Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266276177
Code sériel : 7232
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Arca

Date de parution : 08/03/2018
Tout public.
Les espaces infinis sont enfin devenus accessibles ! Grâce à l’Artefact, une étrange matière découverte sur un satellite de Saturne, on peut désormais voyager à la vitesse de la lumière. La Griffe du Lion, une exoplanète ayant révélé des caractéristiques semblables à la Terre, devient un objectif possible.
Une aubaine alors...
Les espaces infinis sont enfin devenus accessibles ! Grâce à l’Artefact, une étrange matière découverte sur un satellite de Saturne, on peut désormais voyager à la vitesse de la lumière. La Griffe du Lion, une exoplanète ayant révélé des caractéristiques semblables à la Terre, devient un objectif possible.
Une aubaine alors que la Terre doit faire face à une surpopulation grandissante accompagnée d’un épuisement des ressources. Et que la colère des colons gronde sur Mars, où la terraformation n’a pas tenu ses promesses.
Heureusement, la construction du vaisseau à destination de La Griffe du Lion arrive à son terme. Quatre mille pionniers embarquent pour un voyage de huit ans. Mais, bientôt, une mutinerie éclate à bord…

« Romain Benassaya tient la dragée haute à James S. A. Corey ! Un vrai bonheur de lecture que ce one-shot, et un auteur d'avenir ! » Xavier Dollo et Simon Pinel – ActuSF

« On se laisse emmener aux confins de l'Arca et on espère tout le long de notre lecture une fin heureuse. Un bon roman de science-fiction que je conseille vivement. » Fabien Dufour – Sens critique
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266276177
Code sériel : 7232
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Romain Benassaya tient la dragée haute à James S. Corey ! Dans Arca, le sense of wonder est de mise, le voyage semé d’embûches et l’auteur, avec un don certain pour le dribble et le petit pont, nous ballote entre la Terre, Encelade, Mars, et bien sûr ce gigantesque vaisseau, l’Arca, qui file vers une exo-planète. Un vrai bonheur de lecture que ce one-shot, et un auteur d’avenir ! »
Xavier Dollo et Simon Pinel – ActuSF

« On se laisse emmener aux confins de l'Arca et on espère tout le long de notre lecture une fin heureuse. Un bon roman de science-fiction que je conseille vivement. »
Fabien Dufour – Sens critique

« Embarquez sur l'Arca, tentez de passer le mur de la Lumière pour rejoindre La Griffe du Lion, méfiez-vous des scolopendres, et bon voyage ! »
Un papillon dans la lune

« Un récit en huis-clos efficace, offrant de nombreux rebondissements et de mystères. »
Blackwolff - Babélio

