Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264078445
Code sériel : 5717
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Balèze

Emmanuelle ARONSON (Traducteur), Philippe ARONSON (Traducteur)
Date de parution : 02/09/2021
Le récit poignant de ce que signifie aujourd'hui grandir dans le Sud des États-Unis en étant un homme noir.
Partant de son enfance dans le Mississippi, passée aux côtés d'une mère brillante mais compliquée, Kiese Laymon retrace les événements et les relations qui l'ont façonné. De ses premières expériences de violence et de racisme jusqu'à son arrivée à New York en tant que jeune universitaire, il évoque avec une... Partant de son enfance dans le Mississippi, passée aux côtés d'une mère brillante mais compliquée, Kiese Laymon retrace les événements et les relations qui l'ont façonné. De ses premières expériences de violence et de racisme jusqu'à son arrivée à New York en tant que jeune universitaire, il évoque avec une sincérité poignante et désarmante son rapport au poids, au sexe et au jeu, mais aussi à l'écriture.
En explorant son histoire personnelle, Kiese Laymon questionne en écho la société américaine ; les conséquences d'une enfance passée dans un pays obsédé par le progrès mais incapable de se remettre en question.
Récit intime qui met en lumière les échecs d'un pays, Balèze est un formidable acte de défi et de courage.

PRESSE : 
« Un récit intime, émaillé de quelques événements d'époque (l'affaire Rodney King, le 11 Septembre...), dressant en écho un état des lieux inédit de l'Amérique d'aujourd'hui. » Rolling Stone
 « Porté par une écriture puissante, Laymon campe le portrait de sa génération de "Noirs du Sud profond", que tout l'exhorte à fuir, et à qui il adresse une prière finale, poignante et gorgée d'amour. » America
 « Un livre qui confine au sublime et qui émeut aux larmes. » Causette
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264078445
Code sériel : 5717
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sarahbelle789 Posté le 27 Juillet 2021
    Pour écrire vrai, sur la culpabilité, le sexe, la violence envers les filles, les troubles obsessionnels , Laymon creuse les stigmates d'une recherche pour parvenirà plaire sans mentir. Dans le sud des Etats-Unis, tabassé par les injustices, il déploie une prose combat habitée par la colère et la poésie, à vif.
  • lecteurinvisible Posté le 27 Juillet 2021
    Dans le récit autobiographique qu'il adresse à sa mère, Kiese Laymon relate son adolescence dans le Mississippi jusqu'à son arrivée à New York, en tant qu'universitaire puis comme prof de lettres. C'est la confession d'un fils à la doctorante engagée dans les combats politiques qui lui achète des encyclopédies "pour le protéger des Blancs ". Evoquant cette mère divorcée aussi brillante que sévère, Laymon retrace les coups distribués par celle qui avait faim de victoires noires.
  • Yokay Posté le 29 Avril 2021
    J’ai été attirée par la couverture de ce livre, rouge avec un titre qui claque en énormes lettres noires. Et puis un bandeau avec l’aval du New York Times. Il a rejoint ma PAL déjà conséquente, il a patienté, puis est venue la période où j’ai enchainé quelques livres sur le thème Black Lives Matter. Et celui-ci en est un très très bon. Un excellent, même. Ce n’est pas un roman, c’est un récit de vie. Une immersion dans la réalité de la vie et des pensées d’un gros américain noir du sud profond, le Mississippi, élevé par une mère seule, intellectuelle mais pauvre. Et comme l’auteur on prend des coups. Mais nous de loin seulement. En restant confortable. Et c’est là que ce livre m’a mise mal à l’aise. Il a ouvert ma conscience comme aucun autre sur le même thème. Parce ce que ça se passe aujourd’hui dans un pays riche et donneur de leçons à la terre entière. Parce que je n’ai pas connu, et ne connaitrai a priori jamais (croisement de doigts), les ségrégations, les humiliations, les privations, la honte, la faim, l’envie, la colère, les coups, la peur, les addictions, les injustices, le racisme, comme Kiese Laymon... J’ai été attirée par la couverture de ce livre, rouge avec un titre qui claque en énormes lettres noires. Et puis un bandeau avec l’aval du New York Times. Il a rejoint ma PAL déjà conséquente, il a patienté, puis est venue la période où j’ai enchainé quelques livres sur le thème Black Lives Matter. Et celui-ci en est un très très bon. Un excellent, même. Ce n’est pas un roman, c’est un récit de vie. Une immersion dans la réalité de la vie et des pensées d’un gros américain noir du sud profond, le Mississippi, élevé par une mère seule, intellectuelle mais pauvre. Et comme l’auteur on prend des coups. Mais nous de loin seulement. En restant confortable. Et c’est là que ce livre m’a mise mal à l’aise. Il a ouvert ma conscience comme aucun autre sur le même thème. Parce ce que ça se passe aujourd’hui dans un pays riche et donneur de leçons à la terre entière. Parce que je n’ai pas connu, et ne connaitrai a priori jamais (croisement de doigts), les ségrégations, les humiliations, les privations, la honte, la faim, l’envie, la colère, les coups, la peur, les addictions, les injustices, le racisme, comme Kiese Laymon et tous ceux qui sont dans la même situation que lui. Je suis blanche. Je n’ai pas vécu une variation de poids de 70 kg, le dégout de soi. Je n’ai pas eu besoin « d’être deux fois plus excellente pour obtenir la moitié » de ceux qui ont fait les mêmes études ou le même travail que moi (même si en tant que femme issue d’un milieu ouvrier, je n’avais pas tout bon au départ). Ce livre m’a également mise mal à l’aise parce que Kiese Laymon l’écrit à sa mère, nous rendant ainsi témoin et voyeur de leur histoire intime, une histoire d’amour et de douleur, d’identité, d’honneur, de fierté, de lutte permanente. Un règlement de compte aussi. On ne s’attend pas du tout à l’intensité, à la violence et à l’ambivalence de leurs rapports. C’est sidérant. Un livre d’une force incroyable. D’une sincérité incroyable. D’une émotion incroyable. Totalement abasourdissant. Indispensable pour comprendre le Black Lives Matter. Indispensable tout court.
