En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Après l'incendie

        10/18
        EAN : 9782264071859
        Code sériel : 5291
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 108 x 177 mm
        Après l'incendie

        MARIE DE PREMONVILLE (Traducteur)
        Date de parution : 01/02/2018
        Si vous avez aimé Autant en emporte le vent

        Diana Cooke est née avec le siècle, mais son nom remonte bien plus loin, jusqu’aux pères fondateurs de l’Amérique. Descendante d’une grande lignée, elle habite Saratoga, une magnifique propriété de Virginie qui fait la fierté de la famille. Mais cette maison, comme...
        Si vous avez aimé Autant en emporte le vent

        Diana Cooke est née avec le siècle, mais son nom remonte bien plus loin, jusqu’aux pères fondateurs de l’Amérique. Descendante d’une grande lignée, elle habite Saratoga, une magnifique propriété de Virginie qui fait la fierté de la famille. Mais cette maison, comme son nom, est lestée par deux dettes abyssales. La première est financière, et le seul moyen de s’en acquitter est au prix d’un mariage. La seconde est plus profonde : la maison des Cooke et le prestige de leur nom sont bâtis sur le plus sombre péché du Sud, l’esclavage. Et cette dette-là ne se rembourse que par une malédiction. La voici peut-être qui s’avance sous la forme du capitaine Copperton.
        Dans ce splendide roman, Robert Goolrick nous offre une fable sur l’amour, la dette et le poids du péché de nos pères.

        Après l’incendie est suivi d’une nouvelle autobiographique inédite, Trois lamentations.

        Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marie de Prémonville
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264071859
        Code sériel : 5291
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • fanculo Posté le 21 Avril 2018
          Diana cooke est la dernière représentante de la lignée des pairs fondateurs de l'Amérique. Elle se doit de sauver labelle demeure saratoga coûte que coûte. Par un mariage arrangé qui se révèle désastreux. C'est aussi l'histoire du sud et de la vie de la demeure par diana tout au long de sa vie. Belle fresque émouvante, et captivante.
        • antigoneCH Posté le 25 Mars 2018
          Après quelques lectures plutôt douces, c'est ce Robert Goolrick là qui t'a tendu les bras... Tu te souvenais en effet du captivant et terrible La chute des princes, et tu avais envie de retrouver ça, ce New York des années 80, violent et clinquant. Tu t'attendais à une ambiance similaire. Et re-bref, car il s'avère que tu ne lis jamais vraiment les quatrièmes de couverture, ou tu les oublies très vite, et tu t'es retrouvée bien surprise, parachutée ainsi dans les décors de Autant en emporte le vent... Quel dépaysement ! Au début du siècle dernier, Diana vit en effet dans une des plus belles maisons du Sud des Etats-Unis. Mais ce privilège est aussi une malédiction. La famille est criblée de dettes. Diana doit absolument trouver un mari riche pour sauver le domaine, assurer un avenir à Saratoga et perpétuer le souvenir des Cooke. Diana a été élevée pour ça, pour attirer le mari idéal. Elle le croise assez vite en la personne du Capitaine Copperton, amant idéal qui s'avèrera très rapidement un mari odieux. Mais Saratoga est sauvée... au moins pour quelques années, jusqu'à ce que le Capitaine Copperton décède, que leur fils soit enlevé à l'affection de... Après quelques lectures plutôt douces, c'est ce Robert Goolrick là qui t'a tendu les bras... Tu te souvenais en effet du captivant et terrible La chute des princes, et tu avais envie de retrouver ça, ce New York des années 80, violent et clinquant. Tu t'attendais à une ambiance similaire. Et re-bref, car il s'avère que tu ne lis jamais vraiment les quatrièmes de couverture, ou tu les oublies très vite, et tu t'es retrouvée bien surprise, parachutée ainsi dans les décors de Autant en emporte le vent... Quel dépaysement ! Au début du siècle dernier, Diana vit en effet dans une des plus belles maisons du Sud des Etats-Unis. Mais ce privilège est aussi une malédiction. La famille est criblée de dettes. Diana doit absolument trouver un mari riche pour sauver le domaine, assurer un avenir à Saratoga et perpétuer le souvenir des Cooke. Diana a été élevée pour ça, pour attirer le mari idéal. Elle le croise assez vite en la personne du Capitaine Copperton, amant idéal qui s'avèrera très rapidement un mari odieux. Mais Saratoga est sauvée... au moins pour quelques années, jusqu'à ce que le Capitaine Copperton décède, que leur fils soit enlevé à l'affection de sa mère, qu'elle soit de nouveau sans le sou, et que la décrépitude reprenne ses murs d'assaut. Et comme toi, lectrice, tu as finalement beaucoup aimé accompagner cette jeune femme à la fois pleine de caractère et fragile dans les pages de ce livre. Aimer à ce point une maison, en sacrifier autant pour elle peut sembler absurde. Mais tu as aimé dans ce roman les magnifiques descriptions, les détails des tissus, de l'ameublement, tous ces petits objets qui peuplent une vie. Tu as aimé aussi la sensualité de ce texte, que rien ne soit caché de ce qu'une femme ressent, redoute ou espère. Une lecture à la fois cruelle et très belle qui annonce dès les premières lignes sa dimension tragique. Une nouvelle suit le roman, Trois lamentations, qui n'a pas grand chose à voir avec le reste, et qui semble conter la jeunesse de l'auteur... Et même si elle est de bonne facture, et assez passionnante, j'ai trouvé dommage qu'elle soit ajoutée là. Le roman se suffisant largement à lui-même, de mon point de vue !
          Lire la suite
          En lire moins
        • soazcongar Posté le 7 Mars 2018
          Pour sauver la prestigieuse maison Saratoga de la ruine il ne reste aux époux Cooke qu’à sortir leur va-tout, leur dernier joker et c’est Diana, leur fille unique, qui l’incarne. Grâce à son mariage avec le richissime Capitaine Copperton, Saratoga va pouvoir conserver son train de vie fastueux en mettant un frein à la déchéance qui la guette. Diana Cooke apporte en dot une lignée, un arbre généalogique, l’appartenance à une famille ancestrale tout ce qui manque au Capitaine Copperton, le milliardaire dépourvu d’ascendance. J’ai suivi le parcours existentiel de Diana avec enthousiasme m’attachant tour à tour à la gamine fougueuse et bravache, à la jeune femme séductrice, beauté incomparable, à la mère blâmable qui déçoit son fils, à l’amante passionnée et incandescente… Ce portrait révèle la chance mais aussi et surtout le fardeau qu’est cette propriété pour l’héritière. Goolrick sonde le carcan, le joug que constitue ce patrimoine imposant. Mais tant de richesses, de robes à volants, de couverts en argent et de gaspillages ont fini par m’agacer et j’ai laissé l’héroïne continuer seule son chemin. Je me suis aussitôt remise en selle pour dévorer la courte nouvelle autobibliographique qui suit le roman. Elle révèle avec tellement de justesse et... Pour sauver la prestigieuse maison Saratoga de la ruine il ne reste aux époux Cooke qu’à sortir leur va-tout, leur dernier joker et c’est Diana, leur fille unique, qui l’incarne. Grâce à son mariage avec le richissime Capitaine Copperton, Saratoga va pouvoir conserver son train de vie fastueux en mettant un frein à la déchéance qui la guette. Diana Cooke apporte en dot une lignée, un arbre généalogique, l’appartenance à une famille ancestrale tout ce qui manque au Capitaine Copperton, le milliardaire dépourvu d’ascendance. J’ai suivi le parcours existentiel de Diana avec enthousiasme m’attachant tour à tour à la gamine fougueuse et bravache, à la jeune femme séductrice, beauté incomparable, à la mère blâmable qui déçoit son fils, à l’amante passionnée et incandescente… Ce portrait révèle la chance mais aussi et surtout le fardeau qu’est cette propriété pour l’héritière. Goolrick sonde le carcan, le joug que constitue ce patrimoine imposant. Mais tant de richesses, de robes à volants, de couverts en argent et de gaspillages ont fini par m’agacer et j’ai laissé l’héroïne continuer seule son chemin. Je me suis aussitôt remise en selle pour dévorer la courte nouvelle autobibliographique qui suit le roman. Elle révèle avec tellement de justesse et d’empathie la stigmatisation, la rudesse de la vie pour les personnes qui « portent » un poids (trop ‘pesant’), une couleur (trop dissonante), un dénuement (trop banal). Les romans de Goolrick disent beaucoup de l’Amérique dans « tous ses états » et sa voix est essentielle pour qui veut comprendre les codes et les clivages actuels éclairés par l’histoire du pays.
