En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Aeternia

        Pocket
        EAN : 9782266260480
        Code sériel : 7204
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 448
        Format : 108 x 177 mm
        Aeternia
        La Marche du Prophète

        Date de parution : 08/09/2016
        Leth Marek se retire invaincu des arènes de Morgoth après des années de combats, de triomphes et de gloire. Le gladiateur a décidé d'emmener ses fils à Kyrenia – cité du savoir et de la culture – pour leur offrir l'éducation à laquelle il n'a pas eu droit. Mais sa... Leth Marek se retire invaincu des arènes de Morgoth après des années de combats, de triomphes et de gloire. Le gladiateur a décidé d'emmener ses fils à Kyrenia – cité du savoir et de la culture – pour leur offrir l'éducation à laquelle il n'a pas eu droit. Mais sa route croise celle d’un culte itinérant et de son Prophète.
        Les nomades prêchent leur religion au détriment de la Grande Déesse adorée par les Kyréniens. Leur foi est profonde, leur progression, inexorable. Dans la cité mère, où les puissants du Temple s’entredévorent, une guerre ouverte va éclater. Les fanatismes et les ambitions vont s'aiguiser. Et la hache de Leth va de nouveau tremper dans le sang…

        « Les personnages sont hauts en couleur, mémorables. Alors on s'attache, on les suit, on s'inquiète et on rit. On vit le récit. » elbakin.net
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266260480
        Code sériel : 7204
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 448
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.60 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Ewylyn Posté le 22 Juillet 2018
          Je suis très contente d'avoir pu lire ce premier tome de la duologie Aeternia, depuis sa sortie chez Scrineo il me faisait de l'oeil et tous ces bons avis me rendaient impatiente. La couverture Pocket est très jolie, elle reflète parfaitement les sujets abordés. Et le final est une tuerie, horrible, incroyable et juste épique. Ça me donne très envie de découvrir le second tome. En tout cas, cette lecture est un coup de cœur. L'atmosphère, elle est typique des romans de Gabriel Katz. On plonge dans une ambiance très sombre, mature, violente, très typée Game of Thrones et c'est génial. J'adore l'angoisse, le ton un brin cynique et désabusé, c'est oppressant avec tous ces meurtres, ces complots, ces mystères et ces non-dits. Je peux comprendre que le manque d'étincelle, d'optimisme et d'espoir rend l'ensemble très glauque, mais personnellement, l'humour est parfaitement dosé pour me faire sourire. De plus, le style de l'auteur est fluide, précis, efficace, tranchant, c'est très agréable à lire, captivant tant tout est maîtrisé au mot près. J'avoue que les révélations et les rebondissements sont extraordinaires, mon intérêt fut intact du début à la fin. J'ai adoré les personnages également. On peut râler sur les protagonistes féminins qui... Je suis très contente d'avoir pu lire ce premier tome de la duologie Aeternia, depuis sa sortie chez Scrineo il me faisait de l'oeil et tous ces bons avis me rendaient impatiente. La couverture Pocket est très jolie, elle reflète parfaitement les sujets abordés. Et le final est une tuerie, horrible, incroyable et juste épique. Ça me donne très envie de découvrir le second tome. En tout cas, cette lecture est un coup de cœur. L'atmosphère, elle est typique des romans de Gabriel Katz. On plonge dans une ambiance très sombre, mature, violente, très typée Game of Thrones et c'est génial. J'adore l'angoisse, le ton un brin cynique et désabusé, c'est oppressant avec tous ces meurtres, ces complots, ces mystères et ces non-dits. Je peux comprendre que le manque d'étincelle, d'optimisme et d'espoir rend l'ensemble très glauque, mais personnellement, l'humour est parfaitement dosé pour me faire sourire. De plus, le style de l'auteur est fluide, précis, efficace, tranchant, c'est