En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Aujourd'hui dans le désordre

        Pocket
        EAN : 9782266267212
        Code sériel : 16618
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Aujourd'hui dans le désordre

        Date de parution : 05/01/2017
        Avenue William Favre. Louise, 30 ans, partage son sept pièces et demi avec ses deux frères. Coincée à Genève par sa boutique, cette voyageuse dans l’âme compte bien élargir son horizon sans bouger de chez elle. Elle met donc son appartement sur un site Internet destiné aux routards. Leur première... Avenue William Favre. Louise, 30 ans, partage son sept pièces et demi avec ses deux frères. Coincée à Genève par sa boutique, cette voyageuse dans l’âme compte bien élargir son horizon sans bouger de chez elle. Elle met donc son appartement sur un site Internet destiné aux routards. Leur première hôtesse est une charmante Anglaise, adepte de l’aventure et de la décroissance.
        Mais rien ne va se passer comme prévu. L’appartement va vite se transformer en véritable auberge espagnole. Alors qu’une tempête de neige fait rage, une galerie de personnages va devoir cohabiter. Le début d’une drôle d’équipée pour cette arche de Noé suisse !

        « Une excellente comédie de mœurs. Un charme immédiat. » Le Temps (Suisse)

        Cet ouvrage a reçu le Prix littéraire de la Société genevoise des Écrivains
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266267212
        Code sériel : 16618
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • LaRousseBouquine Posté le 4 Janvier 2017
          Guillaume Rihs nous dépeint un appartement genevois de sept pièces plein d’antiquités accumulées par les parents, qui ont décidé de prendre leur retraite loin de la ville, laissant leur demeure citadine à leurs enfants devenus grands. Louise, qui s’ennuie dans un aussi grand espace, a décidé de proposer le refuge gratuitement à des voyageurs chez elle, pour faire connaissance avec des étrangers. Son frère Eudes est peu convaincu mais accepte l’idée. En revanche, l’aîné Anselme y est totalement réfractaire et pense que cela va mal se terminer. Même s’il est un peu obtus de nature, il n’a pas complètement tort, car avec la tempête qui se déclare à Genève au beau milieu de ce mois de janvier 2018, les voyageurs affluent sans avoir vraiment prévenu et l’appartement se remplit vite d’une foule d’habitants hétéroclites. C’est presque un huis-clos que nous propose l’auteur, plein de drôlerie même si la neige autour rend vite l’atmosphère étouffante. Les personnages ont tous un mot à dire (de bon goût ou pas), parlent des langues différentes et le tout crée beaucoup de qui pro-quo qui font rire le lecteur. J’ai finalement eu la sensation de lire une bonne pièce de théâtre de boulevard. C’était drôle, loufoque,... Guillaume Rihs nous dépeint un appartement genevois de sept pièces plein d’antiquités accumulées par les parents, qui ont décidé de prendre leur retraite loin de la ville, laissant leur demeure citadine à leurs enfants devenus grands. Louise, qui s’ennuie dans un aussi grand espace, a décidé de proposer le refuge gratuitement à des voyageurs chez elle, pour faire connaissance avec des étrangers. Son frère Eudes est peu convaincu mais accepte l’idée. En revanche, l’aîné Anselme y est totalement réfractaire et pense que cela va mal se terminer. Même s’il est un peu obtus de nature, il n’a pas complètement tort, car avec la tempête qui se déclare à Genève au beau milieu de ce mois de janvier 2018, les voyageurs affluent sans avoir vraiment prévenu et l’appartement se remplit vite d’une foule d’habitants hétéroclites. C’est presque un huis-clos que nous propose l’auteur, plein de drôlerie même si la neige autour rend vite l’atmosphère étouffante. Les personnages ont tous un mot à dire (de bon goût ou pas), parlent des langues différentes et le tout crée beaucoup de qui pro-quo qui font rire le lecteur. J’ai finalement eu la sensation de lire une bonne pièce de théâtre de boulevard. C’était drôle, loufoque, voire complètement barré. J’ai beaucoup aimé l’écriture de l’auteur que je ne saurais vraiment décrire ; il s’amuse à nous parler d’une situation anodine avec moultes détails. Par exemple, il peut parler de l’importance d’une table dans la cuisine pendant quarante ans jusqu’à son remplacement par une autre pendant deux pages sans que cela soit ennuyeux. Pari réussi, et pourtant cela pourrait paraître compliqué. De ce fait, on a très vite la sensation d’être dans la famille et d’être dans cet appartement genevois ou tout le monde discute bon train et grelotte. Si la fin évoque presque quelques bonnes pièces de l’absurde, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman très original dans sa manière d’être raconté, et je suis très curieuse de découvrir les futures publications de l’auteur, ce premier roman étant très réussi !
