Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266320269
Code sériel : 18386
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

AIR

,

Date de parution : 13/01/2022

Le monde tel qu’on le connaît a été anéanti par un génocide écologique. Des hommes ont été jugés et condamnés. Pour survivre, de grandes décisions s’imposent, radicales, définitives, pleines de bon sens : interdiction des animaux de compagnie qui entraînent le gaspillage des ressources, limitation des divorces pour éviter la...

Le monde tel qu’on le connaît a été anéanti par un génocide écologique. Des hommes ont été jugés et condamnés. Pour survivre, de grandes décisions s’imposent, radicales, définitives, pleines de bon sens : interdiction des animaux de compagnie qui entraînent le gaspillage des ressources, limitation des divorces pour éviter la multiplication des appareils électroménagers...
Samuel Bourget est né en 1969, au cœur d’une génération d’optimistes qui polluaient sans vraiment y faire attention. Il a contribué à l’hécatombe. Son objectif : ne pas être dans
le collimateur des nouveaux dictateurs écologistes et recoller les morceaux avec sa famille...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266320269
Code sériel : 18386
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Le livre s'accompagne d'une réflexion centrale : faut-il en arriver au fascisme pour sauver la Terre ? »
Paris Match

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • gildasday Posté le 31 Décembre 2020
    Le fond, oui. La forme, pas du tout ! J'ai été séduit par la présentation, le thème surtout, mais la déception est venue très vite. Le style est facile, convenu; les personnages sont fades et les dialogues quasi inexistants. L'histoire se déroule sans accroc et surtout elle se passe dans un future très proche avec une déscription d'évènement abdolument incrédibles. Ceci étant je l'ai lu facilement et jusqu'au bout. Mais ce n'est pas les livres faciles que l'on retient...
  • GaborToulouse Posté le 28 Novembre 2020
    Et si notre politique était complètement dirigée vers une écologie de forcené ? Si nous étions devenus si obnubilés par l'écologie que nous en oubliions toute idée d'humanité ? Voilà ce que raconte cette oeuvre si atypique et incroyablement riche et documentée. C'est d'un réalisme bluffant tout autant qu'effrayant. On s'imagine à la place de cette famille, on endure ce qu'elle vit. Un livre passionnant.
  • janessane Posté le 11 Décembre 2019
    Voilà un roman qui de prime abord promet beaucoup ou du moins suscite la curiosité du lecteur. Le sujet est effectivement on ne peut plus d'actualité. En citant Greta Thunberg dès les premières pages du livre, nous sommes plongés dans la préoccupation écologique qui devrait être la nôtre. Le décor est planté. Sous fond de nouvelles présidentielles où le choix se résume à l’extrême droite ou l'extrême "vert", les français ont choisi. Ce sera l'écologie. Doit-on en arriver à ce choix "extrême" pour choisir cette orientation ? Le débat est lancé, aucune réponse n'y est apportée. Mais je m'égare... Le nouveau régime est en place. La chasse aux sorcières est bientôt ouverte. Tous les pollueurs se voient condamnés et sont parfois envoyés dans des camps de reforestation. Ce que la population en pense? C'est évoqué ...un peu. Mais on passe vite à autre chose. Quoi qu'il en soit, Samuel Bourget sent le vent tourner et décide de s'enfuir avec sa famille vers ce nouvel eldorado que représente l'Aubrac. Alors qu'il est en disgrâce au sein de sa propre famille, tout se passe pourtant sans heurt. Et cela jusqu'au bout de son périple. Si vous vous attendiez à ce moment de votre lecture à... Voilà un roman qui de prime abord promet beaucoup ou du moins suscite la curiosité du lecteur. Le sujet est effectivement on ne peut plus d'actualité. En citant Greta Thunberg dès les premières pages du livre, nous sommes plongés dans la préoccupation écologique qui devrait être la nôtre. Le décor est planté. Sous fond de nouvelles présidentielles où le choix se résume à l’extrême droite ou l'extrême "vert", les français ont choisi. Ce sera l'écologie. Doit-on en arriver à ce choix "extrême" pour choisir cette orientation ? Le débat est lancé, aucune réponse n'y est apportée. Mais je m'égare... Le nouveau régime est en place. La chasse aux sorcières est bientôt ouverte. Tous les pollueurs se voient condamnés et sont parfois envoyés dans des camps de reforestation. Ce que la population en pense? C'est évoqué ...un peu. Mais on passe vite à autre chose. Quoi qu'il en soit, Samuel Bourget sent le vent tourner et décide de s'enfuir avec sa famille vers ce nouvel eldorado que représente l'Aubrac. Alors qu'il est en disgrâce au sein de sa propre famille, tout se passe pourtant sans heurt. Et cela jusqu'au bout de son périple. Si vous vous