Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266300148
Code sériel : 17763
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Changer le sens des rivières

Date de parution : 09/01/2020
Marie est serveuse dans une brasserie du Havre. À peine diplômée d’un bac pro, esclave d’un père malade et de fins de mois difficiles, son quotidien ressemble à de la survie. Et si elle ne connaît rien au cinéma, ça ne l’empêche pas de se faire des films. Alors, quand... Marie est serveuse dans une brasserie du Havre. À peine diplômée d’un bac pro, esclave d’un père malade et de fins de mois difficiles, son quotidien ressemble à de la survie. Et si elle ne connaît rien au cinéma, ça ne l’empêche pas de se faire des films. Alors, quand le jeune Alexandre entre dans son collimateur de rêveuse, elle y voit la perspective d’un ailleurs. Mais l’histoire dérape. Et mise au pied du mur, Marie doit accepter le marché d’un juge : pour effacer sa dette vis-à-vis de la société, lui servir de chauffeur particulier pendant quelques mois . Elle est loin d’imaginer que c’est peut-être la chance de sa vie…

« Un roman d’actualité, sensible, très réussi. » Delphine Peras – L’Express

« Dans cette fable sociale puissante, Murielle Magellan dresse le portrait de personnages en quête de hauteur et de rédemption. Magistral. » Le Parisien week-end

Cet ouvrage a été sélectionné pour de nombreux prix, dont le Prix de la Closerie des Lilas et le Prix des Romancières
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266300148
Code sériel : 17763
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une fable urbaine qui fait tomber les barrières sociales. »
Biblioteca magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jeunejane Posté le 17 Juin 2021
    Pas vraiment joyeuse la vie de jeune adulte de Marie. Elle vit au Havre, a obtenu un bac pro et travaille dans un bistrot. On peut dire que sa vie est lourde de charges financières et affectives. Elle fait la connaissance d'Alexandre qui représente pour elle la culture, l'ouverture vers un autre monde mais il la rejette, ne veut pas de cette fille qui va le tirer vers le bas. Marie réagit mal, violemment et se retrouve au tribunal, condamnée à une dette trop lourde pour elle. Sur son chemin va se trouver un juge qui lui propose d'arrondir ses fins de mois en lui servant de chauffeur mais bien plus, très sainement. Les réflexions de ce monsieur vont ouvrir l'esprit de Marie. En réalité, nous sommes devant deux êtres qui ont souffert chacun à leur façon. Marie va se rendre compte qu'elle n'est pas nulle et qu'elle peut aussi faire du chemin intellectuel. Il n'est pas trop tard. Sa vie n'est pas jouée. On peut "Changer le sens des rivières". un livre porteur d'espoir et je l'ai ressenti comme tellement vrai. Personne n'est prédestiné. Enfin, c'est ce que je crois depuis toujours et Muriel Magellan m'a renforcé dans mes convictions.
  • Klergau Posté le 30 Avril 2021
    Prix du public au Salon du livre de Genève, ce roman tout en contrastes, nous offre plusieurs revirements de situations. Marie, se sentant humiliée par Alexandre, pose un geste qui aura des répercussions sur sa vie bien sûr, mais ce moment d’exaspération engendrera aussi des rencontres et des changements chez les principaux acteurs de cette histoire. Je me suis souvent demandé si j’aimais ce livre, mais à aucun moment, sauf au tout début, je n’ai eu le goût d’arrêter ma lecture. Je l’ai même lu avidement, curieuse de l’itinéraire des personnages et de ce que deviendrait Marie. Et j’ai deviné un peu pour ma plus grande joie. Un style simple, efficace, qui va droit au but et qui nous tient en haleine.
