Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266300803
Code sériel : 17722
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ceux que je suis

Date de parution : 20/08/2020
Cette nuit, Papa est mort. Des années, il a trimé. Sans vacances. Sans dimanches. Il n’avait pas soixante ans.
Mais pourquoi donc Tarek, garagiste à Clichy depuis longtemps exilé en France, tenait-il à être enterré là-bas... à Casablanca ? Un pays, des racines, dont il n’a jamais ou très peu parlé...
Cette nuit, Papa est mort. Des années, il a trimé. Sans vacances. Sans dimanches. Il n’avait pas soixante ans.
Mais pourquoi donc Tarek, garagiste à Clichy depuis longtemps exilé en France, tenait-il à être enterré là-bas... à Casablanca ? Un pays, des racines, dont il n’a jamais ou très peu parlé à ses fils. Prof d’histoire-géo, parfaitement intégré, Marwan ne comprend pas. C’est pourtant lui qu’on a choisi pour accompagner le cercueil au bled. Double-culture, non-dits et secrets de famille : c’est tout un pan de sa propre histoire que Marwan s’apprête à découvrir, sous les orangers…

« Un petit bonheur. » Bernard Lehut – RTL

« Un formidable premier roman. » Marianne Payot – L’Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266300803
Code sériel : 17722
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un très beau livre sur les origines et l’identité, d’une étonnante justesse de ton. » Jérôme Garcin, le Masque et la Plume, France Inter
« Ceux que je suis est un vrai roman, et derrière l’intrigue admirablement ficelée du roman familial, il traite du sujet très sensible de l’identité, mais avec les armes de la littérature. » Augustin Trapenard, 21 cm, Canal Plus
« Une touchante histoire de résilience, de famille et d’amitié à l’ombre des orangers. » Libération
« C’est la sincérité du narrateur, qui dit ce qu’il ressent sans égard pour ce qu’il est bon ton de penser, qui fait la force de ce roman. Pour se réconcilier avec son histoire, il faut la connaître. » Astrid de Larminat, Le Figaro
« Les membres de différents jurys ne se sont pas trompés en sélectionnant ce formidable premier roman. » Marianne Payot, L’Express
« Un petit bonheur de libraire. » Bernard Lehut, RTL
« On est troublé par la faculté d’Olivier Dorchamps à se glisser dans la peau de Marwan, cet "Arabe de France", et à exprimer si bien, si simplement, son désarroi. » Jérôme Garcin, L’Obs
« Une quête sur les deux rives [de la Méditerranée], retracée d’une écriture concrète et juste. » Valérie Marin la Meslée, Le Point
« Un premier roman incroyablement émouvant, d’une écriture belle et pudique sur le deuil, la honte, l’amour. Et qui atteste une fois encore, si besoin en était, de la richesse d’avoir plusieurs cultures. » Isabelle Potel, Madame Figaro
« Olivier Dorchamps nous entraine au Maroc dans un voyage initiatique sur fond de double culture. Un premier roman plus vrai que nature… » Isabelle Chenu, RFI
« La langue élégante et très vivante d’Oliver Dorchamps raconte avec tendresse et humour comment le deuil peut devenir un révélateur de soi. » Isabelle de Montvert-Chaussy, Sud Ouest
« D’une subtile simplicité. » Nathalie Six, Avantages
« Olivier Dorchamps creuse la question de l’identité multiple, voire contrariée. Les dialogues sont naturels, le ton calme, sans acrimonie, ce qui n’empêche pas la lucidité. » Sean J. Rose, Livres-Hebdo
« D’une écriture sobre, authentique, qui martèle les mots quand il le faut, Olivier Dorchamps dresse un portrait savoureux et humain du Maroc, du bon sens et de la générosité qui le gouvernent. » Laurence Bertels, La Libre Belgique
« C’est bien la lumière qui éclate entre les lignes de ce très beau récit de transmission et de retour aux sources. Le lecteur en ressort le cœur gros, la larme à l’œil, tant sont positives les valeurs et les émotions délivrées. » Amandine Glévarec, Le Courrier
« Un voyage qui va épousseter les secrets et révéler une histoire familiale plus complexe que la version officielle. Un souvenir de lecture inoubliable. » Christine Pinchart, RTBF
« C’est à un voyage dans l’intimité d’une famille franco-marocaine qu’Olivier Dorchamps nous convie, dans une langue simple, avec pudeur, avec des touches d’humour pour rendre plus léger un propos qui ne l’est pas. » Le Télégramme
« Un très beau roman sur le deuil, l’identité, la honte. » Ariane Valadié, Voici
« Un roman tout en rondeur délicate. » Le Quotidien de Luxembourg
« J’ai trouvé ce roman magistral, toujours très juste et remarquablement bien écrit. » Laurence Hilaire, RCF
XXX
« Une écriture d’une rondeur délicate qui aborde les thèmes difficiles de l’exil, des liens du sang et de ceux du cœur. » Maison de la presse, Mérignac.
