En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Avec tes yeux

        Pocket
        EAN : 9782266269445
        Code sériel : 16699
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 640
        Format : 108 x 177 mm
        Avec tes yeux

        Date de parution : 09/03/2017
        Depuis quelque temps, Thomas n’arrive plus à dormir. D'épouvantables rêves le réveillent en sursaut et l’empêchent de se rendormir. Et si ce n'était que ça ! Après une séance d'hypnose destinée à régler ses problèmes d'insomnie, il devient la proie d’étranges visions. Par les yeux d'un autre, il se voit... Depuis quelque temps, Thomas n’arrive plus à dormir. D'épouvantables rêves le réveillent en sursaut et l’empêchent de se rendormir. Et si ce n'était que ça ! Après une séance d'hypnose destinée à régler ses problèmes d'insomnie, il devient la proie d’étranges visions. Par les yeux d'un autre, il se voit torturant une jeune femme... Persuadé qu'un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer.
         
        « Si vous aimez trembler, ce livre est fait pour vous. » LiRE
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266269445
        Code sériel : 16699
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 640
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • SandyLor Posté le 26 Août 2018
          J'ai tout simplement A-DO-RÉ ma lecture. Exceptionnel. Tout y est : l'adrénaline qui monte par vague jusqu'à la dernière ligne, les personnages que l'on s'imagine parfaitement et les descriptions qui permettent de s'immerger dans le récit. Tout est parfaitement dosé, rien n'est en trop, rien ne manque. Contrairement aux derniers livres que j'ai lu, la violence, ici présente, est savamment dosée pour donner au lecteur le juste ce qu'il faut ! Cet homme est un artiste et plus je le lis et plus j'aime ce qu'il fait.
        • Saphirastif Posté le 16 Août 2018
          Premier livre de Sire Cedric et je ne regrette pas du tout j'ai adorée du début à la fin.
        • wagner67 Posté le 6 Juillet 2018
          Premier livre de cet auteur et j'avoue que j'ai bien aimé. N'étant pas une adepte de science fiction, le sujet "paranormal" illustré dans ce livre ne m'a pas gênée. Les cauchemars de Thomas sont tellement gores que la seule inquiétude que j'avais, était de les lire au moment de me coucher et de perturber mon sommeil. Heureusement mon rythme de lecture me les a fait découvrir qu'en journée. OUFFFFFF !!!!
        • UnKaPart Posté le 28 Juin 2018
          Si on aime les définitions précises, Avec tes yeux appartient au genre thriller policier fantastique d’horreur. Opposition pleine de suspens avec un tueur en série, enquête pour découvrir son identité, connexion psychique entre le méchant et le gentil, quelques scènes pas piquées des hannetons, chargées en hémoglobine et énucléations. Tout y est. Si on préfère les définitions courtes, le terme de giallo vient à l’esprit, au moins pour la partie du corpus cinématographique qui comporte des éléments surnaturels. Pour ceux qui l’ont connue, pile le fond de commerce de la collection Terreur de Pocket. En rouge et noir, pour citer Jeanne Mas, Stendhal et Juan García Oliver. Bref, du Sire Cedric. Pour autant, le bonhomme ne tourne pas en rond. On retrouve son univers et sa patte d’auteur, donc un terrain connu, mais d’un bouquin l’autre il parvient à raconter quelque chose de différent, par la thématique, l’angle d’approche ou l’évolution de son écriture. Ici, il sera question d’yeux. Sans blague ? Eh ouais ! Comme dans le titre, ça tombe bien. Je suis même presque sûr qu’il y a un lien. Les nœils, donc, un thème récurrent dans les livres du chevelu toulousain. Je pense en premier lieu à L’enfant des cimetières avec son regard d’un... Si on aime les définitions précises, Avec tes yeux appartient au genre thriller policier fantastique d’horreur. Opposition pleine de suspens avec un tueur en série, enquête pour découvrir son identité, connexion psychique entre le méchant et le gentil, quelques scènes pas piquées des hannetons, chargées en hémoglobine et énucléations. Tout y est. Si on préfère les