Lisez! icon: Search engine

Ce que le jour doit à la nuit

Pocket
EAN : 9782266192415
Code sériel : 14017
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
Ce que le jour doit à la nuit

Date de parution : 03/09/2009

Algérie, années 1930. Les champs de blés frissonnent. Dans trois jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l’espoir. Le feu. Les cendres. Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père.
Confié à un oncle pharmacien, dans un village de l’Oranais, le jeune garçon s’intègre...

Algérie, années 1930. Les champs de blés frissonnent. Dans trois jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l’espoir. Le feu. Les cendres. Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père.
Confié à un oncle pharmacien, dans un village de l’Oranais, le jeune garçon s’intègre à la communauté pied-noire. Noue des amitiés indissolubles. Et le bonheur s’appelle Émilie, une « princesse » que les jeunes gens se disputent. Alors que l’Algérie coloniale vit ses derniers feux, dans un déchaînement de violences, de déchirures et de trahisons, les ententes se disloquent. Femme ou pays, l’homme ne peut jamais oublier un amour d’enfance…

« Le vrai talent de Khadra est là. » Grégoire Leménager – L'Obs

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266192415
Code sériel : 14017
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Le vrai talent de Khadra est là. Sa puissante empathie pour chaque personnage donne chair au chaos d’une époque. Son fatalisme reste, obstinément, un humanisme. » Grégoire Leménager – Le Nouvel Observateur

« (…) une fresque éblouissante qui n’omet rien des déchirures, des humiliations et des trahisons de deux peuples unis dans l’attachement d’une même terre. Ni du rêve de fraternité que ravive ce grand roman d’amour. » Christine Rousseau – Le Monde

« Ce roman d’apprentissage, d’amour et d’amitié, tour à tour violent et sensible, est d’une grande justesse et, comme toujours chez Khadra, porté par une langue enchanteresse. » Femmes

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JulieDesb Posté le 1 Octobre 2019
    J'ai littéralement fermé ce livre pleine de (jolies) larmes. C'est une caresse sur le cœur, une poésie émiettée dans chaque phrase, un amour des mots qui flirte avec une beauté inégalable... J'aime les adjectifs et ce roman en est parsemé tout au long de ses 400 pages. On en ressort grandi, touché par des amitiés sincères, ému par un amour rêvé, perdu, déchu, brusqué par des guerres qui opposent, des communautés qui s'indisposent... On a le cœur qui flanche par tant de chemins impactés (Vraiment ?). Yasmina Khadra parle de racines -et de déracinés-, de patrie -et d'expatriés-, de l'Algérie et de la "Nostalgerie"... "La valise ou le cercueil", c'est le choix que beaucoup devront faire face à un narrateur à l'identité double dont l'écueil des sentiments reflète le miroir de toute une vie... Il y a Younes et il y a Jonas, et au milieu : il y a Émilie. Un roman qui se lit le cœur au bord des yeux et les doigts palpants une réalité aussi romantique que vrombissante d'humanité. Merci à cet écrivain aussi talentueux que généreux, autant dans la plume que dans le cœur. J'ai été subjuguée. "Il est une vérité qui nous venge de toutes les... J'ai littéralement fermé ce livre pleine de (jolies) larmes. C'est une caresse sur le cœur, une poésie émiettée dans chaque phrase, un amour des mots qui flirte avec une beauté inégalable... J'aime les adjectifs et ce roman en est parsemé tout au long de ses 400 pages. On en ressort grandi, touché par des amitiés sincères, ému par un amour rêvé, perdu, déchu, brusqué par des guerres qui opposent, des communautés qui s'indisposent... On a le cœur qui flanche par tant de chemins impactés (Vraiment ?). Yasmina Khadra parle de racines -et de déracinés-, de patrie -et d'expatriés-, de l'Algérie et de la "Nostalgerie"... "La valise ou le cercueil", c'est le choix que beaucoup devront faire face à un narrateur à l'identité double dont l'écueil des sentiments reflète le miroir de toute une vie... Il y a Younes et il y a Jonas, et au milieu : il y a Émilie. Un roman qui se lit le cœur au bord des yeux et les doigts palpants une réalité aussi romantique que vrombissante d'humanité. Merci à cet écrivain aussi talentueux que généreux, autant dans la plume que dans le cœur. J'ai été subjuguée. "Il est une vérité qui nous venge de toutes les autres : Il y a une fin en toute chose, et aucun malheur n'est éternel"
    Lire la suite
    En lire moins
  • BurjBabil Posté le 1 Octobre 2019
    Ce n'est sans doute pas le meilleur opus de Yasmina Khadra. Cet auteur (maintenant tout le monde sait que c'est un homme, si . . .) narre la vie d’un jeune garçon, Younès, à partir de la société algérienne coloniale jusqu'aux années soixante. Avec cet auteur aux qualités d'écriture reconnues, on est immédiatement plongé dans l'histoire, et dans l'Histoire aussi. Les personnages font très vite partie de nous, identifiables, aux choix compréhensibles même si pas toujours judicieux de notre point de vue actuel et donc biaisé par la perspective historique, aux caractères dont les contours sont bien dessinés. Car c'est cela, ce roman : en quelques mots, en quelques paragraphes, les personnages sont mis en scène, celle de cette Histoire souvent tragique et toujours complexe. On pourrait reprocher le manque de détails, ou bien le caractère souvent énervant du personnage principal lorsqu’il ne choisit pas vraiment , tergiverse . . . Mais c'est justement cet ensemble très nuancé, ces drames intimes, le rôle de la famille, l'amour difficile, cette immersion dans une communauté qui évolue portée par les vents inexorables de l'Histoire, qui fait l'intérêt de ce roman. Vous n'en sortirez pas renseignés suffisamment sur cette non guerre (ces évènements . . . )... Ce n'est sans doute pas le meilleur opus de Yasmina Khadra. Cet auteur (maintenant tout le monde sait que c'est un homme, si . . .) narre la vie d’un jeune garçon, Younès, à partir de la société algérienne coloniale jusqu'aux années soixante. Avec cet auteur aux qualités d'écriture reconnues, on est immédiatement plongé dans l'histoire, et dans l'Histoire aussi. Les personnages font très vite partie de nous, identifiables, aux choix compréhensibles même si pas toujours judicieux de notre point de vue actuel et donc biaisé par la perspective historique, aux caractères dont les contours sont bien dessinés. Car c'est cela, ce roman : en quelques mots, en quelques paragraphes, les personnages sont mis en scène, celle de cette Histoire souvent tragique et toujours complexe. On pourrait reprocher le manque de détails, ou bien le caractère souvent énervant du personnage principal lorsqu’il ne choisit pas vraiment , tergiverse . . . Mais c'est justement cet ensemble très nuancé, ces drames intimes, le rôle de la famille, l'amour difficile, cette immersion dans une communauté qui évolue portée par les vents inexorables de l'Histoire, qui fait l'intérêt de ce roman. Vous n'en sortirez pas renseignés suffisamment sur cette non guerre (ces évènements . . . ) mais enrichis d'une expérience qu'heureusement vous n'avez pas eu à vivre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Givry Posté le 18 Septembre 2019
    Très triste histoire d'un homme qui ne sait pas (ne peut pas?) trouver sa place dans cette société algéroise, lui le maghrebin assimilé à un pied noir. Il est d'abord victime de lui-même sans doute parce que ses repères ont vacillé très tôt et il ne peut avoir confiance en personne. Seule une partie de sa vie sera illuminée par son amitié avec trois garçons, très différents de lui. La fin est un peu terne en comparaison des magnifiques descriptions de paysages, du village de Rio Salado. C'est très triste mais très beau. C'est intéressant car cela rend compte d'une atmosphère très inquiétante, celle de la guerre civile d'Algérie, où il est obligatoire de choisir son camp.
  • bagus35 Posté le 11 Septembre 2019
    Encore un très bon livre de Yasmina Khadra.
  • joelle0257 Posté le 6 Août 2019
    Un petit chef d'oeuvre
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.