  • obo Posté le 22 Avril 2021
    C'est l'histoire d'une éclosion. Marie est une jeune femme admirable. Mais elle l'ignore. Elle se contente d'aider son père. Quotidiennement. Et de vivre. Chichement. Survivre plutôt. Alors quand elle rencontre Alexandre, elle se dit que son phare dans la nuit, c'est lui. Elle se donne, totalement. Il prend. Puis la rejette, par facilité. Pas assez cultivée. Alors tout bascule, et pour ne pas sombrer, Marie accepte le drôle de deal proposé par son juge. Cette rencontre, c'est la goutte d'eau qui permet à cette petite graine oubliée de germer. Un conte moderne fort, sur le printemps d'une vie, ode à l'accomplissement. Jubilatoire comme de constater l'existence d'une jeune pousse qui la veille au soir n'était encore rien; en apparence…
  • Esorlecram Posté le 16 Mars 2021
    Coup de fraîcheur et coup de cœur pour ce roman qui raconte l’histoire de Marie, modeste serveuse dans un bar du Havre. Marie n’a pas eu la chance, ni l’occasion, ni peut-être l’envie de s’instruire, de s’intéresser à autre chose qu’aux banalités du quotidien. Voilà qu’entre dans son bar un jeune homme plutôt style intello avec ses lunettes rondes : le déclic est immédiat. Ce n’est pas le classique coup de foudre, mais Marie voit en Alexandre le symbole d’un monde différent du sien, d’une vie plus intéressante que la sienne. Et comme Alexandre n’est pas indifférent au charme de Marie… Que fait-on après l’amour ? Après les plaisirs du corps, pourquoi pas ceux de l’esprit. Alexandre est un cinéphile passionné, il commence à disserter sur Truffaut et s’aperçoit que Marie ne connaît même pas ce nom. Ni d’autres noms pourtant connus de tous. Sa déception est grande et il ne répondra plus aux messages de Marie. Mais celle-ci se sent humiliée, et quand elle le revoit, se venge avec violence (c’est le moins qu’on puisse dire) et fait subir le même sort aux policiers qui passaient là par hasard. Direction donc la case « tribunal » où le juge... Coup de fraîcheur et coup de cœur pour ce roman qui raconte l’histoire de Marie, modeste serveuse dans un bar du Havre. Marie n’a pas eu la chance, ni l’occasion, ni peut-être l’envie de s’instruire, de s’intéresser à autre chose qu’aux banalités du quotidien. Voilà qu’entre dans son bar un jeune homme plutôt style intello avec ses lunettes rondes : le déclic est immédiat. Ce n’est pas le classique coup de foudre, mais Marie voit en Alexandre le symbole d’un monde différent du sien, d’une vie plus intéressante que la sienne. Et comme Alexandre n’est pas indifférent au charme de Marie… Que fait-on après l’amour ? Après les plaisirs du corps, pourquoi pas ceux de l’esprit. Alexandre est un cinéphile passionné, il commence à disserter sur Truffaut et s’aperçoit que Marie ne connaît même pas ce nom. Ni d’autres noms pourtant connus de tous. Sa déception est grande et il ne répondra plus aux messages de Marie. Mais celle-ci se sent humiliée, et quand elle le revoit, se venge avec violence (c’est le moins qu’on puisse dire) et fait subir le même sort aux policiers qui passaient là par hasard. Direction donc la case « tribunal » où le juge fait preuve de compréhension en limitant la condamnation au sursis. Suite à l’écran, comme on dit, avec ce juge qui entre en scène comme autre personnage principal. J’ai particulièrement aimé la façon dont Murielle Magellan nous conte cette histoire. Pas de mots inutiles, des phrases courtes, des chapîtres courts, un style donc vif et léger, mais qui suffit à tout dire, à cerner les caractères, à créer des atmosphères. Sans avoir l’air d’y toucher, l’autrice aborde aussi les problèmes de notre société, qui a oublié ce que signifie le mot « douceur ». Aujourd’hui tout doit aller vite, jusqu’au bout dans un sens ou dans l’autre, sans s’arrêter en chemin. Je me suis rappelé l’ « aurea mediocritas » louée par Horace, cette médiocrité (au sens premier du terme) qui situe le bonheur au centre, loin des extrêmes qui tentent de nous dominer, de nous asservir. Ce roman possède aussi à mes yeux une autre qualité, assez rare : il ne contient pas d’événements