          Lire la suite
          En lire moins
        • motspourmots Posté le 15 Mars 2016
          Un peu de mal pour entrer dans l'histoire et puis j'ai fini par sourire... La comédie loufoque j'avoue que ce n'est pas mon genre préféré mais l'auteur mène plutôt bien sa barque (un premier roman, pas si mal donc pour un début) même s'il met un certain temps avant d'emballer l'histoire. Une fois que l'on a compris la nature du projet Gorsky, on s'amuse vraiment du parallèle entre les adeptes de ce projet destiné à étudier à quel moment l'humanité s'est trompée (donc à revenir progressivement en arrière et, à coup d'observations déduire là où ça a pêché) et le petit monde réuni dans l'appartement de la famille Febvre à Genève. Une fable un peu déjantée mais dont le propos tient la route : il s'agit de poser un regard ironique sur nos comportements et nos modes de consommation, nos velléités d'ouverture sur le monde pilotées depuis nos salons, etc. Tout ceci est fait avec bienveillance et l'on passe un moment agréable sans être dupe de nos propres contradictions. Sympathique.
        • merryfantasy Posté le 23 Février 2016
          Un énorme merci à Kero et à la Masse critique de Babelio pour ce partenariat. En général, avec un titre de cette maison d'édition, je suis enchantée. Cette fois, je suis surtout surprise par ma lecture. Je pense qu'il va être très difficile de m'expliquer sans trop en dévoiler sur le récit, mais je vais tâcher de faire au mieux. Commençons par l'approche de base : le résumé est accrocheur et l'on se demande comment les personnages vont cohabiter et ce qu'ils vont devoir faire dans cette situation étrange ; la couverture est quand à elle assez étrange, avec un salon dans la neige, et me donne une impression de froid. L'approche de base correspond exactement à ce que j'ai trouvé dans ce roman : une histoire mettant en scène des étrangers, dont certains ne parlent même pas la même langue (et ne se comprennent donc pas !), et qui ne semblent même pas savoir eux-mêmes ce qu'ils font là. Les personnages sont très réservés et ne communiquent que peu les uns avec les autres, d'où l'impression de froid que j'ai ressentie. La barrière de la langue les desservant, les dialogues sont concis et vides de sens, ce qui est déroutant, mais... Un énorme merci à Kero et à la Masse critique de Babelio pour ce partenariat. En général, avec un titre de cette maison d'édition, je suis enchantée. Cette fois, je suis surtout surprise par ma lecture. Je pense qu'il va être très difficile de m'expliquer sans trop en dévoiler sur le récit, mais je vais tâcher de faire au mieux. Commençons par l'approche de base : le résumé est accrocheur et l'on se demande comment les personnages vont cohabiter et ce qu'ils vont devoir faire dans cette situation étrange ; la couverture est quand à elle assez étrange, avec un salon dans la neige, et me donne une impression de froid. L'approche de base correspond exactement à ce que j'ai trouvé dans ce roman : une histoire mettant en scène des étrangers, dont certains ne parlent même pas la même langue (et ne se comprennent donc pas !), et qui ne semblent même pas savoir eux-mêmes ce qu'ils font là. Les personnages sont très réservés et ne communiquent que peu les uns avec les autres, d'où l'impression de froid que j'ai ressentie. La barrière de la langue les desservant, les dialogues sont concis et vides de sens, ce qui est déroutant, mais tellement représentatif de ces situations où vous êtes mal à l'aise au milieu d'inconnus. Le style de l'auteur décrit très bien les sentiments et attitudes de chacun. Les dialogues sont même parfois remplacés par du discours indirect, montrant l'impersonnalité des échanges. Alors, forcément, tout ça, ça m'a déroutée. Ce n'était pas déplaisant, car cela permettait de donner de la force à la cohabitation, et à cette obligation qu'avaient les convives à se serrer les coudes et se supporter, jusqu'à offrir cette fin absolument touchante et magnifique qui m'a arraché un petit pincement au cœur. En bref, ce titre était sympathique, mais il ne faut pas avoir peur d'être dérouté par un style très incisif et rapide. Il est préférable ici de se concentrer sur l'histoire, qui donne une jolie leçon de vie.
