Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264069689
Code sériel : 5173
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Captifs

Marie Hermet (traduit par)
Collection : Domaine Policier
Date de parution : 16/02/2017
Enfermés. Par qui ? Pourquoi ? Jusqu’à quand?
Linus, 16 ans, se réveille un matin sur le sol d'un sinistre bunker souterrain. Sans eau, sans nourriture... et sans la moindre explication. Manifestement, il a été kidnappé. Pour quel motif ? Et qu'attend-on de lui ? Les jours passent. D'autres détenus, n'ayant apparemment rien en commun, sont amenés par un... Linus, 16 ans, se réveille un matin sur le sol d'un sinistre bunker souterrain. Sans eau, sans nourriture... et sans la moindre explication. Manifestement, il a été kidnappé. Pour quel motif ? Et qu'attend-on de lui ? Les jours passent. D'autres détenus, n'ayant apparemment rien en commun, sont amenés par un ascenseur… Une petite fille. Un vieil homme malade. Un toxicomane. Un autre homme, une autre femme. Capturés en pleine rue, comme lui. Nourris, désormais, constamment surveillés. Et incapables de comprendre ce qu'ils font en ce lieu. Bientôt, et tandis que le temps commence à perdre sa réalité, une horrible vérité se fait jour. Il ne s'agit plus de sortir – c'est manifestement impossible. Il s'agit de survivre. Ensemble. Le plus longtemps possible. En espérant obtenir une réponse à la seule question qui vaille : Pourquoi ? 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264069689
Code sériel : 5173
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bouton Posté le 10 Avril 2021
    Enlevés les uns après les autres, une femme, quatre hommes et une petite fille se retrouvent enfermés, épiés à l’aide de caméra et de micros sans possibilité de s’échapper. Combien de temps cela va durer ? Sont-ils condamnés à y vivre ? Pire ! A y mourir ? J’ai aimé avoir affaire à des gens ordinaires dans une situation extraordinaire ! En effet, le plus souvent dans les histoires il y a toujours un ou des héros qui sauvent les autres. Là chaque personnage a sa personnalité et à travers ce huis-clos horrible l’auteur nous montre toute la noirceur de l’âme humaine. Un page-turner que ce roman qui m’a donné une furieuse envie de savoir la fin. Terrible !
  • SD49 Posté le 2 Septembre 2019
    J'aime les histoires de séquestration et en voici une nouvelle, un huis clos dans une espèce de bunker.  La forme est originale puisque nous lisons le journal écrit par Linus 16 ans. Il n'est pas tout seul dans ce bunker et nous découvrons peu à peu comment la vie s'y organise.  Linus nous décrit les bons côtés des personnages mais aussi les moins bons, jusqu'où certains sont près à aller pour survivre et s'échapper. Certains passages font froid dans le dos et je l'ai lu très rapidement car je voulais savoir qui allait s'en sortir et comment... C'est horrible mais c'est bien fait !
  • titiseb77 Posté le 22 Juin 2019
    Quel livre, j'ai adoré et donc dévoré ce livre. Nous suivons Linus, jeune adolescent qui vient de se faire kidnapper et se retrouve dans un bunker sans eau, sans nourriture, par contre, étrangement ce bunker compte six chambres, six chaises, six couverts, au bout de quelques jours une gamine de neuf ans vient le rejoindre et s'ensuivront 4 autres personnes, qui les a kidnapper ? Pourquoi ? Qu'attend on nous d'eux ? Une grande série de questions vient accompagner ces enlèvements. Leurs vies en communauté va s'organiser, le quotidien va se mettre en place, avec malgré tout, une folle envie de s'enfuir, oui mais comment, et l'éternelle question, pourquoi ont-ils étaient enlevés. Ce huis-clos est raconté sous la forme d'un récit que Linus fait au fur et à mesure de sa captivité. J'ai été happé par ce livre, et je le recommande vivement.