extraordinaires, spectaculaires, invraisemblables, trop romanesques. Plus d’une fois au cours de ma lecture, j’ai craint deviner la suite, qui serait un lieu commun comme on en lit des tas. A chaque fois je me suis trompé : Murielle Magellan garde le cap, le train reste sur les rails, on reste dans la vraie vie ! Je suis souvent déçu par les dernières pages d’un bouquin. Ici c’est tout le contraire. Marie va vaincre la sinistrose qui s’installe dans notre société, elle va se transformer et vouloir connaître toutes ces belles choses qu’elle ignorait. Elle va donc tenter de « changer le sens des rivières » comme le chante Souchon. Merci à l’autrice pour cette leçon d’optimisme !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Francedewepion Posté le 26 Décembre 2020
    Un beau roman social de Murielle Magellan. Le début est plutôt sombre, violent. Marie, serveuse dans un bar du Havre malgré un bac professionnel en chaudronnerie, est folle amoureuse d'Alexandre. Avec Mado, une voisine, elle s'occupe aussi de son père acariâtre et hypocondriaque depuis le décès de son épouse. Marie a une soeur, Victoria qui a pris le large loin de sa famille sans trop de regrets. Alexandre, fils d'instituteurs pas très riches, est intellectuellement supérieur à Marie. Passionné par François Truffaut, il rêve de devenir réalisateur. Après une courte relation avec Marie, il se rend compte de leurs différences et l'abandonne sans explications. Marie n'accepte pas la séparation et elle va malheureusement le blesser alors qu'une voiture de police fait une ronde. La voilà qui se retrouve au tribunal. La voilà qui a tout à perdre : son boulot, son appartement, son père, .... C'est le juge Doutremont qui va s'occuper de son dossier. Elle n'ira pas en prison mais doit s'acquitter d'une amende élevée pour laquelle elle ne dispose pas du premier centime. Elle gamberge, Marie. Et puis tant pis, elle ose : elle va expliquer à Doutremont que tout est foutu qu'elle ne peut réunir l'argent, et bravache, lui demande un... Un beau roman social de Murielle Magellan. Le début est plutôt sombre, violent. Marie, serveuse dans un bar du Havre malgré un bac professionnel en chaudronnerie, est folle amoureuse d'Alexandre. Avec Mado, une voisine, elle s'occupe aussi de son père acariâtre et hypocondriaque depuis le décès de son épouse. Marie a une soeur, Victoria qui a pris le large loin de sa famille sans trop de regrets. Alexandre, fils d'instituteurs pas très riches, est intellectuellement supérieur à Marie. Passionné par François Truffaut, il rêve de devenir réalisateur. Après une courte relation avec Marie, il se rend compte de leurs différences et l'abandonne sans explications. Marie n'accepte pas la séparation et elle va malheureusement le blesser alors qu'une voiture de police fait une ronde. La voilà qui se retrouve au tribunal. La voilà qui a tout à perdre : son boulot, son appartement, son père, .... C'est le juge Doutremont qui va s'occuper de son dossier. Elle n'ira pas en prison mais doit s'acquitter d'une amende élevée pour laquelle elle ne dispose pas du premier centime. Elle gamberge, Marie. Et puis tant pis, elle ose : elle va expliquer à Doutremont que tout est foutu qu'elle ne peut réunir l'argent, et bravache, lui demande un prêt. Et contre toute attente, il va le lui accorder en contrepartie d'un service : lui servir de taxi. Le marché conclu (même s'il n'est pas trop légal), une amitié fait naître entre le juge et Marie. Elle va aussi apprendre grâce à cette amitié : elle veut combler son manque de culture. Le livre se termine avec énormément d'espoir, de lumière. Marie s'en va changer le sens des rivières et pas seulement pour elle : pour Doutremont, pour Alexandre. Regard juste, humain, plein d'empathie : c'est ainsi que je considère ce roman qui se laisse lire facilement tant il est prenant mais aussi écrit dans un style fluide, sans fioriture, à l'image de Marie quelque part. Ce n'est pas le premier roman de Murielle Magellan que je lis, et je ne suis jamais déçue par sa plume.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.