Lisez! icon: Search engine

Bonjour tristesse

Pocket
EAN : 9782266195584
Code sériel : 3564
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm
Bonjour tristesse

Date de parution : 05/05/2009

LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

La villa est magnifique, l'été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l'amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s'amusent, ils...

LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

La villa est magnifique, l'été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l'amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s'amusent, ils n'ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d'une femme de cœur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.

C'était l'été 1954. On entendait pour la première fois la voix sèche et rapide d'un « charmant petit monstre » qui allait faire scandale. La deuxième moitié du XXe siècle commençait. Elle serait à l'image de cette adolescente déchirée entre le remords et le culte du plaisir.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266195584
Code sériel : 3564
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sadia456 Posté le 28 Novembre 2019
    J'ai du lire Sagan à l'école et n'ai pas fort aimé. J'ai découvert il y a quelques jours le film en DVD. Je ne l'ai pas fort aimé non plus. La frivolité des années 50 n'est plus d'actualité, même si les émois amoureux restent l'émerveillement de la jeunesse, avec tout ce qu'ils peuvent engendrer de cruel. Je suis étonnée en apprenant que ce roman a choqué les lecteurs. Vrai, une femme libre n'était pas vraiment dans l'air du temps. On préparait les filles à être épouse et mère. L’évocation libre de la sexualité et de la frivolité d’une jeune fille faisait frémir les ligues religieuses et les imbéciles de tous bords. S'affranchir des règles revenait à se mettre à l'écart de la société. C'est ce qui se passe encore dans certains pays.
  • bfauriaux Posté le 17 Novembre 2019
    Un livre sublime qui se lit tres vite se dévore meme, pour ma part j'ai adoré et j'ai passé un excellent moment de lecture j'espere qu'il en sera de meme pour vous l'ecriture de Sagan est unique et doit etre decouverte !
  • sido73 Posté le 3 Novembre 2019
    Une relecture au programme de ce week-end et le plaisir de retrouver l'écriture fluide de Françoise Sagan . Sous un beau soleil, au bord d'une mer calme et reposante,dans une belle villa du sud de la France, parmi des gens aisés, une jeune fille de 17 ans découvre l'amour, la manipulation, le pouvoir,... elle se découvre. Ce livre au ton faussement léger, à la fois cruel et doux, n'est que paradoxe ! La vie en somme ...
  • izziederives Posté le 12 Octobre 2019
    Coup de cœur et c'était pourtant mal parti. Je venais de quitter Kovacs et son cynisme, Harlan et ses lunes voguant sur ses étendues d'eau glacée, la cohue de Millsport, les déClass et la chasse aux Minmils. Je désespérais de ne pas participer au soulèvement néoquelliste, de ne pouvoir percer les mystères du « Feu du ciel », les secrets de la civilisation martienne disparue. Je rêvais d'un quatrième tome que je me serais empressée d'acheter pour satisfaire mon besoin d'évasion et de causes perdues. Je n'avais aucune envie de revenir sur Terre, dans un passé révolu, raconté par une plume morte depuis des décennies. C'était trop triste. Ça semblait fade. Et chiant. Une tranche de vie comme on en a tous connue : l'été, l'adolescence, l'amour, la cruauté des sentiments. En 2019, rien de nouveau. Mais pour l'époque, racontée par une si jeune fille, autant dire que je me suis prise une belle claque. Je me suis sentie sotte et j'ai tourné les pages avec une rare frénésie. J'imaginais une gamine, calée derrière sa machine à écrire, ou griffonnant des pages et des pages à l'encre noire, ou bleu, raturant, revenant en arrière, relisant. Ou peut-être est-ce venu avec la... Coup de cœur et c'était pourtant mal parti. Je venais de quitter Kovacs et son cynisme, Harlan et ses lunes voguant sur ses étendues d'eau glacée, la cohue de Millsport, les déClass et la chasse aux Minmils. Je désespérais de ne pas participer au soulèvement néoquelliste, de ne pouvoir percer les mystères du « Feu du ciel », les secrets de la civilisation martienne disparue. Je rêvais d'un quatrième tome que je me serais empressée d'acheter pour satisfaire mon besoin d'évasion et de causes perdues. Je n'avais aucune envie de revenir sur Terre, dans un passé révolu, raconté par une plume morte depuis des décennies. C'était trop triste. Ça semblait fade. Et chiant. Une tranche de vie comme on en a tous connue : l'été, l'adolescence, l'amour, la cruauté des sentiments. En 2019, rien de nouveau. Mais pour l'époque, racontée par une si jeune fille, autant dire que je me suis prise une belle claque. Je me suis sentie sotte et j'ai tourné les pages avec une rare frénésie. J'imaginais une gamine, calée derrière sa machine à écrire, ou griffonnant des pages et des pages à l'encre noire, ou bleu, raturant, revenant en arrière, relisant. Ou peut-être est-ce venu avec la spontanéité d'un premier jet, avec la naïveté de ses dix-sept ans. Toujours est-il qu'à son âge, j'aurais voulu savoir écrire avec la même sagacité, peindre des portraits avec la même finesse, cette profonde lucidité, en si peu de mots, avec une simplicité qui m'a à certains endroits bouleversée. Aucune lourdeur, aucune fioriture, aucune prétention. L'intrigue elle-même est d'une sobriété élégante. On sent venir le drame, mais il émeut quand même. Et au bout de quelques centaines de pages, après l'insouciance, le sable chaud qui colle aux pieds, la moiteur de l'air qui enduit la peau au fil des pages, voilà que vient la mort dans la pinède.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Na_Qtt Posté le 4 Octobre 2019
    Un petit bouquin à lire sur la plage ou en coin de cheminée. N'exalte pas les foules, mais n'est pas totalement vain.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Pocket

    Françoise Sagan, quarante ans de littérature

    Paru le 19 octobre dernier chez Plon, l'inédit de Françoise Sagan Les Quatre coins du cœur a fait grand bruit. De cette tonitruante actualité, propice à déchaîner les passions, celle que François Mauriac qualifiait de "charmant petit monstre" était coutumière, tout au long d'une carrière littéraire constitutive d'un précieux fonds "Sagan" chez Pocket.

    Lire l'article