Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782352874836
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 245
Format : 110 x 178 mm

Carnets secrets

Anissa Delarue (Préface)
Collection : Biographie
Date de parution : 02/05/2013
Un des projets majeurs de Jean-Luc Delarue était de publier l'autobiographie à laquelle il travaillait depuis de longues années et dont l'écriture l'occupait encore peu de temps avant sa disparition.L'enfant prodige de la télé y dévoile ses blessures d'enfance, ses relations houleuses avec sa famille, mais aussi ses joies, son... Un des projets majeurs de Jean-Luc Delarue était de publier l'autobiographie à laquelle il travaillait depuis de longues années et dont l'écriture l'occupait encore peu de temps avant sa disparition.L'enfant prodige de la télé y dévoile ses blessures d'enfance, ses relations houleuses avec sa famille, mais aussi ses joies, son amour de la vie, sa résilience. Il y raconte son arrestation pour possession de cocaïne, évoquant sans fard l'enfer de la drogue et de l'alcool, la cour des faux amis mais aussi sa paternité et sa patiente reconstruction auprès d'Anissa, sa femme.Homme public, homme privé, homme passionné, il raconte sa vie et ses combats, ses échecs et ses réussites, ses addictions et sa rédemption. Il évoque ses doutes et ses bonheurs d'homme, son rapport aux femmes et à la paternité. Un témoignage exceptionnel, traversé par l'incroyable énergie qui le caractérisait.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782352874836
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 245
Format : 110 x 178 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ArlieRose Posté le 16 Septembre 2019
    J'aime les autobiographies de nos contemporains. J'ai souvent regardé l'émission de Jean-Luc Delarue, "Ça se discute" et j'ai suivi avec tristesse tout ce qui a été dit sur lui dans les dernières années de sa vie. Pourquoi faut-il que les médias donnent un aperçu partiel et partial des gens en vue, qui ont aussi une vie personnelle et droit à une vie privée ? J'ai apprécié cette lecture, y compris la préface de sa femme Anissa. Très intéressant et émouvant.
  • Jstrange Posté le 11 Mai 2016
    Bonne découverte, je ne pense pas qu'il a eu à faire a un Ghost Writer, le style est tres bon, assez bluffant même.
  • jg69 Posté le 3 Mars 2015
    Cette autobiographie posthume de Jean-Luc Delarue a pour but, selon les dires de J.C. Delarue, de raconter son histoire à son fils Jean. C'est le récit de son enfance, de sa descente dans l'enfer de la drogue, de son cancer. Il analyse ses relations familiales et professionnelles. Il n'épargne personne : ses parents, en particulier sa mère, son ex compagne mère de son fils. C'est touchant car il se révèle sensible mais aussi très tourmenté, parfois au bord du désespoir.
  • greg320i Posté le 2 Mars 2015
    A toi le golden Boy, toi qui avez rappé d'un petit air salace sur le mot globe lors d'une soirée pour aguicher Yamina d'un humour que certains jugerons graveleux . A toi qui dérape lors d'un embarquement décidemment raté après une mauvaise soirée familial Mais à toi aussi qui a souffert par cette même famille, de ta propre mère, qui ne sera pas ton idéal féminin , au contraire de ta chère grand-mère tant aimé. Toi qui ne sera jamais lésé par la télé mais dont beaucoup jugerons ton succès trop facile, Puéril ces gens là, aisé et aidé par les médias de te poignarder ' planche à billets' ils volèrent bien sûr chèrement ces photos de ta détresse,voulurent ta peau à tout prix , eux qui ne comprennent pas ton moral sans préavis de ton mal non-dit. Tous cela d'ailleurs ne t'on jamais compris: ta vie, tes excès , ta timidité .. Car oui , Delarue, bien loin de son anagramme de dealer était avant tout un homme sensible, se cachant derrière un personnage haut et fort , mais qui à l'intérieur sentait déjà la mort par l'abus de substances non désirées par... A toi le golden Boy, toi qui avez rappé d'un petit air salace sur le mot globe lors d'une soirée pour aguicher Yamina d'un humour que certains jugerons graveleux . A toi qui dérape lors d'un embarquement décidemment raté après une mauvaise soirée familial Mais à toi aussi qui a souffert par cette même famille, de ta propre mère, qui ne sera pas ton idéal féminin , au contraire de ta chère grand-mère tant aimé. Toi qui ne sera jamais lésé par la télé mais dont beaucoup jugerons ton succès trop facile, Puéril ces gens là, aisé et aidé par les médias de te poignarder ' planche à billets' ils volèrent bien sûr chèrement ces photos de ta détresse,voulurent ta peau à tout prix , eux qui ne comprennent pas ton moral sans préavis de ton mal non-dit. Tous cela d'ailleurs ne t'on jamais compris: ta vie, tes excès , ta timidité .. Car oui , Delarue, bien loin de son anagramme de dealer était avant tout un homme sensible, se cachant derrière un personnage haut et fort , mais qui à l'intérieur sentait déjà la mort par l'abus de substances non désirées par le corps . Persona non grata, digérer et gérer tout cela,, ça commence à faire un peu beaucoup pour un estomac .. Et oui mon gars, du refus d'être enfoui sous des masse d' alcool ,puis dissolu en cachets pour mieux tenir debout , ton organisme en dessous , souvent contraint, toujours contrit ,ne pardonne pas et mène son propre combat, ,un peu comme toi, tu vois . Voilà donc la funeste ironie du sort pour un Cancer natif du 24 juin , qui au terme de la maladie qui l'étiole se prend un vilain crabe au triste nom astrologique qui s'étend alors pour lui tendre les bras jusqu'à l'issue fatal . Verdict: Le berceau du péritoine à chu et périt lui aussi par l'historique de trop de remontrance .. Carnets secrets,, il le restera à titre posthume comme la preuve de ta volonté de transmission à ton fils d'un symbole , mais qui ne rend au final, à mon avis aucune obole. Pas de bol. (sans jeu de mot sur le désagrément œsophagien )
    Lire la suite
    En lire moins
  • abfabetcie Posté le 9 Février 2015
    Le moins que l'on puisse dire c'est que JL Delarue avait une belle plume, dommage que ces écrits soient posthumes. Ces carnets secrets sont à son image, beaux, pleins d'humour, lucides et sans concession. Il ne règle pas de comptes ici mais rend compte de sa vie et de ses états d'âme. J'ai été très touchée par la sérénité qui se dégage de dernières pages, rédigées peu de temps avant sa mort. A lire si on aimait l'homme qu'était JL Delarue.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés