Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266300803
Code sériel : 17722
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ceux que je suis

Date de parution : 20/08/2020
Cette nuit, Papa est mort. Des années, il a trimé. Sans vacances. Sans dimanches. Il n’avait pas soixante ans.
Mais pourquoi donc Tarek, garagiste à Clichy depuis longtemps exilé en France, tenait-il à être enterré là-bas... à Casablanca ? Un pays, des racines, dont il n’a jamais ou très peu parlé...
Cette nuit, Papa est mort. Des années, il a trimé. Sans vacances. Sans dimanches. Il n’avait pas soixante ans.
Mais pourquoi donc Tarek, garagiste à Clichy depuis longtemps exilé en France, tenait-il à être enterré là-bas... à Casablanca ? Un pays, des racines, dont il n’a jamais ou très peu parlé à ses fils. Prof d’histoire-géo, parfaitement intégré, Marwan ne comprend pas. C’est pourtant lui qu’on a choisi pour accompagner le cercueil au bled. Double-culture, non-dits et secrets de famille : c’est tout un pan de sa propre histoire que Marwan s’apprête à découvrir, sous les orangers…

« Un petit bonheur. » Bernard Lehut – RTL

« Un formidable premier roman. » Marianne Payot – L’Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266300803
Code sériel : 17722
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un très beau livre sur les origines et l’identité, d’une étonnante justesse de ton. » Jérôme Garcin, le Masque et la Plume, France Inter
« Ceux que je suis est un vrai roman, et derrière l’intrigue admirablement ficelée du roman familial, il traite du sujet très sensible de l’identité, mais avec les armes de la littérature. » Augustin Trapenard, 21 cm, Canal Plus
« Une touchante histoire de résilience, de famille et d’amitié à l’ombre des orangers. » Libération
« C’est la sincérité du narrateur, qui dit ce qu’il ressent sans égard pour ce qu’il est bon ton de penser, qui fait la force de ce roman. Pour se réconcilier avec son histoire, il faut la connaître. » Astrid de Larminat, Le Figaro
« Les membres de différents jurys ne se sont pas trompés en sélectionnant ce formidable premier roman. » Marianne Payot, L’Express
« Un petit bonheur de libraire. » Bernard Lehut, RTL
« On est troublé par la faculté d’Olivier Dorchamps à se glisser dans la peau de Marwan, cet "Arabe de France", et à exprimer si bien, si simplement, son désarroi. » Jérôme Garcin, L’Obs
« Une quête sur les deux rives [de la Méditerranée], retracée d’une écriture concrète et juste. » Valérie Marin la Meslée, Le Point
« Un premier roman incroyablement émouvant, d’une écriture belle et pudique sur le deuil, la honte, l’amour. Et qui atteste une fois encore, si besoin en était, de la richesse d’avoir plusieurs cultures. » Isabelle Potel, Madame Figaro
« Olivier Dorchamps nous entraine au Maroc dans un voyage initiatique sur fond de double culture. Un premier roman plus vrai que nature… » Isabelle Chenu, RFI
« La langue élégante et très vivante d’Oliver Dorchamps raconte avec tendresse et humour comment le deuil peut devenir un révélateur de soi. » Isabelle de Montvert-Chaussy, Sud Ouest
« D’une subtile simplicité. » Nathalie Six, Avantages
« Olivier Dorchamps creuse la question de l’identité multiple, voire contrariée. Les dialogues sont naturels, le ton calme, sans acrimonie, ce qui n’empêche pas la lucidité. » Sean J. Rose, Livres-Hebdo
« D’une écriture sobre, authentique, qui martèle les mots quand il le faut, Olivier Dorchamps dresse un portrait savoureux et humain du Maroc, du bon sens et de la générosité qui le gouvernent. » Laurence Bertels, La Libre Belgique
« C’est bien la lumière qui éclate entre les lignes de ce très beau récit de transmission et de retour aux sources. Le lecteur en ressort le cœur gros, la larme à l’œil, tant sont positives les valeurs et les émotions délivrées. » Amandine Glévarec, Le Courrier
« Un voyage qui va épousseter les secrets et révéler une histoire familiale plus complexe que la version officielle. Un souvenir de lecture inoubliable. » Christine Pinchart, RTBF
« C’est à un voyage dans l’intimité d’une famille franco-marocaine qu’Olivier Dorchamps nous convie, dans une langue simple, avec pudeur, avec des touches d’humour pour rendre plus léger un propos qui ne l’est pas. » Le Télégramme
« Un très beau roman sur le deuil, l’identité, la honte. » Ariane Valadié, Voici
« Un roman tout en rondeur délicate. » Le Quotidien de Luxembourg
« J’ai trouvé ce roman magistral, toujours très juste et remarquablement bien écrit. » Laurence Hilaire, RCF
XXX
« Une écriture d’une rondeur délicate qui aborde les thèmes difficiles de l’exil, des liens du sang et de ceux du cœur. » Maison de la presse, Mérignac.
« Une belle lecture qu’on ne lâche pas. » Librairie Ruc, Colmar.
« De Clichy à Casablanca, le cheminement d’un deuil, d’une filiation, d’une histoire tue. Un récit tout en pudeur, souvent drôle, toujours juste. » La Chouette librairie, Lille.
« Avec Ceux que je suis, Olivier Dorchamps nous raconte une quête. On découvre avec Marwan l’histoire de ses parents, de sa famille, de ses origines. Au fil des pages se dénouent les secrets de famille, les exils. Tout cet héritage qui nous façonne. Un premier roman d’une grande sensibilité. » Librairie Deux Degrés Est, Sannois.
« Ce roman aborde avec beaucoup de justesse et de délicatesse la complexité des liens familiaux et le rapport ambigu aux origines. » Librairie Les 3 souhaits, Morteau.
« Ce premier roman m’a cueillie avec une grande délicatesse. L’auteur nous entraine avec douceur, humour et philosophie dans la question de l’identité et du poids des secrets. » Librairie La Pléiade, Cagnes sur Mer.
« La langue extrêmement fluide séduit dès les premières phrases. » Librairie Lajarrige, La Baule.
« C’est une jolie émotion de lecture, un livre poignant et sans pathos, une belle réussite ! » Le Pavé du canal, Montigny-le-Bretonneux.
« Lire le roman d’un franco britannique qui raconte l’histoire d’un franco marocain qui vient de perdre son père, c’est accepter de boire du thé à la menthe plutôt que du Earl Grey à l’ombre des orangers. » Librairie Rue de Verneuil, Annecy.
« Sensible et poignant; une écriture délicate, toujours juste, fluide et teintée d’humour… ce récit sur l’identité, les origines et l’exil séduit et ravit par sa justesse et sa douceur. Un formidable premier roman. » Librairie Port Maria, Quiberon.
« Olivier Dorchamps a ce talent de raconteur d’histoires, celles qui nous émeuvent et nous font rire, celles qui nous touchent au cœur et nous obligent à écraser la larme au coin de l’oeil. Il touche à l’essentiel de ce qu’est l’exil, avec tout ce qui s’y attache, la peur, les non-dits, les secrets enfouis avec une écriture subtile dans laquelle on aurait laissé infuser quelques gouttes d’eau de fleur d’oranger. » Librairie St Christophe, Lesneven.
« Magnifique roman, émouvant et délicat. » Librairie du Courreau, Marennes.
Paroles de Libraires