          Lire la suite
          En lire moins
        • MAPATOU Posté le 6 Mars 2018
          Imaginez une grande demeure de Virginie au nom exotique de Saratoga, une famille dont le nom remonte aux pères fondateurs de l’Amérique et dont la fortune s’est bâtie sur l’esclavage. Au début du XXème siècle naît Diana, dernière héritière du domaine. Sa famille est au bord de la ruine mais les parents de la jeune femme ont fait d’énormes sacrifices pour qu’elle reçoive une excellente éducation, en internat d’ailleurs afin de réprimer ses instincts un peu sauvages. Quand Diana arrive en âge de se marier, elle est contrainte de participer aux bals des jeunes premières dans tout le pays avec pour consigne de trouver le mari le plus riche possible afin de sauver Saratoga. D’ailleurs, ses parents sont très explicites là-dessus et ne lui cachent pas qu’elle sera en quelque sorte vendue. La beauté de Diana fera tourner la tête à de nombreux jeunes hommes mais c’est le capitaine Copperton qui emporte le marché. Si Diana pense au début être amoureuse de cet homme séduisant, elle déchantera au bout de quelques semaines face à la violence physique qu’il lui fait subir pendant leurs rapports intimes. Violence qui deviendra ensuite psychologique et ne prendra fin qu’avec le décès brutal (et quelque part providentiel) du capitaine.... Imaginez une grande demeure de Virginie au nom exotique de Saratoga, une famille dont le nom remonte aux pères fondateurs de l’Amérique et dont la fortune s’est bâtie sur l’esclavage. Au début du XXème siècle naît Diana, dernière héritière du domaine. Sa famille est au bord de la ruine mais les parents de la jeune femme ont fait d’énormes sacrifices pour qu’elle reçoive une excellente éducation, en internat d’ailleurs afin de réprimer ses instincts un peu sauvages. Quand Diana arrive en âge de se marier, elle est contrainte de participer aux bals des jeunes premières dans tout le pays avec pour consigne de trouver le mari le plus riche possible afin de sauver Saratoga. D’ailleurs, ses parents sont très explicites là-dessus et ne lui cachent pas qu’elle sera en quelque sorte vendue. La beauté de Diana fera tourner la tête à de nombreux jeunes hommes mais c’est le capitaine Copperton qui emporte le marché. Si Diana pense au début être amoureuse de cet homme séduisant, elle déchantera au bout de quelques semaines face à la violence physique qu’il lui fait subir pendant leurs rapports intimes. Violence qui deviendra ensuite psychologique et ne prendra fin qu’avec le décès brutal (et quelque part providentiel) du capitaine. Mais la vie de la jeune femme n’en sera pas plus facile car son mari avait légué tous ses biens, dont Saratoga, à leur fils encore enfant. Je ne dévoilerai pas la suite d’« Après l’incendie » car c’est une formidable histoire à découvrir. Je me suis posée tout du long de ma lecture cette question : faut-il sacrifier des vies pour sauver un patrimoine ? Apparemment dans certaines grandes familles la question ne se pose même pas et la notion d’individualité leur est étrangère.
