En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Alice au pays des morts-vivants

        Pocket
        EAN : 9782266254656
        Code sériel : 16250
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Alice au pays des morts-vivants

        Date de parution : 11/05/2017
        Le Pays des Morts, Inde. Du monde d’hier, il ne reste rien, juste les armes, nécessaires à la survie. Un virus a réduit la quasi-totalité de l’humanité à l’état de zombies. Le Comité Central, et Zeus, son bras armé, règne sur cette partie du monde.
        Alice, 15 ans, vit dans une...
        Le Pays des Morts, Inde. Du monde d’hier, il ne reste rien, juste les armes, nécessaires à la survie. Un virus a réduit la quasi-totalité de l’humanité à l’état de zombies. Le Comité Central, et Zeus, son bras armé, règne sur cette partie du monde.
        Alice, 15 ans, vit dans une communauté indépendante. Pour toute école, elle n’a connu que celle du combat. Et elle y excelle. Lors d’une patrouille, elle surprend un mort-vivant muni d’oreilles de lapin roses sortir subitement de terre, puis disparaître. Des rumeurs parlent d’un réseau souterrain où les Mordeurs se réfugient.
        Sans l’ombre d’une hésitation, elle s’engouffre à sa suite. Et chute...

        « Mainak Dhar plonge un personnage rappelant l'Alice de Lewis Carroll dans un univers post-apocalyptique. Ébouriffant ! » Renaud Baronian – Le Parisien

        « Le post-apo avec invasion de zombies n'est pas l'apanage de l'Occident. Dans ce roman, l'auteur indien s'empare du thème avec irrévérence et art du second degré. » François Rahier – Sud Ouest Dimanche

        @ Disponible chez 12-21
        L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266254656
        Code sériel : 16250
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • euphemie Posté le 29 Avril 2018
          Mon premier "zombi book", Alice aux pays des morts vivants, celui aux pays des merveilles ne m'avait pas attiré enfant....a cause de l'image proprette de la "petite fille", la couverture de celui ci a failli me faire le même effet, mais écrit par un auteur indien j'ai pensé que la version zombie serai intéressante. Une vision différente, loin des clichés connus, rabattus. Bon démarrage, les parallèles avec l'autre "Alice" sont bien amenés . Ce qui est dommage et laisse un peu sur la faim , c'est le développement vague du monde en dehors du pays des morts ,l'impression d'une fin qui s’essouffle....d'un happy end "à suivre".... d' une saga à venir. Au final la vision n'est pas différente....et c'est dommage.
        • Le_Comptoir_de_l_Ecureuil Posté le 25 Octobre 2017
          Bon... Quand on regarde la couverture et la 4ème, on se dit que Lewis Carroll a changé de petites pilules ! Car, il faut bien l'avouer, cette réécriture en mode post-apo zombie a de quoi surprendre ! Avec Alice au Pays des Morts-Vivants, on est bien loin de la jeune fille soignée et bien élevée qui découvre un pays enchanté, peuplé de créatures et d'êtres tous plus étranges les uns que les autres. (Exit le chat du Cheshire!) Non ! Ici, la Terre a été totalement ravagée par les guerres et un mystérieux virus qui a décimé la population mondiale en transformant ses habitants en... Zombies. (Le QI du zombie n'étant pas très élevé, c'est un peu galère.) Le lecteur est plongé dès les premières pages dans une Inde complétement détruite. Pourquoi ? Comment ? On apprend très rapidement qu'un virus a "échappé" au contrôle de ses créateurs pour toucher un très grand nombre de personne alors que les effets secondaires n'étaient pas encore bien connus... Résultat, une épidémie de zombification incontrôlable, appelée plus tard Le Réveil. Un petit croc par-ci, un petit croc par-là et voici que la population du monde ne ressemble plus à grand chose ! Face au désastre, les grandes puissances essaient... Bon... Quand on regarde la couverture et la 4ème, on se dit que Lewis Carroll a changé de petites pilules ! Car, il faut bien l'avouer, cette réécriture en mode post-apo zombie a de quoi surprendre ! Avec Alice au Pays des Morts-Vivants, on est bien loin de la jeune fille soignée et bien élevée qui découvre un pays enchanté, peuplé de créatures et d'êtres tous plus étranges les uns que les autres. (Exit le chat du Cheshire!) Non ! Ici, la Terre a été totalement ravagée par les guerres et un mystérieux virus qui a décimé la population mondiale en transformant ses habitants en... Zombies. (Le QI du zombie n'étant pas très élevé, c'est un peu galère.) Le lecteur est plongé dès les premières pages dans une Inde complétement détruite. Pourquoi ? Comment ? On apprend très rapidement qu'un virus a "échappé" au contrôle de ses créateurs pour toucher un très grand nombre de personne alors que les effets secondaires n'étaient pas encore bien connus... Résultat, une épidémie de zombification incontrôlable, appelée plus tard Le Réveil. Un petit croc par-ci, un petit croc par-là et voici que la population du monde ne ressemble plus à grand chose ! Face au désastre, les grandes puissances essaient d'endiguer le fléau à coup de bombes. Noël avant l'heure pour la planète qui a bien du mal à s'en remettre... C'est ainsi que débute Alice au Pays des Morts-Vivants. Des petits groupes de réfugiés humains tentent de survivre au milieu des meutes de zombies qui errent un peu de partout, tandis qu'un commandement mondial et plutôt secret tire les ficelles dans l'ombre. Quelles sont ses réelles motivations du Comité Central ? Que cherche-t-il à obtenir ? Pourquoi force-t-il les hommes libres à être enrôlés au sein de Zeus ou déportés dans des colonies insalubres ? Dans ce contexte, nous rencontrons Alice, fille du chef d'un groupe libre. Cette dernière, partie en patrouille, croise la route d'un mordeur (zombie) un peu particulier... Celui-ci porte de jolie oreilles roses de lapin ! Et comble de la surprise, disparaît dans un trou juste sous ses yeux ! Ni une, ni deux, notre héroïne s'élance à sa poursuite. (Il ne faut pas oublier que mordeurs ou pas, Alice est encore une jeune fille curieuse et casse-cou). Mais, quelle n'est pas sa stupeur et son angoisse lorsqu'elle se retrouve au milieu d'un nid de mordeurs plutôt voraces ! Sauvée in-extremis, Alice va faire plus ample connaissance avec le mordeur-lapin, qui n'est autre que l'émissaire de la Reine des Mordeurs ! Stupéfaction ! Les mordeurs ont une chef et pas n'importe laquelle ! Le docteur Protima révèle à Alice le terrible secret qui se cache derrière la situation actuelle et lui annonce qu'elle, Alice, sera leur sauveuse car c'est écrit dans la prophétie. Prophétie qui n'est autre qu'un vieil exemplaire d'Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll. (suite de la chronique sur mon site.)
          Lire la suite
          En lire moins
        • bbtiz Posté le 10 Mai 2017
          Quand j'ai commencé ce roman j'étais un peu sceptique. Déjà c'est un style auquel je ne m'étais pas encore frotté et je me demandais franchement comment l'auteur ferait passer 250 pages de "je cours pour fuir des zombies"... Dans les premiers chapitres, l'auteur répétait toutes les 5 minutes "Alice avait beau être jeune elle était rompue au combat, elle n'avait que 15 ans mais elle avait déjà prouvé qu'elle excellait dans le combat, elle n'avais que 10 ans quand elle avait tué son premier zombie,...." (Oui ok c'est bon, on a compris!), le tout avec une écriture un peu brouillon ce qui me faisait redouter un gros flop. Mais en fait, très rapidement, dès le 3-4ème chapitre, l'histoire prends un tournant très surprenant et l'intrigue se révèle très complexe et passionnante! Il s'agit en fait d'une dystopie (et d'une très bonne dystopie) sur fond de traque aux zombies et le mélange des genres est savoureux!!! J'ai passé un super moment et je l'ai dévoré en deux fois, avec beaucoup de mal pour le reposer! En plus les événements ayant menés à cette situation dans le roman me semblent presque probables, ce qui ajoute un côté "pourquoi pas?" qui fait froid... Quand j'ai commencé ce roman j'étais un peu sceptique. Déjà c'est un style auquel je ne m'étais pas encore frotté et je me demandais franchement comment l'auteur ferait passer 250 pages de "je cours pour fuir des zombies"... Dans les premiers chapitres, l'auteur répétait toutes les 5 minutes "Alice avait beau être jeune elle était rompue au combat, elle n'avait que 15 ans mais elle avait déjà prouvé qu'elle excellait dans le combat, elle n'avais que 10 ans quand elle avait tué son premier zombie,...." (Oui ok c'est bon, on a compris!), le tout avec une écriture un peu brouillon ce qui me faisait redouter un gros flop. Mais en fait, très rapidement, dès le 3-4ème chapitre, l'histoire prends un tournant très surprenant et l'intrigue se révèle très complexe et passionnante! Il s'agit en fait d'une dystopie (et d'une très bonne dystopie) sur fond de traque aux zombies et le mélange des genres est savoureux!!! J'ai passé un super moment et je l'ai dévoré en deux fois, avec beaucoup de mal pour le reposer! En plus les événements ayant menés à cette situation dans le roman me semblent presque probables, ce qui ajoute un côté "pourquoi pas?" qui fait froid dans le dos... En bref je vous le conseille vraiment, même si vous n'êtes pas fan de romans de zombies!
          Lire la suite
          En lire moins
        • prettymelo Posté le 21 Novembre 2016
          Alice au pays des Morts-Vivants ou comment une réécriture à la mode zombie fait un total loupé avec moi. Comment vous dire que je ressors assez déçue de cette lecture alors qu’en soi, l’histoire n’est pas si mal que ça. Le problème vient avant tout de ce que le titre et la couverture nous vend : un remake d’Alice au pays des Merveilles. Pourtant, les premières pages s’amorçaient plutôt bien. On débarque dans un monde futur aux côté d’Alice en plein guerre conte les Morts-Vivants (il ne me semble pas que l’auteure utilise le mot « zombie »). Elle a grandi entourée de ces « choses » plus vraiment humaines et s’en sort avec honneur jusqu’au jour où elle est intriguée par un lapin blanc…en fait, un cadavre ambulant déguisé en lapin blanc. Elle décide bien évidemment de le suivre. Voilà donc à peu près toutes les traces d’allusion à l’œuvre originale. A partir de là, je ne retrouve pas grand chose du monde imaginaire si particulier de Lewis Carrol. Même l’esprit rêveur d’Alice n’est pas renvoyé dans la personnalité de l’héroïne de ce roman. Du coup, je ressors de ce livre avec un sentiment de duperie puisque j’attendais quelque chose que je n’ai... Alice au pays des Morts-Vivants ou comment une réécriture à la mode zombie fait un total loupé avec moi. Comment vous dire que je ressors assez déçue de cette lecture alors qu’en soi, l’histoire n’est pas si mal que ça. Le problème vient avant tout de ce que le titre et la couverture nous vend : un remake d’Alice au pays des Merveilles. Pourtant, les premières pages s’amorçaient plutôt bien. On débarque dans un monde futur aux côté d’Alice en plein guerre conte les Morts-Vivants (il ne me semble pas que l’auteure utilise le mot « zombie »). Elle a grandi entourée de ces « choses » plus vraiment humaines et s’en sort avec honneur jusqu’au jour où elle est intriguée par un lapin blanc…en fait, un cadavre ambulant déguisé en lapin blanc. Elle décide bien évidemment de le suivre. Voilà donc à peu près toutes les traces d’allusion à l’œuvre originale. A partir de là, je ne retrouve pas grand chose du monde imaginaire si particulier de Lewis Carrol. Même l’esprit rêveur d’Alice n’est pas renvoyé dans la personnalité de l’héroïne de ce roman. Du coup, je ressors de ce livre avec un sentiment de duperie puisque j’attendais quelque chose que je n’ai pas eu. C’est vraiment dommage car globalement, le récit n’est pas si mauvais. Il y a certes quelques défauts qui m’ont embêté mais l’intrigue est pas mal ficelée. Il y a de l’action, des combats et tout va tellement vite que cela donne un rythme soutenu où on s’ennuie rarement. J’ai également apprécié la vision différente que Mainak Dhar nous propose pour ces morts-vivants. Il y a une certaine logique derrière leurs agissements et le fait qu’Alice puisse se retrouver parmi eux contre sa volonté permet d’avoir une vision contraire de la situation. En revanche, j’ai eu beaucoup de difficultés