très agréable à lire, captivant tant tout est maîtrisé au mot près. J'avoue que les révélations et les rebondissements sont extraordinaires, mon intérêt fut intact du début à la fin. J'ai adoré les personnages également. On peut râler sur les protagonistes féminins qui sont prostitués ou alors de parfaites femmes fatales et tentatrices. C'est sûr que c'est un poil réducteur, toutefois, elles mènent leur barque, elles font des choix qu'elles assument, sont prêtes à tout pour rester en vie et savent parfaitement mener en bateau les hommes qui ont le malheur de croire que leur physique fait tout. Elles sont indépendantes et fortes, qu'on les aime ou non, ce qui a été un peu mon cas, je ne me suis pas tellement attachée à elles. En revanche, je suis très fan de Varian, Leth Marek et Desmeon. Ces trois-là sont fascinants à suivre dans leurs aventures, attachants, avec de belles personnalités, humains et surprenants. Annoa restera mon gros point d'interrogation tant il est curieux, fanatique et sympathique, déroutant et flippant. Les descriptions nous transportent dans un univers de fantasy avec de jolis ponts au Puits des mémoires – une autre série de l'auteur. On passe des combats d'Arène, vers des routes dangereuses et imprévisibles, jusqu'à la cité aussi pieuse que fanatique qu'est Kyrenia. J'ai beaucoup aimé cet univers entre combats et religion, cette dernière permet d'exploiter la bonne comme la mauvaise partie. On a une réelle réflexion sur le pouvoir, l'ascension sociale, la vengeance et la mort, le fanatisme, l’extrémisme religieux et la piété. J'ai passé un bon moment devant les lois de ce monde, son fonctionnement et ses méandres. L'histoire est très sympathique à suivre, on peut se prendre facilement d'affection pour les personnages et leurs aventures, comprendre leurs personnalités, les voir évoluer devant divers rebondissements... L'intrigue est bien menée, dense sans être indigeste, suffisamment lente pour comprendre les moindres détails, pas trop non plus pour tenir éveiller le lecteur jusqu'à la dernière ligne. Par ailleurs, jusqu'aux derniers mots, je suis restée captivée, ahurie, je croyais à peine ce que je lisais et cette fin est juste spectaculaire, renversante et inattendue pour ma part. J'ai hâte d'avoir le second opus en main pour savoir ce qui va désormais se passer. En conclusion, c'est un coup de cœur pour cette marche du Prophète. Il est évident qu'il subsiste des points noirs comme le traitement des femmes ou cette ambiance très (voire trop, diront certains) sombre. Toutefois, en regardant au-delà de ces zones d'ombres, j'ai passé un bon moment de lecture ; une lecture qui m'aura tenue un peu moins de trois jours tant j'étais à fond dedans. Les personnages, l'univers sont fascinants, l'intrigue est menée avec brio, le style d'écriture rend l'ensemble prenant, moderne, bref, j'en suis super contente !
          Lire la suite
          En lire moins
        • malecturotheque Posté le 27 Mai 2018
          Alors que je voulais lire Le puits des mémoires de Gabriel Katz, Albédo m’a convaincue de commencer par la duologie Aeternia. On y suit Leth Marek, un champion d’arène qui vient tout juste de prendre sa retraite pour éduquer ses deux fils à Kyrenia, la Cité mère. Mais en route, ils vont croiser une prêtresse du culte d’Ochin, Nessirya. Celle-ci est agressée par des hommes venant d’une faction se faisant appeler les Rédempteurs – des fanatiques du culte de la Déesse (le culte majoritaire, tandis que celui d’Ochin est très récent et marginal). Leth Marek sauve la femme et c’est là que tout va basculer. Nous suivons également Varian, un jeune homme qui souhaite devenir prêtre de la Déesse à Kyrenia, et plus tard devenir Patriarche. Il est bourré d’ambition, mais on sent qu’il doute parfois et qu’il n’est pas infaillible. Si Varian ne m’a pas laissé une grande impression, il en va toutefois différemment pour ce qui l’entoure, qu’il s’agisse d’événements bien