RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Bonjour tristesse

            Pocket
            EAN : 9782266195584
            Code sériel : 3564
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 160
            Format : 108 x 177 mm
            Bonjour tristesse

            Date de parution : 05/05/2009

            LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

            La villa est magnifique, l'été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l'amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s'amusent, ils...

            LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

            La villa est magnifique, l'été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l'amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s'amusent, ils n'ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d'une femme de cœur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.

            C'était l'été 1954. On entendait pour la première fois la voix sèche et rapide d'un « charmant petit monstre » qui allait faire scandale. La deuxième moitié du XXe siècle commençait. Elle serait à l'image de cette adolescente déchirée entre le remords et le culte du plaisir.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266195584
            Code sériel : 3564
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 160
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            4.95 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • LiliAzad Posté le 23 Juillet 2019
              J'ai lu ce classique sur le tard et j'ai bien fait parce que je pense qu'il faut un minimum de maturité pour s'imprégner de la plume de cette magicienne. Un roman rare.
            • Sea Posté le 4 Juillet 2019
              Un classique au charme désuet. Du romantisme. Sur la naissance de l’amour, sur l’inconvenance des comportements, sur les désirs multiples, sur la confusion des sentiments. Pas de coup de cœur mais un attachement à cette auteure qui fait naître le trouble. Lis Bonjour Tristesse, tu accompagnes Cécile l’adolescente inconstante, tu vis avec elle, tu vis dans ses pensées nets et dans ses pensées plus complexes, plus troubles, tordues. Cela se passe dans les années cinquante, c’est l’été, le moment où le corps et l’esprit s’ébattent. Cécile découvre le plaisir de l’amour charnel. Le père de Cécile vit légèrement, il ne s’attache qu’au plaisir de l’instant, il vit dans une sorte de débauche, il entraîne sa fille avec lui. Il fait de nombreuses conquêtes féminines passagères. Cette vie leur plaît. Voilà qu’une vraie dame, Anne, en tout point différente d’eux, vient casser l’ordre des choses. Anne tombe amoureuse de ce père que Cécile aime tant. Cécile élabore un plan diabolique, elle connaît trop bien son père, elle ne se résout pas à la nouvelle liaison qu’entretient son père. Elle ne le veut pas qu’à une seule. Le reste c’est à vous de le découvrir. J’aime bien mais c’est peut-être trop court.
            • Amakir Posté le 3 Juin 2019
              Sagan... ce charmant petit monstre que j'aime tant. Je l'aime pour sa simplicité naturelle et son élégance. La classe est dans le mot ; le ton est juste, authentique, incisif et percutant. Sagan, toute en modestie. Une intelligence déconcertante dans un monde d'hommes, elle sera l'objet de scandales. Rien d'étonnant. Bonjour tristesse sonne comme le titre d'une chanson, à la douceur mélancolique. Selon la sensibilité de chaque lecteur, il est fréquent d'entendre la musicalité fredonner dans sa tête en la lisant... Avec ce roman, nous assistons à la naissance de la deuxième moitié du XXème siècle. Merci Madame. Quel beau contraste que ce délectable chaos ! Nous vivons de l'intérieur les tiraillements d'une adolescente confrontée à ses pires amertumes et regrets... Le tout après avoir ressenti un plaisir inavouable et abyssal. Quel désordre de vivre un tel déchirement. Tous les actes ont leurs conséquences, sans point de demi-tour. C'est irréversible. Une jeune fille face à ses péchés. "C'étaient des larmes assez agréables, elle ne ressemblaient en rien à ce vide, ce vide terrible que j'avais ressenti dans cette clinique devant la lithographie de Venise." Je sens encore la chaleur étouffante de l'été où succombent les désirs brûlants de l'interdit. "Je craignais que l'on pût lire sur mon... Sagan... ce charmant petit monstre que j'aime tant. Je l'aime pour sa simplicité naturelle et son élégance. La classe est dans le mot ; le ton est juste, authentique, incisif et percutant. Sagan, toute en modestie. Une intelligence déconcertante dans un monde d'hommes, elle sera l'objet de scandales. Rien d'étonnant. Bonjour tristesse sonne comme le titre d'une chanson, à la douceur mélancolique. Selon la sensibilité de chaque lecteur, il est fréquent d'entendre la musicalité fredonner dans sa tête en la lisant... Avec ce roman, nous assistons à la naissance de la deuxième moitié du XXème siècle. Merci Madame. Quel beau contraste que ce délectable chaos ! Nous vivons de l'intérieur les tiraillements d'une adolescente confrontée à ses pires amertumes et regrets... Le tout après avoir ressenti un plaisir inavouable et abyssal. Quel désordre de vivre un tel déchirement. Tous les actes ont leurs conséquences, sans point de demi-tour. C'est irréversible. Une jeune fille face à ses péchés. "C'étaient des larmes assez agréables, elle ne ressemblaient en rien à ce vide, ce vide terrible que j'avais ressenti dans cette clinique devant la lithographie de Venise." Je sens encore la chaleur étouffante de l'été où succombent les désirs brûlants de l'interdit. "Je craignais que l'on pût lire sur mon visage les signatures éclatantes du plaisir, en ombres sous mes yeux, en relief sur ma bouche, en tremblements." J'aurais mis un certain temps, ou plutôt un temps certain pour me livrer à la critique de Bonjour tristesse. C'est avec délectation et beaucoup d'affection que je l'écris. Car, Françoise Sagan j'aurais aimé la rencontrer, la connaître. J'aurais aimé qu'elle fasse partie de mes joies, de mes peines, parmi mes amies. Elle fera toujours partie de mon coeur. Le coeur insatiable de la lectrice curieuse et amoureuse que je suis. Au plaisir de vous relire, Françoise Sagan. Lu en mars 2008
              Lire la suite
              En lire moins
            • mumuboc Posté le 22 Mai 2019
              Je me souviens vaguement avoir lu ce roman il y a très longtemps, il ne m’avait pas particulièrement marquée et avoir pensé : mais pourquoi parle-t-on tant de ce roman, qu’a-t-il d’exceptionnel ? J’ai profité du thème de la prochaine rencontre du club de lecture pour le relire, ayant, malgré tout, un peu le sentiment d’être passé à côté…. Sur ce sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse. C’est un sentiment si complet, si égoïste que j’en ai presque honte alors que la tristesse m’a toujours paru honorable. Je ne la connaissais pas, elle, mais l’ennui, le regret, plus rarement le remords. Aujourd’hui, quelque chose se replie sur moi comme une soie, énervante et douce, et me sépare des autres. (p11) Ces quatre premières lignes résument presque à elles seules ce roman. Françoise Sagan fait de Cécile, l’archétype de la jeune fille de 17 ans, oisive et insouciante, qui profite de la liberté que lui offre son père, Raymond, bien plus occupé par ses conquêtes qu’à surveiller celle-ci. Ils sont complices, Raymond trouvant dans la jeunesse de sa fille et celle de ses liaisons une vitalité qu’il voit s’éloigner à la... Je me souviens vaguement avoir lu ce roman il y a très longtemps, il ne m’avait pas particulièrement marquée et avoir pensé : mais pourquoi parle-t-on tant de ce roman, qu’a-t-il d’exceptionnel ? J’ai profité du thème de la prochaine rencontre du club de lecture pour le relire, ayant, malgré tout, un peu le sentiment d’être passé à côté…. Sur ce sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse. C’est un sentiment si complet, si égoïste que j’en ai presque honte alors que la tristesse m’a toujours paru honorable. Je ne la connaissais pas, elle, mais l’ennui, le regret, plus rarement le remords. Aujourd’hui, quelque chose se replie sur moi comme une soie, énervante et douce, et me sépare des autres. (p11) Ces quatre premières lignes résument presque à elles seules ce roman. Françoise Sagan fait de Cécile, l’archétype de la jeune fille de 17 ans, oisive et insouciante, qui profite de la liberté que lui offre son père, Raymond, bien plus occupé par ses conquêtes qu’à surveiller celle-ci. Ils sont complices, Raymond trouvant dans la jeunesse de sa fille et celle de ses liaisons une vitalité qu’il voit s’éloigner à la quarantaine. C’est un été de rencontres décisives pour le père et la fille. Tout d’abord celle avec Cyril, un étudiant plus âgé qu’elle, avec qui elle flirte. Puis l’arrivée d’Anne, à l’invitation de son père, amie de sa mère. C’est une femme calme, mûre, sûre d’elle, qui va bouleverser leur quotidien et le couple formé par le père et la fille. Cécile supporte mal la présence de cette femme belle, élégante, responsable. Elle lui reproche d’accaparer son père et surtout de se mettre en tête de régenter la vie de Cécile. L’annonce de leur mariage va pousser la jeune fille à tout mettre en œuvre pour