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nineentreleslignes Posté le 8 Novembre 2020
    Un très joli roman qui traite avec humour et poésie de sujets très sérieux.#8291;#8291;#8291; #8291;#8291;#8291; Marwan est français et n'aime pas devoir le revendiquer cependant son prénom et la couleur de sa peau attestent de ses origines, marocaines.#8291;#8291;#8291; Lorsque son papa décède subitement, Marwan et ses frères apprennent avec consternation que celui-ci souhaite être enterré à Casablanca, sa terre maternelle, et Marwan est désigne pour l'accompagner dans son dernier voyage. Il suivra le cercueil dans l'avion et Kabic, le grand ami de la famille fera parti du voyage.#8291;#8291;#8291; Le temps des révélations est venu et les secrets de famille ne sont pas plus doux sous le soleil du Maroc!#8291;#8291;#8291; Marwan va enfin découvrir un pan caché de son histoire familiale et comprendre l'indicible.#8291;#8291;#8291; Ce livre est un roman à tiroirs : le roman des origines, un roman sur l'exil, sur la quête des racines et aussi sur la transmission, les non-dits, ces choses que l'on abandonne derrière soi pour avancer et se reconstruire.... ailleurs.#8291;#8291;#8291; Ce livre, c'est aussi du sucre et du miel, du santal et du musc, les odeurs et les saveurs du Maroc.#8291;#8291;#8291; D'une écriture précise parfois incisive, souvent drôle, les dialogues retranscrits sont savoureux, lucides et intelligents.#8291;#8291;#8291; #8291;#8291;#8291; Un très agréable moment de lecture.
  • luparahlam Posté le 3 Novembre 2020
    C'est trop douloureux... il y a trop de mon défunt père dans ce livre, trop de moi, trop de ce Maroc... c'est un livre que j'aurais pu écrire à quelques paragraphes tant ça raconte ce que je sais (la France/le Maroc, le cimetière (tellement exact !), une vie entière entre un homme et une femme (mes parents), le retour au Maroc après des années pour enterrer son père (moi) etc Je ne peux pas en faire un résumé ici, j'ai pleuré tant en lisant ce livre mais j'adresse mille mercis à @olivierdorchamps pour l'avoir écrit. Mille mercis
  • camejz Posté le 3 Novembre 2020
    Lu d'une traite! J'ai littéralement adoré ce récit entre Clichy et Casablanca, qui traite à la fois de la culture marocaine, de l'intégration en France et surtout de l'impact de l'histoire de nos ancêtres sur notre identité. Je recommande vivement !
  • DucalmeLucette Posté le 19 Octobre 2020
    Le père de Marwan meurt. C’est soudain, précipité. C’est incompréhensible aussi, parce qu’il découvre que Tarek souhaitait être enterré dans son pays d’origine, le Maroc. Un pays dont il ne leur a jamais réellement parlé. Alors pourquoi imposer à ses enfants ce deuil si loin de cette France dans laquelle ils vivent depuis toujours ? Marwan, Ali et Foued ne comprennent pas la décision qu’avait prise leur père. Comment vont-ils pouvoir se recueillir sur sa tombe ? Pourquoi le Maroc qu’il a pourtant quitté il y a si longtemps ? C’est l’incompréhension, la tristesse et la colère qui gagnent les esprits dans un premier temps. De plus, c’est Marwan qu’il avait choisi pour accompagner le cercueil à Casablanca. Pourquoi lui ? Vous l’aurez compris, beaucoup de questions se posent quant aux choix de Tarek, et c’est avec délicatesse et pudeur que l’auteur nous dévoile les réponses. Ainsi, dans le dédalle de la tristesse d’avoir perdu leur père, Marwan et ses frères vont découvrir des secrets de famille, des non-dits dont ils n’auraient jamais pu soupçonner ne serait-ce que l’existence. Ils vont se confronter à une culture bien différente de la leur et plonger au plus profond des racines familiales. Avec ce roman récompensé... Le père de Marwan meurt. C’est soudain, précipité. C’est incompréhensible aussi, parce qu’il découvre que Tarek souhaitait être enterré dans son pays d’origine, le Maroc. Un pays dont il ne leur a jamais réellement parlé. Alors pourquoi imposer à ses enfants ce deuil si loin de cette France dans laquelle ils vivent depuis toujours ? Marwan, Ali et Foued ne comprennent pas la décision qu’avait prise leur père. Comment vont-ils pouvoir se recueillir sur sa tombe ? Pourquoi le Maroc qu’il a pourtant quitté il y a si longtemps ? C’est l’incompréhension, la tristesse et la colère qui gagnent les esprits dans un premier temps. De plus, c’est Marwan qu’il avait choisi pour accompagner le cercueil à Casablanca. Pourquoi lui ? Vous l’aurez compris, beaucoup de questions se posent quant aux choix de Tarek, et c’est avec délicatesse et pudeur que l’auteur nous dévoile les réponses. Ainsi, dans le dédalle de la tristesse d’avoir perdu leur père, Marwan et ses frères vont découvrir des secrets de famille, des non-dits dont ils n’auraient jamais pu soupçonner ne serait-ce que l’existence. Ils vont se confronter