Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074393
Code sériel : 5474
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Au loin

Christine BARBASTE (Traducteur)
Date de parution : 05/09/2019
La traversée des États-Unis à pied va transformer Håkan, un jeune homme suédois, en légende. Entre rencontre et nature, le Nouveau Monde est une terre hostile et Hakan devient un nouveau Gulliver.
Le jeune suédois Håkan Söderström débarque en Californie, seul et sans le sou. Il n’a qu’un but : retrouver son frère Linus à New York. Il va alors entreprendre la traversée du pays à pied — remontant à contre-courant le flot des migrants qui se ruent vers l’ouest. Les caravanes... Le jeune suédois Håkan Söderström débarque en Californie, seul et sans le sou. Il n’a qu’un but : retrouver son frère Linus à New York. Il va alors entreprendre la traversée du pays à pied — remontant à contre-courant le flot des migrants qui se ruent vers l’ouest. Les caravanes se succèdent et les embûches aussi. Trop souvent, la nature et les hommes essaieront de le tuer. Håkan croise ainsi la route de personnages truculents et souvent hostile : une tenancière de saloon, un naturaliste original, des fanatiques religieux, des arnaqueurs, des criminels, des Indiens, des hommes de lois… Håkan devient peu à peu un héros malgré lui, et sa légende de géant grandit, tandis que se joue à distance l’histoire de l’Amérique. Håkan n’a plus d’autres choix
que de se réfugier loin des hommes, au coeur du désert, pour ne plus être étranger à lui-même et aux autres.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074393
Code sériel : 5474
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • marina53 Posté le 2 Novembre 2020
    Au nord du lac Tystnaden, Suède. La famille Söderström habite une ferme dont le père cultive les terres pour un autre. N'ayant que très peu d'argent, celui-ci, par une ruse, réussit à réunir quelques billets qu'il donne aussitôt à ses deux fils, Håkan et son grand frère, Linus, pour qu'ils rejoignent l'Amérique. Mais, dans la cohue de Portsmouth, Håkan perd son aîné. Remontant sur un bateau qu'il suppose prendre la direction de New-York, il fuit toute compagnie et s'enferme. Remarquant ce jeune, sûrement fiévreux et affamé, Eileen Brennan s'occupe de lui. C'est alors qu'il comprend, tant bien que mal de ce couple d'Irlandais, que le bateau fait route vers San Francisco. Arrivé là-bas, les Brennan, avec leurs deux enfants, convainquent Håkan de les suivre dans leur expédition de prospection d'or. Le jeune garçon accepte, ayant besoin d'argent pour pouvoir rallier New-York et retrouver son frère qu'il espère installé là-bas... Quel personnage que ce Håkan, surnommé le Hawk... De sa ferme suédoise au pont de l'Impeccable, du jeune homme naïf et timide ne parlant pas un mot d'anglais à l'homme grand et imposant, sauvage, redouté parfois, il aura connu bien des épreuves tout au long de sa vie. De San Francisco à... Au nord du lac Tystnaden, Suède. La famille Söderström habite une ferme dont le père cultive les terres pour un autre. N'ayant que très peu d'argent, celui-ci, par une ruse, réussit à réunir quelques billets qu'il donne aussitôt à ses deux fils, Håkan et son grand frère, Linus, pour qu'ils rejoignent l'Amérique. Mais, dans la cohue de Portsmouth, Håkan perd son aîné. Remontant sur un bateau qu'il suppose prendre la direction de New-York, il fuit toute compagnie et s'enferme. Remarquant ce jeune, sûrement fiévreux et affamé, Eileen Brennan s'occupe de lui. C'est alors qu'il comprend, tant bien que mal de ce couple d'Irlandais, que le bateau fait route vers San Francisco. Arrivé là-bas, les Brennan, avec leurs deux enfants, convainquent Håkan de les suivre dans leur expédition de prospection d'or. Le jeune garçon accepte, ayant besoin d'argent pour pouvoir rallier New-York et retrouver son frère qu'il espère installé là-bas... Quel personnage que ce Håkan, surnommé le Hawk... De sa ferme suédoise au pont de l'Impeccable, du jeune homme naïf et timide ne parlant pas un mot d'anglais à l'homme grand et imposant, sauvage, redouté parfois, il aura connu bien des épreuves tout au long de sa vie. De San Francisco à New-York, c'est un très long voyage qui l'attend, semé d'embûches, d'événements inattendus et de rencontres aussi improbables que marquantes (de la maquerelle au naturaliste farfelu qui lui apprendra beaucoup de choses en passant par des Indiens ou des shérifs véreux). Planté dans des décors désertiques ou montagneux, parfois hostiles, ce roman dépeint avec force et intensité le voyage à rebours d'un homme qui se cherche et se perd au cœur de ce pays trop vaste qui l'éprouve et l'isole de ses hommes avides, violents. Un roman initiatique riche et éprouvant qui dresse un portrait doux-amer d'un homme en quête de lui-même...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Perlaa Posté le 10 Octobre 2020
    Survivre coûte que coûte. Au loin nous plonge dans un véritable survival, ces films de survie dans une nature inhospitalière où l'individu se heurte à la sauvagerie de l'homme et des éléments. On suit Håkan. Timide et taciturne, pauvre diable sans assurance, il sillonne les plaines, livré à lui-même, et banni de la société des humains. Une vie animale pour ce jeune géant tout juste débarqué de Suède en Californie et séparé malencontreusement de son frère par le continent américain. Guidé par la seule nécessité de retrouver ce frère, Håkan prend la route vers l'est, à contre-courant des convois de colons, de prospecteurs à la conquête de l'Ouest. Après de tragiques rencontres Håkan redoute plus que tout les humains et se met à couvert dans la nature. Il n'est pas en terrain connu et la nature n'est pas hospitalière. La lutte et les dangers sont constants. Des scènes de dépeçage d'animaux sanglantes, jamais violentes pour la suivie, pour l'habillement, des religieux fanatiques, des Indiens massacrés ou aux bisons décimés le voyage est jalonné de ces scènes sombres. Mais Håkan est doté d'une capacité physique stupéfiante. Une force quasi surnaturelle à renaître de ses cendres quand le néant et la vacuité seraient... Survivre coûte que coûte. Au loin nous plonge dans un véritable survival, ces films de survie dans une nature inhospitalière où l'individu se heurte à la sauvagerie de l'homme et des éléments. On suit Håkan. Timide et taciturne, pauvre diable sans assurance, il sillonne les plaines, livré à lui-même, et banni de la société des humains. Une vie animale pour ce jeune géant tout juste débarqué de Suède en Californie et séparé malencontreusement de son frère par le continent américain. Guidé par la seule nécessité de retrouver ce frère, Håkan prend la route vers l'est, à contre-courant des convois de colons, de prospecteurs à la conquête de l'Ouest. Après de tragiques rencontres Håkan redoute plus que tout les humains et se met à couvert dans la nature. Il n'est pas en terrain connu et la nature n'est pas hospitalière. La lutte et les dangers sont constants. Des scènes de dépeçage d'animaux sanglantes, jamais violentes pour la suivie, pour l'habillement, des religieux fanatiques, des Indiens massacrés ou aux bisons décimés le voyage est jalonné de ces scènes sombres. Mais Håkan est doté d'une capacité physique stupéfiante. Une force quasi surnaturelle à renaître de ses cendres quand le néant et la vacuité seraient prêts à le submerger. Sa force inhabituelle, l'aura des exploits du « Hawk » dans tout l'Ouest, l'absence de repères spatiaux et temporels précis confèrent à ce récit une dimension épique mythologique. On se surprend à penser à Hercule, à Ulysse et son odyssée sans fin. N'a-t-il pas tué le lion, étranglé sept prêtres ? Un guérisseur aussi, un homme qui va se prouver sa force mentale à lui-même. On dépasse largement les codes du western classique. Une reconstitution sans glamour de l'Ouest. On avance avec Håkan, sans savoir où l'on est, sans rien d'autre qu'une boussole, des lieux sans nom, toujours à la périphérie des espaces habités. Les compagnons de route s'avèrent souvent des bourreaux, au mieux des passagers temporaires et les femmes presque absentes. Pas de règlements de compte, pas de bagarres dans les saloons. En revanche la providence placera sur le chemin de Håkan, illettré, ne maitrisant pas l'anglais, Lorimer, le naturaliste habité, l'indien guérisseur aussi, ou Asa, celui qui sublime les cuissons de viande sauvage, des personnes qui «feraient apparaître de la profondeur et du sens là où il n'y en avait de prime abord aucun ». Un beau roman dense et austère qui prend la dimension d'un voyage initiatique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • musaraneus Posté le 3 Octobre 2020