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mauriceandre Posté le 13 Novembre 2021
    Salut les Babelionautes J'ai découvert Romain Benassaya en lisant les avis postés sur ses romans et du coup je me suis offert ce space-opera et bien m'en a prit. L'Humanité est arrivé à bout des ressources de la Terre et ne parvient à survivre qu'en exploitant le Système Solaire. La surpopulation est devenue critique et les instances dirigeantes n'ont trouvées qu'un moyen pour y faire face, la terraformation de Mars. Mais ce n'est qu'un mensonge, et ceux qui sont déportés sur la planète rouge ne sont la que pour l'exploité. Sorany Desvœux, pour échapper aux services obligatoires sur Mars, postule pour une Mission de recherche sur Encelade, l'un des satellite de Saturne. Mais lors d'une expédition elle découvre une nouvelle matière aux propriétés étonnantes. A partir de cet instant, l'auteur a imaginé une superbe histoire de Science-Fiction, ou cette matière va permettre a un Vaisseau Spatial, ou plutôt une Arche contenant une sélection d'individus et d'animaux, de partir a la conquête d'une exoplanète située a des Année-lumière du Soleil. Le récit se concentre sur le vase clos de l'Arca, le Vaisseau qui doit leur permettre de dépasser la vitesse de la lumière et même plus. Le Voyage doit... Salut les Babelionautes J'ai découvert Romain Benassaya en lisant les avis postés sur ses romans et du coup je me suis offert ce space-opera et bien m'en a prit. L'Humanité est arrivé à bout des ressources de la Terre et ne parvient à survivre qu'en exploitant le Système Solaire. La surpopulation est devenue critique et les instances dirigeantes n'ont trouvées qu'un moyen pour y faire face, la terraformation de Mars. Mais ce n'est qu'un mensonge, et ceux qui sont déportés sur la planète rouge ne sont la que pour l'exploité. Sorany Desvœux, pour échapper aux services obligatoires sur Mars, postule pour une Mission de recherche sur Encelade, l'un des satellite de Saturne. Mais lors d'une expédition elle découvre une nouvelle matière aux propriétés étonnantes. A partir de cet instant, l'auteur a imaginé une superbe histoire de Science-Fiction, ou cette matière va permettre a un Vaisseau Spatial, ou plutôt une Arche contenant une sélection d'individus et d'animaux, de partir a la conquête d'une exoplanète située a des Année-lumière du Soleil. Le récit se concentre sur le vase clos de l'Arca, le Vaisseau qui doit leur permettre de dépasser la vitesse de la lumière et même plus. Le Voyage doit durer une dizaine d'années en temps relatif, alors que sur Terre plusieurs siècle s'écouleront. Mais malgré le soin apporté a la sélection des Arcanautes, une opposition va se mettre en place avec l'aide d'une nouvelle religion. J'ai passé un agréable, moment malgré l'usage de flash-back qui permettent de mieux comprendre le parcours des différents personnages clés. Voila un auteur dont je vais lire surement d'autres titres, la SF Française se porte bien.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jacki38 Posté le 22 Juillet 2021
    Les thèmes du voyage interstellaire et de l'expansion de l'humanité dans la galaxie sont passionnants mais pas toujours faciles à aborder dans un roman. Romain Benassaya ne s'en sort pas trop mal même si on peut regretter quelques facilités que j'attribuerai à la relative jeunesse de l'auteur. En effet, la plupart des grands romanciers de science-fiction étaient relativement plus âgés et expérimentés lorsqu'ils ont publié leurs chefs d'œuvre. Tout d'abord, j'ai trouvé que les personnages manquaient d'épaisseur. On peut s'attacher à Sorany et Frank mais les informations à leur sujet sont relativement pauvres. De même, le contexte socio-économique dans lequel se déroule l'histoire ne m'a pas semblé très clair. La découverte du potentiel énergétique de l'Artefact n'est pas très détaillée tout comme la construction de l'Arca, immense vaisseau interstellaire dont les dimensions interrogent sur la disponibilité des matières premières pour pouvoir le construire. Au-delà de ces quelques petites anicroches, Romain Benassaya parvient selon moi à faire rêver mais aussi réfléchir. Rêver avec ses vues imaginées de Saturne, la géante gazeuse aux anneaux de glace, vue d'Encelade sa lune non