En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Berceuse pour Bérurier

        Pocket
        EAN : 9782266250214
        Code sériel : 42
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 224
        Format : 108 x 177 mm
        Berceuse pour Bérurier

        Date de parution : 24/04/2014
        Y en a, le music-ôle, ils aiment ça.  Y a qu’à voir comme la môme Wenda a insisté pour traîner San-Antonio à l’Alcazar, assister au show du Petit Marcel, l’hypnotiseur des trois Égypte : Regardez-moi dans les yeux… tu parles d’un numéro ! Enfin… un chez qui on ne pourrait pas... Y en a, le music-ôle, ils aiment ça.  Y a qu’à voir comme la môme Wenda a insisté pour traîner San-Antonio à l’Alcazar, assister au show du Petit Marcel, l’hypnotiseur des trois Égypte : Regardez-moi dans les yeux… tu parles d’un numéro ! Enfin… un chez qui on ne pourrait pas soupçonner de goût pour le chobize, c’est bien l’inspecteur Bérurier, dit le Gros. Et vache de coïncidence : le voilà qui monte sa graisse sur les planches, s’offre en volontaire aux sortilèges de l’Orient… et tombe si bien dans les vapes qu’il disparaît totalement ! Pour retrouver sa Baleine au bois dormant et démasquer les mystères de l’Alcazar, San-Antonio va devoir distribuer autre chose que des baisers…
         
        SAN-ANTONIO ANNÉES 60

        Texte original
        @ Titre disponible au format numérique

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266250214
        Code sériel : 42
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 224
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • TmbM Posté le 22 Juillet 2017
          Quelques bourre-pifs, une paire de costumes de chez Borniol, deux ou trois souris peu farouches, le langage proverbialement inventif, une narration imagée, des jeux de mots saugrenus et des exposés dantesques... du pur San-Antonio. Et du grand cru, s'il vous plait ! L'article complet sur mon blog.
        • ntchoubis Posté le 29 Avril 2017
          I. Aujourd'hui, c'est un vrai soir de gala: le commissaire San-Antonio et Wenda, sa bonne amie du moment, se rendent l'Alcazar, music-hall parisien, pour le spectacle du Petit Marcel, un hypnotiseur célèbre en tournée. Pendant le spectacle, ce fameux fakir invite sur scène une flopée de populo, de cobayes volontaires, prêts à être manipulés. Alors vous imaginez la surprise du commissaire, quand il y voit son adjoint, inspecteur Alexandre-Benoît Bérurier, en chair et en os! de surcroît, Béru s'expose à la risée du public plus que ses homologues et à la fin de reprise prend vite la clef des champs. Tenez-vous bien et imaginez la re-surprise san-antonienne: quelques heures plus tard le commissaire croise B.B. (autrement dit Berthe Bérurier) et son ami intime le coiffeur Alfred. Les jeunes premiers, fanés, étriqués et anxieux, sont à la recherche de Béru, mari «cocu mais content», selon les dires de Serge Lama. Il paraît que le Gros a disparu. San-Antonio retourne à l'Alcazar où il l'a vu la dernière fois et pénètre à l'intérieur. Il retrouve le Mastar dans la loge du Petit Marcel. Sous le canapé. En catalepsie. Dans le cirage. En «vadrouille au pays du coma.» Selon le docteur, pour tirer le Gros de cet état,... I. Aujourd'hui, c'est un vrai soir de gala: le commissaire San-Antonio et Wenda, sa bonne amie du moment, se rendent l'Alcazar, music-hall parisien, pour le spectacle du Petit Marcel, un hypnotiseur célèbre en tournée. Pendant le spectacle, ce fameux fakir invite sur scène une flopée de populo, de cobayes volontaires, prêts à être manipulés. Alors vous imaginez la surprise du commissaire, quand il y voit son adjoint, inspecteur Alexandre-Benoît Bérurier, en chair et en os! de surcroît, Béru s'expose à la risée du public plus que ses homologues et à la fin de reprise prend vite la clef des champs. Tenez-vous bien et imaginez la re-surprise san-antonienne: quelques heures plus tard le commissaire croise B.B. (autrement dit Berthe Bérurier) et son ami intime le coiffeur Alfred. Les jeunes premiers, fanés, étriqués et anxieux, sont à la recherche de Béru, mari «cocu mais content», selon les dires de Serge Lama. Il paraît que le Gros a disparu. San-Antonio retourne à l'Alcazar où il l'a vu la dernière fois et pénètre à l'intérieur. Il retrouve le Mastar dans la loge du Petit Marcel. Sous le canapé. En catalepsie. Dans le cirage. En «vadrouille au pays du coma.» Selon le docteur, pour tirer le Gros de cet état, il faut s'adresser à celui qui l'y a plongé. Et le hic est que Edwin Zobedenib (ou le Petit Marcel) ne peut pas le réveiller parce que ce n'est pas lui qui l'ai endormi!.. II. «Berceuse pour Bérurier» est encore un petit san-antonio paru en 1960 (4e trimestre). le quarante-deuxième. Mon opinion sur ce livre coïncide presque entièrement avec mes pensées sur «San-Antonio renvoie la balle», volume précédent de la série. Un polar moyen, privé de la plupart des éléments san-antoniens (des digressions lyriques, des énumérations, des calembours), mais nanti de toutes les malaises de la phase initiale de son oeuvre. (une intrigue niaise, tirée par les cheveux, des rôles très réduits de Pinaud et Bérurier, etc.) Hélas, pour moi la mayonnaise n'a pas pris… III. Je me demande quelle chanson pourrait faire office de berceuse bérurienne. Je vous le donne en mille, que ça va être «La berceuse du petit diable» de Roch Voisine. Chacun a son péché mignon 🙂 3.0/5 À NOTER : #9830; Le premier détail sur le Vieux et sa vie privée: celui-ci a une fille. («La petite-fille à Céleste, celle qui a épousé l’Américain, Mistress Blankett (de Vaux), est une amie de la fille du Vieux.»)
          Lire la suite
          En lire moins
        • lecassin Posté le 30 Décembre 2015
          « Berceuse pour Bérurier », 41ème volume de la série, paru en 1960, si, comme c’est mon cas on la fait débuter avec « Laissez tomber la fille ». Une histoire à dormir debout… Mais non, pas vraiment : San-Antonio, accompagné de sa donzelle du moment se rend à l’Alcazar, une salle de spectacle dirigée par un certain M. Poulatrix, où se produit le Petit Marcel, un hypnotiseur . Quelle n’est pas la surprise du commissaire quand il voit dans les volontaires recrutés en salle la face mafflue de Bérurier, soi-même ; endormi de main de maître sur scène, puis peu après déclaré disparu par sa Berthe ; enfin retrouvé dans la loge de Zobdenib, alias le Petit Marcel, endormi à nouveau, mais sous le sofa… Un petit San-Antonio des familles, où on sort – et c’est encore rare – des affaires de contre-espionnage post seconde guerre mondiale… Un petit San-Antonio, disais-je… oui, par l’intrigue un peu tirée par les cheveux (même pas grave) ; par Béru, ensuite, endormi une bonne partie du volume et qui, par conséquent, ne tient pas sa place habituelle (c’est plus grave) dans le décor ; enfin un petit rôle (comme souvent) - petit mais décisif -... « Berceuse pour Bérurier », 41ème volume de la série, paru en 1960, si, comme c’est mon cas on la fait débuter avec « Laissez tomber la fille ». Une histoire à dormir debout… Mais non, pas vraiment : San-Antonio, accompagné de sa donzelle du moment se rend à l’Alcazar, une salle de spectacle dirigée par un certain M. Poulatrix, où se produit le Petit Marcel, un hypnotiseur . Quelle n’est pas la surprise du commissaire quand il voit dans les volontaires recrutés en salle la face mafflue de Bérurier, soi-même ; endormi de main de maître sur scène, puis peu après déclaré disparu par sa Berthe ; enfin retrouvé dans la loge de Zobdenib, alias le Petit Marcel, endormi à nouveau, mais sous le sofa… Un petit San-Antonio des familles, où on sort – et c’est encore rare – des affaires de contre-espionnage post seconde guerre mondiale… Un petit San-Antonio, disais-je… oui, par l’intrigue un peu tirée par les cheveux (même pas grave) ; par Béru, ensuite, endormi une bonne partie du volume et qui, par conséquent, ne tient pas sa place habituelle (c’est plus grave) dans le décor ; enfin un petit rôle (comme souvent) - petit mais décisif - pour Pinaud… Seuls les calembours sur les noms de personnages sont là ( Edwin Zobdenib, le commissaire Méteaud, le professeur Tessingler ) … Pour les autres ingrédients de la recette, kama-Sutra personnel du commissaire, digressions déjantées, énumérations loufoques, fantaisies diverses, vous repasserez… Un San-Antonio un peu sec, comme rédigé à la va-vite.
          Lire la suite
          En lire moins
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com