définitions courtes, le terme de giallo vient à l’esprit, au moins pour la partie du corpus cinématographique qui comporte des éléments surnaturels. Pour ceux qui l’ont connue, pile le fond de commerce de la collection Terreur de Pocket. En rouge et noir, pour citer Jeanne Mas, Stendhal et Juan García Oliver. Bref, du Sire Cedric. Pour autant, le bonhomme ne tourne pas en rond. On retrouve son univers et sa patte d’auteur, donc un terrain connu, mais d’un bouquin l’autre il parvient à raconter quelque chose de différent, par la thématique, l’angle d’approche ou l’évolution de son écriture. Ici, il sera question d’yeux. Sans blague ? Eh ouais ! Comme dans le titre, ça tombe bien. Je suis même presque sûr qu’il y a un lien. Les nœils, donc, un thème récurrent dans les livres du chevelu toulousain. Je pense en premier lieu à L’enfant des cimetières avec son regard d’un bleu si particulier… et si mortel. Du feu de l’enfer comporte un joli lot de cagoules qui ne laissent voir que les yeux de la personne camouflée dessous, plus un jeu sur ce que certains personnages (et le lecteur) voient à travers leur masque. Dans celui-ci, je dirais bien qu’ils se trouvent au cœur du roman, mais des yeux au niveau du cœur, bonjour le non-sens anatomique. Cédric aimant les clins d’œil onomastiques (cf. Manon dans Du feu de l’enfer), son personnage principal se prénomme Thomas. Comme l’apôtre et son célèbre “je ne crois que ce que je vois”. Pour pousser encore un peu sur l’allusif, lorsqu’il aura besoin d’une fausse identité, Toto troquera son vrai nom pour celui de Rimeur. Référence au roman Thomas le Rimeur d’Ellen Kushner, je suppose. Le Tom ne m’a pas emballé plus que ça. Webmaster sans envergure, il passe la majeure partie de son temps à glander sur son ordi… insomniaque, donc dans le cirage les trois quarts du temps… largué par sa copine dès le début du roman… le gars n’a pas de prise sur grand-chose. Faut reconnaître qu’en matière de caractère romanesque, on ferait difficilement plus terne. On dirait moi à vingt-cinq ans… Par la suite, même si Thomas gagne un peu d’éclat et s’offre quelques fulgurances de premier plan, il reste à la traîne. L’archétype du mec qui subit, pantin promené par d’autres pendant les trois quarts du roman. En dépit des points communs entre lui et mon moi passé, pas moyen de me glisser dans ses pompes de traîne-savate. Note que ça n’a rien d’un défaut d’écriture. Thomas m’a paru crédible, tel qu’il devait être. Un type normal, dépassé par les événements, épuisé par le manque de sommeil donc pas en état de jouer les foudres de guerre. Pas un ex-super-agent-secret qui sortirait de sa retraite pour botter des séants et sauver sa femme/sa fille/son chien/autre (précisez). Il est webmaster, pas cuistot dans Piège en haute mer. Or donc, le gars se retrouve embarqué dans une séance d’hypnose qui tourne mal. Des images de torture et de meurtre l’envahissent. Hallucinations ? Prémonitions ? Vision d’un événement en train de se produire ?… Questions rhétoriques, puisque seul Thomas se les pose. Le lecteur sait dans quelles eaux il navigue dès l’incipit. Voire avant. La quatrième fait tout de suite penser au film Hypnose, adaptation de A Stir of Echoes de Richard Matheson par David Koepp en 1999, avec Kevin Bacon qui incarne un certain Tom. En cours de lecture, j’ai eu aussi quelques réminiscences du film The Eye des frères Pang (2002) et bien sûr la saga de Freddy Krueger, riche en cauchemars, insomnies et lutte contre le sommeil. Autant dire une filiation qui cadre avec l’écriture très cinématographique de Cédric. En plus de Thomas, le roman s’articule autour de trois autres personnages : le tueur et deux “alliés”. Le tueur, bouche cousue pour éviter de trop en raconter. Figure d’opposant classique et de serial killer tout aussi classique. Quant aux “alliés”, je mets des guillemets, parce qu’avec des adjuvants pareils, qui mènent la vie dure à Thomas, il n’a presque pas besoin d’ennemis. L’ordre de présentation important peu, on commence par un personnage de hacker, auréolé de mystère comme il se doit, dynamique, plein de ressource, loin de l’image du boutonneux