Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377355105
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 10,8 x 17,7 mm

Atout coeur à Tokyo OSS 117

Collection : Suspense
Date de parution : 10/09/2020
OSS 117: charmeur, implacable et toujours impeccable
Les romans cultes de Jean Bruce n’ont rien perdu de leur impertinence, de leur piquant… et de leur humour suranné ! Ces rééditions sont l’occasion de redécouvrir les aventures d’Hubert Bonisseur de la Bath, rendu célèbre à l’écran par Jean Dujardin.
Pas de repos pour OSS 117! Hubert Bonisseur de la Bath s’était accordé quelques jours de repos bien mérités dans la capitale japonaise. Mais une affaire de chantage dont est l’objet l’une des secrétaires de l’antenne locale de la CIA éveille son intérêt. À plus d’un titre… L’idée de jouer... Pas de repos pour OSS 117! Hubert Bonisseur de la Bath s’était accordé quelques jours de repos bien mérités dans la capitale japonaise. Mais une affaire de chantage dont est l’objet l’une des secrétaires de l’antenne locale de la CIA éveille son intérêt. À plus d’un titre… L’idée de jouer le mari de la jeune dame n’est pas pour dé- plaire à notre séduisant agent secret. Mais un Nippon bien nippé va lui donner du fil à retordre…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377355105
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 10,8 x 17,7 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CeciBonDeLire Posté le 19 Septembre 2021
    Cher Vous, Pauvre Hubert Bonisseur de la Bath ! Le pauvre gars décide de s’octroyer un peu de bon temps à Tokyo, histoire de récupérer un peu... mais c’est sans compter un regard qui va le fourvoyer… Pense donc, une histoire de chantage ! Lui, bon gus, accepte de filer un coup de main à l’antenne locale de la CIA, juste pour donner son avis. Sauf que quand il voit les yeux de la donzelle, il a comme un picotement dans le bas-ventre, le genre de truc qui fout un bonhomme en carafe… et le plonge dans la fosse à emmerdes. Seconde réédition des aventures d’OSS 117 que je relis, et je dois t’avouer que c’est encore une fois avec grand plaisir. Bien sûr, les pisses-vinaigre et autres mauvais coucheurs te diront que ce n’est que du roman de gare. Certes, c’est un fait, mais le roman de gare fait partie de la littérature, et c’en est même un des piliers fondateurs, alors pourquoi bouder son plaisir ? Ça se lit rapidement, le temps d’un petit trajet en train hein, et cela te fait passer un bon moment. Juste avant d’aller poser ton cul au ciné pour aller voir Jean Dujardin interpréter le héros de Jean Bruce, n’hésite... Cher Vous, Pauvre Hubert Bonisseur de la Bath ! Le pauvre gars décide de s’octroyer un peu de bon temps à Tokyo, histoire de récupérer un peu... mais c’est sans compter un regard qui va le fourvoyer… Pense donc, une histoire de chantage ! Lui, bon gus, accepte de filer un coup de main à l’antenne locale de la CIA, juste pour donner son avis. Sauf que quand il voit les yeux de la donzelle, il a comme un picotement dans le bas-ventre, le genre de truc qui fout un bonhomme en carafe… et le plonge dans la fosse à emmerdes. Seconde réédition des aventures d’OSS 117 que je relis, et je dois t’avouer que c’est encore une fois avec grand plaisir. Bien sûr, les pisses-vinaigre et autres mauvais coucheurs te diront que ce n’est que du roman de gare. Certes, c’est un fait, mais le roman de gare fait partie de la littérature, et c’en est même un des piliers fondateurs, alors pourquoi bouder son plaisir ? Ça se lit rapidement, le temps d’un petit trajet en train hein, et cela te fait passer un bon moment. Juste avant d’aller poser ton cul au ciné pour aller voir Jean Dujardin interpréter le héros de Jean Bruce, n’hésite pas à faire un retour aux sources… Stanislas Petrosky
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kenehan Posté le 10 Février 2021
    En découvrant les quatre tomes à paraître chez Archipoche, ils ont tout de suite rejoint ma liste d'achats. Les couvertures sont tout particulièrement réussies. Colorées, sobres et jouant à la fois sur la modernité et les sixties, elles donnent envie de se lancer dans la collection. OSS 117 (ou Hubert Bonisseur de la Bath), je ne le connaissais que de réputation. Je n'ai encore vu aucun des films, ancien ou nouveaux et lui ai toujours préférés 007 (ou James Bond). Outre l'attrait visuel précédemment abordé, le genre espionnage n'a pas manqué de facilité cette lecture. Et pour me lancer, j'ai choisi l'un des plus exotiques des quatre. En repos à Tokyo, OSS 117 se retrouve à jouer les maris d'une secrétaire aux fascinants yeux bleus pâles. Cette dernière, au service de la CIA, subit le chantage d'un mystérieux "Nippon bien nippé". Hubert est chargé de démêler cette étrange affaire… Des femmes, de l'espionnage et des jeux de mots, on se représente assez facilement l'univers déployé par Jean Bruce. Plus classique et intimiste qu'un Bond tonitruant, ici le monde n'est pas à sauver d'un mégalomane et il ne s'agit pas d'évoluer dans les hautes sphères politico-économiques. C'est de l'espionnage, plus proche de ce que... En découvrant les quatre tomes à paraître chez Archipoche, ils ont tout de suite rejoint ma liste d'achats. Les couvertures sont tout particulièrement réussies. Colorées, sobres et jouant à la fois sur la modernité et les sixties, elles donnent envie de se lancer dans la collection. OSS 117 (ou Hubert Bonisseur de la Bath), je ne le connaissais que de réputation. Je n'ai encore vu aucun des films, ancien ou nouveaux et lui ai toujours préférés 007 (ou James Bond). Outre l'attrait visuel précédemment abordé, le genre espionnage n'a pas manqué de facilité cette lecture. Et pour me lancer, j'ai choisi l'un des plus exotiques des quatre. En repos à Tokyo, OSS 117 se retrouve à jouer les maris d'une secrétaire aux fascinants yeux bleus pâles. Cette dernière, au service de la CIA, subit le chantage d'un mystérieux "Nippon bien nippé". Hubert est chargé de démêler cette étrange affaire… Des femmes, de l'espionnage et des jeux de mots, on se représente assez facilement l'univers déployé par Jean Bruce. Plus classique et intimiste qu'un Bond tonitruant, ici le monde n'est pas à sauver d'un mégalomane et il ne s'agit pas d'évoluer dans les hautes sphères politico-économiques. C'est de l'espionnage, plus proche de ce que devait être la réalité de la fin des fifties.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Milllie Posté le 29 Décembre 2020
    Faut-il encore présenter Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, agent secret héros de dizaines d'aventures écrites par Jean Bruce dans les années 50 et 60 ? Pour le lecteur de 2020, il y a de grandes chances pour que ce héros ait les traits de Jean Dujardin qui a incarné avec brio le rôle titre des films consacrés au susdit OSS 117. La réédition dans un très joli format par Archipoche et le bon souvenir que je gardais des films m'ont incitée à me plonger dans la version livresque des aventures de Hubert sans trop savoir à quoi m'attendre. Et finalement ce fut un vrai plaisir de lecture que de plonger dans les aventures japonaises d'OSS 117 : le rythme ne faiblit pas, l'intrigue bien que cousue de fil blanc tient la route et on s'amuse beaucoup à comprendre avant le héros quels sont les méchants qui le mènent en bateau. Difficile de savoir si à l'époque de la parution l'ironie et la parodie étaient déjà voulues par l'auteur mais clairement à la lecture 60 ans après on s'amuse autant de la misogynie, du racisme latent, de la prétention et de l'incompétence d'OSS 117 que de ses aventures proprement... Faut-il encore présenter Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, agent secret héros de dizaines d'aventures écrites par Jean Bruce dans les années 50 et 60 ? Pour le lecteur de 2020, il y a de grandes chances pour que ce héros ait les traits de Jean Dujardin qui a incarné avec brio le rôle titre des films consacrés au susdit OSS 117. La réédition dans un très joli format par Archipoche et le bon souvenir que je gardais des films m'ont incitée à me plonger dans la version livresque des aventures de Hubert sans trop savoir à quoi m'attendre. Et finalement ce fut un vrai plaisir de lecture que de plonger dans les aventures japonaises d'OSS 117 : le rythme ne faiblit pas, l'intrigue bien que cousue de fil blanc tient la route et on s'amuse beaucoup à comprendre avant le héros quels sont les méchants qui le mènent en bateau. Difficile de savoir si à l'époque de la parution l'ironie et la parodie étaient déjà voulues par l'auteur mais clairement à la lecture 60 ans après on s'amuse autant de la misogynie, du racisme latent, de la prétention et de l'incompétence d'OSS 117 que de ses aventures proprement dites. S'y ajoute le petit plaisir coupable de se plonger dans de la littérature faite uniquement pour distraire, sans prétention aucune, et j'ai eu la bonne surprise de trouver que ce roman était finalement plutôt mieux écrit et construit que ce à quoi je pouvais m'attendre. Enfin, ce fut un vrai plaisir de me replonger dans l'atmosphère des années 50, surtout dans un roman qui à l'époque était fait uniquement pour distraire et pas spécialement pour informer ou éduquer son lecteur : dans Atout coeur à Tokyo, on découvre le Japon de l'immédiat après-guerre qui, sous occupation américaine, commence petit à petit à se libérer du joug de son occupant (eh oui, fini le bon vieux temps, les ressortissants américains coupables de crime peuvent maintenant être traduits en justice !!!), la CIA et son homologue des services secrets japonais qui espionnent tranquillement sans que les citoyens s'en émeuvent et toute une atmosphère désuète qui ajoute au plaisir de lecture. Et puis rien que pour lire comment Hubert Bonisseur de la Bath démonte une mâchoire ou met au tapis un adversaire d'un simple coup de doigt bien placé, il ne faut pas rater ce roman ! Amis de l'ironie, du second, troisième ou quatrième degrés, historiens du roman de gare ou simples lecteurs ayant envie de passer un bon moment sans se prendre la tête, je vous recommande cette lecture. Pour ma part, je vous laisse, je pars à Karachi (ou serait-ce Bangkok ?) suivre Hubert dans ses nouvelles aventures.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ludi33 Posté le 13 Novembre 2020
    Encore un réussite dans cette réédition des romans de Jean Bruce. Cette fois, alors qu'il devait prendre quelques jours de repos bien mérités, OSS 117 va reprendre du service dans une histoire d'espionnage pour sauver une belle dame. Grâce à son intrigue légère et virevoltante, pleine de rebondissements et d'aventure, ce roman au charme désuet nous plonge dans un univers certes bien connu et sans réelle surprise, mais offre un divertissement sans prise de tête qui ravira les amateurs du genre. Encore une très bonne surprise avec cette reprise, pour laquelle je remercie Mylène, des éditions de l'Archipel.
  • Skycerane Posté le 20 Octobre 2020
    Une enquête du cher agent Hubert rondement mené même s'il y laisse quelques plumes. J'ai bien aimé, le style est simple, les informations faciles à assimiler. L'auteur laisse au lecteur l'opportunité de faire des hypothèses et j'avoue que je me suis bien fait berner. J'avais plutôt envisagé la deuxième hypothèse d'Hubert. Un petit moment de lecture sympa pour ceux qui aiment mener l'enquête sans le bain de sang qui va avec d'ordinaire
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Dans les médias
    Archipoche

    Les aventures d'OSS 117 sont de retour en librairie!

    Le 4 août 2021 sortira en salles "Alerte rouge en Afrique noire", le troisième opus de la série OSS 117 rendue célèbre par Jean Dujardin et ses répliques culte, qui ont déjà conquis 5 millions de spectateurs. Un film réalisé par Nicolas Bedos. Dès le 8 juillet, quatre aventures d'Hubert Bonisseur de la Bath, seront à nouveau disponibles.

    Lire l'article