          Lire la suite
          En lire moins
        • dedanso Posté le 16 Février 2018
          Premier Robert Goolrick que je lis, certainement pas le dernier ! Dans ce livre, il y a d'abord le roman Après l'incendie, mais il y a aussi la nouvelle autobiographique Les Lamentations. Les deux méritent cinq étoiles. Je vous le dis d'emblée : je vais être un peu longue. Que s'est-il passé après l'incendie de Saratoga, la plus belle et grande demeure aristocratique de Virginie ? Pourquoi cet incendie et que sont devenus ses habitants ? Voici tout l'enjeu du roman. Du moins en apparence. Car finalement, ce qui intéresse le lecteur (et l'écrivain), c'est moins la demeure que la châtelaine qui l'occupe. Pour moi, Après l'incendie est avant tout le récit de l'émancipation d'une femme, une aristocrate qui a d'abord été cette petite fille un peu sauvage, audacieuse et assoiffée de liberté. Sur Diana Cook, descendante en ligne directe des Pères Fondateurs de l'Amérique, pèse le poids de la gloire familiale. Elle doit mettre de côté ce qu'elle est, ce qu'elle ressent, pour se marier à un homme assez riche pour remettre à flot Saratoga, la demeure familiale bâtie sur le sang et les larmes des esclaves qui l'ont construite et des propriétaires qui lui ont tout sacrifié. C'est un récit... Premier Robert Goolrick que je lis, certainement pas le dernier ! Dans ce livre, il y a d'abord le roman Après l'incendie, mais il y a aussi la nouvelle autobiographique Les Lamentations. Les deux méritent cinq étoiles. Je vous le dis d'emblée : je vais être un peu longue. Que s'est-il passé après l'incendie de Saratoga, la plus belle et grande demeure aristocratique de Virginie ? Pourquoi cet incendie et que sont devenus ses habitants ? Voici tout l'enjeu du roman. Du moins en apparence. Car finalement, ce qui intéresse le lecteur (et l'écrivain), c'est moins la demeure que la châtelaine qui l'occupe. Pour moi, Après l'incendie est avant tout le récit de l'émancipation d'une femme, une aristocrate qui a d'abord été cette petite fille un peu sauvage, audacieuse et assoiffée de liberté. Sur Diana Cook, descendante en ligne directe des Pères Fondateurs de l'Amérique, pèse le poids de la gloire familiale. Elle doit mettre de côté ce qu'elle est, ce qu'elle ressent, pour se marier à un homme assez riche pour remettre à flot Saratoga, la demeure familiale bâtie sur le sang et les larmes des esclaves qui l'ont construite et des propriétaires qui lui ont tout sacrifié. C'est un récit sur la condition féminine : place de la femme au sein de sa famille, au sein du couple, de la société mais aussi en tant que mère et amante. J'ai été touchée par l'ensemble du récit mais je dois dire que l'amour qui lie Diana et son jeune amant Gibby m'a particulièrement émue. Quelle beauté que cet amour inconditionnel, à la fois pur et charnel. Que de sensualité dans cette frénésie des corps qui se donnent autant que les coeurs ! Quelle tragédie ! Robert Goolrick n'a pas son pareil pour donner vie à ses personnages. Les portraits sont saisissants, l'empathie immédiate (je pense à Lucius Walter ou Rose de Lisle). Contrairement à ce que j'ai pu lire, le thème de l'esclavage est tout à fait secondaire. Il n'est pas du tout l'objet du récit même s'il en est question par moment. Après ce roman qui agit sur le lecteur comme une déflagration, reste encore à lire Les Lamentations. Après cela, vous resterez définitivement sur le carreau. Dans cette nouvelle autobiographique, Robert Goolrick brosse en quelques pages seulement le portait de l'Amérique à travers les portraits de trois femmes : la douce et misérable Wanda, l'épatante mais grosse Claudie et enfin l'intelligente mais noire Curtissa. Quelle vie attend ces femmes, pour le moment jeunes filles sacrifiées par la société pour leurs différences, sociale et/ou physique ? Quel avenir pour l'Amérique qui foule aux pieds une partie de ses citoyens ? Robert Goolrick est doté d'une belle plume qu'il met à profit pour brosser le portait de personnages exceptionnels, dans un paysage à couper le souffle, au pied de la célèbre Rappahannock. C'est doux, amer, éclatant, passionné.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com