Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074812
Code sériel : 5493
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm

Au bord de la terre glacée - poche

ISABELLE CHAPMAN (Traducteur)
Date de parution : 14/11/2019
Un roman d'aventures singulier aux frontières du monde connu, entre réalité historique du XIXe et évocation poétique d'une terre de légendes.
Hiver 1885. Les terres de l’Alaska demeurent inexplorées. Le colonel Allen Forrester, héros de guerre décoré, remonte la Wolverine River pour en cartographier les abords. Il consigne son expédition dans un journal à l’intention de sa femme Sophie, dans l’espoir qu’elle puisse le lire s’il ne revenait pas. Sophie est... Hiver 1885. Les terres de l’Alaska demeurent inexplorées. Le colonel Allen Forrester, héros de guerre décoré, remonte la Wolverine River pour en cartographier les abords. Il consigne son expédition dans un journal à l’intention de sa femme Sophie, dans l’espoir qu’elle puisse le lire s’il ne revenait pas. Sophie est restée à Vancouver après avoir découvert qu’elle était enceinte. Elle vivra seule sa grossesse, au sein d’une société peu apte à lui reconnaître la liberté à laquelle elle aspire. C’est l’art naissant de la photographie qui lui permettra de s’émanciper et de célébrer la beauté de la vie sauvage qui l’entoure. Au cours de cette année fatidique, Allen et Sophie seront, chacun à leur manière, confrontés à la nature grandiose et cruelle. Les épreuves qu’ils surmonteront changeront leurs vies et ce qu’ils sont à jamais.

« Le roman d’Eowyn Ivey est une éblouissante évocation de l’amour, de la persévérance, du courage et de l’émerveillement. »
Ron Rash

« La poésie des mots d’Eowyn Ivey nous évoque ce que ces premiers explorateurs avaient découvert : la nature est quelque chose qui nous dépasse, quelque chose de sacré, dont on ne saurait se revendiquer maître. »
The New York Times

« Ivey parvient à rendre le récit sédentaire de Sophie Forrester tout aussi galvanisant que l’expédition de son mari. Elle réussit à fusionner les deux à la fin de l’histoire grâce à un dispositif inattendu et original qui laissera le lecteur bouche bée. »
The Guardian

