Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377359301
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 10,8 x 17,7 mm

Au nom de ma mère

Anne-judith Descombey (Traducteur)
Date de parution : 14/01/2021
Traduit en douze langues et vendu à plus de 500 000 exemplaires à travers le monde, ce roman d’Hanni Münzer nous entraîne dans les heures sombres de l’Histoire, en quête d’un secret de famille.
Étudiante en médecine à Seattle, Felicity reçoit un appel : Martha, sa mère, a disparu...
Felicity la retrouve à Rome, où cette dernière s’est enfuie après avoir découvert une longue lettre écrite par sa propre mère, Deborah, fille d’une diva qui connut son heure de gloire aux débuts du IIIe Reich.
Une...
Étudiante en médecine à Seattle, Felicity reçoit un appel : Martha, sa mère, a disparu...
Felicity la retrouve à Rome, où cette dernière s’est enfuie après avoir découvert une longue lettre écrite par sa propre mère, Deborah, fille d’une diva qui connut son heure de gloire aux débuts du IIIe Reich.
Une lettre qui va plonger Felicity dans une quête douloureuse.
Alternant passé et présent, ce roman mêle amour et trahison, colère et culpabilité, péché et expiation, autour d’un secret de famille courant sur quatre générations.
 
 « Un arrière-plan historique fouillé, une intrigue prenante et des rebondissements ! » Denkzeiten
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377359301
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 10,8 x 17,7 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sabine2021 Posté le 23 Mai 2021
    Ce roman est une belle saga familiale, où les femmes ont un grand rôle, ce qui est intéressant aussi, c'est d'avoir le point de vue de personnes allemandes vivant cette guerre qu'ils ne veulent pas. L'auteure nous explique dans la postface qu'elle s'est inspirée de certains personnages ayant vraiment existés, j'avoue que cela glace encore plus le sang quand on apprend ce qu'ils sont devenus, malgré leurs faits horribles. le plus terrifiant a été de lire les paroles de la mère du filleul d'Hitler qui se reproche d'avoir empêché celui-ci de se suicider en 1923, combien auraient été épargnés ? Comme cela doit être dur de vivre avec ça...mais on ne peut pas refaire l'histoire, juste vivre avec... La transmission de ce passé est lourde, chargée, ici, elle se fait de fille en fille, et crée des liens forts lorsque tous les secrets sont révélés. Hanni Münzer m'a profondément émue, elle n'épargne pas le lecteur, les horreurs de la vie quotidienne du nazisme, de la peur, de l'asservissement, de l'humiliation m'ont marquée, et pourtant on a l'impression de tout avoir lu de cette période. Non, il y a encore des histoires qui touchent. Au nom de ma mère en fait partie.
  • Analire Posté le 30 Mars 2021
    L’histoire se déroule dans une Allemagne plongée en plein coeur de la seconde Guerre Mondiale. Nous y faisons la connaissance d’Elisabeth, une cantatrice réputée à travers le monde pour son art, de son mari Gustav, un médecin juif reconnue et apprécié et de leurs deux enfants : Deborah et Wolfgang. Lorsqu’il devient évident que l’ensemble de la population juive est menacée par les idées hégémoniques d’Hitler, Gustav et Elisabeth décident de fuir l’Allemagne pour se réfugier en Angleterre. Mais leur fuite ne se déroule pas comme prévue : Gustav disparaît mystérieusement en chemin vers Londres, laissant seuls sa femme et ses deux enfants. Elisabeth doit faire des choix pour protéger coûte que coûte ses enfants de l’ennemi nazi. L’histoire alterne entre ce récit au passé et quelques bribes de présent, principalement insérés au début et à la fin du livre, comme introduction et conclusion du récit. Dans ces épisodes présents, nous y découvrons Félicity et sa mère Matha, qui partent à Rome, sur les traces de la grande-mère de l’une et mère de l’autre : Deborah, la fille d’Elizabeth. L’histoire qu’elles vont découvrir va les emporter tout droit dans l’horreur de la seconde Guerre Mondiale. C’est un roman intéressant, mélange savant d’épisodes... L’histoire se déroule