Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266121781
Code sériel : 5787
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm
Avant Dune
Michel Demuth (traduit par)
Date de parution : 21/10/2004
Éditeurs :
Pocket

Avant Dune

,

Michel Demuth (traduit par)
Date de parution : 21/10/2004

Le Baron Vladimir Harkonnen est le plus formidable adversaire de la Maison des Atréides. Il exploite sans vergogne l'épice de la planète Arrakis, la légendaire Dune dont il a confié...

Le Baron Vladimir Harkonnen est le plus formidable adversaire de la Maison des Atréides. Il exploite sans vergogne l'épice de la planète Arrakis, la légendaire Dune dont il a confié la surveillance à son neveu, Rabban la Bête. Affamé de pouvoir, il complote même contre l’Empereur Shaddam, tout juste installé...

Le Baron Vladimir Harkonnen est le plus formidable adversaire de la Maison des Atréides. Il exploite sans vergogne l'épice de la planète Arrakis, la légendaire Dune dont il a confié la surveillance à son neveu, Rabban la Bête. Affamé de pouvoir, il complote même contre l’Empereur Shaddam, tout juste installé sur le trône. Le Baron pervers occupe aussi, à son insu, une position stratégique dans le plan à long terme qu’a formé le Bene Gesserit pour obtenir le Kwisatz Haderach, l’être qui dominera le temps. Il faut qu’il engendre une fille. Or il hait les femmes.
Sur Dune, Liet-Kynes poursuit l’œuvre secrète de son père : transformer la planète désertique en jardin, futur paradis des Fremen.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266121781
Code sériel : 5787
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • hellrick Posté le 26 Novembre 2020
    Ce deuxième volet du cycle « avant Dune » se situe une génération environ avant les événements décrits par le monumental DUNE de Frank Herbert. Associé à Kevin J. Anderson, connu pour ses travaux sur STAR WARS et X FILES, le fiston Brian Herbert prolonge donc l’univers de son père. Ce nouvel épisode reprend les techniques éprouvées du page turner à l’américaine dans une ambiance souvent proche de la Fantasy et avec une élaboration feuilletonnesque remise au goût du jour par les séries télé du XXIème siècle. Bref, la brique est épaisse (près de 800 pages bien serrées) mais d’une lecture aisée en multipliant les personnages, les lieux et les sous-intrigues dans de très nombreux chapitres, souvent assez courts (quelques pages), introduits par des citations favorisant l’immersion dans cet univers foisonnant. Evidemment, LA MAISON HARKONNEN n’a pas l’ambition du cycle initial de Frank Herbert. Comme le signale les détracteurs nous sommes en pleine sci-fi, terme péjoratif qui englobe une science-fiction (souvent proche de la science-fantasy) commerciale faite de gros vaisseaux, de planètes bizarres, de monstres baveux (ou de vers de sable dans le cas présent) et de combats à coup de pistolaser. Faut-il pourtant systématiquement dénigrer le « genre »... Ce deuxième volet du cycle « avant Dune » se situe une génération environ avant les événements décrits par le monumental DUNE de Frank Herbert. Associé à Kevin J. Anderson, connu pour ses travaux sur STAR WARS et X FILES, le fiston Brian Herbert prolonge donc l’univers de son père. Ce nouvel épisode reprend les techniques éprouvées du page turner à l’américaine dans une ambiance souvent proche de la Fantasy et avec une élaboration feuilletonnesque remise au goût du jour par les séries télé du XXIème siècle. Bref, la brique est épaisse (près de 800 pages bien serrées) mais d’une lecture aisée en multipliant les personnages, les lieux et les sous-intrigues dans de très nombreux chapitres, souvent assez courts (quelques pages), introduits par des citations favorisant l’immersion dans cet univers foisonnant. Evidemment, LA MAISON HARKONNEN n’a pas l’ambition du cycle initial de Frank Herbert. Comme le signale les détracteurs nous sommes en pleine sci-fi, terme péjoratif qui englobe une science-fiction (souvent proche de la science-fantasy) commerciale faite de gros vaisseaux, de planètes bizarres, de monstres baveux (ou de vers de sable dans le cas présent) et de combats à coup de pistolaser. Faut-il pourtant systématiquement dénigrer le « genre » et l’opposer à une SF « noble », une SF d’idées et de prospections ? Pas nécessairement. On peut avoir envie de poursuivre l’exploration de ce monde très riche (dire fertile dans le cas de Dune serait étrange) comme on aime se divertir avec un « Star Wars » de l’univers étendu ou un bouquin « Star Trek ». Bien sûr, le roman comporte beaucoup de longueurs, souffre souvent d’un rythme déficient (le gros de « l’action » se situe essentiellement dans les 200 dernières pages), compte des personnages moins intéressants que les autres et aurait certainement mérité d’être élagué d’un quart. Beaucoup de bémols donc…mais également un réel plaisir à retrouver le monde de DUNE, ou même d’AVANT DUNE, qui dispense par intermittence un réel sense of wonder pour le lecteur rêvant de chevaucher un ver géant en compagnie des Fremen sur un monde désertique. Alors, en dépit de ses faiblesses, on lit LA MAISON HARKONNEN avec le sourire et on se dit qu’on poursuivra probablement, un de ses jours, la saga avec le troisième volet de ces préquelles relativement satisfaisantes si on veut bien ne pas essayer de les comparer aux insurpassables DUNE et MESSIE DE DUNE de papa Herbert.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Wilena Posté le 13 Octobre 2019
    Dans ce livre, on passe par plusieurs émotions, notamment une réelle antipathie pour le Baron Harlonnen... Ayant lu DUne avant, j'ai retrouvé dans ce tome plusieurs éléments du livre culte et cela permet des éclairages sur cette planète et les Fremen. Un très bon livre !
  • lehibook Posté le 27 Juin 2019
    Soyons clair ce préquel comme les autres ne soutient pas la comparaison avec la saga originale. Mais mon plaisir est tel de retrouver cet univers-là que je n'ai pu m'empêcher de les lire . Et puis c'est tout de même du space-opera de bonne facture .Volume centré sur la famille impériale . Hasimir Fenring est ,pour moi, le personnage le plus interessant.
  • ZeroJanvier79 Posté le 2 Septembre 2018
    Tout n'est pas parfait dans ce deuxième volume du "Prélude à Dune". Les aventures de Duncan Idaho ne sont pas passionnantes, et celles de Gurney Halleck ressemblent beaucoup trop à celles de Duncan Idaho dans le première volume pour qu'on s'y intéresse vraiment. Mais il y a aussi dans ce roman des éléments qui m'ont bien plu. A nouveau, on est loin de la profondeur et de la richesse du cycle original de Frank Herbert, mais ce prélude reste un complément différent mais divertissant. Je vais désormais m'attaquer au troisième volume.
  • ertiammot Posté le 19 Septembre 2015
    Deuxième volume toujours aussi captivant que le premier. Les histoires s’entremêlent naturellement et nous plonge dans relâche dans l'univers de Dune. Si tous les personnages ne sont pas d'égal intérêt, on suit l'ensemble des intrigues avec plaisir. Ce qui est amusant, c'est que j'avais lu Dune il y a quelques années sans accrocher à l'univers et que je suis maintenant impatient de m'y replonger quand j'aurais terminé cette trilogie avant Dune !
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !