Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266229913
Code sériel : 15247
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
Aliénor
Le règne des lions
Date de parution : 07/03/2013
Éditeurs :
Pocket

Aliénor

Le règne des lions

Date de parution : 07/03/2013

1154. Aliénor fait son entrée à la cour d’Henri Plantagenêt, son nouvel époux. Le pays entier tombe aussitôt sous le charme de cette reine à la grâce envoûtante. Très vite,...

1154. Aliénor fait son entrée à la cour d’Henri Plantagenêt, son nouvel époux. Le pays entier tombe aussitôt sous le charme de cette reine à la grâce envoûtante. Très vite, guidée par son sens aiguisé de la politique, l’impétueuse Aliénor prend les rênes du royaume. Cependant, certains sont prêts à...

1154. Aliénor fait son entrée à la cour d’Henri Plantagenêt, son nouvel époux. Le pays entier tombe aussitôt sous le charme de cette reine à la grâce envoûtante. Très vite, guidée par son sens aiguisé de la politique, l’impétueuse Aliénor prend les rênes du royaume. Cependant, certains sont prêts à tout pour rompre cette alliance. Loanna de Grimwald, conseillère de l’ombre, descendante de la lignée des grandes prêtresses d’Avalon, doit absolument les en empêcher…

Dix ans après nous avoir conquis dans Le Lit d'Aliénor, la duchesse d'Aquitaine revient, toujours aussi ensorcelante.

« Son héroïne est plus que jamais un exemple. »
Sud Ouest

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266229913
Code sériel : 15247
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Les fans de Mireille Calmel seront comblés. (...) Très divertissant. » Femme actuelle

« [Les lecteurs] replongeront avec plaisir dans cet univers où magie et histoire se mêlent étroitement. » Pélerin Magazine

« Son héroïne est plus que jamais un exemple. » Sud-Ouest

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Anita0659 21/11/2021
    J'ai été légèrement déçue de ce tome sur la forte et belle Alienor. J ai mis du temps avant de rentrer vraiment dans l histoire alors que J avais vraiment bien aimé tout de suite les tomes précédents. Un peu trop de longueur et énormément de personnages croisent les personnages principaux. Bien sûr J ai adoré l ambiance des châteaux, chevaliers, luttes de pouvoir et guerres diverses. La présence de la magie a certains moments clés de L histoire ajoute une originalité et une atmosphère intrigante en plus. Cependant tout se résoud un peu trop facilement parfois grâce à cette magie qui arrive au moment opportun. Je sais que c est le choix délibéré de L auteure de rajouter une touche de magie sur des faits historiques mais cela interpelle tout de même la lectrice de romans historiques que je suis. Je ne vous détaillé pas L histoire vu que vous avez déjà le résumé dans la présentation du livre. Ce que J ai adoré c est de pouvoir en apprendre plus sur la lignée des Plantagenets.
  • hysope62 20/08/2021
    Dans le lit d'Alienor, Loanna de Grimwald a réussi sa mission : réunir Alienor et Henri Plantagenet, roi d'Angleterre. Ce tome est donc dédié à la vie de ce couple, de leur mariage à leur rupture. C'est un livre plaisant qui permet de se détendre et de passer un agréable moment. Cela étant dit, je ne suis pas certaine de me souvenir de ma lecture dans un voire deux ans. Je vais quand même lire la suite car le dernier chapitre m'a mise en appétit.
  • Denis_76 17/07/2020
    1154 : le règne des lions. 1154 est l'année du mariage d'Aliénor avec le roi d'Angleterre Henry II Plantagenet. Petit à petit s'imposent à la branche Plantagenet d'Angleterre trois blasons : un lion pour l'Aquitaine, deux pour la Normandie, et trois pour l'Angleterre. Un immense territoire qui va de l'Ecosse aux Pyrénées ! Ce sont des lions (ou léopards, ou « cats » ) passants, avec la langue bleue. Je les vois encore sur les écussons des gendarmes aquitains, sur notre drapeau normand, et sur la poitrine des joueurs anglais de rugby. . On reprend Aliénor où on l'a laissée avec Clara Dupont-Monod dans « le roi disait que j'étais diable » : après « s'être débarrassée » du roi de France Louis VII, elle va épouser le roi d'Angleterre Henry II. Celui-ci, contrairement à Louis VII de France, est un homme viril, dont le tempérament est à la hauteur de celui d'Aliénor. D'ailleurs, dans cette seconde vie d'Aliénor, le roi et la reine se partagent le pouvoir équitablement : la reine a le sceau du roi. Souvent, elle dirige sur le continent quand il dirige en Angleterre et vice-versa. Comme Robert Merle, Mireille Calmel a introduit, auprès d'Aliénor, un personnage de son imagination... 1154 : le règne des lions. 1154 est l'année du mariage d'Aliénor avec le roi d'Angleterre Henry II Plantagenet. Petit à petit s'imposent à la branche Plantagenet d'Angleterre trois blasons : un lion pour l'Aquitaine, deux pour la Normandie, et trois pour l'Angleterre. Un immense territoire qui va de l'Ecosse aux Pyrénées ! Ce sont des lions (ou léopards, ou « cats » ) passants, avec la langue bleue. Je les vois encore sur les écussons des gendarmes aquitains, sur notre drapeau normand, et sur la poitrine des joueurs anglais de rugby. . On reprend Aliénor où on l'a laissée avec Clara Dupont-Monod dans « le roi disait que j'étais diable » : après « s'être débarrassée » du roi de France Louis VII, elle va épouser le roi d'Angleterre Henry II. Celui-ci, contrairement à Louis VII de France, est un homme viril, dont le tempérament est à la hauteur de celui d'Aliénor. D'ailleurs, dans cette seconde vie d'Aliénor, le roi et la reine se partagent le pouvoir équitablement : la reine a le sceau du roi. Souvent, elle dirige sur le continent quand il dirige en Angleterre et vice-versa. Comme Robert Merle, Mireille Calmel a introduit, auprès d'Aliénor, un personnage de son imagination dans son roman historique : Loanna de Grimwald, bretonne issu de la lignée de Merlin, druide du roi Arthur. Ce n'est pas ce que je reproche au roman, puisque maintenant, je comprends les pouvoirs de druides : après avoir été forcée par Henry, Loanna lui révèle que ses deux premiers fils mourront, punition divine. Non, ce qui n'est toujours pas clair dans ma tête, c'est la période anglaise de « l'Anarchie », quand, suite à la mort de Guillaume sur la Blanche Nef, le roi de souche normande Henry premier d'Angleterre nomme sa fille Mathilde future reine en titre du royaume, et qu'Etienne de Blois s'interpose, offrant à l'Angleterre une guerre civile ( L'Anarchie ) d'une dizaine d'années, avant que le fils de Mathilde, le futur Henry II ne s'impose. Cependant, comme Mathilde a épousé un Plantagenet, la branche normande se transforme en branche angevine ! Mais je dois dire, au débit de « nout'Guillaume » (Le Conquérant ) que j'adore comme de nombreux Normands, que sa conquête de l'Angleterre nous a surement valu plusieurs siècles de déboires que je ne développerai pas ici, notamment dû au statut bâtard des duchés de Normandie et d'Aquitaine : en effet, bien qu'Anglais, ils devaient rendre hommage au roi de France. . Mireille Calmel, fascinée comme Clara Dupont Monod et moi-même par Aliénor, a amené ce qu'on pourrait appeler du « fantastique », mais que je nomme maintenant du « spiritisme » : il y a dix ans, je n'aurais pas accroché à cette partie du livre ; maintenant, c'est différent : )
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bebelle1725 09/04/2019
    Inconditionnelle de cette époque médiévale, j'aime l'écriture de Mireille Calmel. Une histoire où se mélangent l'histoire du royaume de France et celui des Plantagenêt, avec toujours l'aide de la magie. A lire pour le plaisir des mots également.
  • IdeesLivresMandarine 30/12/2018
    Cette critique sera commune au 4 premiers tomes de la série « Aliénor » de Mireille Calmel. Autant vous le dire de suite, dès le tome 1, j'ai eu des doutes … et me suis même demandé si j'allais arrêter ma lecture ou la continuer. Mais au fur et à mesure des tomes, l'histoire devient meilleure, plus intéressante, les personnages un peu plus travaillés, ils prennent du relief et les coucheries se font un peu plus rares (Et c'est tant mieux !…). Globalement, Je trouve cette série assez réussie. •Le travail historique est indéniable car beaucoup de protagonistes de cette série ont existé et Mireille Calmel a fait un effort pour les intégrer et leur donner un rôle (Rosemonde Clifford, Bernard de Ventadour, Jaufré Rudel …). C'est assez passionnant car là encore voilà le gros point fort de cette série pour moi, on apprend sans s'en rendre compte et c'est formidable. •L'utilisation de termes du moyen âge est très plaisant et accessible : feste, heuse, hanap et j'en passe. Un vrai plaisir à la lecture qui nous permet de rentrer facilement dans cet univers. •L'histoire autour d'Aliénor d'Aquitaine se fait grâce à une intime de la reine : Loanna de Grimwald.... Cette critique sera commune au 4 premiers tomes de la série « Aliénor » de Mireille Calmel. Autant vous le dire de suite, dès le tome 1, j'ai eu des doutes … et me suis même demandé si j'allais arrêter ma lecture ou la continuer. Mais au fur et à mesure des tomes, l'histoire devient meilleure, plus intéressante, les personnages un peu plus travaillés, ils prennent du relief et les coucheries se font un peu plus rares (Et c'est tant mieux !…). Globalement, Je trouve cette série assez réussie. •Le travail historique est indéniable car beaucoup de protagonistes de cette série ont existé et Mireille Calmel a fait un effort pour les intégrer et leur donner un rôle (Rosemonde Clifford, Bernard de Ventadour, Jaufré Rudel …). C'est assez passionnant car là encore voilà le gros point fort de cette série pour moi, on apprend sans s'en rendre compte et c'est formidable. •L'utilisation de termes du moyen âge est très plaisant et accessible : feste, heuse, hanap et j'en passe. Un vrai plaisir à la lecture qui nous permet de rentrer facilement dans cet univers. •L'histoire autour d'Aliénor d'Aquitaine se fait grâce à une intime de la reine : Loanna de Grimwald. J'ai trouvé dommage que ce personnage complètement fictif pour le coup prenne autant d'importance à certains instants au dépend de la Reine et par moment l'occulte complètement. Mais en même temps, je peux comprendre que cela donne un peu de rythme et de suspens dans une histoire dont on connait la fin … Donc après un début difficile, je dois avouer que la lecture a été assez addictive, facile, idéale pour les périodes de vacances où on peut enchaîner les tomes. Cependant, je ne pense pas que les puristes « Histoire » y trouveront leur compte : trop romancé, trop d’imagination de la part de l’auteur, et sauf erreur de ma part certaines dates ont été « arrangées » pour l’histoire… Pendant la lecture je vous conseille d’effectuer quelques recherches sur Google qui pourront vous aider ou bien de garder à côté de soi une bonne revue comme « L’histoire » : « Les Plantagenêts : un empire au Moyen Âge » collections N°59 daté avril - juin 2013 que je conseille fortement https://www.lhistoire.fr/parution/collections-59
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.