dans une Allemagne plongée en plein coeur de la seconde Guerre Mondiale. Nous y faisons la connaissance d’Elisabeth, une cantatrice réputée à travers le monde pour son art, de son mari Gustav, un médecin juif reconnue et apprécié et de leurs deux enfants : Deborah et Wolfgang. Lorsqu’il devient évident que l’ensemble de la population juive est menacée par les idées hégémoniques d’Hitler, Gustav et Elisabeth décident de fuir l’Allemagne pour se réfugier en Angleterre. Mais leur fuite ne se déroule pas comme prévue : Gustav disparaît mystérieusement en chemin vers Londres, laissant seuls sa femme et ses deux enfants. Elisabeth doit faire des choix pour protéger coûte que coûte ses enfants de l’ennemi nazi. L’histoire alterne entre ce récit au passé et quelques bribes de présent, principalement insérés au début et à la fin du livre, comme introduction et conclusion du récit. Dans ces épisodes présents, nous y découvrons Félicity et sa mère Matha, qui partent à Rome, sur les traces de la grande-mère de l’une et mère de l’autre : Deborah, la fille d’Elizabeth. L’histoire qu’elles vont découvrir va les emporter tout droit dans l’horreur de la seconde Guerre Mondiale. C’est un roman intéressant, mélange savant d’épisodes historiques et d’une histoire familiale émouvante. On ressent l’atmosphère effroyable de la guerre, la tension palpable, le danger omniprésent, la montée du nazisme, les crimes qui se préparent, l’avenir qui s’assombrit. Attention tout de même pour les personnes qui souhaiteraient lire Au nom de ma mère pour le contexte historique : la guerre est insérée en toile de fond du livre et ne permet pas d’approfondir ses connaissances sur cette période. Toutefois, le tout donne un récit bien construit, uni, dynamique, prenant, qui se laisse lire avec fluidité. Néanmoins, bien que j’ai grandement apprécié lire ce livre, je n’en ai plus qu’un vague souvenir quelques jours seulement après la fin de ma lecture. Ce qui signifie qu’il ne m’a pas forcément marqué, qu’il n’est pas sorti du lot, que le récit n’était pas assez original peut-être, qu’il manquait de consistance et de matière certainement. Il est vrai que cette période de l’histoire a déjà été énormément apporté dans la littérature. Hanni Münzer a tenté d’innover, en liant une juive et un nazi, en parlant de manipulation, de chantage, de secrets, d’espionnage en y ajoutant une dose de mystères et pleins de suspense… mais rien n’y a fait : ce genre de récit a déjà été abordé trop de fois et souvent bien mieux que ne l’a fait l’auteure d’Au nom de ma mère. Enfin, il m’a certainement manqué de la subtilité dans le récit, de l’émotion, des personnages plus caractériels et dessinés. Je suis resté en surface de l’histoire, appréciant découvrir cette romance dramatique, mais sans forcément m’y attacher. Au nom de ma mère lie habilement roman historique et saga familiale dans une histoire prenante sur la seconde Guerre Mondiale. J'ai bien aimé le récit, mais j'insiste sur le fait que cet angle a déjà été abordé maintes fois en littérature et qu'il manquait cruellement de consistance : il n'est donc ni novateur ni pérenne dans l'esprit des lecteurs.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lindsay1706 Posté le 7 Mars 2021
    La première de couverture me fait penser à une femme qui va voyager pour sa mère. On se retrouve donc dans un conflit familial, de mensonge... On voyager entre le présent et le passé et déjà l'émotion me prend . La mère de Martha a donc vécu pendant la seconde guerre mondiale en Allemagne. Dans ce roman, les thèmes abordés sont , la mutilation, la guerre , le nazisme... En avançant dans le roman on découvre l histoire de deborah (Maria) et j ai eu quelques larmes . Ce roman m'a beaucoup plus
  • Manonlitetvadrouilleaussi Posté le 28 Février 2021
    J’ai reçu récemment le Tome 2 « Marlène » de la saga historique de Hanni Münzer. Et pour une fois j’ai voulu faire les choses bien et commencer par le début 🙃. C’est donc sous forme audio que j’ai découvert ce premier opus. . . Le roman débute en 2012 avec Felicity, une étudiante en médecine qui organise son départ de Seattle pour l’Afghanistan. Le jour de son départ, elle apprend que sa mère, Martha, a disparu. Une disparition volontaire qui conduit la mère et la fille en Italie. Débute alors une plongée dans le passé de la grand-mère de Felicity, Deborah, décédée récemment et qui était la fille d’une célèbre diva du IIIe Reich… . . Les histoires de famille j’adore ça 😆 et quand elles se passent dans cette période de l’Histoire d’autant plus. Malgré quelques longueurs, dans la première grosse partie notamment, j’ai passé un bon moment de lecture. Dans ce récit, nous vivons la guerre majoritairement du côté allemand, en étant par la suite au plus près des hauts gradés du gouvernement d’Hitler…Mais tout en étant dans ce contexte historique, l’auteure a surtout focalisé son récit sur le destin de trois femmes : Elisabeth, la cantatrice, sa fille Deborah et Marlène. Nous sommes plongés dans le... J’ai reçu récemment le Tome 2 « Marlène » de la saga historique de Hanni Münzer. Et pour une fois j’ai voulu faire les choses bien et commencer par le début 🙃. C’est donc sous forme audio que j’ai découvert ce premier opus. . . Le roman débute en 2012 avec Felicity, une étudiante en médecine qui organise son départ de Seattle pour l’Afghanistan. Le jour de son départ, elle apprend que sa mère, Martha, a disparu. Une disparition volontaire qui conduit la mère et la fille en Italie. Débute alors une plongée dans le passé de la grand-mère de Felicity, Deborah, décédée récemment et qui était la fille d’une célèbre diva du IIIe Reich… . . Les histoires de famille j’adore ça 😆 et quand elles se passent dans cette période de l’Histoire d’autant plus. Malgré quelques longueurs, dans la première grosse partie notamment, j’ai passé un bon moment de lecture. Dans ce récit, nous vivons la guerre majoritairement du côté allemand, en étant par la suite au plus près des hauts gradés du gouvernement d’Hitler…Mais tout en étant dans ce contexte historique, l’auteure a surtout focalisé son récit sur le destin de trois femmes : Elisabeth, la cantatrice, sa fille Deborah et Marlène. Nous sommes plongés dans le quotidien de Deborah et son amant nazi, elle qui ne se doute pas de ce qu’il fait et lui qui tente de cacher qu’elle est à moitié juive... Elle est jeune, naïve, un peu paumée, découvre la vie mais elle finira par ouvrir les yeux sur ce qui se passe... Le ton change petit à petit, la Pologne, la résistance, Jacob, les attentats, la torture, des exécutions...Des révélations qui vont avoir des répercussions sur le présent et rapprocher définitivement Felicity et Martha...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Petite_etoile_livresque Posté le 3 Février 2021
    Ce livre est encore un roman qui se déroule pendant une période historique que j’admire. Je suis rentrée tout de suite dans l’histoire. Des destins fascinants sont contés : Elisabeth et Déborah sont des femmes fortes prises dans la tourmente de la guerre et du nazisme. Elles sont prêtes à tout pour sauver leur famille quitte à faire des choix terribles voire discutables. Mais qu’aurions-nous fait face à une situation si terrifiante ? Ce questionnement qui touche tout lecteur m’a beaucoup plu ! J’ai aussi adoré la tournure prise vers le milieu du roman avec l’apparition de Marlene qui est le personnage principal du tome 2. De plus, j’ai aimé qu’on se retrouve pendant la Seconde Guerre Mondiale pendant une grande partie du roman car en général j’ai du mal à passer du présent au passé et je trouve souvent une partie en dessous de l’autre. #9643;️ J’ai passé un excellent moment avec ce livre et j’ai frôlé le coup de cœur !
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Archipoche

    Opération grands romans à petit prix chez Archipoche

    Nos 15 grands romans best-sellers à partir de 5,99€ ! De grandes auteures d'évasions étrangères comme Tamara Mckinley, Sarah Lark et Anna Jacobs. Nos chouchous de 2020 Kate McAlistair et Elisabet Benavent (adaptation en série, Valeria sur Netflix)

    Lire l'article