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Isabelle Chapman
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074812
Code sériel : 5493
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • El_Gabri Posté le 6 Juin 2020
    Voilà un roman d'aventure qui me laisse une forte impression. La qualité de ce roman tient avant tout selon moi dans la narration, à multiple voix : extraits de carnets, notes, lettres et autres documents écrits issus du passé ou du présent se complètent les uns les autres pour éclairer la pièce centrale du récit, à savoir une expédition menée par un lieutenant-colonel de l'armée US au 19e siècle en Alaska. L'essentiel de cette exploration nous est rapporté dans le carnet personnel du colonel, qui par ses observations et impressions personnelles nous transporte au milieu d'une nature à l'état brute, à la fois hostile et salvatrice. Incidents périlleux et rencontres énigmatiques rythment cette partie du récit. Les extraits du journal d'un autre membre de l'expédition viennent compléter le compte rendu, avec de nombreuses évocations et références au poète William Blake ou aux Psaumes de la Bible, apportant au passage une touche de lyrisme au récit. Parallèlement, nous suivons le quotidien de la femme du colonel, restée à l'attendre dans une petite ville de la côte Ouest. Celle-ci cherche à étancher sa soif de découvertes et de connaissances au sein d'une société qui ne laisse que peu de place aux femmes.... Voilà un roman d'aventure qui me laisse une forte impression. La qualité de ce roman tient avant tout selon moi dans la narration, à multiple voix : extraits de carnets, notes, lettres et autres documents écrits issus du passé ou du présent se complètent les uns les autres pour éclairer la pièce centrale du récit, à savoir une expédition menée par un lieutenant-colonel de l'armée US au 19e siècle en Alaska. L'essentiel de cette exploration nous est rapporté dans le carnet personnel du colonel, qui par ses observations et impressions personnelles nous transporte au milieu d'une nature à l'état brute, à la fois hostile et salvatrice. Incidents périlleux et rencontres énigmatiques rythment cette partie du récit. Les extraits du journal d'un autre membre de l'expédition viennent compléter le compte rendu, avec de nombreuses évocations et références au poète William Blake ou aux Psaumes de la Bible, apportant au passage une touche de lyrisme au récit. Parallèlement, nous suivons le quotidien de la femme du colonel, restée à l'attendre dans une petite ville de la côte Ouest. Celle-ci cherche à étancher sa soif de découvertes et de connaissances au sein d'une société qui ne laisse que peu de place aux femmes. Elle se lance dans la photographie, discipline qui en est encore à ses balbutiements. Les parties consacrées à la maîtrise de cet art naissant invitent à observer avec patience et douceur le monde et ses éléments évoluer à leur rythme. Cette contemplation de la nature, et des jeux de lumière à travers l'oeil persévérant de la jeune photographe nous invite, lecteurs contemporains, à nous questionner sur notre propre rapport au temps à une époque marquée par l'accélération et l'obtention immédiate des choses. Enfin, l'ensemble des événements se déroulant au 19e siècle sont éclairés par la correspondance, un siècle plus tard, entre un descendant du colonel et le conservateur d'un musée en Alaska. Des éléments mystérieux, incongrus voire surnaturels son évoqués et rapportés au long des divers témoignages, nous transportant à une époque où bien des choses échappaient alors à l'homme blanc et sa raison. Roman éclectique donc, à savourer pour se libérer l'esprit et observer le monde sous un angle différent !
    Lire la suite
    En lire moins
  • hsutt Posté le 16 Février 2020
    j'ai été fascinée par le récit fictif mais d'après une expédition réelle d'explorateurs dans le grand nord canadien . On y trouve tout sur ce que ressent l'explorateur , ces découvertes géographiques et ethnographiques . En plus du récit , de façon très bien agencé on lit des échanges épistolaires d'avec sa femme et aussi entre deux protagonistes nos contemporains . C'est vraiment une découverte et un grand coup de coeur
  • Eroblin Posté le 21 Novembre 2018
    C’est la couverture du livre qui m’a attirée, cet oiseau semblant foncer sur sa proie et ce paysage glacial en arrière-plan. Je me suis dit que j’allais voyager. Et effectivement, le roman mêle le journal du colonel Allen Forrester qui doit s’aventurer dans des territoires encore mal connus de l’Alaska et celui de son épouse, enceinte, qu’il a dû laisser derrière lui, dans sa garnison. J’ai préféré d’ailleurs les passages consacrés au colonel, non pas que la vie de Sophie soit inintéressante mais je ne suis pas une passionnée ni des photos ni des oiseaux et j’ai eu un peu de mal à m’enthousiasmer sur les heures qu’elle passe à photographier le moment où un oiseau prend son envol. Ce que vit son mari, par contre, m’a passionnée. Quand il suit la Wolwerine River pour en cartographier les abords, quand il traverse des territoires encore vierges de la présence des « blancs », on a l’impression d’être avec lui, marchant des jours durant parfois avec entêtement, malgré la fatigue et souvent la faim qui creuse son estomac, sans savoir exactement quel est le but de cette expédition. La nature qu’il traverse est sauvage, violente et cruelle pour la mission qu’il... C’est la couverture du livre qui m’a