particuliers ou des individu.e.s qu’il côtoie. Pour ce qui est des autres protagonistes, eh bien j’ai beaucoup accroché, ne serait-ce qu’avec les enfants de Leth Marek (en quelques pages, je les portais dans mon cœur). Le champion lui-même... Alors que je voulais lire Le puits des mémoires de Gabriel Katz, Albédo m’a convaincue de commencer par la duologie Aeternia. On y suit Leth Marek, un champion d’arène qui vient tout juste de prendre sa retraite pour éduquer ses deux fils à Kyrenia, la Cité mère. Mais en route, ils vont croiser une prêtresse du culte d’Ochin, Nessirya. Celle-ci est agressée par des hommes venant d’une faction se faisant appeler les Rédempteurs – des fanatiques du culte de la Déesse (le culte majoritaire, tandis que celui d’Ochin est très récent et marginal). Leth Marek sauve la femme et c’est là que tout va basculer. Nous suivons également Varian, un jeune homme qui souhaite devenir prêtre de la Déesse à Kyrenia, et plus tard devenir Patriarche. Il est bourré d’ambition, mais on sent qu’il doute parfois et qu’il n’est pas infaillible. Si Varian ne m’a pas laissé une grande impression, il en va toutefois différemment pour ce qui l’entoure, qu’il s’agisse d’événements bien particuliers ou des individu.e.s qu’il côtoie. Pour ce qui est des autres protagonistes, eh bien j’ai beaucoup accroché, ne serait-ce qu’avec les enfants de Leth Marek (en quelques pages, je les portais dans mon cœur). Le champion lui-même m’a bien plu, mais l’affection que je peux avoir pour ce héros est renforcée par les personnages qui l’entourent, comme Desmeon, dit le Danseur, ou encore le chien. Ces trois-là forment un sacré trio ! Le récit tourne autour d’une histoire de vengeance, c’est vrai, mais finalement c’est une sorte de guerre des religions qui prend le dessus. Gabriel Katz a su parfaitement amener cela, et j’ai été convaincue par ce qu’il nous raconte. C’est bien écrit, on ne s’ennuie pas et, pour couronner le tout, quelques révélations viennent parsemer l’histoire. Amateurs et amatrices de fantasy, je vous recommande vivement ce roman ! D’autant plus qu’il paraît que le second tome est encore meilleur que le premier, et les deux sont sortis au format poche (ce qui n’est pas négligeable pour les petits budgets). Bonne lecture à vous !
          Lire la suite
          En lire moins
        • XS Posté le 16 Mai 2018
          Aeternia est une série en deux tomes d’une tonalité plus sombre que ce que j’ai pu lire par ailleurs de Gabriel Katz. La thématique de la manipulation, des enjeux du pouvoir y est centrale, et développée par le biais des religions dans une fiction qui emprunte malheureusement beaucoup au réel (mais pas que). Le culte de la Nature est le culte officiel de la région de Kyrénia, la ville du savoir et de la culture. Croyants en la Grande Déesse, les habitants ne laissent qu’une place toute relative à d’autres religions. Les pèlerins du culte dissident d’Ochin, prônant la remise en cause des inégalités, sont donc plutôt mal accueillis dans leur trajet vers la « ville-mère », Kyrenia. Ce premier tome met en place le décor ; le lecteur y suit Leth Mareth, un gladiateur affranchi ayant gagné le droit d’une « retraite » bien méritée. Celui-ci s’engage sur les routes avec ses fils afin de leur garantir des études d’exception. Leur route croise malheureusement celle des Rédempteurs, tueurs sanguinaires. Ses fils y perdent la vie. Leth, désormais en quête de vengeance, rejoint le culte dissident et s’en fait l’un des défendeurs. Ce premier tome se termine lorsque les admirateurs d’Ochin arrivent au... Aeternia est une série en deux tomes d’une tonalité plus sombre que ce que j’ai pu lire par ailleurs de Gabriel Katz. La thématique de la manipulation, des enjeux du pouvoir y est centrale, et développée par le biais des religions dans une fiction qui emprunte malheureusement beaucoup au réel (mais pas que). Le culte de la Nature est le culte officiel de la région de Kyrénia, la