Lisez! icon: Search engine
Au rendez-vous des âmes libres
Date de parution : 03/06/2021
Éditeurs :
Pocket

Au rendez-vous des âmes libres

Date de parution : 03/06/2021
Au crépuscule de sa vie, Eugène croise le chemin d’une jeune infirmière à qui il livre ses souvenirs de la Résistance. Ces réminiscences, parfois teintées de tristesse, parfois éclatantes d’espoir,... Au crépuscule de sa vie, Eugène croise le chemin d’une jeune infirmière à qui il livre ses souvenirs de la Résistance. Ces réminiscences, parfois teintées de tristesse, parfois éclatantes d’espoir, convoquent également ses amis: ils s’appellent Éva, Romain, Raoul, Armand, Marinette... Ils ont vingt ans, autant dire la vie devant... Au crépuscule de sa vie, Eugène croise le chemin d’une jeune infirmière à qui il livre ses souvenirs de la Résistance. Ces réminiscences, parfois teintées de tristesse, parfois éclatantes d’espoir, convoquent également ses amis: ils s’appellent Éva, Romain, Raoul, Armand, Marinette... Ils ont vingt ans, autant dire la vie devant eux. La vie de ces héros ordinaires, qui ont choisi d’intégrer un réseau de combattants, s’égrène en réunions secrètes, en exécutions et en tortures. Avec la peur d’être arrêtés, la crainte d’être dénoncés, de trahir ou d’être trahis. Toute l’absurdité et la cruauté de la guerre sont dépeintes ici, même si Eugène en garde une impression d’existence intense, car cette bande d’idéalistes était soudée à la vie à la mort. Et Eugène n’a jamais oublié Éva. Il s’était juré de lui dire qu’il l’aimait.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266307567
Code sériel : 17878
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266307567
Code sériel : 17878
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Filatures, planques, trahisons, double jeu, coups d'éclat : rien ne manque dans cette histoire écrite à hauteur d'homme. L'auteur ne force jamais le trait, y compris dans les scènes les plus fortes. Il saisit avec finesse la fin de l'enfance et de l'innocence chez ces héros ordinaires. »
Christian Authier / Le Figaro Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • franceflamboyant 13/08/2023
    Voilà un livre à l'écriture à la fois simple et élégante qui a emporté mon adhésion. Eugène, homme vieillissant, évoque sa jeunesse tumultueuse avec son infirmière. C'était la guerre et il était dans la résistance. Il dépendait du capitaine Guérand mais son chef était le mystérieux Dédale. Nous découvrons Romain qui vivait avec sa mère et sa sœur Isabelle avant de se lancer dans la bataille, Marinette qui travaille chez le préfet Albert et collecte discrètement des renseignements, Roland qui travaille comme les autres dans le réseau du capitaine Guérand et sera sauvé par une femme courageuse qui le cachera chez elle et dont il apprendra plus tard qu'elle est morte à Dachau. Nous découvrons aussi Armand et d'autres résistants, tous jeunes et tous courageux; notamment Raoul, 19 ans et son petit frère Thierry, 13 ans, qui préfèrent le suicide aux aveux sous torture. Beaucoup meurent. Survivent Armand, Romain, le capitaine Guérand et Eugène, qui aimait Eva. La guerre et la résistance laissent des traces. Ce livre nous le rappelle d'une fort belle manière. En le refermant, j'ai été admirative : si jeunes et soi oublieux d'eux-mêmes, si courageux ! Une belle lecture.