attendiez à ce moment de votre lecture à rentrer dans la dystopie et bien vous l'effleurerez sans jamais vraiment y pénétrer. Ce roman ouvre des tas de pistes qui auraient mérité d'être largement exploitées. Toutefois, les auteurs se contentent de les survoler. Les questions de fond sont posées mais peu développées et cela se répète tout au long de la lecture. Il y a même parfois un côté un peu naïf dans l'intrigue. Chaque problème trouve sa solution presque de façon magique. Alors pour la dose de suspens ou d'adrénaline, vous repasserez. Si le sujet m'a plu, a peut-être éveillé encore plus ma conscience sur l'état d'urgence écologique que nous décidons parfois d'ignorer par souci de confort, d'habitude et tant d'autres choses encore,ce roman me laisse un goût d'inachevé. Projet ambitieux que d'éveiller à la conscience écologique, on peut le reconnaître mais qui manque malheureusement d'approfondissement. Une lecture que je résumerai ainsi : en demie-teinte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AnneCeCousinesdelectures Posté le 20 Septembre 2019
    "Ecologie : la démocratie a échoué, l'heure de la dictature est venue". Ce sous-titre a attiré mon attention et la quatrième de couverture a achevé de me convaincre. A l'heure où l'écologie est devenue LE sujet incontournable, la petite voix discordante et provocatrice de AIR a titillé ma petite graine de révolte. Quelque part dans le futur (un futur proche?), les citoyens, effrayés par la lente mais inexorable dégradation de la planète malgré les déclarations d'intentions des gouvernants, se sont laissés séduire par le discours écologiste d'une femme qu'ils ont élue Présidente de la République, devant la candidate de l'extrême-droite. Son programme était certes un peu extrême aussi et effrayant pour certains, mais pour sauver la planète il faut ce qu'il faut et de toute façon, les politiques ne tiennent jamais leur promesse... sauf cette fois. C'est ainsi qu'une dictature verte va se mettre en place. Police écologique, procès pour génocide écologique, état d'urgence écologique, service civique vert voient le jour. Il est désormais interdit de rouler en SUV, avoir un animal entraîne un malus écologique, divorcer est interdit car ça double tout l'électroménger (!) et on peut vous contraindre à suivre un stage d'éveil à l'écologie. Chacun est fiché... "Ecologie : la démocratie a échoué, l'heure de la dictature est venue". Ce sous-titre a attiré mon attention et la quatrième de couverture a achevé de me convaincre. A l'heure où l'écologie est devenue LE sujet incontournable, la petite voix discordante et provocatrice de AIR a titillé ma petite graine de révolte. Quelque part dans le futur (un futur proche?), les citoyens, effrayés par la lente mais inexorable dégradation de la planète malgré les déclarations d'intentions des gouvernants, se sont laissés séduire par le discours écologiste d'une femme qu'ils ont élue Présidente de la République, devant la candidate de l'extrême-droite. Son programme était certes un peu extrême aussi et effrayant pour certains, mais pour sauver la planète il faut ce qu'il faut et de toute façon, les politiques ne tiennent jamais leur promesse... sauf cette fois. C'est ainsi qu'une dictature verte va se mettre en place. Police écologique, procès pour génocide écologique, état d'urgence écologique, service civique vert voient le jour. Il est désormais interdit de rouler en SUV, avoir un animal entraîne un malus écologique, divorcer est interdit car ça double tout l'électroménger (!) et on peut vous contraindre à suivre un stage d'éveil à l'écologie. Chacun est fiché par la cellule AIR (Artificial Intelligence Research) en fonction de son empreinte carbone, et récompensé ou puni en fonction. Et mieux vaut ne pas être sur la liste noire, la liste Carbone. Samuel BOURGET, né l'année ou l'homme a posé le pied sur la Lune, un homme de l'époque où on pouvait polluer sans compter, figure sur cette liste pour avoir travaillé dans une entreprise souçonnée d'avoir truqué des certificats environnementaux. Sur le point d'être laminé par la vindicte populaire, il prend la fuite avec sa famille direction l'AUBRAC. L'occasion de se reconnecter à la nature puisqu'ils n'auront pas d'autre choix, et de prendre conscience de l'importance de la protéger. Sans téléphone, on redécouvre l'interaction avec autrui sans l'intermédiaire d'un écran, l'introspection, la lecture... (combien de fois me suis-je dit que je pourrais lire davantage si je ne perdais pas mon temps sur Facebook!). AIR est un roman qui interroge - sans culpabiliser - sur les habitudes que nous avons adoptées à une époque où l'impact écologique ne préoccupait personne, et sur la difficulté à en changer. A l'heure où l'urgence écologique ne peut plus être ignorée, il reste difficile de renoncer à nos