    Lire la suite
    En lire moins
  • FloChavy Posté le 22 Mars 2021
    En découvrant le résumé je m’attendais à lire un témoignage sur la condition des noirs américains vivant dans les États du Sud des États-Unis. Ce livre se rapproche plutôt d’une autobiographie, voire d’une longue lettre écrite par l’auteur à l’intention de sa mère afin d’exprimer toues les choses qu’il n’a pas pu lui dire en face au cours des longues années de son enfance puis de son adolescence. Vivant avec une mère célibataire complètement obnubilée par sa carrière de scientifique, Kiese est très tôt livré à lui même et confronté à toutes les violences possibles – drogue, racisme, violences sexuelles, violences physiques. A la violence de la société dans laquelle il gravite s’ajoute la violence de sa mère qui ne lui épargne rien allant de la violence physique jusqu’à violence et la maltraitance psychique. Car bien qu’elle soit une intellectuelle brillante et reconnue dans son milieu elle n’est pas moins addict au jeux avec toutes les conséquences que cela implique. Kiese, qui enfant bénéficie rarement d’un repas digne de ce nom, pèse à douze ans plus de cent kilos. La rage et le désespoir qui s’emparent de lui lorsqu’une fois de plus il est confronté à la stigmatisation et aux discriminations seront aussi celles qui le... En découvrant le résumé je m’attendais à lire un témoignage sur la condition des noirs américains vivant dans les États du Sud des États-Unis. Ce livre se rapproche plutôt d’une autobiographie, voire d’une longue lettre écrite par l’auteur à l’intention de sa mère afin d’exprimer toues les choses qu’il n’a pas pu lui dire en face au cours des longues années de son enfance puis de son adolescence. Vivant avec une mère célibataire complètement obnubilée par sa carrière de scientifique, Kiese est très tôt livré à lui même et confronté à toutes les violences possibles – drogue, racisme, violences sexuelles, violences physiques. A la violence de la société dans laquelle il gravite s’ajoute la violence de sa mère qui ne lui épargne rien allant de la violence physique jusqu’à violence et la maltraitance psychique. Car bien qu’elle soit une intellectuelle brillante et reconnue dans son milieu elle n’est pas moins addict au jeux avec toutes les conséquences que cela implique. Kiese, qui enfant bénéficie rarement d’un repas digne de ce nom, pèse à douze ans plus de cent kilos. La rage et le désespoir qui s’emparent de lui lorsqu’une fois de plus il est confronté à la stigmatisation et aux discriminations seront aussi celles qui le pousseront à trouver l’énergie dont il aura besoin pour s’en sortir. Mais que valent ses efforts au regard d’une société remplie de préjugés ? Constamment renvoyé à son passé, dans quelle mesure peut-il lui échapper ? Je remercie Netgalley France pour cette lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • juustinerobillard Posté le 22 Mars 2021
    Balèze, c'est un roman autobiographique qui surprend. C'est un cri, une lettre, un témoignage écrit à destination de la mère de l'auteur. C'est puissant, perturbant. Au fil de la lecture on remet beaucoup de choses en questions. On se pose des questions. Puis on apprend, en étant immergé dans la vie de Kiese, garçon noir et obèse, fils d'une femme noire cultivée, mais qui galère pourtant. Ce roman est le témoignage poignant d'une société américaine violente, qui rend fragile toute une population noire. Le texte très intime m'a laissée longtemps sur le côté. Je ne me sentais pas visée. Mais, en avançant j'ai été touchée, happée, et ce cri du coeur m'a vraiment émue. Un très beau roman, intime. Un beau récit d'émancipation filiale, écrit avec les tripes dans un style incisif qui claque !
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…