« Une belle lecture qu’on ne lâche pas. » Librairie Ruc, Colmar.
« De Clichy à Casablanca, le cheminement d’un deuil, d’une filiation, d’une histoire tue. Un récit tout en pudeur, souvent drôle, toujours juste. » La Chouette librairie, Lille.
« Avec Ceux que je suis, Olivier Dorchamps nous raconte une quête. On découvre avec Marwan l’histoire de ses parents, de sa famille, de ses origines. Au fil des pages se dénouent les secrets de famille, les exils. Tout cet héritage qui nous façonne. Un premier roman d’une grande sensibilité. » Librairie Deux Degrés Est, Sannois.
« Ce roman aborde avec beaucoup de justesse et de délicatesse la complexité des liens familiaux et le rapport ambigu aux origines. » Librairie Les 3 souhaits, Morteau.
« Ce premier roman m’a cueillie avec une grande délicatesse. L’auteur nous entraine avec douceur, humour et philosophie dans la question de l’identité et du poids des secrets. » Librairie La Pléiade, Cagnes sur Mer.
« La langue extrêmement fluide séduit dès les premières phrases. » Librairie Lajarrige, La Baule.
« C’est une jolie émotion de lecture, un livre poignant et sans pathos, une belle réussite ! » Le Pavé du canal, Montigny-le-Bretonneux.
« Lire le roman d’un franco britannique qui raconte l’histoire d’un franco marocain qui vient de perdre son père, c’est accepter de boire du thé à la menthe plutôt que du Earl Grey à l’ombre des orangers. » Librairie Rue de Verneuil, Annecy.
« Sensible et poignant; une écriture délicate, toujours juste, fluide et teintée d’humour… ce récit sur l’identité, les origines et l’exil séduit et ravit par sa justesse et sa douceur. Un formidable premier roman. » Librairie Port Maria, Quiberon.
« Olivier Dorchamps a ce talent de raconteur d’histoires, celles qui nous émeuvent et nous font rire, celles qui nous touchent au cœur et nous obligent à écraser la larme au coin de l’oeil. Il touche à l’essentiel de ce qu’est l’exil, avec tout ce qui s’y attache, la peur, les non-dits, les secrets enfouis avec une écriture subtile dans laquelle on aurait laissé infuser quelques gouttes d’eau de fleur d’oranger. » Librairie St Christophe, Lesneven.
« Magnifique roman, émouvant et délicat. » Librairie du Courreau, Marennes.
Paroles de Libraires

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MartineR Posté le 4 Septembre 2021
    Un excellent roman qui sans pathos nous parle de la filiation, du deuil, des secrets de familles et des difficultés culturelles des enfants issus de l émigration économique des maghrébins des années 60/70. De la place de la femme au Maroc dans les années 50 mais surement encore à l heure actuelle. Pour se connaître il faut connaitre ses racines
  • ARQUILLIERE Posté le 20 Août 2021
    Un roman plein de tendresse sur l'identité, les racines et la perte du père. Une histoire sur le retour de 3 frères au Maroc pour enterrer leur père et découvrir leurs origines,l'histoire de leurs parents, de l'exil. L'auteur, Olivier Dorchamps, décrit avec justesse sa vision de la fraternité, la filiation, et des valeurs essentielles. Ce livre que j'ai lu il y a quelques mois laisse résonner un écho dans ma mémoire par son humanité et la fragrance des images pleines de soleil dans ce cimetière.