à supporter Alice. Comprenez bien qu’une adolescente de 15 ans qui prend les choses en main tel un chef de guerre aguerri avec des adultes penauds sous ses ordres, je trouve ça un peu gros, illogique et vraiment pas crédible. Je suis d’accord qu’elle est surentraînée depuis son plus jeune âge aux plans stratégiques et à dégommer des zombies, mais de là à surpasser des personnes plus âgées, je ne crois pas non. Elle mène ses troupes par le bout du nez, comme si personne à part elle ne savait gérer la situation. Désolé mais ça m’a agacée tout au long de ma lecture. Le personnage interprétant la reine rouge m’a bien plus par contre. C’est intéressant de voir ce qu’elle représente pour Alice et les Morts-Vivants. Elle a quelque chose de terrifiant et d’inédit aussi. Autre point que je voudrais mentionner, c’est justement la rapidité du déroulement des événements pour un récit aussi court. Là où je reconnais cette qualité intéressante pour accrocher le lecteur à l’histoire, ça en devient un défaut lorsque l’auteure nous bombarde d’informations su son univers d’un coup comme pour s’en débarrasser. C’est indigeste et une fois le livre refermé, on ne se souvient pas de la moitié de ce qui a été proposé. Surtout quand cette dernière décide d'ériger une prophétie tirée d'un livre rescapé (on se demande bien lequel, hein) qui au final n'a ni queue ni tête. Bref, une bonne lecture mais pas inoubliable. Par ailleurs, un second tome vient de paraître le 10 novembre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • PetiteNoisette Posté le 3 Septembre 2016
          Une réécriture d’Alice au pays des Merveilles, chouette ! Le lecteur trouvera ici tous les codes ou presque du récit de morts-vivants. Lorsqu’Alice patrouille et affronte des zombies, on se croirait dans Walking dead. Mais derrière cette histoire de fin du monde et de zombies, il y a une réelle réflexion sur notre monde actuel, sur la planète et sur ces dirigeants avides de pouvoir. Il y a parfois quelques petits passages qui auraient mérité un plus long développement ou une explication un peu plus poussée (notamment la fin qui m’a parue un peu vite expédiée) mais c’est la globalité qui est intéressante. Après sa chute dans le souterrain, Alice va découvrir bien plus qu’elle n’aurait imaginée : les Mordeurs ne sont pas ce qu’elle croit, Grandes oreilles et le Chapelier Fou lui seront d’une grande aide. Et que dire de la Reine ? A elle seule, elle peut expliquer pourquoi le monde est tel qu’il est et comment s’en sortir. Mais ça ne sera pas sans dommages… Comme la prophétie l’affirme, Alice va devoir prendre les armes et se battre si elle veut sauver sa liberté et celle de ces compatriotes. Tout le monde compte sur elle ! J’ai bien... Une réécriture d’Alice au pays des Merveilles, chouette ! Le lecteur trouvera ici tous les codes ou presque du récit de morts-vivants. Lorsqu’Alice patrouille et affronte des zombies, on se croirait dans Walking dead. Mais derrière cette histoire de fin du monde et de zombies, il y a une réelle réflexion sur notre monde actuel, sur la planète et sur ces dirigeants avides de pouvoir. Il y a parfois quelques petits passages qui auraient mérité un plus long développement ou une explication un peu plus poussée (notamment la fin qui m’a parue un peu vite expédiée) mais c’est la globalité qui est intéressante. Après sa chute dans le souterrain, Alice va découvrir bien plus qu’elle n’aurait imaginée : les Mordeurs ne sont pas ce qu’elle croit, Grandes oreilles et le Chapelier Fou lui seront d’une grande aide. Et que dire de la Reine ? A elle seule, elle peut expliquer pourquoi le monde est tel qu’il est et comment s’en sortir. Mais ça ne sera pas sans dommages… Comme la prophétie l’affirme, Alice va devoir prendre les armes et se battre si elle veut sauver sa liberté et celle de ces compatriotes. Tout le monde compte sur elle ! J’ai bien aimé ce récit, je l’ai trouvé sympa à lire même si ce n’est pas le livre du siècle non plus. Il faudrait vraiment que je relise Alice au pays des Merveilles pour pouvoir comparer, mais j’ai beaucoup aimé les similitudes du début du récit. Après, j’ai vite été happée par l’histoire et je n’ai pas pu faire plus de comparaisons mais ça mériterait qu’on s’y penche. En tout cas c’est un bel hommage au récit de Lewis Carroll qui montre que son roman est réellement intemporel !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Mainak Dhar plonge un personnage rappelant l'Alice de Lewis Carroll dans un univers post-apocalyptique. Ébouriffant ! » Renaud Baronian, Le Parisien

        « Le post-apo avec invasion de zombies n’est pas l’apanage de l’Occident. Dans ce roman, l’auteur indien s’empare du thème avec irrévérence et art du second degré, entraînant la petite Alice dans un drôle de voyage. » F.R., Sud-Ouest

        « Un détournement délicieusement horrifique ! » L’Amour des Livres

        « Une touche de Lewis Carroll, une dose d’ambiance contemporaine, et l’horreur disséminée au travers des chapitres : un savant mélange qui rend la lecture frénétique et impatiente. Notre petite Alice est extraordinaire, non ? Née par la plume de Lewis Carroll en 1865, elle arrive encore à nous surprendre dans les aventures écrites d’une main de maître par Mainak Dhar ! » Encre noire
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com