En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Album

        Pocket
        EAN : 9782266261791
        Code sériel : 16430
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 120
        Format : 108 x 177 mm
        Album

        Catherine EYJOLFSSON (Traducteur)
        Date de parution : 01/09/2016
        Que sont nos souvenirs d’enfance ? Un album de photographies, une suite d’instantanés. Une succession d’images passionnantes, banales, insolites et spectaculaires, en noir et blanc ou en couleurs.
        Au fil des pages se dévoile le quotidien d’une fillette islandaise, à la fois singulier et universel : les étés à la ferme,...
        Que sont nos souvenirs d’enfance ? Un album de photographies, une suite d’instantanés. Une succession d’images passionnantes, banales, insolites et spectaculaires, en noir et blanc ou en couleurs.
        Au fil des pages se dévoile le quotidien d’une fillette islandaise, à la fois singulier et universel : les étés à la ferme, les cauchemars de spaghettis, les montagnes comme des dragons, Derrick à la télé…
        La mémoire remonte ainsi, flash après flash, avec son cortège de lieux imprécis, de sensations fugaces, de personnages hors champ. Les souvenirs s’animent, les parfums s’élèvent, un écrivain naît.

        Cet ouvrage a reçu l'Icelandic Literary Prize
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266261791
        Code sériel : 16430
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 120
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        5.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • mesrives Posté le 2 Juin 2017
          Album Une parenthèse pour saisir les moments fugaces de l'enfance Album Une pause pour observer des instantanés à deviner... Je m'explique: Album de Gudrun Eva Minervudottir se présente comme un commentaire d'une série de photographies d'un album de famille sauf que dans ce court roman, excepté la première de couverture, il n'y en a aucune de visibles, les photographies grâce à la magie de l'écriture deviennent lisibles et audibles. Au fil des saisons, des lieux, des déménagements familiaux, des amours et désamours de sa mère, l'auteur nous offre le journal de sa propre genèse, du temps où elle n'était qu'un nourrisson tétant le sein de sa mère jusqu'à celui de l'adolescence où elle fait l'apprentissage de la vie. Un album personnel et familial permettant la réminiscence des émotions, des sentiments passés, ravivant la mémoire de souvenirs éphémères en tatouages indélébiles du coeur. Album nous parle du temps qui passe, de la fragilité d'un cocon familial. Album un cheminement qui dévoile à chacun d'entre nous l'importance de connaître ses racines pour grandir et mieux s'épanouir malgré les différences de terreau ... J'ai aimé le déroulé des souvenirs de Gudrun Eva Minervudottir (fille de Minerva) qui m'a permis de partager et retrouver l'exaltation que procure les nouvelles découvertes et... Album Une parenthèse pour saisir les moments fugaces de l'enfance Album Une pause pour observer des instantanés à deviner... Je m'explique: Album de Gudrun Eva Minervudottir se présente comme un commentaire d'une série de photographies d'un album de famille sauf que dans ce court roman, excepté la première de couverture, il n'y en a aucune de visibles, les photographies grâce à la magie de l'écriture deviennent lisibles et audibles. Au fil des saisons, des lieux, des déménagements familiaux, des amours et désamours de sa mère, l'auteur nous offre le journal de sa propre genèse, du temps où elle n'était qu'un nourrisson tétant le sein de sa mère jusqu'à celui de l'adolescence où elle fait l'apprentissage de la vie. Un album personnel et familial permettant la réminiscence des émotions, des sentiments passés, ravivant la mémoire de souvenirs éphémères en tatouages indélébiles du coeur. Album nous parle du temps qui passe, de la fragilité d'un cocon familial. Album un cheminement qui dévoile à chacun d'entre nous l'importance de connaître ses racines pour grandir et mieux s'épanouir malgré les différences de terreau ... J'ai aimé le déroulé des souvenirs de Gudrun Eva Minervudottir (fille de Minerva) qui m'a permis de partager et retrouver l'exaltation que procure les nouvelles découvertes et revivre avec elle la volupté apportée lorsque l'on brave les interdits... Une balade islandaise universelle et intime emplie d'authenticité et de sincérité que je recommande vivement.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Renatan Posté le 10 Avril 2017
