En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Ce que le jour doit à la nuit

        Pocket
        EAN : 9782266192415
        Code sériel : 14017
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 448
        Format : 108 x 177 mm
        Ce que le jour doit à la nuit

        Date de parution : 03/09/2009

        Algérie, années 1930. Les champs de blés frissonnent. Dans trois jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l’espoir. Le feu. Les cendres. Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père.
        Confié à un oncle pharmacien, dans un village de l’Oranais, le jeune garçon s’intègre...

        Algérie, années 1930. Les champs de blés frissonnent. Dans trois jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l’espoir. Le feu. Les cendres. Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père.
        Confié à un oncle pharmacien, dans un village de l’Oranais, le jeune garçon s’intègre à la communauté pied-noire. Noue des amitiés indissolubles. Et le bonheur s’appelle Émilie, une « princesse » que les jeunes gens se disputent. Alors que l’Algérie coloniale vit ses derniers feux, dans un déchaînement de violences, de déchirures et de trahisons, les ententes se disloquent. Femme ou pays, l’homme ne peut jamais oublier un amour d’enfance…

        « Le vrai talent de Khadra est là. » Grégoire Leménager – L'Obs

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266192415
        Code sériel : 14017
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 448
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • StanislasQ Posté le 31 Juillet 2018
          Super ! Suis inconditionnel des livres de Yasmina Quadra . Celui ci est un de ses meilleurs
        • Talinna9 Posté le 29 Juillet 2018
          Que j'aime ce livre ! C'est un magnifique roman sur l'amitié, l'amour, sur l'identité (à travers l'histoire de Younes/Jonas), sur l'Algérie. Ce que le jour doit à la nuit commence avec la ruine et la descente aux enfers du père de Younes qui se décide la mort dans l'âme à confier son fils unique à son frère afin de lui offrir une vie meilleure. Son oncle algérien et sa tante française lui offrent une enfance protégée à Oran et Rio Salado parmi la jeunesse coloniale. Younès reste pourtant fidèle à lui-même, à ses valeurs et à sa parole donnée. Puis, la sublime Emilie surgit dans sa vie, lui ravit son cœur et menace de diviser le clan formé par Younes et ses amis....
        • TheTeapotLibrary Posté le 16 Juillet 2018
          Au niveau de l'histoire, j'ai plutôt bien aimé les 2 premiers tiers du roman, même s'il ne se passe pas grand chose. Au delà, le personnage de Younès/Jonas ainsi que son histoire d'amour ont commencé à m'énerver un peu. Il passe complètement à côté de sa vie et à la longue c'est agaçant, je m'attendais à un revirement de sa part une fois la mère d'Émilie partie pour de bon, mais non, il continue à s’interdire le bonheur (et donc à en priver Émilie par la même occasion). J'ai aussi été déçue par la fin. Je suis donc un peu mitigée par ce roman, par contre il m'a donné envie de découvrir d'autres ouvrages de l'auteur (des conseils ?) dont j'ai adoré le style d'écriture.
        • Wolkaiw Posté le 4 Mai 2018
          J’ai déjà eu, à plusieurs reprises, l’occasion de lire des livres de Yasmina Khadra . Vous dire qu’il s’agissait à chaque fois de révélations serait un mensonge, mais j’ai souvent passé de très bons moments en compagnie des mots de l’auteur, Ce que le jour doit à la nuit ne déroge pas à la règle. J’ai adoré ce livre malgré la lenteur avec laquelle je l’ai lu, j’ai savouré chaque phrase comme si c’était la dernière, je me suis délectée de l’histoire de Younes et plus généralement de l’histoire de l’Algérie. D’entrée de jeu j’ai été happé par les mots, comme captivée, hypnotisée. Yasmina Khadra possède la faculté de donner une âme aux villes que ses protagonistes traversent, elles ne servent pas simplement de décor, elles sont des personnages à part entière qui vibrent avec nous, témoins d’une vie qui s’égraine. Oran, Rio, Jenane