obèse à lunettes planqué derrière douze écrans. Seul regret, sa motivation un peu trop thriller, plus alambiquée que nécessaire et pas indispensable. Ça fonctionne, l’édifice narratif est bien construit, mais flirte sur le dernier quart avec le too much de coups de théâtre, assorti de quelques scènes téléphonées. Efficace, oui, pertinent, moins. Autre alliée à poigne, Nathalie. Ecrasée par une autorité paternelle toute-puissante, elle a beaucoup de choses à (se) prouver. De fait, le personnage le plus intéressant du bouquin. En comparaison, Thomas cherche juste à pioncer peinard, quête glorieuse qui ne dépareillerait pas sur les CV de Perceval et Karadoc, entre les anguilles du lac de l’Ombre et les fenouils sporadiques. Ce versant initiatique va en plus justifier les agissements peu orthodoxes de Nathalie, choix d’écriture plus intéressant qu’un banal caractère de franc-tireur comme on en a déjà vu dans douze mille thrillers. Bien vu, l’aveugle. Sacré trio, ou plutôt deux binômes avec Thomas comme pivot. Chacun de ses membres a quelque chose à régler dans sa tête et dans sa vie, qui le bouffe et l’empêche de dormir sur ses deux oreilles. L’intérêt majeur du roman tient à ses personnages. Le reste est bien fait, pas de souci, bien écrit, bien construit, efficace, avec tension et suspens… Enfin, si on n’est pas trop rodé au genre. Quand on a l’habitude des codes du thriller et de l’épouvante, Avec tes yeux ne propose pas de surprises réelles. Les révélations et coups de théâtre restent des péripéties classiques, qui arrivent au moment opportun. Pas de prise de risque qui briserait le canon du thriller et blufferait le lecteur. Pourtant, l’ensemble fonctionne. J’avais beau voir arriver chaque scène, chaque retournement de situation, chaque révélation “inattendue” (sic), je ne me suis pas ennuyé comme c’est le cas d’ordinaire dans les bouquins où je devine la suite. La touche fantastique et la giclée de gore apportent une vraie plus-value et donnent au roman une dimension que n’ont pas moult thrillers lambda. Il y a quelque chose dans la plume de Cédric qui su maintenir mon attention éveillée. Je dirais un mélange entre la construction du récit – fluide et carrée – et le talent de conteur – dynamique. Une mécanique huilée comme un corps de gladiateur, de quoi rendre tout chose le commandant Havoux.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lucyinthesky75 Posté le 21 Juin 2018
          C'est le 2ème livre de Sire Cedric que je lis. Il faut dire qu'avec Angemort, j'avais commencé fort ! Je vous en parlerai peut-être un jour... Je l'ai lu en 2 jours, il est terriblement addictif, un véritable page-turner. L'horreur est à son comble, le suspense est total, l'ambiance est terrifiante, mêlant habilement le fantastique au gore, bref, tous les bons ingrédients pour faire un super thriller ! Le lecteur est immédiatement plongé dans l'histoire, et l'angoisse monte crescendo, bravo ! Un véritable coup de coeur ! Sire Cédric, je n'en ai pas fini avec toi ! 😉

        Ils en parlent

        « Dans le genre, du bel ouvrage par un auteur toulousain qui signe ici son premier roman aux Presses de la Cité, ravies de l'accueillir : Sire Cedric, un brin gothique, impose une intrigue haletante, portée par une écriture sous influence anglo-saxonne, sans déchet et visant à l'efficacité. » Le Vif L'Express

        « Le jeune écrivain toulousain Sire Cedric s'impose avec ce roman qui réussit à mêler suspenses, frissons et fantastique. Entre effets de surprise et moments d'angoisse, préparez-vous à être secoué par la lecture de ce roman puissant dont on ne peut - ni ne veut - s'échapper ! » Maxi

        « Si vous aimez trembler, ce livre effrayant est fait pour vous. Devenu maître de l'horreur, l'auteur toulousain nous glace littéralement avec des intrigues diaboliques dignes de Stephen King. » LiRE
         
        « Ce livre, impossible de le lâcher avant la fin [...] Deux jours plus tard, on referme en frissonnant ce thriller réussi d'un auteur toulousain qui sait captiver et glacer le sang. » Midi Libre
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com