moins glacée. Réfléchir aussi avec l'exploitation de Mars dont les ressources sont pillées par de grandes compagnies tout en exportant les pires travers... Les thèmes du voyage interstellaire et de l'expansion de l'humanité dans la galaxie sont passionnants mais pas toujours faciles à aborder dans un roman. Romain Benassaya ne s'en sort pas trop mal même si on peut regretter quelques facilités que j'attribuerai à la relative jeunesse de l'auteur. En effet, la plupart des grands romanciers de science-fiction étaient relativement plus âgés et expérimentés lorsqu'ils ont publié leurs chefs d'œuvre. Tout d'abord, j'ai trouvé que les personnages manquaient d'épaisseur. On peut s'attacher à Sorany et Frank mais les informations à leur sujet sont relativement pauvres. De même, le contexte socio-économique dans lequel se déroule l'histoire ne m'a pas semblé très clair. La découverte du potentiel énergétique de l'Artefact n'est pas très détaillée tout comme la construction de l'Arca, immense vaisseau interstellaire dont les dimensions interrogent sur la disponibilité des matières premières pour pouvoir le construire. Au-delà de ces quelques petites anicroches, Romain Benassaya parvient selon moi à faire rêver mais aussi réfléchir. Rêver avec ses vues imaginées de Saturne, la géante gazeuse aux anneaux de glace, vue d'Encelade sa lune non moins glacée. Réfléchir aussi avec l'exploitation de Mars dont les ressources sont pillées par de grandes compagnies tout en exportant les pires travers de l'humanité. Rêver avec l'Arca, immense arche de Noé d'acier propulsée dans le vide à destination de la Griffe de Lion, exoplanète quasi jumelle de la terre. Réfléchir avec ce que deviendrait l'humanité arrachée à son foyer originel. Rappelons que le mot humain possède la même racine qu'humus ce que nous appelons aussi la terre. Arca est donc un roman intéressant dont le scénario aurait pu être plus développé. Néanmoins, le format en fait une agréable lecture estivale.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CineKino Posté le 21 Avril 2021
    Ca fait plaisir de lire un auteur de SF français… et surtout un roman complet en un volume et non pas une trilogie ou saga. Ce roman est assez enthousiasmant par ses idées parfois vertigineuses liées au temps et à l'espace, avec cet artefact extra-terrestre qui va permettre à un vaisseau de partir vers d’autres étoiles… et bien plus encore. L’écriture de ce premier roman est globalement de qualité. Par ailleurs, la structure alternant deux lieux et temps différents évite la linéarité du récit. Malheureusement, le livre n’est pas exempt de quelques défauts de jeunesse, sur le style mais surtout sur les rebondissements et la fin, parfois un peu faciles : les héros coincés dans un endroit et qui sont dans un autre endroit au chapitre suivant sans qu’on sache comment, les voyageurs qui retrouvent d'un coup leur liberté de penser, les prédateurs qui finalement ne font pas grand-chose ou surtout le super-pouvoir de l'artefact qui intervient quand ça arrange l’histoire. Dommage, mais ça reste une histoire très intéressante et une aventure assez mouvementée comme je les aime.
  • elgg Posté le 6 Janvier 2021
    Pas trop mal ce premier roman de Romain Benassaya. Je vous fais grâce du résumé, vous trouverez le quatrième de couverture si vous daignez le chercher sur Google. En ce qui concerne mon avis éclairé après lecture : Je dirais qu'il y a plusieurs parties dans cet ouvrage, la première est définitivement la plus prenante. Elle permet aussi d'installer les personnages, problématiques globales, l'état de l'humanité, tout ça. Ensuite on a l'apparition de problèmes dans le vaisseau (j'essaye de ne pas spoiler), et la dernière partie on secoue le 'shaker' avec les protagonistes, et on avance vers la fin de l'histoire... Si le livre est plutôt bien, avec une problématique intéressante (mais qu'est-ce que ça peut bien être cette fichue matière d'Encelade ?), des questionnements intéressants (on s'interroge sur la foi notamment, sur l'influence sur les cerveaux des implants qui y sont positionnés...), il faut aussi remarquer quelques petits trucs qui sont dommages, mais qui sont bénins pour un premier roman, et qui ne ternissent pas l'intérêt qu'on peut porter à ce livre : Quelques rebondissements apparaissent prévisibles (surtout au début), les personnages ont un vernis de profondeur, mais se posent décidément des questions sottes, et sombrent parfois dans la mièvrerie. [masquer] l'idée des "Prédateurs" est... Pas trop mal ce premier roman de Romain Benassaya. Je vous fais grâce du résumé, vous trouverez le quatrième de couverture si vous daignez le chercher sur Google. En ce qui concerne mon avis éclairé après lecture : Je dirais qu'il y a plusieurs parties dans cet ouvrage, la première est définitivement la plus prenante. Elle permet aussi d'installer les personnages, problématiques globales, l'état de l'humanité, tout ça. Ensuite on a l'apparition de problèmes dans le vaisseau (j'essaye de ne pas spoiler), et la dernière partie on secoue le 'shaker' avec les protagonistes, et on avance vers la fin de l'histoire... Si le livre est plutôt bien, avec une problématique intéressante (mais qu'est-ce que ça peut bien être cette fichue matière d'Encelade ?), des questionnements intéressants (on s'interroge sur la foi notamment, sur l'influence sur les cerveaux des implants qui y sont positionnés...), il faut aussi remarquer quelques petits trucs qui sont dommages, mais qui sont bénins pour un premier roman, et qui ne ternissent pas l'intérêt qu'on peut porter à ce livre : Quelques rebondissements apparaissent prévisibles (surtout au début), les personnages ont un vernis de profondeur, mais se posent décidément des questions sottes, et sombrent parfois dans la mièvrerie. [masquer] l'idée des "Prédateurs" est sympa, mais je la trouve mal exploitée. Le lien entre les scolopendres et Ileen Tsey est mal expliqué. Ok, elle a sombré du côté du mal, mais comment en est-elle devenue à se faire posséder par l'espèce maléfique ? Ce qui m'a le plus gêné cependant c'est le côté paradoxe temporel, que je n'apprécie aucunement, sauf à de très rares exceptions. Mais là, pas d'exception, ça fait tourner l'histoire en boucle. Du coup balancer Sorany dans le futur pour lui expliquer ce qu'elle doit faire, et ce qui serait advenu si elle n'avait pas agi comme elle l'a fait c'est à la fois inutile (elle a déjà découvert la matière d'Encelade, à quoi bon revenir sur un univers alternatif où elle choisit de ne pas la découvrir ?), et douteux : car, paradoxe oblige, si dans le présent elle est éliminée par les insurgés, pas de futur, personne pour l'y amener donc et lui faire tout ce discours-là. Paradoxe gênant, de mon point de vue. Mais si on décide de ne pas s'y pencher trop, et de juste apprécier le divertissement, le livre reste agréable. La parenthèse de Sorany dans le futur n'est pas trop gênante. D'autant qu'on se demande quand même où elle est, comment, pourquoi (les réponses seront apportées trop vite, et trop simplement je trouve). [/masquer] On a au final un ouvrage dont l'histoire générale reste vraiment prenante. J'ai dévoré le roman. Des alternances de chapitres globalement bien menées. Même si on ne voit pas trop l'intérêt au départ, ce choix aura au moins le mérite de développer le personnage de Frank, dont la psyché aurait pu être inexistence, mais qui prend un peu de profondeur grâce à ça (pas trop non plus, je vous rassure). Ils permettront aussi de savoir qui est ce mystérieux capitaine (sans que ça n'apporte vraiment grand-chose à l'histoire, mais c'est sympa de le savoir). Un livre qui se lit d'une traite, doté de quelques défauts, mais qu'on excuse car c'est une histoire qui démarre en flèche et qui tient en haleine, et un premier romain de l'auteur... Je vais d'ailleurs m'intéresser dans pas longtemps à ses autres romans, voir comment son style évolue, mais je pense que c'est un auteur prometteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • GeraldineP Posté le 28 Décembre 2020
    Un roman captivant qui nous fait réfléchir sur la montée des périls environnementaux, le danger des intégrismes et des mouvements sectaires, mais aussi sur les ravages de la guerre économique et de l'ultra-capitalisme, qui pourrait venir se loger jusque dans la conquête spatiale. Ce premier roman de Romain Benassaya est une belle révélation et qui confirme la grande qualité de la nouvelle SF française.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.