  • lilibookncook Posté le 3 Janvier 2018
    Je commencerais l'année avec un roman qui m'a interpellé. Beaucoup ! Un huis clos oppressant, un ravisseur dont on ne connaît rien, des enlevés au nombre de six enfermés dans un bunker, des privations et des récompenses. Pas un polar, pas vraiment un thriller mais plutôt une introspection psychologique. J'ai titillé votre curiosité? Tant mieux car j'ai été autant surpris que dubitative.  A seize ans Linus a déjà goûté aux désagréments de la vie. Une mère qui n'est plus, un père aux abonnés absents et un abonnement au pensionnat le confortent dans son choix de vie marginal. Fatigué de supporter un père étourdi par l'argent et la drogue, il claque la porte pour ouvrir celle de la rue. Désormais SDF, il découvre un monde glacé et glaçant, mais n'était pas préparé à ce qui l'attendait... Amadoué puis kidnappé par un homme se faisant passer pour un aveugle Linus se réveille seul un matin, dans un bunker. Alors qu'il examine les lieux comportant une cuisine, une salle de séjour, une salle de bain et six chambres, il se sait observé par de minuscules caméras. Les jours passent, mais sa solitude est vite remisée par l'apparition d'autres détenus arrivés par le seul et unique accès vers l'extérieur: l'ascenseur. Ainsi, une petite fille, un vieil... Je commencerais l'année avec un roman qui m'a interpellé. Beaucoup ! Un huis clos oppressant, un ravisseur dont on ne connaît rien, des enlevés au nombre de six enfermés dans un bunker, des privations et des récompenses. Pas un polar, pas vraiment un thriller mais plutôt une introspection psychologique. J'ai titillé votre curiosité? Tant mieux car j'ai été autant surpris que dubitative.  A seize ans Linus a déjà goûté aux désagréments de la vie. Une mère qui n'est plus, un père aux abonnés absents et un abonnement au pensionnat le confortent dans son choix de vie marginal. Fatigué de supporter un père étourdi par l'argent et la drogue, il claque la porte pour ouvrir celle de la rue. Désormais SDF, il découvre un monde glacé et glaçant, mais n'était pas préparé à ce qui l'attendait... Amadoué puis kidnappé par un homme se faisant passer pour un aveugle Linus se réveille seul un matin, dans un bunker. Alors qu'il examine les lieux comportant une cuisine, une salle de séjour, une salle de bain et six chambres, il se sait observé par de minuscules caméras. Les jours passent, mais sa solitude est vite remisée par l'apparition d'autres détenus arrivés par le seul et unique accès vers l'extérieur: l'ascenseur. Ainsi, une petite fille, un vieil intellectuel, un toxicomane, un autre homme et une autre femme complètent le sordide tableau. Qui est derrière tout ça? Pourquoi eux? Comment sortir? Mais si la vraie question était de survivre aux autres?  Journal du jeune Linus, j'ai été très surpris par la forme du roman. Non seulement il s'adresse directement au lecteur, mais il instaure une proximité, une intimité avec celui-ci. J'avais la forte impression de détenir un VRAI journal de bord, d'une personne VRAIMENT enlevée, ce qui a renforcé mon malaise. Ce journal loin de n'être qu'un recueil de pensées devient une arme, un moyen détourné d'éventuellement piéger le ravisseur qui met volontairement à disposition de tous les détenus des cahiers... Tordu? Oh oui ! Comme un voyeur ou un témoin de l'horreur, le lecteur pressent que l'effroi n'est que le début d'un long processus psychologique... Ne soyez pas surpris par le nihilisme du récit, ni l'expérience d'enfermement qui en ressort mais pensez plutôt tests sociologiques et observations. Comment vont-ils tous interagir entre eux? Alors que les personnages découvrent leur nouvel environnement et les codes qui en régissent les règles, Kevin Brooks expose leurs psychologies, leurs forces comme leurs faiblesses. Parfois attachants comme effrayants, ils regorgent tous d'une violence plus ou moins maîtrisée. J'y ai vu des moments de tendresses, de la brutalité mais surtout un degré de folie encouragé par l'ennui et la solitude. La situation se dégrade rapidement par de petites défaites à piéger leur kidnappeur, ce qui ne fait qu'attiser ses vengeances pour mieux diviser, révélant cruauté et individualisme de certains. Sournois ce ravisseur? Plutôt oui... D'autant plus qu'on ne sait absolument rien de lui, de ses motivations et de ses intentions sinon à jouer avec ses victimes! Vous l'aurez compris la paranoïa atteint invariablement son paroxysme jusqu'à... non mais avez vraiment cru que je vous donnerai des indices? La fin, déstabilisante, laisse un goût d'inachever. Mais est-ce vraiment l'essentiel? Pour moi le romancier tente de créer une ambiance, décortiquer le comportement au-delà d'un début et d'une fin. Au fond, ne sommes-nous pas le fruit de son expérience ?  Pour apprécier pleinement ce roman, un café bien noir et toute une fournée de palets aux raisins ne seront pas de trop pour venir à bout de ce faux journal.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lalilidelili Posté le 10 Octobre 2017
    Comment dire que je suis assez déçue de ce livre.. Y'a certains passages dont j'ai rien compris et j'ai trouvé que certain personnage n'avait rien a faire dans cette histoire. On est bien entendus très loin d'un coup de coeur ...
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…