Jato, autant de visages qui se dessinent, autant de spectateurs silencieux d’un drame qui n’a pas encore de nom. Dans chacun de ses romans, l’auteur se sert d’une famille pour nous montrer un pan de la société, un aspect qui lui semble nécessaire de pointer du doigt. Nous... J’ai déjà eu, à plusieurs reprises, l’occasion de lire des livres de Yasmina Khadra . Vous dire qu’il s’agissait à chaque fois de révélations serait un mensonge, mais j’ai souvent passé de très bons moments en compagnie des mots de l’auteur, Ce que le jour doit à la nuit ne déroge pas à la règle. J’ai adoré ce livre malgré la lenteur avec laquelle je l’ai lu, j’ai savouré chaque phrase comme si c’était la dernière, je me suis délectée de l’histoire de Younes et plus généralement de l’histoire de l’Algérie. D’entrée de jeu j’ai été happé par les mots, comme captivée, hypnotisée. Yasmina Khadra possède la faculté de donner une âme aux villes que ses protagonistes traversent, elles ne servent pas simplement de décor, elles sont des personnages à part entière qui vibrent avec nous, témoins d’une vie qui s’égraine. Oran, Rio, Jenane Jato, autant de visages qui se dessinent, autant de spectateurs silencieux d’un drame qui n’a pas encore de nom. Dans chacun de ses romans, l’auteur se sert d’une famille pour nous montrer un pan de la société, un aspect qui lui semble nécessaire de pointer du doigt. Nous suivons ici la famille de Younes, entre misère et infortune nous nous attachons à ce pauvre enfant dont la vie semble difficile. Je sens, au plus profond de mon cœur, que Yasmina Khadra est en train de devenir un de mes auteurs préférés. Je ressens le besoin de lire son œuvre et de m’imprégner des intrigues qu’il nous raconte. La magie de sa plume opère à chaque fois, me transportant sur un autre continent, à une autre époque...Cette fois-ci la destination du voyage se trouve être l’Algérie, l’Algérie d’avant la guerre, pendant mais aussi après la guerre. L’Algérie… ce pays pour lequel des hommes et des femmes se sont battus, ce territoire pris entre deux feux, pas encore sorti de terre qu’on lui avait déjà brisé les ailes. Nous assistons à douloureuse naissance de ce pays, à l’instar du personnage principal qu’est Younes. Younes, rebaptisé Jonas pour fuir la misère. Younes ou Jonas selon les goûts, Younes pour les uns, Jonas pour les autres. Un garçon entre deux destins, emblématique d’une trajectoire erratique et inexorablement tragique. Younes, Jonas, un choix ? Une impasse ? Un rêve ? Peut-on réellement se forger une identité quand on ne sait même pas vers qui se tourner ? Le jeune garçon est parti de rien, avec lui nous côtoyons misère et pauvreté, nous prenons conscience de la dureté mais surtout de la cruauté de la vie quand on ne possède rien, quand tout n’est que poussière… Avec Jonas nous nous berçons de douces mais douloureuses illusions, nous suivons son parcours atypique, les détours et raccourcis qu’il va emprunter – surtout des détours. Peur et frayeur se sont insinuées en Jonas comme en moi, la peur d’un avenir incertain, une peur féroce et grandissante qui se mouvait peu à peu en une sourde terreur dévastant tout sur son passage. Ce roman est très dur, percutant et pénétrant. Avec Ce que le jour doit à la nuit, nous sommes loin d’une vision manichéiste des choses ou des événements, nous sommes à même de prendre conscience de la complexité et de la subtilité de ce qui nous est raconté. Il n’y a pas les riches d’un côté et les pauvres de l’autre, il n’y a pas non plus les Français contre les Algériens, il y a un entre-deux indéniable et ténu. La démarcation n’est pas nette, elle s’effiloche et se consolide, s’effrite avant de gagner en vigueur. Le personnage de Younes/Jonas incarne cet entre-deux, cet être qui peine à trouver sa place dans deux univers qui ne semblent pas l’accepter en tant que tel, pas assez ceci pour les uns, pas assez cela pour les autres. Jamais totalement lui-même finalement. C’est tout un pan de l’histoire algérienne qui nous est raconté à travers la construction d’une identité, aussi bien pour