  • Flo_herisson Posté le 31 Juillet 2021
    Marwan est franc#807;ais. Professeur agre#769;ge#769; d’histoire ge#769;o, il est ne#769; en France et a grandi a#768; Clichy avec ses deux fre#768;res dans une famille modeste, mais soucieuse de leur re#769;ussite. Ses parents, marocains, se sont parfaitement inte#769;gre#769;s au prix de nombreux sacrifices: lui, me#769;canicien proprie#769;taire de son garage, elle, travaillant au supermarche#769; du quartier, tenant farouchement a#768; ce que seul le franc#807;ais soit parle#769; a#768; la maison, attache#769;s a#768; leurs traditions, a#768; leurs racines mais refusant tout communautarisme. Aussi, quand au de#769;ce#768;s brutal de leur pe#768;re les fre#768;res apprennent qu’il veut se faire enterrer au Maroc, a#768; l’ombre des orangers, c’est l’incompre#769;hension et presque de la cole#768;re pour ce qu’ils vivent comme une trahison. Alors que ses fre#768;res et sa me#768;re feront la route en voiture, c’est Marwan qui est de#769;signe#769; pour accompagner le cercueil de son pe#768;re. Ce voyage sera l’occasion d’un retour a#768; ses origines, d’une re#769;flexion sur son identite#769; et la mise en lumie#768;re de secrets de famille. . ⭐️⭐️⭐️ Ce roman est extre#770;mement de#769;licat et profonde#769;ment touchant. D’une plume lumineuse et avec beaucoup de simplicite#769;, il aborde la question du deuil, de l’amitie#769;, du sentiment d’exil, de la nostalgie de la terre natale. Mais c’est aussi une magnifique... Marwan est franc#807;ais. Professeur agre#769;ge#769; d’histoire ge#769;o, il est ne#769; en France et a grandi a#768; Clichy avec ses deux fre#768;res dans une famille modeste, mais soucieuse de leur re#769;ussite. Ses parents, marocains, se sont parfaitement inte#769;gre#769;s au prix de nombreux sacrifices: lui, me#769;canicien proprie#769;taire de son garage, elle, travaillant au supermarche#769; du quartier, tenant farouchement a#768; ce que seul le franc#807;ais soit parle#769; a#768; la maison, attache#769;s a#768; leurs traditions, a#768; leurs racines mais refusant tout communautarisme. Aussi, quand au de#769;ce#768;s brutal de leur pe#768;re les fre#768;res apprennent qu’il veut se faire enterrer au Maroc, a#768; l’ombre des orangers, c’est l’incompre#769;hension et presque de la cole#768;re pour ce qu’ils vivent comme une trahison. Alors que ses fre#768;res et sa me#768;re feront la route en voiture, c’est Marwan qui est de#769;signe#769; pour accompagner le cercueil de son pe#768;re. Ce voyage sera l’occasion d’un retour a#768; ses origines, d’une re#769;flexion sur son identite#769; et la mise en lumie#768;re de secrets de famille. . ⭐️⭐️⭐️ Ce roman est extre#770;mement de#769;licat et profonde#769;ment touchant. D’une plume lumineuse et avec beaucoup de simplicite#769;, il aborde la question du deuil, de l’amitie#769;, du sentiment d’exil, de la nostalgie de la terre natale. Mais c’est aussi une magnifique re#769;flexion sur l’identite#769;:« je ne me sens pas marocain. Et pourtant, ou#768; que je sois, en France ou au Maroc, je n’ai pas le choix de ma propre identite#769;. Je ne suis jamais ce que je suis, je suis ce que les autres de#769;cident que je sois ». Ce roman est e#769;galement un bel hommage a#768; la famille et aux valeurs qu’elle nous transmet, famille que l’on ne connai#770;t pas toujours vraiment, avec ses secrets, parfois lourds a#768; porter. Un beau regard, enfin, sur le Maroc, chaleureux, colore#769;, mais rude aussi, bien loin des cliche#769;s. Un livre d’une grande de#769;licatesse, teinte#769; de tendresse et de nostalgie. Une lecture e#769;mouvante
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nanousingssongs Posté le 2 Juillet 2021
    Tout commence avec la mort du père qui [travaillait depuis 30 ans, sans vacances et sans dimanches]. Marwan, Ali et Foued perdent leur père et cette mort si soudaine, n'est qu'un prélude à la découverte du dernier souhait de ce père: être enterré au Maroc. Ce choix, ce désir d'être enterré là où il est né est d'abord une décision totalement incomprise par les enfants et l'un d'entre eux, Marwan, a été désigné pour accompagner le corps du défunt en avion pendant que le reste de la famille fera le trajet en voiture de Porte de Clichy au Maroc. Ce retour au pays non désiré est vécu d'abord comme une incompréhension: comment a-t-il pu souhaiter revenir dans ce pays qu'il a quitté depuis plus de 30 ans? et nous, qui sommes français, comment ferons-nous pour aller le voir? Mais l'auteur parvient patiemment tout au long de ce roman a délier les noeuds, les secrets comme on pèle délicatement une orange pour n'en faire qu'une pelure parfaite aux arrondis parfaits. Marwan est celui qui a été désigné pour accompagner son père, pour partir à la recherche de ce Maroc qu'il ne connait pas et surtout découvrir son père. Comme si seule... Tout commence avec la mort du père qui [travaillait depuis 30 ans, sans vacances et sans dimanches]. Marwan, Ali et Foued perdent leur père et cette mort si soudaine, n'est qu'un prélude à la découverte du dernier souhait de ce père: être enterré au Maroc. Ce choix, ce désir d'être enterré là où il est né est d'abord une décision totalement incomprise par les enfants et l'un d'entre eux, Marwan, a été désigné pour accompagner le corps du défunt en avion pendant que le reste de la famille fera le trajet en voiture de Porte de Clichy au Maroc. Ce retour au pays non désiré est vécu d'abord comme une incompréhension: comment a-t-il pu souhaiter revenir dans ce pays qu'il a quitté depuis plus de 30 ans? et nous, qui sommes français, comment ferons-nous pour aller le voir? Mais l'auteur parvient patiemment tout au long de ce roman a délier les noeuds, les secrets comme on pèle délicatement une orange pour n'en faire qu'une pelure parfaite aux arrondis parfaits. Marwan est celui qui a été désigné pour accompagner son père, pour partir à la recherche de ce Maroc qu'il ne connait pas et surtout découvrir son père. Comme si seule sa mort et le retour aux racines oubliées pouvaient seules faire émerger des limbes les secrets les plus enfouis. la transmission, la quête d'identité l'on soit d'ici ou de plusieurs "ailleurs", la place de chaque enfant dans une fratrie, le poids de l'histoire sur ce (ceux) que nous sommes...voilà une partie des thématiques abordées dans ce petit roman si riche et si vrai. j'ai aimé déambuler dans ce roman comme dans un souk ou les vicissitudes d'une histoire familiale. Tout prend sens; chaque phrase aussi simple soit-elle recèle des vérités qui se dévoilent au fil du roman et nous donnent à voir les choses sous plusieurs angles. je vous invite à le lire pour toutes les richesses qu'il renferme et, que l'on y croit ou pas, le Mektoub (le Destin en arabe) est une force contre laquelle aucun homme ne peut lutter. alors faites comme Marwan et ses frères, laissez vous guider, prenez ce vol pour le Maroc, pour un retour aux sources, qu'elles soient vôtres ou pas, et vous passerez un moment riche en émotions.
    Lire la suite
    En lire moins
  • soazickcl Posté le 31 Mai 2021
    Quel beau voyage au pays des ancêtres de Marwan, Ali et Foued. Voyage de Clichy où ils sont nés à Casablanca, pays de leurs parents, venus chercher fortune !! en France ! Fortune, il n'ont pas trouvé, mais l'éducation de leurs fils à l'école de la république, oui ! Ils sont Professeur d'histoire et avocat pour les jumeaux et brillant étudiant pour le «  petit » dernier. Très rares ont été les voyages au Maroc, pas de vendredi à la mosquée, pas de prière non plus, une éducation à la française avec très peu de liens quotidiens avec le pays, sauf le tajine de la maman ! Grande est leur surprise quand à la mort du père, beaucoup trop jeune ! Ils découvrent qu'il veut être enterré chez lui, à Casablanca alors qu'il y a tout ce qu'il faut en France, qu'il a tout prévu, qui dirigera les obsèques, comment il devra faire. Marwan est ainsi désigné et va découvrir.. une autre vie, un autre rythme, un pays tellement différent, un père.. enfant et jeune ado, ses croyances et reniements. Connaît on jamais ses parents ? Ses grands parents que l'on a toujours considérés comme «  vieux », le reste de la famille ? La réponse est NON, bien sûr et votre vie est toute bouleversée quand... Quel beau voyage au pays des ancêtres de Marwan, Ali et Foued. Voyage de Clichy où ils sont nés à Casablanca, pays de leurs parents, venus chercher fortune !! en France ! Fortune, il n'ont pas trouvé, mais l'éducation de leurs fils à l'école de la république, oui ! Ils sont Professeur d'histoire et avocat pour les jumeaux et brillant étudiant pour le «  petit » dernier. Très rares ont été les voyages au Maroc, pas de vendredi à la mosquée, pas de prière non plus, une éducation à la française avec très peu de liens quotidiens avec le pays, sauf le tajine de la maman ! Grande est leur surprise quand à la mort du père, beaucoup trop jeune ! Ils découvrent qu'il veut être enterré chez lui, à Casablanca alors qu'il y a tout ce qu'il faut en France, qu'il a tout prévu, qui dirigera les obsèques, comment il devra faire. Marwan est ainsi désigné et va découvrir.. une autre vie, un autre rythme, un pays tellement différent, un père.. enfant et jeune ado, ses croyances et reniements. Connaît on jamais ses parents ? Ses grands parents que l'on a toujours considérés comme «  vieux », le reste de la famille ? La réponse est NON, bien sûr et votre vie est toute bouleversée quand vous plongez en terre inconnue. C'est le merveilleux voyage qui commence avec Olivier Dorchamps, qu'on a du mal à croire quand sa biographie nous dit qu'il est Franco-Britannique, tellement il nous semble marocain de toute son âme ! Un voyage au pays des émotions, des douceurs sucrées et de la vie rude d'avant 1950 , des sacrifices surhumains et du silence, des silences enfin rompus, le temps des révélations qui vous changent un homme, et même trois ! Qui remet certaines choses à leurs places et les hommes là où ils doivent être. Un bien beau livre !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Les livres de poche aussi font leur rentrée littéraire !

    La rentrée littéraire se savoure aussi en version mini. Cette année, neuf romans aussi captivants qu'éblouissants vous donnent rendez-vous en librairie. De l'intense fresque familiale de Chris Kraus au chef d'oeuvre oublié de William Melvin Kelley, découvrez les romans de poche qui pourraient bien devenir vos coups de coeur de la rentrée.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire 2020 : partez à la découverte de nos romans français

    Plus que jamais, la rentrée littéraire 2020 est l'occasion de célébrer ensemble le plaisir de la lecture. Côté domaine français, nos éditeurs ont retenu 20 romans, autant de pépites qui invitent à l'évasion et au questionnement. Auteurs confirmés et primo romanciers se croisent et se rejoignent pour vous raconter des histoires singulières et inoubliables. Bonne(s) découverte(s) !

    Lire l'article