attirée, cet oiseau semblant foncer sur sa proie et ce paysage glacial en arrière-plan. Je me suis dit que j’allais voyager. Et effectivement, le roman mêle le journal du colonel Allen Forrester qui doit s’aventurer dans des territoires encore mal connus de l’Alaska et celui de son épouse, enceinte, qu’il a dû laisser derrière lui, dans sa garnison. J’ai préféré d’ailleurs les passages consacrés au colonel, non pas que la vie de Sophie soit inintéressante mais je ne suis pas une passionnée ni des photos ni des oiseaux et j’ai eu un peu de mal à m’enthousiasmer sur les heures qu’elle passe à photographier le moment où un oiseau prend son envol. Ce que vit son mari, par contre, m’a passionnée. Quand il suit la Wolwerine River pour en cartographier les abords, quand il traverse des territoires encore vierges de la présence des « blancs », on a l’impression d’être avec lui, marchant des jours durant parfois avec entêtement, malgré la fatigue et souvent la faim qui creuse son estomac, sans savoir exactement quel est le but de cette expédition. La nature qu’il traverse est sauvage, violente et cruelle pour la mission qu’il conduit et il manque plusieurs fois d’être anéantis lui et ses hommes : emportés par les courants trop forts, égarés dans la montagne, assaillis par des êtres fantomatiques ou bien est-ce une hallucination ? Au bout de sa mission, le colonel Forrester retrouve sa femme mais restera marqué à jamais par ce voyage « au bord de la terre glacée ». Je mets 4 chats pour ce souffle épique venu d’Alaska.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cassy Posté le 13 Novembre 2018
    La fille de l’hiver est un roman que j’ai recommandé à maintes reprises. Ce conte est à mes yeux inoubliable et incontournable. Vous comprendrez alors que je ne pouvais pas passer à côté de cette nouvelle parution ! 1885, le colonel Allen Forrester laisse sa femme, Sophie, enceinte et part pour l’Alaska. Il a pour mission la reconnaissance de ce territoire que les États-Unis viennent de s’offrir. Nous suivons alors le colonel dans son expédition et, en parallèle, le quotidien singulier de Sophie. Si ce roman est de taille conséquente et peut impressionner, je peux vous garantir que vous ne verrez pas le temps passer ! J’ai aimé la forme du roman, à savoir : des extraits de journaux, des photographies, des cartes, des documents d’époque, des lettres,… J’ai eu la sensation de lire un véritable documentaire ! Pour information, Eowyn Ivey s’est inspirée de vraies expéditions bien que le récit soit finalement fictif. Les pages se tournent aisément et moi qui n’aime pas les romans d’aventure habituellement, j’ai été sincèrement conquise ! En-dehors de l’expédition, j’ai été captivée par Sophie Forrester, une femme forte qui se passionne pour la photographie, un loisir exclusivement masculin. On prend un réel plaisir à la suivre. Eowyn... La fille de l’hiver est un roman que j’ai recommandé à maintes reprises. Ce conte est à mes yeux inoubliable et incontournable. Vous comprendrez alors que je ne pouvais pas passer à côté de cette nouvelle parution ! 1885, le colonel Allen Forrester laisse sa femme, Sophie, enceinte et part pour l’Alaska. Il a pour mission la reconnaissance de ce territoire que les États-Unis viennent de s’offrir. Nous suivons alors le colonel dans son expédition et, en parallèle, le quotidien singulier de Sophie. Si ce roman est de taille conséquente et peut impressionner, je peux vous garantir que vous ne verrez pas le temps passer ! J’ai aimé la forme du roman, à savoir : des extraits de journaux, des photographies, des cartes, des documents d’époque, des lettres,… J’ai eu la sensation de lire un véritable documentaire ! Pour information, Eowyn Ivey s’est inspirée de vraies expéditions bien que le récit soit finalement fictif. Les pages se tournent aisément et moi qui n’aime pas les romans d’aventure habituellement, j’ai été sincèrement conquise ! En-dehors de l’expédition, j’ai été captivée par Sophie Forrester, une femme forte qui se passionne pour la photographie, un loisir exclusivement masculin. On prend un réel plaisir à la suivre. Eowyn Ivey nous offre un roman bien différent de son précédent mais ô combien passionnant ! N’hésitez plus, partez dès à présent pour l’Alaska !
    Lire la suite
    En lire moins
  • saphoo Posté le 28 Octobre 2018
    J'avais beaucoup aimé la fille de l'hiver, et je renouvelle mon plaisir avec ce deuxième roman. L'ambiance est tout aussi glaciale, et les paysages aussi grandiose. C'est un livre intéressant de par sa construction, la diversité du genre : épistolaire notamment donne un rythme et des échanges entre les personnages, le côté journal intime aussi amène une originalité dans le récit enrichi par des photographies ou croquis. C'est varié et on ne s'ennuie pas une minute à suivre cette troupe en exploration en Alaska. Puis la vie de l'épouse restée à demeure qui elle explore la nature et s'intéresse ornithologie et à la photographie. On parcourt divers lieux et peuple indien , bien sûr le chamanisme règne en maître. Un bon gros pavé qui nous tient à l'affût de toutes les descriptions, et informations de l'époque qui se situe à la fin du XIX siècle. De plus, nous avons l'échange de 2 personnages, sur l'étude de l'ensemble des documents retrouvés et mis au jour qui fait donc l'objet de ce roman. Original, intéressant et bien écrit, un très bon moment de lecture.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…