ville du savoir et de la culture. Croyants en la Grande Déesse, les habitants ne laissent qu’une place toute relative à d’autres religions. Les pèlerins du culte dissident d’Ochin, prônant la remise en cause des inégalités, sont donc plutôt mal accueillis dans leur trajet vers la « ville-mère », Kyrenia. Ce premier tome met en place le décor ; le lecteur y suit Leth Mareth, un gladiateur affranchi ayant gagné le droit d’une « retraite » bien méritée. Celui-ci s’engage sur les routes avec ses fils afin de leur garantir des études d’exception. Leur route croise malheureusement celle des Rédempteurs, tueurs sanguinaires. Ses fils y perdent la vie. Leth, désormais en quête de vengeance, rejoint le culte dissident et s’en fait l’un des défendeurs. Ce premier tome se termine lorsque les admirateurs d’Ochin arrivent au pied de Kyrenia. Leth y découvre une vérité plutôt amère… [masquer] trompé de la pire des manières par un prophète bien manipulateur et finalement trahi par sa belle prêtresse pour rencontrer la mort. [/masquer] Par rapport à la trilogie du Puits des Mémoires, qui reste ma préférée, Aeternia est aussi fluide à lire mais moins légère.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Yuyine Posté le 8 Mai 2018
          Je risque de ne pas me faire beaucoup d’amis avec cet article, mais c’est avec une réelle déception que je ressors plus ou moins indifférente de ma lecture de ce tome 1. Pourtant, j’ai passé un moment assez agréable de lecture. La plume, si elle ne m’aura pas marqué par un style à part ou exceptionnel, est assez fluide et l’idée de l’univers plutôt bien développée. C’est de la fantasy très accessible, avec, pour ce tome 1, aucun élément surnaturel. Nous avons en effet plutôt affaire à une histoire de conspiration bien terre à terre avec nombre de complots politiques et religieux. L’analyse des deux religions qui s’opposent est faite avec une subtilité intéressante et sans aucun jugement forcé. L’univers est, lui, [...] Pour lire la suite de cette critique, rendez-vous sur yuyine.be!
        • Justinator Posté le 30 Avril 2018
          Dans la marche du prophète, on suit Leth Marek, un ancien champion d'arènes qui décident de quitter les combats pour aller vivre à Kyrenia avec ses deux fils. Mais en chemin, quelque chose de tragique va arriver et chambouler complètement les plans du guerrier. Dans une ambiance de guerre de religions et de politique, Aeternia nous propulse dans un univers violent, avec des personnages bien différents, des histoires multiples. On suit à la fois Leth Marek et les adhérants d'Ochin et la vie à Kyrenia avec les adorateurs de la Déesse au travers du parcours de Varian. C'est deux visions, deux cultes rivaux qui sont en confrontation. Pour moi, Aeternia a tout pour plaire. De l'action, des jeux de manipulation, un univers attrayant, des personnages forts et marquants. Pour quelqu'un qui lit peu de Fantasy, ou à qui on souhaite faire découvrir ce genre, Aeternia est parfait. Car il n'est pas trop long, et se lit vraiment rapidement. Ici, pas de longues descriptions, on rentre pratiquement dans le feu de l'action, et cela n'est pas une mauvaise chose.

        Ils en parlent

        « Très bien écrit, avec de beaux combats, du sang et de la fureur, du désespoir et de l’avidité, dominé par la cruauté de l’indifférence aux souffrances d’autrui et la réalisation des desseins personnels, le roman se dévore d’une traite. Gabriel Katz, avec son sens habituel du suspense, réussit le tour de force de nous laisser haletants à la dernière page. L’attente pour le tome 2 va être difficile à endurer… » Jean-Luc Rivera, ActuSF
        « Comme dans Le Puits des Mémoires, les personnages de La Marche du Prophète sont hauts en couleur, mémorables tandis que les dialogues se montrent piquants et savoureux. Alors on s’attache, on les suit, on s’inquiète et on rit. On vit le récit. » Elbakin.net
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com