Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264029911
Code sériel : 3217
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Autres Chroniques de San Francisco

Pascal LOUBET (Traducteur)
Date de parution : 07/09/2000

Dans ce troisième volet des Chroniques, nous retrouvons la très spéciale " famille " du 28 Barbary Lane, cette fois à l'aube des années 80 et plus que jamais en proie à des aventures abracadabrantes : entre une course poursuite en Alaska, un rodéo gay au Nevada, un week-end de...

Dans ce troisième volet des Chroniques, nous retrouvons la très spéciale " famille " du 28 Barbary Lane, cette fois à l'aube des années 80 et plus que jamais en proie à des aventures abracadabrantes : entre une course poursuite en Alaska, un rodéo gay au Nevada, un week-end de star à Hollywood et la séquestration d'une présentatrice de télé dans la cave de Mme Madrigal - tandis que Michael poursuit sa recherche du Prince Charmant -, le lecteur n'aura guère le temps de souffler...

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264029911
Code sériel : 3217
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BruC Posté le 19 Mars 2020
    Dans ce troisième épisode des Chroniques de San Francisco, nous sommes en 1982. Alors que Michael court après le grand amour, Mary Ann a trouvé le sien en la personne de Brian. Elle s'ennuie par contre dans son poste de présentatrice de télévision jusqu'au jour où un scoop lui tombe du ciel : Dee Dee, que l'on croyait morte, réapparaît et a des révélations sensationnelles à annoncer. Cet épisode, mené tambour battant et qui nous entraîne jusqu'en Alaska, ne sonne pas aussi juste que les précédents : une intrigue policière qui retombe comme un soufflet, des dialogues un peu trop mélo, une description très caricaturale de la communauté homosexuelle de San Francisco... Heureusement, on a plaisir à retrouver quelques personnages savoureux : Mary Ann, Dee Dee mais aussi l'excentrique Prue Giroux et son chien Vuitton. J
  • Etpourquoipasquatre Posté le 26 Février 2020
    Merci à mes partenaires du #tournoidesbooksplorateurscompulsifs qui m'ont fait découvrir la fonction réservation en ligne de ma bibliothèque, j'ai pu y dénicher le tome 3 des aventures de Mary Ann, Michael et cie, à défaut de peut-être le trouver un jour en brocante. C'est celui que j'ai le moins aimé. Pas non plus déçue mais presque, j'ai eu l'impression que tout était centré sur une seule histoire : DeDe et Jonestown. Les autres ont presque inexisté, disons que leur passage était plus anecdotique, moins intéressant, peu développé. Et sans compter ce début où on est catapulté 4 ans après la fin des Nouvelles chroniques de San Francisco, j'ai vérifié trois fois que je n'en avais pas manqué un entre temps, je n'ai pas du tout aimé ne rien comprendre au début. Alors que j'avais tellement adoré le tome 2, ce troisième tome m'a fait retomber de mon nuage d'adoration comme un soufflé raté. Rajoutons ce Brian que je n'ai jamais aimé qui se retrouve subitement bien plus au premier plan qu'avant, c'était le pompom. J'ai surtout été marquée par le changement, pardon, le fossé entre la fin du tome 2 et le début du tome 3. J'avais l'impression de ne pas... Merci à mes partenaires du #tournoidesbooksplorateurscompulsifs qui m'ont fait découvrir la fonction réservation en ligne de ma bibliothèque, j'ai pu y dénicher le tome 3 des aventures de Mary Ann, Michael et cie, à défaut de peut-être le trouver un jour en brocante. C'est celui que j'ai le moins aimé. Pas non plus déçue mais presque, j'ai eu l'impression que tout était centré sur une seule histoire : DeDe et Jonestown. Les autres ont presque inexisté, disons que leur passage était plus anecdotique, moins intéressant, peu développé. Et sans compter ce début où on est catapulté 4 ans après la fin des Nouvelles chroniques de San Francisco, j'ai vérifié trois fois que je n'en avais pas manqué un entre temps, je n'ai pas du tout aimé ne rien comprendre au début. Alors que j'avais tellement adoré le tome 2, ce troisième tome m'a fait retomber de mon nuage d'adoration comme un soufflé raté. Rajoutons ce Brian que je n'ai jamais aimé qui se retrouve subitement bien plus au premier plan qu'avant, c'était le pompom. J'ai surtout été marquée par le changement, pardon, le fossé entre la fin du tome 2 et le début du tome 3. J'avais l'impression de ne pas être dans la même saga, un peu comme lorsqu'une série est reprise par un autre réalisateur, vous voyez ce que je veux dire ? Je suis complètement refroidie pour lire le quatrième qui m'attend déjà dans ma PAL. Je vais laisser passer plusieurs mois je pense pour m'y remettre. J'en attendais peut-être trop si vite après la lecture du précédent alors je ne veux pas refaire la même erreur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cranberries Posté le 19 Août 2019