    Le jeune Hakan n’est encore qu’un enfant quand il débarque, seul, sur la côte ouest des états unis d’Amérique. De sa Suède natale, il ne lui reste rien (à part sa très grande taille), mais Hakan s’est juré de retrouver son grand frère, perdu en chemin, et qui doit l’attendre à New York. Commence alors pour lui un long périple dans les paysages désolés des déserts de l’Ouest, à contre courant des pionniers. Son chemin sera semé d’embûches et de rencontres incroyables : Une tenancière de saloon édentée, un homme de sciences rendu fou par sa quête de vérité, des pionniers belliqueux, des bonimenteurs et des fanatiques religieux, des arnaqueurs de toute sortes... même le soleil est ici un personnage pesant, presque hostile. Une conquête de l’Ouest à l’envers, tant géographiquement qu’idéologiquement, puisque de déceptions en désillusions, c’est l’amertume qui attend notre géant en mal de patrie. Retrouveras t’il un jour son frère ? En alternant les portraits de personnages truculents ou les scènes mouvementés et les passages de grande solitude, presque trop longs, Diaz enjoint le lecteur à partager les sentiments de son héros, entre espoir et désespoir, envie d’apprendre, de partager et misanthropie, élan de vie et longue... Le jeune Hakan n’est encore qu’un enfant quand il débarque, seul, sur la côte ouest des états unis d’Amérique. De sa Suède natale, il ne lui reste rien (à part sa très grande taille), mais Hakan s’est juré de retrouver son grand frère, perdu en chemin, et qui doit l’attendre à New York. Commence alors pour lui un long périple dans les paysages désolés des déserts de l’Ouest, à contre courant des pionniers. Son chemin sera semé d’embûches et de rencontres incroyables : Une tenancière de saloon édentée, un homme de sciences rendu fou par sa quête de vérité, des pionniers belliqueux, des bonimenteurs et des fanatiques religieux, des arnaqueurs de toute sortes... même le soleil est ici un personnage pesant, presque hostile. Une conquête de l’Ouest à l’envers, tant géographiquement qu’idéologiquement, puisque de déceptions en désillusions, c’est l’amertume qui attend notre géant en mal de patrie. Retrouveras t’il un jour son frère ? En alternant les portraits de personnages truculents ou les scènes mouvementés et les passages de grande solitude, presque trop longs, Diaz enjoint le lecteur à partager les sentiments de son héros, entre espoir et désespoir, envie d’apprendre, de partager et misanthropie, élan de vie et longue déchéance. On pense à Gulliver, on pense à Candide aussi, dans ce roman picaresque original et intelligent, sur le thème de l’émigration et de l’eldorado.
    Lire la suite
    En lire moins
  • VALENTYNE Posté le 15 Septembre 2020
    Le début de ce roman est marquant : un homme (âgé, car il a de longs cheveux blancs) émerge d’un lac glacé en Alaska. J’ai d’abord cru que cet homme était un indien. Pas du tout, cet homme âgé va nous raconter sa vie depuis son départ de Suède lorsqu'il avait quinze ans. Comment est il arrivé depuis la Suède jusqu’à ce lac gelé ? Il part de la ferme familiale avec son frère mais ceux ci sont séparés avant de prendre le bateau à Portsmouth. Hakan arrive en Californie pendant la ruée vers l’or. Aucune date ne sera mentionnée dans ce livre, il faut dire qu’Hakan est illettré... Nous voyons toute l’histoire à travers ses yeux et au début c’est très confus car il ne connait que 3-4 mots d’anglais... Petit à petit, je me suis attachée à ce géant, à la sensibilité exacerbée... Sa volonté du début de rejoindre son frère est admirable . Il pense que son frère est à New-York et décide de s'y rendre -  à pied - en partant de la Californie.... Que ce soit dans les déserts où il manque mourir de soif plusieurs fois ou pendant les longs hiver plus au nord, Hakan est opiniâtre ... cette vie de... Le début de ce roman est marquant : un homme (âgé, car il a de longs cheveux blancs) émerge d’un lac glacé en Alaska. J’ai d’abord cru que cet homme était un indien. Pas du tout, cet homme âgé va nous raconter sa vie depuis son départ de Suède lorsqu'il avait quinze ans. Comment est il arrivé depuis la Suède jusqu’à ce lac gelé ? Il part de la ferme familiale avec son frère mais ceux ci sont séparés avant de prendre le bateau à Portsmouth. Hakan arrive en Californie pendant la ruée vers l’or. Aucune date ne sera mentionnée dans ce livre, il faut dire qu’Hakan est illettré... Nous voyons toute l’histoire à travers ses yeux et au début c’est très confus car il ne connait que 3-4 mots d’anglais... Petit à petit, je me suis attachée à ce géant, à la sensibilité exacerbée... Sa volonté du début de rejoindre son frère est admirable . Il pense que son frère est à New-York et décide de s'y rendre -  à pied - en partant de la Californie.... Que ce soit dans les déserts où il manque mourir de soif plusieurs fois ou pendant les longs hiver plus au nord, Hakan est opiniâtre ... cette vie de solitude et d’efforts m’a attristée cependant....
    Lire la suite
    En lire moins
  • lane Posté le 13 Août 2020
    Un Western qui casse les codes du Western et qui surprend sono lectorat avec le personnage de Hakan qui est à l'opposé du personnage de cow-boy américain car américain, il ne l'est pas.

les contenus multimédias

Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…