Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266210935
Code sériel : 3629
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Chambre froide

Philippe BONNET (Traducteur)
Date de parution : 03/11/2010

Le charme des jardins anglais tient au savant désordre qui y règne et à la fréquence des meurtres qui s'y commettent.
Indifférentes au ragots du village qui les accusent de sorcellerie et de mœurs bizarres, Diana, Anne et Phoebe, vivent à l'écart dans un manoir dont le parc abrite une antique...

Le charme des jardins anglais tient au savant désordre qui y règne et à la fréquence des meurtres qui s'y commettent.
Indifférentes au ragots du village qui les accusent de sorcellerie et de mœurs bizarres, Diana, Anne et Phoebe, vivent à l'écart dans un manoir dont le parc abrite une antique chambre froide. On découvre les restes congelés d'un homme aux doigts et aux dents arrachés. Le cadavre serait-il celui de David Maybury, le mari de Phoebe disparu dix ans auparavant ?

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266210935
Code sériel : 3629
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • dannso Posté le 1 Mai 2020
    Un avis un peu mitigé sur ce roman policier. Si je n’avais pas vu la date de parution, je l’aurais pensé beaucoup plus ancien. Je n’ai pas du tout aimé l’attitude de la majeure partie des policiers, à l’image du commissaire : à la limite de la brutalité, macho, prêt à tout pour faire coïncider les évènements avec ses théories. Heureusement que le sergent va se révéler un peu plus complexe et un peu plus subtil : à la réticence du début à son égard va succéder un certain intérêt. Les trois habitantes du manoir sont tout aussi déconcertantes, je n’ai pas vraiment réussi à éprouver de la sympathie pour elles. Leurs réactions et comportements paraissent un peu artificiels. Mais un certain nombre de mystères imbriqués les uns dans les autres dont l’auteure va dénouer les fils un à un suffit à donner envie de lire jusqu’au bout ce roman si british.
  • Luria Posté le 13 Mars 2020
    Pensées de lecture 1/si tu cherches "chambre froide" sur Babelio, tu réalises que des bouquins portant ce même titre y'en a pas mal. 2/Minette n'est pas un pseudo. Ohlala. La. Pauvre (a pensé Cat Stevens). 3/dix ans plus tôt un homme disparaît. 10 ans plus tard on retrouve dans une vieille construction du jardin de sa maison un cadavre décompoboustiffédégueulasse et de fait, c'est reparti pour suspecter la veuve, sorcière de réputation. Et là je suis chaud patate (même si j'ai fait tomber le malheureux bouquin dans le bain). 4/Diantre qu'ils m'agacent. A boire leur bière comme ils s'occupent d'une femme, à violenter/abuser/baiser leurs suspects, avec leur homophobie et machisme assumés, à tourner beaucoup, et trouver peu. 1992 date du livre. Je trouve qu'on est effectivement devant un polar de ces années là. Encore peu policé, très humain. Trop peut être à nos yeux désormais. 5/Au final une enquête qui se veut près des mœurs, us, habitudes et travers de qui vivrait dans un environnement et cercle clôt. Je ne dirai pas que c'est le polar du siècle, d'ailleurs je comprends pourquoi il était dans une boîte à livres, mais il était plutôt sympathique à lire, sans accroc ni temps mort. 6/ un de... Pensées de lecture 1/si tu cherches "chambre froide" sur Babelio, tu réalises que des bouquins portant ce même titre y'en a pas mal. 2/Minette n'est pas un pseudo. Ohlala. La. Pauvre (a pensé Cat Stevens). 3/dix ans plus tôt un homme disparaît. 10 ans plus tard on retrouve dans une vieille construction du jardin de sa maison un cadavre décompoboustiffédégueulasse et de fait, c'est reparti pour suspecter la veuve, sorcière de réputation. Et là je suis chaud patate (même si j'ai fait tomber le malheureux bouquin dans le bain). 4/Diantre qu'ils m'agacent. A boire leur bière comme ils s'occupent d'une femme, à violenter/abuser/baiser leurs suspects, avec leur homophobie et machisme assumés, à tourner beaucoup, et trouver peu. 1992 date du livre. Je trouve qu'on est effectivement devant un polar de ces années là. Encore peu policé, très humain. Trop peut être à nos yeux désormais. 5/Au final une enquête qui se veut près des mœurs, us, habitudes et travers de qui vivrait dans un environnement et cercle clôt. Je ne dirai pas que c'est le polar du siècle, d'ailleurs je comprends pourquoi il était dans une boîte à livres, mais il était plutôt sympathique à lire, sans accroc ni temps mort. 6/ un de mes voisins à rempli la poubelle au 3/4 de bouquins en superbe état. Vous y croyez vous ? Moi je pleure tous ces polars à la chambre froide style que j'aurai pu lire s'il avait juste tout déposé dans un carton bowdel !
    Lire la suite
    En lire moins
  • boub_father Posté le 3 Janvier 2017
    Une enquête en terre anglaise avec ce qu'il faut de délicieux détails so british. Une lecture agréable et une intrigue bien menée
  • rpfab Posté le 2 Septembre 2016
    Un mari disparu, puis dix ans plus tard, un corps est retrouvé dans une "chambre froide" anglaise. Est-ce le mari disparu ? Une enquête policière est en route et c'est avec suspense qu'il faudra attendre la fin du livre pour en connaitre le dénouement. Premier polar lu de cette auteur, j'y ai apprécié les fausses pistes, les faux suspects et les secrets qui ressurgissent, pas moyen de connaître le dénouement avant la fin.
  • zazahuc Posté le 8 Juin 2016
    Le livre démarrait bien, un mort découvert dans un endroit incongru, trois femmes soupçonnées des pires vices, un brin d'humour ... mais ça en est resté là, rien n'a évolué, je reste sur ma faim. Il me fallait par moment relire la page ou revenir en arrière pour comprendre un dialogue, c'était assez pénible. Bref, une lecture en demi teinte, surement un livre que je ne relirai pas.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.