          J’ai lu Album d’un bout à l’autre, dans un grand souffle, l’âme emportée par les vents vifs de l’Islande, étourdie par tant de beauté. On traverse les étendues sauvages de ces pages comme on le ferait d’un album photos, d’une suite d’instantanés et de parcelles de vie captés sur le vif et chargés d’émotions. Une jeune islandaise se remémore ses souvenirs d’enfance, tantôt pétillants, tantôt nostalgiques, toujours authentiques. Elle nous les livre avec spontanéité et naturel, des étoiles dans les yeux et débordante d’amour, d’une reconnaissance infinie pour cette Île qui l’a vu naître. Album est un battement de cœur, une aurore boréale, une danse du ciel en mille couleurs nostalgiques. C’est une ferme de campagne et un champ de moutons, une grande étendue sauvage de lichens et de lave. Une grotte dans la montagne et des centaines de villages de pêcheurs. C’est un phare à l’appel des marins, un monastère, des tempêtes de neige, beaucoup de vent et du blizzard. Une eau de vie pour se garder au chaud. Des chevaux sur le flanc des falaises, un phoque sur un glacier et le galop des rennes. De jeunes filles aux longs cheveux blonds comme le soleil. Crayons gras, cubes de bois,... J’ai lu Album d’un bout à l’autre, dans un grand souffle, l’âme emportée par les vents vifs de l’Islande, étourdie par tant de beauté. On traverse les étendues sauvages de ces pages comme on le ferait d’un album photos, d’une suite d’instantanés et de parcelles de vie captés sur le vif et chargés d’émotions. Une jeune islandaise se remémore ses souvenirs d’enfance, tantôt pétillants, tantôt nostalgiques, toujours authentiques. Elle nous les livre avec spontanéité et naturel, des étoiles dans les yeux et débordante d’amour, d’une reconnaissance infinie pour cette Île qui l’a vu naître. Album est un battement de cœur, une aurore boréale, une danse du ciel en mille couleurs nostalgiques. C’est une ferme de campagne et un champ de moutons, une grande étendue sauvage de lichens et de lave. Une grotte dans la montagne et des centaines de villages de pêcheurs. C’est un phare à l’appel des marins, un monastère, des tempêtes de neige, beaucoup de vent et du blizzard. Une eau de vie pour se garder au chaud. Des chevaux sur le flanc des falaises, un phoque sur un glacier et le galop des rennes. De jeunes filles aux longs cheveux blonds comme le soleil. Crayons gras, cubes de bois, jeux de mots et devinettes. Un rouleau de réglisse, des sucreries, des carrés de chocolat, l’art de croquer dans une pomme. C’est une enfant espiègle et futée, remplit d’humour, qui a vécu de rêves et de désillusions, de peurs et d’éclats de rire. Jeune fille forte face aux remous de l’enfance. Confrontée à une mère que l’on qualifie de putain et lourde de ses confidences d’adulte. Devant s’adapter à une nouvelle famille, à la perte et l’insécurité. Son récit m’a touchée, c’est un vent de fraîcheur, de celui propre aux âmes épurées et saines. Un flot de superstitions et de commérages. Un voyage en Islande
          Lire la suite
          En lire moins
        • veroherion Posté le 12 Octobre 2016
          Comme un Album, oui. De petite touche en petite touche, d'un souvenir à l'autre, l'auteur tire le portrait de son enfance, d'une petite fille islandaise qui court par mont et par vaux dans ses magnifiques bottes ou avec son chien. Un récit qui m'a beaucoup fait penser à "Le livre d'un été" de Tove Jansson. On retrouve cette même poésie liée à l'enfance et à son regard sur le monde. Un livre touchant sans mièvrerie, souvent drôle.
        • babounette60 Posté le 1 Octobre 2016
          Un album de souvenirs. quelques mots, quelques phrases. 1 ou 2 pages. Et nous voici en Islande, avec une petite fille qui aime son pseudo-frère, son beau-père jusqu'à ce que ça s'arrête. Qui va aimer la campagne, la mer, va avoir des copines, va se faire des tartines, va adorer Derrick à la TV, connaître son vrai père quand elle ira au lycée, porter un pantalon rouge, des bottes bleues, le blouson de son "frère", détester garder sa petite soeur, grandir, voir les autres devenir des ados sexy tandis qu'elle reste plate comme une limande. Une vie. Comme la nôtre. Avec des odeurs, des images, des paris pour ne pas paraître pétocheuse, des rêves. Et cet album pourrait être le nôtre. et il donne envie de prendre un crayon et d'écrire le nôtre.
        • cathulu Posté le 25 Septembre 2016
          J'avais manqué cet Album de Gudrùun Eva Minervudottir (dont j'avais beaucoup aimé le recueil de nouvelles Quand il te regarde tu es la vierge Marie clic) et j'ai sauté dessus à sa sortie en poche. Placé sous le signe de la brièveté, tant par le nombre de pages (112 ) que par les chapitres très courts, ce texte est aussi le royaume de l'ellipse. Pourtant on se retrouve très bien dans ce récit autobiographique de l'enfance de Minervudottir. L'autrice a raison de faire confiance à son lecteur,qui comble les trous ,et savoure d'autant plus le style imagé et plein d'énergie de ce récit hors-normes. Que la narratrice tricote "des foulards blindés, les mailles devenant sans cesse plus petites et plus serrées jusqu'à faire grincer les aiguilles et demander beaucoup d'efforts pour passer de l'une à l'autre", grimpe à cru sur un cheval (un pur joyau que ce texte ) et le fasse obéir "par la pensée", elle n'est jamais dupe des pièges de la mémoire et n'embellit pas" la péquenaude" qui n'avait pas "l'usage du monde". S'opèrent ainsi de singuliers virages qui minent le récit autobiographique et l'éloigne de toute tentation de mièvrerie. J'ai adoré !

        Ils en parlent

        « Un texte d’une très grande grâce et d’une très grande élégance. Album s’ouvre avec délectation, se parcourt avec beaucoup de plaisir, d’amusement et de tendresse, et se ferme avec une pointe de nostalgie. » Nikola Delescluse – Radio Campus Lille
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.