le pays que pour Younes. Des amitiés naissent, des idylles pointent le bout de leur nez, c’est tout un monde qui se met progressivement en place, un décor qui se plante autour d’une bande d’amis. Jean-Christophe, Simon, André et j’en passe… un groupe d’amis unis qui se découvre, qui apprend à vivre ensemble mais surtout qui affronte les épreuves de la vie. Chaque personnage possède une vraie personnalité, une réelle consistance, il ne s’agit pas d’un fantôme destiné à nourrir un fil de l’intrigue, chacun est important, tous ont leur rôle à jouer. Amours, joies, peines et doutes constituent le lot quotidien de ce groupe soudé que les épreuves de la vie va mettre à mal, comme dans toutes les amitiés ils vont connaître des hauts et des bas, des moments mémorables et d’autres qu’ils souhaiteraient effacer d’un revers de main. Cette histoire m’a prise aux tripes, j’admire le talent de l’auteur ; il aborde avec une grande sensibilité des sujets très délicats sans jamais porter de jugement. Yasmina Khadra n’énonce pas des faits, il ne les explique pas non plus, il raconte une trajectoire et un destin, il fait s’entrecroiser deux mondes et deux mentalités, il les fait s’entrechoquer tout en tentant de les faire cohabiter. Comme nous étions loin du manichéisme, nous sommes également loin d’un quelconque mythe ou d’une vision idéalisée et biaisée. Les rancœurs succèdent à la haine et aux jalousies, témoignant de la cruauté dont peut faire preuve l’homme : du sang, de la violence et du mépris. Nous atteignons le summum de l’atrocité, constatant avec horreur que la haine n’a pas de limite… Toutefois, tout n’est pas que noirceur et désespoir, la femme illumine ce livre comme elle peut le faire sombrer, la femme incarne un espoir mais s’illustre aussi dans la solitude et les regrets. Vous l’aurez compris, ce livre trace une intrigue tout en subtilité, mêlant habilement la fiction et l’histoire, l’histoire de l’Algérie. En définitive, j’ai vraiment adoré ce livre qui délivre un message fort, celui de croire en ses convictions et de ne pas vivre avec des regrets. La plume de Yasmina Khadra est d’une telle beauté que j’en suis totalement fan. Ce que le jour doit à la nuit retrace l’histoire de Younes ainsi que la façon dont il s’est forgé une identité, mais plus généralement ce livre aborde l’Algérie et la guerre qui secoua le pays, cette onde de choc qui ébranla tout le monde en laissant des séquelles dans l’esprit de tout un chacun. Ce livre est dur mais percutant, éprouvant mais nécessaire.
          Lire la suite
          En lire moins
        • charleshittelet Posté le 7 Avril 2018
          'Ce que le jour doit à la nuit' fait partie de ces livres que je n'intellectualise pas... je me laisse bercer par les mots et les phrases, je lis les pages et me laisse entraîner ligne après ligne vers la destination du voyage. Et à la fin, tout s'éclaire ... ce qui ne semblait pas compréhensible devient lumineux et on comprend enfin ce que le jour qui vient doit à la nuit qui s'en va. Magnifique roman qui emmène le lecteur dans une Algérie de la période de la guerre et qui donne un éclairage de celle-ci vu de l'intérieur. Je l'ai lu avec plaisir à condition de se laisser aller au fil des pages. Je vous en souhaite autant de plaisir que moi à sa lecture. Bien amicalement mes amis

        Ils en parlent

        « Le vrai talent de Khadra est là. Sa puissante empathie pour chaque personnage donne chair au chaos d’une époque. Son fatalisme reste, obstinément, un humanisme. » Grégoire Leménager – Le Nouvel Observateur

        « (…) une fresque éblouissante qui n’omet rien des déchirures, des humiliations et des trahisons de deux peuples unis dans l’attachement d’une même terre. Ni du rêve de fraternité que ravive ce grand roman d’amour. » Christine Rousseau – Le Monde

        « Ce roman d’apprentissage, d’amour et d’amitié, tour à tour violent et sensible, est d’une grande justesse et, comme toujours chez Khadra, porté par une langue enchanteresse. » Femmes

        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com