Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074997
Code sériel : 5496
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Cher ami, de ma vie je vous écris dans votre vie

Clément BAUDE (Traducteur)
Date de parution : 14/08/2019
L’autobiographie intime d’une âme tourmentée. Entre récit et essai Yiyun Li emmène son lecteur au cœur des plus grands esprits de la littérature.
Pendant deux ans, Yiyun Li s'est battue contre une profonde dépression. Et pendant ces deux années, elle s'est mise à nu et a composé "Cher ami, depuis ma vie je vous écris vers votre vie", un essai à la fois douloureux et extrêmement riche, l'exploration d'une intériorité doublée d'une plongée... Pendant deux ans, Yiyun Li s'est battue contre une profonde dépression. Et pendant ces deux années, elle s'est mise à nu et a composé "Cher ami, depuis ma vie je vous écris vers votre vie", un essai à la fois douloureux et extrêmement riche, l'exploration d'une intériorité doublée d'une plongée brillante au coeur des plus grands esprits de la Littérature : William Trevor, Katherine Mansfield, Søren Kierkegaard ou encore Philip Larkin...  Enfant persécutée, scientifique dans l'âme, immigrante au parcours complexe, auteure en perpétuelle évolution, mère en quête de réponses, Yiyun Li est une personne aux mille et une vies aussi passionnée que torturée, aussi passionnante que dérangeante, qui nous livre ici un texte de la reconstruction, à la fois psychique et artistique, en confrontant deux questions essentielles : pourquoi écrire ? Pourquoi vivre ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074997
Code sériel : 5496
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ils en parlent

« Yiyun Li nous entraîne dans ses réflexions sur les raisons d'écrire et même de vivre. Elle nous révèle ses fragilités, ses névroses, ses forces et sa double culture dans une introspection profonde ». 
KOI

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • attilaRo Posté le 7 Janvier 2019
    Le titre m'a un peu rebuté. En fait, il s'agit d'un récit intime assez brillant, et même percutant. L'auteur raconte son enfance difficile en Chine, son exil aux États Unis, sa dépression, ses tourments...
  • Sharon Posté le 6 Septembre 2018
    Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les éditions Belfond pour ce partenariat : après avoir découvert des extraits de ce livre, j’avais très envie de le lire. Ce n’est pas que j’ai été déçue, c’est que j’ai été perplexe à sa lecture. J’ai même plutôt été soulagée en le refermant. Pourquoi ? Tout d’abord, l’auteur était en pleine dépression quand elle a écrit son livre, elle a été hospitalisée à deux reprises, et si elle ne nous décrit pas les mécanisme de la dépression, elle nous montre cependant ceux qui l’ont entouré – les femmes qui ont partagé sa chambre, le personnel soignant, dont le diagnostique, les propositions pour tenter de la sortir de sa dépression, étaient très éloignés de son ressenti, son mari également. Plus qu’une dépression, c’est une incapacité à ressentir et à dire ses sentiments, ses émotions, qui frappent l’auteur. Est-ce l’écriture qui l’a sorti de sa dépression ? Non, mais écrire lui était nécessaire, parce que l’écriture n’est pas, ne va pas nécessairement de soi : devenir orpheline de ma langue natale me paraissait, me paraît encore, une décision cruciale. Pour écrire, se pose la question de la langue, et l’une des causes de la difficulté... Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les éditions Belfond pour ce partenariat : après avoir découvert des extraits de ce livre, j’avais très envie de le lire. Ce n’est pas que j’ai été déçue, c’est que j’ai été perplexe à sa lecture. J’ai même plutôt été soulagée en le refermant. Pourquoi ? Tout d’abord, l’auteur était en pleine dépression quand elle a écrit son livre, elle a été hospitalisée à deux reprises, et si elle ne nous décrit pas les mécanisme de la dépression, elle nous montre cependant ceux qui l’ont entouré – les femmes qui ont partagé sa chambre, le personnel soignant, dont le diagnostique, les propositions pour tenter de la sortir de sa dépression, étaient très éloignés de son ressenti, son mari également. Plus qu’une dépression, c’est une incapacité à ressentir et à dire ses sentiments, ses émotions, qui frappent l’auteur. Est-ce l’écriture qui l’a sorti de sa dépression ? Non, mais écrire lui était nécessaire, parce que l’écriture n’est pas, ne va pas nécessairement de soi : devenir orpheline de ma langue natale me paraissait, me paraît encore, une décision cruciale. Pour écrire, se pose la question de la langue, et l’une des causes de la difficulté d’être de Yiyun est peut-être, je dis bien peut-être là. Elle a toujours écrit en anglais. Chinoise, émigrée aux Etats-Unis, elle n’a jamais écrit en ce qui constitue sa langue maternelle et elle s’interroge sur ce qu’écrire en une langue qu’elle ne maîtrisait pas parfaitement à ses débuts a pu induire dans sa façon d’écrire. Je dis bien écrire tout court, je ne parle pas de la constitution d’une intrigue, ou autre. Elle nous montre aussi comment elle se détache de ses livres, après qu’ils ont été écrits, publiés, ce que d’autres auteurs, comme William Trevor, ne ressentent pas nécessairement. Elle renvoie aussi à ceux qui lui reprochent de ne jamais avoir écrit dans sa langue maternelle, ceux qui lui demandent quand elle écrira dans sa langue maternelle. Je place encore une citation, parce que cet essai est riche de réflexion : Il est difficile de ressentir dans une langue adoptive, et pourtant il m’est impossible de le faire dans ma langue natale. . Sa mère occupe une place à part dans ce livre, au coeur d’une enfance qui fut particulière, non à cause de l’Histoire, mais à cause de la manière d’être de sa mère face à ses filles. A travers le récit de son enfance, de sa jeunesse, Yiyun Li s’interroge et nous interroge sur ce qu’est l’autobiographie, sur le fait que nos souvenirs sont aussi ceux des autres, et qu’ils les voient, les interprètent selon le prisme de leur propre souvenir : Il y a une différence entre ne pas avoir été oublié et être pris dans les mailles de l’esprit de quelqu’un. Yiyun se refuse aussi à revisiter l’histoire, à commémorer : ce dont elle se souvient, les faits qui l’ont marqué, qu’elle a vécu, ne sont pas forcément ceux qui sont ressassés lors des commémorations. Plus j’écris, plus j’ai l’impression que ce livre est aussi celui du refus, et développe une idée de l’écriture pour l’écriture, d’un dialogue entre les livres aussi, plus qu’entre les auteurs. Elle montre l’influence qu’a eu sur l’écriture d’un de ses romans Les coeurs détruits d’Elizabeth Bowen – ce dont un seul journaliste s’est aperçu. Elle parle aussi de Katherine Mansfield, de Virginia Woolf, de la manière dans chacune d’elles parlait de l’autre dans leurs écrits personnels. D’ailleurs, existe-t-il des écrits personnels quand on est écrivain, et que deviennent-ils à la disparition de celui-ci ? Le paradoxe étant que Yiyun Li a lu les correspondances des auteurs qu’elle apprécie, et qu’elle parle aussi de la destruction des journaux intimes, ou de l’échec de leur destruction. Autre question auquel le lecteur peut s’interroger (le chercheur en littérature se la pose-t-il seulement) : dans quelle mesure les écrits personnels, intimes d’un auteur concernent-ils le public ? Je suis allée peut-être un peu loin dans mon interprétation. Peut-être. Il est tant d’autres points dont il faudrait parler, d’idées que Yiyun Li développe, sur la manière dont un jeune lecteur s’approprie, de manière personnelle la lecture d’un roman pour la première fois, sur le rapport lecture/lecteur (Lire, c’est être avec des gens qui, contrairement à ceux qui nous entourent, ne remarquent pas notre existence). Sur le suicide, aussi. Ce n’est pas un thème, dans l’essai de Yiyun Li, c’est une réalité qui l’entoure, notamment par les paroles de sa mère, qui commence toujours ses échanges avec sa fille en lui relatant la mort ou le suicide d’une relation. Pour quelles raisons ? L’auteur s’interroge sur le sujet, mais elle ne s’interroge pas sur les causes du suicide, décision personnelle. Le livre s’en va et « meurt » : Quand un livre prend vie pour son lecteur, il est déjà mort pour son auteur. La postface contient elle aussi des interrogations, non sur le fait de publier ou non ce livre, mais sur ce que sera le devenir de l’auteur après ces deux ans de dépression, réfutant la grandiloquence (c’est moi qui use de ce terme) de son médecin, revenant aussi sur l’écriture de cet essai, sur ce que l’écriture lui a permis de surmonter. Au lecteur, maintenant, de partager (ou non) cette plongée dans l’écriture et la dépression.
    Lire la suite
    En lire moins
  • natn Posté le 3 Septembre 2018
    merci à Babelio de m'avoir fait lire ce livre que je n'aurais jamais ouvert, n'étant pas férue de biographie écrite du vivant de l'auteur. Pas une bio véritable mais plutôt un livre sur ses émotions suite à 2 tentatives de suicide, sur des brides de souvenirs en Chine, sur l'Irlande etc... Donc on va et vient au gré de ses pensées. Sur les écrivains occidentaux qui l'ont aidée à survivre, de Zweig, Katrine Mansfield etc,,, Ce plongeon dans la littérature à l'hopital psychiatrique l'a incité à l'écriture tout en gardant son travail d'immunologiste pour lequel elle a eu de nombreuses récompenses. Ce n'est pas un récit linéaire, plutot des pensées qui amènent à des réflexions. Du coup, un peu difficile pour moi de m'y immerger mais j'ai pourtant aimé car au fur et à mesure de la lecture, j'ai aimé cette femme. Mais il en ressort une vraie souffrance guérie par la lecture où elle puisse beaucoup plus de réconfort que dans les relations humaines qui se révèlent plates, surtout les réactions après son suicide.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…