  • YvonS 02/07/2021
    Formidable. Ce roman est formidable, original, bouleversant... Denis Faïck sait ce qu'écrire veut dire, il a un vrai style et il s'en sert tellement bien. J'ai a-do-ré ! Un roman sur la Résistance ? me direz-vous. Il y en a déjà eu tant. Oui, mais pas comme ça. La Résistance racontée de l'intérieur, de l'intérieur d'un résistant, devrais-je dire. On est dans leur tête... Ils ont peur, à chaque instant, mais ils résistent quand même, on comprend leurs appréhensions, on ressent leur douleur. Mais reprenons du début... Un début choc. Prologue, 1942, l'Occupation, Eva est violée par 3 hommes dans une chambre miteuse, elle réussit à fuir. Récit froid par un narrateur et Eva elle-même. Puis on revient à notre époque. Eugène, un vieil homme, pour consoler son infirmière lui raconte la Résistance, la sienne et celle de ses amis. À partir de cet instant, on naviguera entre les années 30, l'Occupation, la Libération avec de brefs retours au présent. Le présent, justement. Le texte est presque entièrement au présent et à la première personne. Chaque intervenant raconte ce qu'il vit, ce qu'il ressent. Ça rend le texte tellement réel. Les scènes parfois horribles (torture racontée par celui qui est torturé, suicide ou exécution) sont racontées à la fois froidement et au niveau du ressenti de chaque personnage, entre espoir et angoisse, douleur et espoir. Certaines sont bouleversantes, on a le coeur serré voire les larmes aux yeux. Il y a deux frères que vous n'oublierez pas. Eugène aime Eva, il le lui dira un jour, il se l'est promis. Eva aime Eugène, elle attend, elle sait, mais ce n'est pas le moment. De collabos infâmes en héros qui ne savent pas qu'ils le sont, de suicides de résistants en exécutions vengeresses, de bourreau sadique en héroïnes inoubliables (si si, vous verrez, certaines ne peuvent être oubliées), Denis Faïck balaie tout l'éventail des personnages et des situations. C'est brillant, formidablement écrit. La ponctuation fluctue, parfois absente pour montrer l'enchaînement des pensées ou la rapidité des faits, le style est parfois quasi parlé. Et puis, ce génial chapitre "Un inconnu, 1944"... et puis la Libération, les femmes tondues... et puis les exécutions sommaires, les "additions à régler" mais aussi le pardon, le souvenir de ceux qui n'ont pas survécu. Tout cela dans de courts chapitres qui permettent de respirer, comme des flashs, des souvenirs qui remontent en désordre avec des lacunes. Tout cela donne un roman différent. Denis Faïck a un ton, une voix, une manière de raconter bien à lui. On est loin de la cruelle et glauque saga Sadorski côté collabos de Romain Slocombe, on penserait plutôt à L'armée des ombres. Tout cela donne un roman indispensable qui nous fait vivre ce que veut dire résister au quotidien pour chaque homme et chaque femme qui savent que le suicide peut être la seule solution, que résister c'est aussi mettre en danger ses proches... n'ayez crainte, je n'ai pas tout dit, il vous reste beaucoup à découvrir dans ce roman, somme toute assez court pour un tel sujet. Eugène et Eva, un amour indicible, dans le vrai sens du mot mais aussi au-delà. Ce livre est une pépite, ne passez pas à côté ! Formidable. Ce roman est formidable, original, bouleversant... Denis Faïck sait ce qu'écrire veut dire, il a un vrai style et il s'en sert tellement bien. J'ai a-do-ré ! Un roman sur la Résistance ? me direz-vous. Il y en a déjà eu tant. Oui, mais pas comme ça. La Résistance racontée de l'intérieur, de l'intérieur d'un résistant, devrais-je dire. On est dans leur tête... Ils ont peur, à chaque instant, mais ils résistent quand même, on comprend leurs appréhensions, on ressent leur douleur. Mais reprenons du début... Un début choc. Prologue, 1942, l'Occupation, Eva est violée par 3 hommes dans une chambre miteuse, elle réussit à fuir. Récit froid par un narrateur et Eva elle-même. Puis on revient à notre époque. Eugène, un vieil homme, pour consoler son infirmière lui raconte la Résistance, la sienne et celle de ses amis. À partir de cet instant, on naviguera entre les années 30, l'Occupation, la Libération avec de brefs retours au présent. Le présent, justement. Le texte est presque entièrement au présent et à la première personne. Chaque intervenant raconte ce qu'il vit, ce qu'il ressent. Ça rend le texte tellement réel. Les scènes parfois horribles (torture racontée par celui qui est torturé, suicide...
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesLecturesDeRudy 27/06/2020
    J'ai beaucoup aimé ce récit dans lequel un homme âgé dialogue avec son infirmière et lui raconte sa guerre mais pas seulement ses combats . Cet évoque surtout un amour inoubliable , la peur de tous les jours et la banalité de certains moments .C'est une histoire pleine de pudeur , de tendresse malgré la période dure où elle se passe . Denis Faïck nous offre un récit émouvant tout en ne masquant rien de la brutalité de l'époque. Des personnages attachants qui nous plonge dans la résistance et la solidarité des copains. Une fiction qui permet d'appréhender ce que furent ces années noires bien mieux que certains livres d'histoires austères .
  • janessane 20/02/2020
    J'ai un intérêt manifeste pour les livres traitant de la seconde guerre mondiale. Alors quand j'ai trouvé ce dernier à la bibliothèque, je n'ai bien sur pas hésité. Outre le sujet, j'ai été séduite par ce titre évocateur "Au rendez-vous des âmes libres" qui affranchit de tout, surtout de la peur. Puis j'ai aimé cette photo sur la couverture, symbole de vie, de camaraderie. Tout cela est très bien choisi. Maintenant passons au contenu. Eugène est un vieux monsieur qui a besoin de soins infirmiers. Un jour, il voit arriver son infirmière préférée les yeux rougis. Il devine que quelque chose ne va pas. Alors pour l'éloigner de son chagrin, il remonte dans ses souvenirs et raconte Eva, Raoul, Romain et les autres. Ces jeunes gens, dont certains le sont restés à jamais, c'est une partie de notre histoire. Ce sont ceux qui ont résisté, avec les moyens qu'ils avaient, à l'invasion allemand, au despotisme. Au moyen de courts chapitres où les souvenirs s'égrènent parfois dans le désordre, l'auteur redonne vie à ces héros du quotidien, parfois très jeunes. Et tout à coup, le lecteur prend de nouveau conscience que la liberté dont il jouit aujourd'hui, il la doit à tous ces anonymes avant lui. L'écriture est accessible à tout type de lecteur. Je le concède, elle manque parfois de fluidité ou pour être plus précise de virgules! Oui, cela peut sembler bizarre mais il m'a fallu parfois relire des passages pour comprendre ce que l'auteur voulait dire et je me suis alors aperçue qu'avec une ou deux virgules dans la phrase, le contenu aurait été plus limpide. Quoi qu'il en soit, j'ai passé un agréable moment de lecture durant ce rendez-vous livresque. J'ai un intérêt manifeste pour les livres traitant de la seconde guerre mondiale. Alors quand j'ai trouvé ce dernier à la bibliothèque, je n'ai bien sur pas hésité. Outre le sujet, j'ai été séduite par ce titre évocateur "Au rendez-vous des âmes libres" qui affranchit de tout, surtout de la peur. Puis j'ai aimé cette photo sur la couverture, symbole de vie, de camaraderie. Tout cela est très bien choisi. Maintenant passons au contenu. Eugène est un vieux monsieur qui a besoin de soins infirmiers. Un jour, il voit arriver son infirmière préférée les yeux rougis. Il devine que quelque chose ne va pas. Alors pour l'éloigner de son chagrin, il remonte dans ses souvenirs et raconte Eva, Raoul, Romain et les autres. Ces jeunes gens, dont certains le sont restés à jamais, c'est une partie de notre histoire. Ce sont ceux qui ont résisté, avec les moyens qu'ils avaient, à l'invasion allemand, au despotisme. Au moyen de courts chapitres où les souvenirs s'égrènent parfois dans le désordre, l'auteur redonne vie à ces héros du quotidien, parfois très jeunes. Et tout à coup, le lecteur prend de nouveau conscience que la liberté dont il jouit aujourd'hui, il la doit à tous...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Promenonsnousdansleslivres 28/10/2019