retrouver sa vie légère et sans contrainte qu’ils avaient instaurée. Françoise Sagan décrit avec précision et justesse le contexte : en quelques phrases précises et justes on se glisse dans la villa, on s’immisce dans leur quotidien estival, grâce à Cécile, qui raconte comment ses sentiments évoluent, passant de l’insouciance à la révolte, installant ses pions pour manipuler à la fois Elsa, la jeune femme qui accompagnait son père avant l’arrivée d’Anne, et Cyril qui y consent naïvement, par amour pour elle, mais aussi sur ce qu’elle ressent profondément, partagée entre des sentiments ambivalents. Cette lucidité n’était-elle pas la pire des erreurs ? Je me débattais des heures entières dans ma chambre pour savoir si la crainte, l’hostilité que m’inspirait Anne à présent se justifiaient ou si je n’étais qu’une petite jeune fille égoïste et gâtée en veine de fausse indépendance. (p72) La chaleur de l’été et la froideur des échanges entre Cécile et Anne, l’insouciance des journées puis les restrictions instaurées par Anne, la révolte de Cécile, elle qui se laissait porter par la vie, elle qui découvre qu’elle est capable de manipulations, de vengeance, d’hypocrisie donne à l’ensemble un récit tout en contrastes. L’orage menace, les prémices sont là, la situation échappe un peu à la jeune fille et elle fait même preuve de lâcheté en laissant ensuite chacun décider de leur sort. Parallèlement à la situation, Cécile découvre le plaisir dans les bras de Cyril tombé amoureux d’elle et qui veut l’épouser. Pour elle il ne s’agit pas d’amour mais de plaisir, de douceur, de découverte. Elle se sent devenir Femme, ne prend pas position par rapport à la demande de Cyril, elle ne veut penser qu’à son plaisir. J’éprouvais, en dehors du plaisir physique et très réel que me procurait l’amour, une sorte de plaisir intellectuel à y penser. Les mots « faire l’amour » ont une séduction à eux, très verbale, en les séparant de leur sens. Ce terme de « faire », matériel et positif, uni à cette abstraction poétique du mot « amour », m’enchantait, j’en avais parlé avant sans la moindre pudeur, sans la moindre gêne et sans en remarquer la saveur. (p114) Françoise Sagan, dont c’était le premier roman qui fit beaucoup de bruit lors de sa sortie et la propulsa comme représentante de la jeunesse, avait pratiquement l’âge de son héroïne quand elle écrit ce roman. Je pense qu’elle a mis beaucoup d’elle-même dans le ressenti de son héroïne, à la fois une certaine maturité dans ses réflexions et une insouciance par rapport aux faits, aux événements et leurs conséquences. Elle fait de son roman une étude psychologique et sociétale, restituant parfaitement, malgré son jeune âge, toute l’ambivalence d’une jeune fille, confortablement installée dans une vie de privilèges, égoïste et capricieuse, qui ne voit que son propre bien être tout en disséquant, presque au microscope, sa découverte des sentiments humains et de leurs conséquences. J’ai trouvé la construction remarquable : une écriture précise, directe, allant à l’essentiel, faisant passer dans ses mots l’ambiance, les sentiments et la chaleur de cet été. Malgré le drame père et fille continueront leurs vies comme avant, mais auront connu la tristesse. Quelque chose monte alors en moi que j’accueille par son nom, les yeux fermés : Bonjour Tristesse. (p154) Contente d’avoir ressorti ce roman de mes étagères, de le relire, il y a un moment pour chaque livre et je comprends mieux après cette lecture l’engouement qu’il a suscité à l’époque, j’ai été séduite par cette écriture efficace, directe, où je retrouvais le rythme de sa voix.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Givry Posté le 6 Mai 2019
              C'est une histoire de désespoir servie par une délicate langue française. L'héroïne nous raconte l'été passé, avec tant de désinvolture que le lecteur ne peut imaginer son issue tragique. Françoise Sagan dépeint cet apprentissage du monde adulte, plein de maîtrise, où l'on peut agir selon ses propres choix. Elle décrit l'opposition entre deux mondes : l'un de fêtes, de frivolité, d'ennui peut-être un peu et celui du travail, de la construction de sa vie, de ses relations. Ce petit livre se lit tout seul, nous plonge dans la Provence l'été, les journées chaudes qui se répètent sans cesse et où tout est facile. Il m'a évoqué « Rêves de garçon » de Laura Kasischke car il s'y trouve la même cruauté de la jeunesse qui ne pense qu'à s'amuser en dépit de la réalité, de la dureté de la vie qui lui est encore épargnée. Très grand roman à la hauteur de sa réputation.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.