    Je continue ma découverte des Chroniques de San Francisco avec ce troisième tome qui m'aura réservé encore bien des surprises et des scènes rocambolesques. C'est incroyable de voir à quel point je suis rapidement devenue accro à cette saga. A peine ai-je lu un tome que j'ai déjà envie de me plonger dans le suivant. Malheureusement celui-ci était le dernier en ma possession, je vais donc devoir attendre avec de découvrir la suite. Quelques années ont passé entre la fin du tome précédent et celui-ci, ce qui fait qu'on a besoin d'un petit temps d'adaptation pour se remettre les idées en place. Mais un fois les quelques premiers chapitres lu, on est de nouveau dans l'ambiance, prêts à suivre les frasque de Michael et Mary Ann. Evidemment les autres personnages ne sont pas en reste, mais ce sont véritablement ces deux-là qui rythment le récit et mettent l'ambiance, chacun à sa manière. Une nouvelle fois, Armistead Maupin nous propose une histoire haute en couleur et complètement farfelue, même si ce dernier se base sur des événements qui ont réellement eu lieu. Et c'est une nouvelle fois DeDe qui va en faire les frais. Échappée de justesse au massacre du Guyana, la mère d'Edgar et Anna revient... Je continue ma découverte des Chroniques de San Francisco avec ce troisième tome qui m'aura réservé encore bien des surprises et des scènes rocambolesques. C'est incroyable de voir à quel point je suis rapidement devenue accro à cette saga. A peine ai-je lu un tome que j'ai déjà envie de me plonger dans le suivant. Malheureusement celui-ci était le dernier en ma possession, je vais donc devoir attendre avec de découvrir la suite. Quelques années ont passé entre la fin du tome précédent et celui-ci, ce qui fait qu'on a besoin d'un petit temps d'adaptation pour se remettre les idées en place. Mais un fois les quelques premiers chapitres lu, on est de nouveau dans l'ambiance, prêts à suivre les frasque de Michael et Mary Ann. Evidemment les autres personnages ne sont pas en reste, mais ce sont véritablement ces deux-là qui rythment le récit et mettent l'ambiance, chacun à sa manière. Une nouvelle fois, Armistead Maupin nous propose une histoire haute en couleur et complètement farfelue, même si ce dernier se base sur des événements qui ont réellement eu lieu. Et c'est une nouvelle fois DeDe qui va en faire les frais. Échappée de justesse au massacre du Guyana, la mère d'Edgar et Anna revient en ville et confie à Mary Ann le soin de raconter son histoire. Mais comme à chaque fois, rien ne va se passer comme prévu et le lecteur va se retrouver embarqué dans une nouvelle histoire foncièrement loufoque. Cependant, c'est cela que l'on aime dans les Chroniques de San Francisco: partir complètement à la dérive et suivre l'auteur dans ses délires. Même si en parallèle on apprécié également suivre l'évolution de la communauté LGBT de la ville, sous l'influence bienveillante de Michael. Bizarrement, ces deux pendants du roman s'accordent à la perfection. On ne sait par quel miracle c'est possible, mais l'un ne va finalement pas sans l'autre. Plus d'une fois j'ai eu un fou-rire durant ma lecture. Certains passages sont tout simplement hilarants, que ce soit vis-à-vis de la situation où par rapport à la manière dont Armistead Maupin a choisi de la décrire. Le style de l'auteur n'est peut-être pas le plus lyrique, mais il faut avouer qu'il n'a pas son pareil pour créer des situations et des dialogues qui sortent de l'ordinaire. En conclusion, faut-il encore que je vous décrive en long et en large mon amour pour les Chroniques de San Francisco ? Parce que sincèrement, je pense avoir été plus que convaincante au cours de cet avis, ainsi que dans les deux précédents. Et si vous n'êtes pas encore totalement convaincu, il n'y a qu'une seule solution: vous plonger vous-même dans l'aventure, afin de vous faire votre propre avis. Croyez-moi, vous ne serez pas déçus !
    Lire la suite
    En lire moins
  • QUILTADDICT Posté le 24 Juillet 2019
    Les locataires du 28, Barbary Lane ont vieilli. Ils pensent carrière, mariage, enfants. Encore une fois les chroniques d'Armistead Maupin sonnent juste et n'ont pas pris une ride. On y voit la difficulté que rencontre Mary Ann à être prise au sérieux dans son désir de faire du "vrai" journalisme alors qu'elle n'est... qu'une femme. Elle se retrouve partagée entre son souhait de s'épanouir professionnellement et son amour pour Brian. J'ai trouvé également intéressant de voir certains thèmes abordés déjà au début des années 80 : l'utilisation du plastique, les chocs anaphylactiques... L'auteur ancre aussi son récit dans la réalité en faisant raconter le quotidien dans la communauté de Jim Jones par une rescapée de l'enfer. J'ai trouvé cette façon, assez détachée mais précise, d'aborder le sujet de la secte et du suicide collectif assez captivante.
  • ZeroJanvier79 Posté le 30 Août 2018
    J'ai lu les fameuses et sympathiques Chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin quand j'étais encore un jeune adulte, et j'avais pris énormément de plaisir à les lire. Je les recommande à tous les lecteurs qui aiment rire et être ému par un livre !
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…