme de sales polacks. 70 ans après, Véra voit arriver sa nièce Anne avec son petit garçon Leon âgé de 4 ans. Elle vient se réfugier dans cette maison qui accueille sans jamais accepter. On va apprendre petit à petit quelle fut le passé de Véra, la vie dans ce petit village, les amitiés, les peurs et ce que la maison peut offrir et peut reprendre. Un livre très agréable à lire que ce soit pour l'ambiance, les personnages ou l'histoire. Par contre, quand la 4ème de couverture écrit "langue magnifique", faut pas pousser.
        • sld09 Posté le 28 Juin 2017
          J'ai beaucoup aimé A l'ombre des cerisiers, même s'il y a eu des moments où je me suis demandée où l'auteur voulait nous emmener.En effet, le roman s'éparpille, aussi bien dans le temps que dans l'espace, et le récit est émaillé des souvenirs du passé aussi bien que des faits et gestes de l'entourage plus ou moins immédiat des deux héroïnes, Vera et Anne. Ce n'est pas inintéressant, loin de là même, car Dörte Hansen croque ses personnages avec beaucoup de justesse et une pointe d'humour, mais il en ressort une impression de dispersion qui m'a parfois laissée dubitative.Et puis peu à peu, chaque élément trouve sa place, tout comme Vera et Anne qui parviennent à trouver un équilibre malgré leur lourd passé familial. Car A l'ombre des cerisiers, c'est une histoire de "convalescence" où chacun finit par trouver sa place et par oublier, ou au moins digérer un peu, ses traumatismes et ses peurs.J'ai aussi apprécié que le roman se termine sur une note de tendresse qui insuffle de l'espoir dans l'histoire de ce deux femmes.
        • 0patricia0 Posté le 13 Avril 2017
          Une très belle découverte.
        • TheWind Posté le 28 Décembre 2016
          Ce roman se lit comme on fait un puzzle. On découvre la vie des personnages au détour d'un chapitre un peu au hasard comme on tire les pièces d'un puzzle. Et encore, quand on s'adonne à cette activité de patience, il convient d'abord de classer les pièces par nuance. Ici, dans ce roman, le mot « ordre » n'a pas vraiment sa place. C'est bien la première fois que je me dis que j'aurais très bien pu lire les chapitres dans le désordre sans que cela ne dérange ma lecture. le lire même en commençant par la fin et remonter tout doucement vers le début. Bon, j'exagère peut être un peu. Ça peut paraître déroutant cette organisation mais, étonnamment, on s'y fait plutôt vite et bien. Peu importe l'ordre de toute façon. le tableau final sera le même que vous le preniez par un bout ou par un autre : Un tableau bucolique, qui exhale un parfum d'arbre fruitier au printemps, celui de la paille dans une vieille grange, ou encore l'odeur du gibier qu'on éviscère, qui rappelle aussi les semelles des bottes en caoutchouc incrustées de boue, les gelées de pommes et la musique de Chopin. Une vieille bâtisse à colombages et toit de... Ce roman se lit comme on fait un puzzle. On découvre la vie des personnages au détour d'un chapitre un peu au hasard comme on tire les pièces d'un puzzle. Et encore, quand on s'adonne à cette activité de patience, il convient d'abord de classer les pièces par nuance. Ici, dans ce roman, le mot « ordre » n'a pas vraiment sa place. C'est bien la première fois que je me dis que j'aurais très bien pu lire les chapitres dans le désordre sans que cela ne dérange ma lecture. le lire même en commençant par la fin et remonter tout doucement vers le début. Bon, j'exagère peut être un peu. Ça peut paraître déroutant cette organisation mais, étonnamment, on s'y fait plutôt vite et bien. Peu importe l'ordre de toute façon. le tableau final sera le même que vous le preniez par un bout ou par un autre : Un tableau bucolique, qui exhale un parfum d'arbre fruitier au printemps, celui de la paille dans une vieille grange, ou encore l'odeur du gibier qu'on éviscère, qui rappelle aussi les semelles des bottes en caoutchouc incrustées de boue, les gelées de pommes et la musique de Chopin. Une vieille bâtisse à colombages et toit de chaume, au milieu des cerisiers et des pommiers avec un banc devant la maison et deux femmes assises : Vera, et Anne. Deux femmes un peu meurtries qui auront bien besoin, tout comme la maison, d'être rafistolées ! Vera, la plus âgée, habite là depuis son enfance. A la fin de la deuxième guerre mondiale, alors qu'elles viennent de quitter la Prusse Orientale, sa mère et elle se sont réfugiées là en pleine campagne du nord de l'Allemagne, chez Ida et Karl. Anne est la nièce de Vera. La jeune femme vient de quitter son mari infidèle et s'est installée chez Vera avec son fils Léon. Chapitre après chapitre, on découvre un pan de leur histoire, à laquelle se mêle celle des voisins. Chaque pièce du puzzle raconte un événement, drôle ou dramatique, émouvant ou dérisoire, comme autant de souvenirs qui s'accumulent au cours d'une vie. À l'ombre des cerisiers est plaisant à lire mais je ne suis pas sûre qu'il me laisse un souvenir impérissable.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Un petit miracle de livre. » Grazia
        « Intelligent, haletant, une langue magnifique. » Stern


        « Un roman caustique, drôle et attachant, avec le non-dit comme fer de lance ! » leschroniquesdegoliath.com

        « Deux portraits de femmes blessées, aux vies similaires, unies par la même détermination, celle de se reconstruire. » culturevsnews.wordpress.com
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com