          Lire la suite
          En lire moins
        • saphoo Posté le 10 Février 2016
          roman reçu dans le cadre de masse critique de Babelio que je remercie grandement pour cet envoi ainsi que les éditions Kero. Un premier roman c'est toujours charmant, une nouvelle terre à explorer, un nouvel écrivain en devenir, qui se dévoile sous ce premier livre à nous offrir comme un enfant qui vient de naître. J'ai toujours aimé les premiers romans pour la découverte d'une nouvelle plume, sans a priori des non livres publiés, on se forge sa propre opinion, son propre ressenti. Qu'en est-il de ce ressenti à la lecture de Guillaume Rihs ? beaucoup de dynamisme, d'originalité, d'ironie, aucun ennui en cheminant ces pages. L'histoire va crescendo pour finir en apothéose, ça pourrait être une très belle pièce de théâtre en réalité, j'ai d'emblée visionné cette histoire de la sorte. La scène, un appartement trop vaste pour 3 personnes qui décident de mettre sur internet sur un site participatif, c'est très en vogue, de partager tout ou le peu qu'on a sans chichis ni argent. Pour ce week-end neigeux, se présentent donc une première "locataire" anglaise qui s'installe aisément et emporte dans ses bagages un projet de la décroissance. Arrivent ensuite une Américaine et deux autres jeunes... roman reçu dans le cadre de masse critique de Babelio que je remercie grandement pour cet envoi ainsi que les éditions Kero. Un premier roman c'est toujours charmant, une nouvelle terre à explorer, un nouvel écrivain en devenir, qui se dévoile sous ce premier livre à nous offrir comme un enfant qui vient de naître. J'ai toujours aimé les premiers romans pour la découverte d'une nouvelle plume, sans a priori des non livres publiés, on se forge sa propre opinion, son propre ressenti. Qu'en est-il de ce ressenti à la lecture de Guillaume Rihs ? beaucoup de dynamisme, d'originalité, d'ironie, aucun ennui en cheminant ces pages. L'histoire va crescendo pour finir en apothéose, ça pourrait être une très belle pièce de théâtre en réalité, j'ai d'emblée visionné cette histoire de la sorte. La scène, un appartement trop vaste pour 3 personnes qui décident de mettre sur internet sur un site participatif, c'est très en vogue, de partager tout ou le peu qu'on a sans chichis ni argent. Pour ce week-end neigeux, se présentent donc une première "locataire" anglaise qui s'installe aisément et emporte dans ses bagages un projet de la décroissance. Arrivent ensuite une Américaine et deux autres jeunes filles. Jusqu'ici, tout va bien, l'organisation reste gérable. S'ajoute à cela, la maman et propriétaire de cet appartement qui est venue avec une amie. Et encore un muet mais pas sourd qui n'a pas réservé mais qui tente quand même sa chance frappe à la porte. Ça commence à faire un peu monde ! on s'organise pas de panique quand justement celle -ci s'invite dans l'appartement au-dessus, la tempête fait rage, brisant les fenêtres, le blizzard emportant tout sur son passage. Enfin bref, c'est une scène apocalyptique qui se joue chez ces chers voisins qui eux-même hébergent 3 chinois ! Imaginez, imaginez ! comptez combien de personnes se retrouvent entassées dans le ex-trop spacieux appartement ! Mais ce n'est pas fini ! etc... je ne vais pas tout vous compter... La valse des "réfugiés" se poursuit par l'arrivée de leurs sauveurs ! Dans un monde où tout est connecté, où les personnes communiquent à tout va d'un bout à l'autre de la planète, comment faire face à cette confrontation des langues dans un espace réduit, comment le promiscuité va se dérouler, le contact se fera - t-il aussi aisément qu'au bout des doigts via smartphone, tablette etc... Pas de panique, c'est l'épreuve en miniature de la décroissance ! Imaginez une société qui choisisse de régresser ! Adieu, téléphone, ordinateur, industrialisation, modernité, etc... belle réflexion certes, mais faut savoir la mettre en application avec des êtres qui n'ont pas été "formatés" pour ce genre de vie. Cette tempête qui réunit plusieurs générations, plusieurs cultures, continents, est un condensé ce que pourrait représenter cette décroissance, dans un monde sans électricité, sans abondance... savoir faire face à l'imprévu, partager, solidarité, etc... et le tout avec beaucoup d'humour... J'aime la scène finale, comme un symbole et paf !! je ne dévoile pas mais c'est bien le symbole d'un ras le bol de nos écrans en tout genre qui nous tiennent comme des esclaves au bout de leur chaîne... qui nous conditionnent et nous moulent à leur guise, nous privant de ce savoir vivre en société, de notre liberté, etc... Un petit roman, dynamique, plein de charme et de tendresse également, regorgeant de réflexions sur le devenir et ce que nous sommes en somme sans les autres ou avec les autres... merci encore pour ce partenariat, j'ai passé un excellent moment de lecture. Je conseille ce condensé de survie, de savoir partager, faire une petite place à l'autre différent ou pas de soi.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Une excellente comédie de mœurs. Un charme immédiat. » Le Temps (Suisse)
        « Le roman de Guillaume Rihs interroge le vivre ensemble à l’époque où tout est fait pour que les individus se rapprochent et entrent en contact. » Romain Buffat, Viceversalitterature.ch
        « Un petit roman, dynamique, plein de charme et de tendresse également, regorgeant de réflexions sur le devenir et ce que nous sommes en somme sans les autres ou avec les autres... » Babelio
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com