    La seconde guerre mondiale est une période historique qui m'intéresse particulièrement, je ne loupe jamais une occasion de découvrir un nouveau roman ou un(e) nouvel(le) auteur(e). Grâce à la masse critique Babélio, j'ai eu la chance d'être sélectionnée pour présenter ce livre, c'est donc avec plaisir que je me suis lancée au cœur des souvenirs d'Eugène. Lors de l'intervention de son infirmière, Eugène va livrer ses souvenirs de la Résistance, lui et sa bande de copains Résistants à l'âge de 20 ans, des héros de l'ombre qui ont choisi de combattre l'ennemi à leurs risques et périls. Des souvenirs glaçants, l'auteur n'hésitent pas à décrire l’innommable, la violence, les séances de tortures, le sang, les os brisés toute la cruauté que cette monstrueuse guerre a engendrée, toutes ces vies volées, l'humanité arrachée. De tous les romans que j'aie pu lire sur cette période ou sur la Résistance en particulier, celui-ci fait fort, la Résistance y est décrite comme jamais, les chapitres sont courts et plus nous entrons dans la mémoire d'Eugène plus la tension monte. Impossible de ne pas avoir peur pour Eugène, Eva, Romain, Raoul, Armand, Marinette et tous les autres, nous sommes sur le qui-vive du début à la fin et bien sûr chaque tragédie a un effet percutant. Ce qui est beau et tragique à la fois, c'est cette bande d'amis qui s'unit devant l'horreur mais qui reste humaine malgré tout, la vie l'emporte sur la mort qui rôde autour d'eux parce que après tout, ils sont jeunes et ont la vie devant eux, aussi sombre soit elle. A la fin, le titre du livre prend tout son sens... Tout simplement un bel hommage à la Résistance, une ode à la liberté, la vie, l'amitié. L'écriture de l'auteur vaut vraiment le détour, elle est belle et sans pitié, c'est une excellente découverte que je recommande à tous les lecteurs qui voudraient découvrir un style d'écriture qui sort de l'ordinaire et qui n'épargne pas !La seconde guerre mondiale est une période historique qui m'intéresse particulièrement, je ne loupe jamais une occasion de découvrir un nouveau roman ou un(e) nouvel(le) auteur(e). Grâce à la masse critique Babélio, j'ai eu la chance d'être sélectionnée pour présenter ce livre, c'est donc avec plaisir que je me suis lancée au cœur des souvenirs d'Eugène. Lors de l'intervention de son infirmière, Eugène va livrer ses souvenirs de la Résistance, lui et sa bande de copains Résistants à l'âge de 20 ans, des héros de l'ombre qui ont choisi de combattre l'ennemi à leurs risques et périls. Des souvenirs glaçants, l'auteur n'hésitent pas à décrire l’innommable, la violence, les séances de tortures, le sang, les os brisés toute la cruauté que cette monstrueuse guerre a engendrée, toutes ces vies volées, l'humanité arrachée. De tous les romans que j'aie pu lire sur cette période ou sur la Résistance en particulier, celui-ci fait fort, la Résistance y est décrite comme jamais, les chapitres sont courts et plus nous entrons dans la mémoire d'Eugène plus la tension monte. Impossible de ne pas avoir peur pour Eugène, Eva, Romain, Raoul, Armand, Marinette et tous les autres, nous sommes sur le qui-vive du début à la fin...
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Pocket

    Fêtes des Pères : 26 idées de livres pour gâter tous les papas !

    Cravates, outils de bricolage ou chaussettes en soie, vous avez épuisé toutes vos idées de cadeau ces 10 dernières fêtes des Pères. Et si vous offriez cette année de nouveaux étages à sa “pile à lire” (#PAL pour les plus connectés !) ?

    Feel good book ou thriller psychologique, récit de voyage ou roman historique... voici 26 idées de livres Pocket pour gâter tous les papas - qu’il soient rêveurs ou aventuriers, détectives ou érudits, poules ou engagés !

    Lire l'article