comportements polluants, souvant sources de confort, pratiques, rapides... Même si l'on constate à quel point il peut être salvateur de renoncer un peu à la technologie, de se déconnecter pour réellement déconnecter, nos bonnes intentions ne durent souvent qu'un temps et on retombre dans nos travers, emportés par le flux et les obligations du quotidien. Pour preuve, le quizz du parfait petit écolo à la fin du roman, dont je ne suis pas fière... Le roman pose donc clairement la question : faudra-t-il en arriver là, faudra-t-il une dictature de l'écologie - imposer l'écologie par la force - pour qu'enfin les choses bougent? AIR démontre aussi que leurs meilleurs intentions peuvent être dévoyées quand elles sont utilisées par des extrémistes. AIR est "le récit vécu des premiers jours d'une dictature écologique, instaurée pour le bien de plus grand nombre. Mais n'est-ce pas ainsi que se justifient tous les régimes totalitaires?" Il faut trouver le juste milieu entre la sauvegarde de la planète et certaines technologies indispensables, celles qui permettent de sauver des vies par exemple. Mesure et pédagogie seront indispensables pour convaincre et recueillir l'adhésion, beaucoup plus efficace que la contrainte et la culpabilisation.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lirado Posté le 1 Septembre 2019
    De prime abord, le pitch d’Air est un peu à contre-courant des discours actuels qui poussent à mettre en oeuvre des politiques plus écologiques afin de limiter le réchauffement climatique. Ainsi, aux prochaines élections, c’est une présidente écologique qui est élue mais celle-ci décide de mener une politique écolo très dure qui donne le sentiment de voir s’instaurer une dictature écologique. En effet, les mesures imposées par la nouvelle présidence sont très brutales et très restrictives pour la population française. Le narrateur d’Air est un père de famille lambda. Il vit l’arrivée au pouvoir de cette nouvelle présidente comme une menace car il n’a jamais fait beaucoup d’efforts pour l’écologie et son entreprise était même hors la loi à ce niveau. Par peur des représailles et terrifié par l’avenir qui se dessine, il fuit avec sa famille la capitale, en quête d’un avenir meilleur dans la région de l’Aubrac… Air raconte à la fois cette fuite vers l’Aubrac et l’installation de la famille dans ce nouvel environnement, mais aussi tous les changements qui se produisent rapidement en France à mesure que la présidente met en place son programme. Le roman est intéressant car il montre comment la démocratie française va peu... De prime abord, le pitch d’Air est un peu à contre-courant des discours actuels qui poussent à mettre en oeuvre des politiques plus écologiques afin de limiter le réchauffement climatique. Ainsi, aux prochaines élections, c’est une présidente écologique qui est élue mais celle-ci décide de mener une politique écolo très dure qui donne le sentiment de voir s’instaurer une dictature écologique. En effet, les mesures imposées par la nouvelle présidence sont très brutales et très restrictives pour la population française. Le narrateur d’Air est un père de famille lambda. Il vit l’arrivée au pouvoir de cette nouvelle présidente comme une menace car il n’a jamais fait beaucoup d’efforts pour l’écologie et son entreprise était même hors la loi à ce niveau. Par peur des représailles et terrifié par l’avenir qui se dessine, il fuit avec sa famille la capitale, en quête d’un avenir meilleur dans la région de l’Aubrac… Air raconte à la fois cette fuite vers l’Aubrac et l’installation de la famille dans ce nouvel environnement, mais aussi tous les changements qui se produisent rapidement en France à mesure que la présidente met en place son programme. Le roman est intéressant car il montre comment la démocratie française va peu à peu basculer vers la dictature, au nom de l’écologie. On voit clairement quelles seraient les restrictions, les mesures qui seraient mises en place et surtout leur impact sur notre vie, si nous devions en arriver là. Les auteurs ne cherchent pas à développer un discours anti-écolo, lorsqu’ils imaginent cette dictature écologique, mais ils nous mettent en garde sur une transition écolo contrainte et forcée, si nous ne réagissons pas par nous même avant. Le père de famille complètement déboussolé et terrifié par ces changements est crédible, et se heurte finalement à une jeunesse plus convaincue par la nécessité de devoir faire des efforts. Malgré l’intérêt de cette lecture, elle fut cependant fastidieuse. En effet, j’ai eu du mal à accrocher au style d’écriture d’Air. J’ai trouvé que le récit était souvent trop descriptif et manquait de rebondissements. Le narrateur est par ailleurs assez antipathique et je ne me suis pas vraiment attaché à lui.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.