à une culture bien différente de la leur et plonger au plus profond des racines familiales. Avec ce roman récompensé (Prix du Premier Roman de la Ville de Paris), Olivier Dorchamps nous amène à nous questionner sur la question identitaire, sur ce qu’est la famille mais aussi sur le poids de l’exil. Les liens filiaux sont exposés avec justesse. Il n’y a pas de débordement, mais beaucoup de sincérité. Les personnages sont plus vrais que nature, sans exagération. De plus, son écriture est fluide et douce mais non dénuée d’une pointe d’humour. Une histoire intemporelle qui aborde des thèmes universels avec une belle sensibilité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LisaSoto Posté le 13 Octobre 2020
    J'ai reçu ce livre dans le cadre de la Masse Critique et je remercie énormément Babelio et les éditions Pocket pour l'envoi du livre. Le titre m'avait grandement interpellée et je suis très contente d'avoir pu me plonger dans l'histoire de Marwan et de sa famille. Marwan qui perd son père. Père mort bien trop jeune sans avoir souffert. Marwan qui est celui choisi par son père pour ramener le cercueil au Maroc, le pays d'où il vient. Marwan qui ne se sent ni complètement français mais pas marocain non plus. Marwan qui part avec Kabic (le grand-père qu'il n'a jamais eu, le meilleur ami de son grand-père) dans ce pays qu'il ne connaît que peu et qui va découvrir la véritable histoire de ses origines. Ce court roman nous conte la quête des origines bien loin de ce que notre principal protagoniste envisageait. Il conte les drames de la vie, les horreurs que les hommes sont capables de perpétrer envers les femmes, les traditions marocaines face au deuil, les coutumes de cet ailleurs pas si lointain. J'ai beaucoup apprécié ce que ressent Marwan, le fait d'être français mais pas totalement parce qu'il est un "arabe" et le fait d'être pris pour un étranger au Maroc.... J'ai reçu ce livre dans le cadre de la Masse Critique et je remercie énormément Babelio et les éditions Pocket pour l'envoi du livre. Le titre m'avait grandement interpellée et je suis très contente d'avoir pu me plonger dans l'histoire de Marwan et de sa famille. Marwan qui perd son père. Père mort bien trop jeune sans avoir souffert. Marwan qui est celui choisi par son père pour ramener le cercueil au Maroc, le pays d'où il vient. Marwan qui ne se sent ni complètement français mais pas marocain non plus. Marwan qui part avec Kabic (le grand-père qu'il n'a jamais eu, le meilleur ami de son grand-père) dans ce pays qu'il ne connaît que peu et qui va découvrir la véritable histoire de ses origines. Ce court roman nous conte la quête des origines bien loin de ce que notre principal protagoniste envisageait. Il conte les drames de la vie, les horreurs que les hommes sont capables de perpétrer envers les femmes, les traditions marocaines face au deuil, les coutumes de cet ailleurs pas si lointain. J'ai beaucoup apprécié ce que ressent Marwan, le fait d'être français mais pas totalement parce qu'il est un "arabe" et le fait d'être pris pour un étranger au Maroc. J'ai aimé toute la subtilité du titre, qui en dit long sur tout ça, sur l'empreinte que l'histoire de nos ancêtres laisse sur nous. Le texte est beau, plein de respect, de tendresse aussi. Mi Lalla et Kabic m'ont beaucoup touchée. Certains passages m'ont émue aux larmes, la force de l'amitié de Kabic, l'histoire de Mi Lalla, les émotions de Marwan. Mais parfois aussi, je me suis un peu perdue dans la longueur de certaines pages. Je voulais savoir, je n'avais que faire des descriptions de ceci ou cela et finalement, maintenant que je l'ai terminé, je me dis que ces passages étaient essentiels, qu'on avait besoin d'eux pour bien tout saisir. C'était donc une belle lecture et je suis encore une fois ravie d'avoir reçu ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Les livres de poche aussi font leur rentrée littéraire !

    La rentrée littéraire se savoure aussi en version mini. Cette année, neuf romans aussi captivants qu'éblouissants vous donnent rendez-vous en librairie. De l'intense fresque familiale de Chris Kraus au chef d'oeuvre oublié de William Melvin Kelley, découvrez les romans de poche qui pourraient bien devenir vos coups de coeur de la rentrée.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire 2020 : partez à la découverte de nos romans français

    Plus que jamais, la rentrée littéraire 2020 est l'occasion de célébrer ensemble le plaisir de la lecture. Côté domaine français, nos éditeurs ont retenu 20 romans, autant de pépites qui invitent à l'évasion et au questionnement. Auteurs confirmés et primo romanciers se croisent et se rejoignent pour vous raconter des histoires singulières et inoubliables. Bonne(s) découverte(s) !

    Lire l'article